L'élevage avicole algérien affecté par la fragilité économique et les faiblesses technologiques    Contrôles pendant Ramadan: l'ONSSA se mobilise    Fusillade devant un hôpital à Paris: un mort et un blessé grave    Football / Ligue du Gharb : L'équipe «Al Achbal » remporte le tournoi des U12    Covid-19: Le Cameroun reçoit un don de 200.000 doses du vaccin Sinopharm    Mohamed Benchaâboun : « Il est nécessaire d'encourager la production de vaccins dans les pays en développement »    FRMF : Zakaria Aboub, seul rescapé de la restructuration de la DTN    Ligue des Champions : l'Afrique du nord en force en quarts de finale    Suivez le LIVE de l'émission « Ach Waq3 » de MFM Radio    Coronavirus : les déclarations chinoises sur une faible efficacité des vaccins sont un «malentendu»    Chtouka Ait Baha : Tout sur l'inscription les greniers collectifs au patrimoine mondial de l'UNESCO (Vidéo)    Un hommage au grand artiste Mohamed Melehi aura lieu en mai prochain à Marrakech    Football : mort d'un joueur après s'être effondré lors d'un match de championnat amateur    Maroc: Cours de change des devises étrangères contre le dirham pour lundi 12 avril    MM. Bourita et Le Drian réaffirment l'excellence des relations bilatérales    La Chine approvisionnera le Maroc de 10 millions de doses de vaccins courant avril et mai    DMG : de fortes averses orageuses et rafales de vent attendues mercredi et jeudi    Les clés de la solidarité pour ouvrir les portes du Ramadan.    Le président de la commune de Louta visé par une enquête    L'Arabie saoudite annonce le début du mois de Ramadan    Raja: ce qu'a dit El Bekkari après la victoire contre Pyramids (CAF)    La Fondation TGCC lance la première édition du Prix Mustaqbal    Nadir Yata incarnait une formidable force militante    Tanger: localisation de deux mineurs objets d'un avis de recherche dans l'intérêt des familles    L'Ouganda et la Tanzanie se lient pour la construction d'un oléoduc    Ramadan 2021: voici les horaires de travail dans les administrations au Maroc    Le Sahara marocain plombe la diplomatie algérienne et envenime les relations entre Alger et Paris    Pyramids-Raja: les buts du match (VIDEO)    Liga : Bounou, En-Nesyri et Munir attendus face au Celta Vigo    Selon le FMI, le Maroc sur une bonne trajectoire    Météo au Maroc: le temps qu'il fera ce lundi    Droits des sociétés : Les principales nouveautés    France: stupeur et condamnation après des actes ciblant les musulmans à l'approche du Ramadan    Lois électorales : Feu vert de la Cour constitutionnelle    JSK-RSB (0-0) : Les Berkanais se compliquent la tâche    Tijara 2020 : La formation du capital humain, un véritable levier de développement    Edito : Débat clos    Salé : Voici les lauréats du concours de sculpture métallique monumentale récompensés    Regain de tension dans le Donbass    Nora Iffa, une voyageuse engagée    Melehi et Chebaa à l'affiche    L'écriture poétique et l'esprit de l'amour… !    "L'Oiseau bleu " de Mouha Ouhdidou, Grand Prix du Festival national du court-métrage d'Oujda    Classement Forbes : deux Marocains parmi les milliardaires africains en 2021    Agence Bayt Mal Alqods : les lauréats du concours "Les couleurs d'Al Aqsa" primés    L'Association marocaine des droits des victimes tient son assemblée générale constitutive    Le Maroc à l'OMC: La révolution contre les déchets plastiques aura-t-elle lieu ?    Covid-19/Maroc : Séance commune des deux chambres du parlement lundi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Éditorial : Rétorsion du déficit
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 21 - 01 - 2004

On dirait que nos politiques sont amoureux de la presse étrangère à laquelle ils accordent la primeur, voire les secrets des dieux. Comme ce haut cadre qualifié par l'agence Reuters de source gouvernementale qui se confesse dans l'anonymat.
On dirait que nos politiques sont amoureux de la presse étrangère à laquelle ils accordent la primeur, voire les secrets des dieux. Comme ce haut cadre qualifié par l'agence Reuters de source gouvernementale qui se confesse dans l'anonymat.
Il n'est pas le premier et son délit de révéler le déficit réel du budget national à une agence de presse étrangère n'en est pas un face aux confidences d'autres informateurs malveillants envers leur pays. D'autant plus que la différence entre le déficit réel et le déficit apparent n'est aucunement ignorée des milieux d'affaires, qui sont au fait de la vérité des chiffres de notre économie. Autant dire que le gouvernement, et notamment le ministère des Finances, n'avaient pas à masquer les mauvais chiffres facilement repérables par les analystes financiers. Autant dire que l'orthodoxie budgétaire de Oualalou ne tient plus qu'aux recettes exceptionnelles pour tanguer avec les équilibres fondamentaux. Sans les recettes de privatisation et le Fonds Hassan II, le déficit budgétaire aurait largement dépassé les 3% du PIB. L'information donnée par l'agence Reuters, qui estime que le déficit varie entre 5,3 et 5,9%, est ainsi établie hors les recettes exceptionnelles précitées. Il n'y a rien de sorcier dans tout cela, sauf que le ministère de tutelle s'est habitué à ne donner que des bonnes nouvelles et à masquer les mauvaises. La politique de la vie en rose, qui défie la réalité d'un océan de l'épine et de la misère semble avoir de beaux jours devant elle, malgré le 16 mai et les colis piégés. Ceci étant, le ministre Oualalou, qui brille par une discrétion gênante, semble ne plus adhérer aux thèses contraignantes de la Banque mondiale et du FMI. Soit que l'exercice du pouvoir ait changé les convictions du député, soit qu'il ait été contraint par des dépenses prioritairement politiques à se dissocier de l'orthodoxie financière. Dans les deux de cas de figure, son camarade de parti et non moins rival, Habib El Malki, devrait jubiler à l'idée que son approche du déficit soit devenue la plus prédominante. Mais il ne faut pas oublier que les deux approches de maîtrise de déficit ou son extension ont toutes deux des effets pervers sur l'économie. Si l'austérité économique, appliquée avec vigueur depuis les années quatre-vingt, à réussi à maintenir les fondamentaux comme l'inflation et le déficit, il n'en demeure pas moins qu'elle a eu des effets pervers sur l'investissement et l'emploi, sources de tous les maux d'une société au bord de l'explosion.
L'endettement extérieur a peut-être sauvé le Maroc d'une crise cardiaque, mais elle a enfoncé des pans de la société dans le gouffre de la misère et de la délinquance islamiste ou autre. Les adeptes d'un déficit plus flexible argumentent leur choix par la nécessité pour le Maroc d'adopter un plan Marshall pour sortir de l'ornière du marasme économique. Ils donnent pour exemples la France et l'Allemagne, qui ont violé le pacte de stabilité de l'UE pour relancer leurs croissances respectives. Il en est de même pour les Etats-Unis, qui font fi de tous les déficits pour encourager l'emploi et l'investissement.
Encore faut-il, estiment certains analystes marocains, que ce dépassement budgétaire soit consacré à des gros chantiers générateurs d'un grand nombre d'emplois et non pas dans des dépenses de fonctionnement à connotation politique...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.