Russie : l'opposant Navalny transféré dans un camp à 200 km de Moscou    Coronavirus au Maroc : 244 nouveaux cas en 24 heures, 8 décès    La folle histoire qui lie Winston Churchill à la ville de Marrakech    Credit Bureau: «les solutions apportées par les différents intervenants ont permis de limiter l'envolée des impayés»    Le CRI de Marrakech-Safi lance une plateforme de financement en ligne pour les entrepreneurs    Lancement d' une opération d'échange de valeurs du Trésor de 450 MDH    Habib El Malki se félicite de la coopération avec le FOPREL    Syrie : Biden entre en guerre    Séisme d'Agadir : les vérités sur un drame qui transcende le temps (I)    CAN U20. L'EN éliminée par la Tunisie    Botola Pro D1. Victoire à l' arraché du HUSA    L'ovale nationale fait les frais d'" agissements frauduleux "    Session extraordinaire du Parlement le 2 mars prochain    L'Europe s'inquiète Les Etats-Unis s'estiment " en avance "    Présentation de la nouvelle stratégie du CAFRAD    "Biggie " , le géant éphémère du rap    Portrait: ElGrande Toto, un as de trèfle qui pique le cœur    Alerte météo : fortes averses orageuses et chutes de neige jusqu'au 2 mars dans plusieurs provinces    Des arrestations massives lors de manifestations en Birmanie    Les indices s'enfoncent malgré un léger reflux des taux    La Bourse de Casablanca dans le rouge du 22 au 26 février    Le Maroc peut profiter de la guerre géopolitique du Gaz européen    «Nidaa Oujda», un appel contre le discours de division    La France doit être «plus claire» et reconnaitre la souveraineté du Maroc sur le Sahara    Liga: Barcelone bat le FC Séville et enchaîne    Le FUS s'offre l'AS FAR à domicile    La sélection nationale participe au Championnat d'Afrique en Egypte    Signature d'une convention de partenariat entre la CNDP et le ministère de la Justice    Quand l'opposition dénonce la «propagande médiatique» du pouvoir algérien contre le «Hirak»    La 316 ème fortune de France s'implante à Marrakech    Voyages : voici les pays européens prêts à lancer leurs passeports vaccinaux    Le patron de l'OMS veut des mesures concrètes    Les arméniens réclament le départ du Premier ministre    Un «mini Maghreb» sans le Maroc et la Mauritanie, une idée aussi incongrue qu'irréaliste    Libye : près de 150 migrants secourus en mer Méditerranée    Le premier radiotélescope du Royaume installé à Marrakech    Delta Holding: Un CA en baisse de 15% en 2020    Présentation du beau livre «Pour une Maison de l'Histoire du Maroc»    «Tout ira bien», nouveau recueil de poèmes de Driss Meliani    Interview avec Selma Benomar, l'ambassadrice du luxe à la marocaine    Botola Pro D1 « Inwi » (8è journée): Classement    La CAF autorise la programmation des matchs internationaux en Libye    Sahara : la neutralité passive de l'Europe dessert la stabilité et l'intégration régionales, selon un média italien    Transavia, filiale low-cost d'Air France va ouvrir une nouvelle ligne vers le Maroc    Tunisie: un collectif appelle à la légalisation du cannabis    Covid-19 : les Etats-Unis autorisent un troisième vaccin    Harcèlement sexuel : de nouvelles allégations contre le gouverneur de New York Andrew Cuomo    Joaillerie : Hicham Lahlou lance sa collection « Magic Alice »    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Déficit budgétivore !
Publié dans Le temps le 18 - 04 - 2011

Le déficit budgétaire donne de sérieux ennuis aux autorités monétaires. Analyse.
Fini le temps où l'orthodoxie financière était érigée en dogme. La sauvegarde des équilibres macroéconomiques siw chère à l'ancien ministre des Finances, le Socialiste Fathallah Oualalou, n'est plus qu'un beau souvenir. Laisser cotonner le déficit budgétaire à un taux de 2% du PIB ne rime plus avec les temps qui courent. D'autant que le Maroc cherche à donner des signaux positifs aux investisseurs, marocains et étrangers, pour gagner leur confiance.
Porter le taux de croissance à 6-7% ne saurait être possible sans un effort d'investissement conséquent. D'où la question de la soutenabilité budgétaire, dont l'un des plus ardents défenseurs est l'Usfpéiste Habib El Malki, président du Centre marocain de conjoncture (CMC). En quoi consiste-t-elle ? «C'est la capacité d'une économie à absorber sans rupture un déficit générateur de croissance et donc d'emplois.» En période de crise économique, comme celle que nous vivons, il est souvent conseillé de creuser un peu plus le budget, dans la limite du soutenable, pour relancer les investissements et la consommation au lieu de rester figé dans une doctrine limitative. C'est un choix que beaucoup de pays ont fait : il vaut mieux creuser le budget pour relancer l'économie que de sombrer dans la crise et la déprime. Déjà en 2010, le déficit budgétaire a avoisiné les 4,5% du PIB, soit 35 Mds DH. Cette année encore il devra atteindre les 3,5%, selon les projections initiales de la Loi de finances 2011 (un déficit de 5-6% reste encore soutenable avec un ratio de la dette en deçà de 60%).
Bénédiction du FMI
Il faut dire que cet éloignement de la sacro-sainte orthodoxie financière n'aura été possible qu'avec la bénédiction du Fonds monétaire international (FMI). Seule condition : que ce déficit serve à financer l'investissement productif et alimenter la croissance. Au vu de la conjoncture actuelle, marquée par une rallonge de 15 MdDh supplémentaires pour la Caisse de compensation (dont le budget s'élève ainsi à 32 MdDh, soit 4% du PIB) et une promesse d'embauche dans la fonction publique de près de 4300 jeunes détenteurs de doctorat et de master (le projet de décret vient d'être entériné lors du dernier conseil des ministres), il n'est pas certain que la prévision préalablement établie d'un déficit budgétaire de 3,5% soit respectée. D'aucuns avancent qu'il devra culminer à 5,2%. Ce que Salaheddine Mezouar, ministre de l'Economie et des Finances, réfute, arguant que la prévision initiale sera maintenue, en dépit de ces nouveaux éléments. D'où la question qui se pose avec insistance : d'où viendra l'argent pour financer les dépenses imprévues au titre de la compensation et du recrutement des jeunes diplômés, qui au passage vont gonfler la masse salariale publique représentant déjà 12% du PIB. Pour l'instant, aucune réponse précise n'a été formulée, bien que l'argentier du royaume ne cesse de répéter à qui veut l'entendre que le différentiel sera financé par une compression des dépenses de fonctionnement de l'Etat et des administrations publiques. Une réduction de 10% du budget alloué serait-elle possible, sachant que la loi de finances prévoyait d'ores et déjà une réduction de 10% ? Fort des économies de 8 MdDh réalisées en 2010 sur ces mêmes dépenses, M. Mezouar s'attaque cette fois-ci frontalement au train de vie de l'Etat, dont il reconnaît à demi-mot qu'il vit au-dessus de ses moyens.
Austérité forcée
D'ailleurs, en 2009 déjà, lors de l'élaboration du projet de Loi de Finances 2010, M. Mezouar refusait de parler d'un budget anti-crise, au moment où nos partenaires européens, frappés de plein fouet par la crise économique et financière, se serraient la ceinture et déclaraient la guerre au gaspillage. Les choses ont changé depuis et le ministre des Finances se voit aujourd'hui acculé à admettre la dure réalité. Mais il refuse toujours de parler d'austérité, lui préférant le terme de «rationalisation des dépenses».
Au-delà de la terminologie utilisée, un resserrement des dépenses et des charges de l'administration ne pourrait à lui seul combler le déficit qui s'annonce. Etant conscient, M. Mezouar parie aussi sur le bon comportement des recettes fiscales, dont les rentrées devraient dépasser les prévisions initiales, reconduisant ainsi le scénario des années précédentes (une croissance à deux chiffres en 2008 et une plus value fiscale de 9 MdDh en 2010). Dans cette perspective, M. Mezouar joue plus sur la fibre nationaliste des contribuables et plus particulièrement des entrepreneurs en les invitant à s'acquitter convenablement de leurs obligations fiscales vis-à-vis de l'Etat. Pourvu que ce vœu pieux ne tombe pas dans l'oreille d'un sourd. Au lendemain de l'annonce de l'injection supplémentaire de 15 Mds DH pour soutenir le pouvoir d'achat des citoyens et faire face à l'envolée des cours des matières premières sur les marchés internationaux, surtout des prix de pétrole, les interrogations ont fusé de toute part sur la source de financement de cette enveloppe. Les hypothèses les plus farfelues ont fait jour. Certains évoquent qu'elle sera puisée dans le budget d'investissement, d'autres parlent plutôt de recettes de privatisations, etc. Ni l'un ni l'autre. Il aura fallu attendre un bon bout de temps avant que l'argentier du royaume ne sorte de son mutisme et explique dans une déclaration à l'agence Reuters que le financement proviendra des niches d'économie dans le budget de fonctionnement de l'administration publique et d'une hypothétique hausse des recettes fiscales.
Autre interrogation qui se pose : fallait-il dans ces conditions et au vu des changements intervenus procéder à l'établissement d'une nouvelle loi de finances ? Pas du tout, s'empresse de répondre le porte-parole du gouvernement, Khalid Naciri. «Il n'y a pas lieu de réviser la Loi de finances, puisque la dernière mesure (Ndlr, baisse de 10% des charges de l'administration) est une économie de dépenses et non un dépassement du budget», dit-il à l'issue de la dernière réunion du conseil de gouvernement. Traduisez : la baisse décidée a trait à la politique de gestion que le gouvernement est apte à décider sans une révision de la Loi de finances. Soit ! Mais quid de la réaffectation entre les rubriques du Budget, c'est-à-dire le redéploiement des postes de fonctionnement ? A ce niveau, il a été précisé que les 10% de baisse décidée concerneront les charges de location de véhicules, la réduction de la fréquence de séjour à l'étranger pour les agents de l'Etat (séminaires et congrès notamment), le contrôle des factures de téléphone, etc. Tout compte fait, les économies qui pourraient être dégagées ne dépasseraient, selon le calcul du département des Finances, les 3 milliards de dirhams. Insuffisant pour combler les besoins de la Caisse de compensation et faire face aux dépenses des nouvelles recrues de l'administration. Dans ce cas de figure, deux options se présentent : le recours à l'endettement ou à la privatisation.
Marge de manœuvre
Il faut dire que pour l'une comme pour l'autre solution, le gouvernement dispose d'une confortable marge de manœuvre. Et pour cause, l'endettement reste contenu dans des proportions correctes, en dépit de la dernière sortie sur le marché international pour lever un milliard d'euros, soit aux alentours de 50% du PIB. Qui plus est, la dette extérieure ne représente que 20% de la dette du Trésor. «Monter à une proportion de 25% ne va pas trop bousculer la structure de la dette», estime un économiste. Toutefois, au regard de la tension actuelle dans la région et les difficultés économiques dans certains pays européens, (Irlande, Portugal, Espagne et Grèce), le recours au marché extérieur de la dette ne serait pas opportun, en raison de la hausse de la prime de risque (spread) ayant augmenté de 250 points de base. Reste le recours au marché intérieur. En effet, il devient tentant pour le Gouvernement de se tourner vers le marché de la dette intérieure (beaucoup moins chère). Une option que réfute un observateur bien averti estimant que cela pourrait assécher le marché intérieur déjà mis à mal par le tarissement des liquidités, et entraîner un effet d'éviction préjudiciable pour la croissance économique.
Devant cet imbroglio financier, le recours à la privatisation se révèle comme la voix de salut pour sortir de cette impasse budgétaire. Si, au départ, les autorités monétaires ont opposé une fin de non recevoir à cette éventualité, les choses commencent peu à peu à se préciser, surtout avec le lancement, la semaine dernière, de l'appel à manifestation d'intérêt pour le transfert au secteur privé de la Société de sel de Mohammedia (SSM). Une offre évaluée à 450 millions de dirhams. Ce qui est de nature à donner un avant goût des intentions du gouvernement. Car, il n'est pas exclu que d'autres cessions suivent d'autant que la liste des privatisables contient des noms de sociétés publiques et non des moindres (Maroc Telecom, CIH, Marsa Maroc, RAM, Sococharbo). Sauf qu'une règle déjà bien établie veut que les recettes de privatisation aillent alimenter plutôt le fonds des investissements public-privé et le fonds Hassan II pour le développement à raison de 50-50, au lieu de servir à renflouer les caisses de l'Etat. Question de rendre le budget indépendant des recettes exceptionnelles, notamment des privatisations. Certains observateurs avancent l'idée que pour les besoins de réajustement des prévisions budgétaires, les pouvoirs publics n'ont d'autres choix que de surseoir à cette règle. A défaut, la soutenabilité budgétaire se révèle comme une carte joker.
Said El Hadini
Embauche A tout prix
Sous la pression de la rue, le gouvernement El Fassi a fini par lâcher prise en prenant la décision de recruter 4 304 jeunes diplômés, et ce sans passer par un concours. Un projet de décret fixant, à titre exceptionnel et transitoire, les modalités de leur recrutement direct a été entérine par le dernier conseil des ministres, présidé par le roi. Une mesure qui n'est pas sans conséquence sur le Budget de l'Etat, déjà mis à mal par l'augmentation (théorique pour le moment) des charges de compensation.
Pétrole Insaisissable
Lors de l'élaboration du projet de Loi de Finances 2011, le gouvernement a retenu des estimations de déficit de 3,5 % et un taux de croissance de 5 %. Ces prévisions étaient fondées sur des hypothèses qui ne sont plus d'actualité. La principale étant le prix du baril du pétrole. Celui-ci détermine, en fait, le niveau de la subvention. L'hypothèse de 75 dollars le baril a été actualisée pour ressortir aujourd'hui à 89 dollars comme prix moyen sur l'ensemble de l'année 2011, soit 14 dollars de plus. Le prix du baril a effleuré cette semaine les 121 dollars, son plus haut niveau depuis août 2008.
Privatisation Retour à la case départ
Voilà maintenait trois ans qu' aucune opération de privatisation ou d'ouverture de capital n'a eu lieu. Depuis le lancement des premières privatisations en 1993, les opérations de cession des participations de l'Etat dans les entreprises publiques et la vente des licences télécoms ont rapporté l'équivalent de plus de 100 milliards de dirhams aux caisses de l'Etat. Le processus vient d'être ravivé avec l'annonce du transfert du statut d'entreprise publique au secteur privé de la Société de sel de Mohammedia.
Croissance A la recherche d'un point de PIB
Selon une note d'information relative aux comptes nationaux, établie par le Haut commissariat au plan (HCP), le PIB devrait atteindre en 2010, un taux de croissance économique de 3,2% au lieu de 4,9% en 2009, soit une augmentation du niveau général des prix (inflation) de 0,8%. Pour 2011, il est prévu de réaliser un taux de croissance de 5%. La résorption de la masse des chômeurs nécessite, toutefois, un taux de croissance de 6%. La régionalisation avancée pourra apporter un point de PIB supplémentaire.
Avis d'expert
A conjoncture exceptionnelle, mesures exceptionnelles
«Dès le début, le ministère de l'Economie et des Finances a affirmé que le déficit budgétaire ne sera pas financé par le recours aux recettes de la privatisation. Dans ce cas, deux possibilités entrent en jeu. La première option est le recours à la dette extérieure, où l'on tend vers un taux de 60% du PIB, ce qui demeure, pour l'instant, maîtrisable mais au-delà cela posera des problèmes au niveau des finances publiques. La deuxième option est de creuser un peu plus le déficit en dépassant l'estimation initiale de 3,5%. Je crois que dans une conjoncture exceptionnelle, il faut déployer des mesures exceptionnelles. Dans ce sens, le recours à la privatisation demeure envisageable, bien que ce ne soit pas la mode aujourd'hui. Porter le déficit à 5-6% est à mon avis n'est pas la solution idoine, puisqu'on risque de perdre notre crédibilité auprès des organismes financiers internationaux et auprès des bailleurs de fonds. La maîtrise du déficit est un excellent indicateur de la bonne gestion des finances publiques et un signe de confiance pour les investisseurs. Donc, un déficit à 4% est jouable mais au-delà cela devient problématique.»
Driss Benali, économiste


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.