Tourisme : Un contrat programme de soutien et de relance signé    Échanges extérieurs: ce qu'il faut retenir du dernier bulletin de l'Office des changes    Beyrouth: au moins 40 Français blessés dans la double explosion    Donald Trump salue les réalisations du Maroc sous le leadership du Roi Mohammed VI    Officiel: L'état d'urgence sanitaire prolongé pour la 5ème fois au Maroc    US Round Up du jeudi 6 août – Eric M. Garcetti, Kodak, Jerry Falwell Jr., Alyssa Milano, Mississippi    Trafic de drogues et de psychotropes : Arrestation de trois individus à Tanger    Lions de l'Atlas    Soutien aux projets cinémato-graphiques : Le CCM prolonge les délais pour le dépôt des demandes    Cheb Kader revient avec 3 nouvelles chansons en septembre 2020    La prise de conscience collective du danger, arme efficace contre le virus    L'élan de conscience se renforce au Parlement européen    Pauvreté: en finir avec la «charité»    Explosions à Beyrouth: l'UE annonce une aide d'urgence    Pour une politique nationale de la recherche en migration sans discrimination! (3e partie)    «Lkeddid», une tradition héritée pour la conservation de la viande    Manchester United qualifié au détriment de LASK    Un acquis professionnel et une somme d'enseignements et de bonnes pratiques    Banques participatives: Mourabaha gagne du terrain    «Notre bijou architectural est un chef d'œuvre signé marocain!»    SundanceTV lance son 1er concours de courts-métrages en Afrique du Nord    Alerte santé au Maroc : Cette maladie « mange » les enfants dans une indifférence générale    Hydrogène : Comment le Maroc peut devenir le premier fournisseur de l'Union Européenne ?    Audi et Volkswagen : Nouveaux rebondissements dans l'affaire de truquage des moteurs diesel    Football: L'AS Rome reste propriété américaine    Ritz-Carlton Hotel confirme le maintien de ses projets au Maroc    Covid-19 : le Ministère mise sur le suivi à domicile pour décharger l'hôpital    Coronavirus : 18 nouveaux décès au Maroc (récap')    Sbata : nouvel effondrement d'immeuble    Hit Radio: Momo Morning Show reprendra en septembre    Après la blessure de Mbappé, nouveau coup dur pour le PSG    Transferts : Arda Turan de retour à Galatasaray    Météo Maroc: temps chaud ce jeudi avec des températures au dessus de la normale    Explosions à Beyrouth: Une Marocaine blessée    Message de condoléances de S.M le Roi au Président libanais    Le FUS, précurseur dans le trading de joueurs au Maroc    La DTN désigne 48 responsables techniques des ligues régionales    Fulham, vainqueur de Brentford, retrouve la Premier League    Nadal dit non à l'US Open et au calendrier infernal    Le CNDH présente son mémorandum sur le nouveau modèle de développement    "Les Khettaras au Maroc .. un patrimoine écologique", nouvel ouvrage de la Fondation Miftah Essaâd    Marc-Aurèle : Le Chemin de la sagesse    La Libye cible de folies hégémoniques    Le président portugais a envoyé un message au roi Mohammed VI    Le roi Mohammed VI a reçu un message du roi Abdallah II    Liberté religieuse: L'Algérie au ban de la communauté internationale    Bataille d'Oued Al-Makhazine : Une épopée lumineuse dans les annales de la résistance nationale contre les convoitises étrangères    Traite d'êtres humains : 151 cas en 2019    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une majorité de Britanniques pour un référendum sur le Brexit
Publié dans Libération le 28 - 07 - 2018

Une majorité de Britanniques est favorable à l'organisation d'un référendum sur les conditions du Brexit une fois que sera conclu un accord de séparation entre le Royaume-Uni et l'Union européenne, montre un sondage YouGov pour le journal The Times.
Interrogées sur l'éventualité d'une nouvelle consultation référendaire sur les termes de l'accord à venir entre Britanniques et Européens, 42% des personnes interrogées y sont favorables contre 40% qui ne jugent pas cette procédure nécessaire.
Le reste des 1.653 personnes consultées mercredi et jeudi dans l'ensemble du Royaume-Uni est sans opinion, précise le Times.
Cinquante-huit pour cent des électeurs travaillistes, 67% des libéraux démocrates et 21% des conservateurs souhaitent un second référendum sur les termes du divorce.
Lors du référendum du 23 juin 2016, 17,4 millions de Britanniques, soit 51,9%, s'étaient prononcés en faveur d'une sortie de l'Union européenne contre 48,1% qui s'étaient exprimés en faveur d'un maintien.
Deux ans après ce vote, le sondage de YouGov montre que la position de la majeure partie des électeurs n'a pas changé sur ce sujet.
Si un second référendum devait avoir lieu sur l'appartenance de la Grande-Bretagne au bloc communautaire, 45% voteraient pour le maintien, 42% pour le Brexit, 4% ne voteraient pas et 9% seraient indécis.
Par ailleurs, le négociateur en chef du Brexit pour l'UE Michel Barnier a assuré jeudi que le Royaume-Uni avait promis de nouvelles "propositions concrètes" pour surmonter leurs divergences sur la question de la frontière irlandaise, à l'issue d'un nouveau cycle de discussions à Bruxelles.
Le Français a également écarté une proposition de Londres concernant la relation future entre Londres et les 27, en assurant que l'UE "ne peut pas déléguer, et ne déléguera pas l'application de sa politique et de ses règles douanières" à un pays tiers.
"Nous voulons tous les deux conclure en octobre, avec un accord", a insisté M. Barnier, lors d'une conférence de presse avec le ministre britannique du Brexit, Dominic Raab, venu à Bruxelles clore un cycle de trois jours de travail entre les deux équipes de négociations.
"Je m'engage à insuffler une nouvelle énergie dans ces discussions, aux côtés de Michel. Nous avons convenu de nous revoir à la mi-août", a dit M. Raab.
Londres et Bruxelles sont censés parvenir à un accord d'ici la mi-octobre pour organiser leur divorce, programmé fin mars 2019, et jeter les bases de leur relation future, mais les Européens s'inquiètent de l'enlisement des discussions, sur fond de fragilité politique de la Première ministre conservatrice Theresa May.
MM. Barnier et Raab ont confirmé jeudi que la question de la frontière irlandaise restait l'un des principaux points d'achoppement malgré l'objectif commun des deux parties, qui est d'éviter le retour d'une frontière physique entre la province britannique d'Irlande du Nord et la République d'Irlande, qui restera dans l'UE.
"Le Royaume-Uni a promis de revenir vers nous avec des propositions concrètes sur la manière de répondre à nos préoccupations", a assuré Michel Barnier, qui a martelé la nécessité d'avoir un "filet de sécurité" ("backstop") pour garantir qu'il n'y aurait pas de frontière "dure" après le Brexit en Irlande.
Bruxelles demande notamment que l'Irlande du Nord puisse rester alignée pour une durée indéterminée sur la réglementation de l'UE en cas d'absence d'autre solution.
"Avec du pragmatisme de part et d'autre, je suis persuadé que nous pouvons trouver une solution viable", a répondu M. Raab, tout en jugeant pour sa part qu'un filet de sécurité ne pourrait s'appliquer "que pour une période limitée dans le temps".
Theresa May compte régler la question irlandaise par le biais de la nouvelle relation commerciale avec l'UE après le Brexit, avec une nouvelle "zone de libre-échange pour les biens", incluant un "arrangement douanier simplifié".
"L'UE ne peut pas déléguer, et ne déléguera pas l'application de sa politique et de ses règles douanières, de la perception de la TVA et des droits d'accises à un non-membre, qui ne serait pas soumis aux structures de gouvernance de l'UE", a cependant prévenu M. Barnier.
"Tout arrangement douanier ou union douanière -- et j'ai toujours dit que l'UE était ouverte à une union douanière -- doit respecter ce principe", a-t-il ajouté.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.