Visite de Pompéo : Les principales déclarations des responsables américains    PLF 2020 : Benchaâboun assure l'exécution rapide des décisions judiciaires    FIFM : Un bel hommage rendu à Robert Redford    Visite de Pompeo au Maroc: Le bilan    Taxe Gafa: Les hostilités relancées…    L'Otan adopte une déclaration finale    Informations    Enseignement: 2 écoliers sur 3 analphabètes!    Opep: Membres et partenaires se retrouvent à Vienne    Tilda Swinton, l'insaisissable icône du 7e art    L'Afrique n'est pas la principale source des flux migratoires    La lutte contre la sextorsion requiert des mécanismes développés de surveillance et de traçage    "Microfracture" pour Hazard, forfait pour le clasico    Infantino va entrer au CIO en janvier    Le WAC vise une cinquième victoire face au Mamelodi Sundowns en Ligue des champions    Ralentissement économique attendu dans près des deux tiers des villes du monde en 2020-21    Une nouvelle antenne de la BERD inaugurée à Agadir    La filière oléicole assure une entrée de devises équivalente à 1,8 milliard de DH par an au Maroc    Comment protéger vos données personnelles    Bertrand Tavernier : L'arrogance est l'ennemi déclaré du réalisateur    Jeremy Thomas : L'inventivité est primordiale même sans budget    Le cinéma australien brille de mille feux à Marrakech    Académie du Royaume du Maroc : Concert mémorable de l'orchestre de l'opéra national du Pays de Galles    Le PLF 2020 passe le cap des Conseillers    PLF2020: le RNI remonté contre le PJD, à cause de l'article 9    L'AMMC présente son guide de lutte contre le blanchiment d'argent    Arribat Center en feu !    Deuxième plainte de Huawei contre l'administration Trump    Australie: Des incendies fusionnent en un « mégafeu » au nord de Sydney    70e anniversaire de l'OTAN: Le sommet de la discorde…    Quarts de finale de la Coupe Mohammed VI : Le Raja contre le MC d'Alger ou Al Quwa Al Jawiya d'Irak    Coupes africaines : Wydad-Mamelodi Sundowns, deux géants qui se connaissent bien    JO 2022 : Les organisateurs cherchent 39.000 bénévoles    Tous à Londres, personne à Madrid!    PCM-PLS-PPS: Un parti, un référentiel et un combat    Nouvel élan pour les relations entre le Maroc et les Etats-Unis    18ème Festival international du film de Marrakech : Mouna Fettou dédie son hommage à son fils    Pyongyang s'inquiète d'une « rechute du gâtisme » de Trump    Hakimi en lice pour le titre des jeunes, Ziyech chez les grands    Lancement du plan national de lutte contre la mendicité des enfants    Salon de l'emploi : 1.000 postes à pourvoir pour une 1ère édition    Plusieurs partenariats ont été scellés lors du Forum économique Fès-Meknès : Des synergies innovantes se créent    «La mer est un personnage principal dans Lalla Aïcha»    Les Verts sont à Kinshasa. Coulisses d'un voyage    Le Congrès va entamer la rédaction de l'acte d'accusation de Trump    Fondation Al omrane : La 1ère classe préscolaire ouvre à Charafate    Météo: le temps qu'il fera ce vendredi    L'éducation à la petite enfance se porte bien, mais …    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une majorité de Britanniques pour un référendum sur le Brexit
Publié dans Libération le 28 - 07 - 2018

Une majorité de Britanniques est favorable à l'organisation d'un référendum sur les conditions du Brexit une fois que sera conclu un accord de séparation entre le Royaume-Uni et l'Union européenne, montre un sondage YouGov pour le journal The Times.
Interrogées sur l'éventualité d'une nouvelle consultation référendaire sur les termes de l'accord à venir entre Britanniques et Européens, 42% des personnes interrogées y sont favorables contre 40% qui ne jugent pas cette procédure nécessaire.
Le reste des 1.653 personnes consultées mercredi et jeudi dans l'ensemble du Royaume-Uni est sans opinion, précise le Times.
Cinquante-huit pour cent des électeurs travaillistes, 67% des libéraux démocrates et 21% des conservateurs souhaitent un second référendum sur les termes du divorce.
Lors du référendum du 23 juin 2016, 17,4 millions de Britanniques, soit 51,9%, s'étaient prononcés en faveur d'une sortie de l'Union européenne contre 48,1% qui s'étaient exprimés en faveur d'un maintien.
Deux ans après ce vote, le sondage de YouGov montre que la position de la majeure partie des électeurs n'a pas changé sur ce sujet.
Si un second référendum devait avoir lieu sur l'appartenance de la Grande-Bretagne au bloc communautaire, 45% voteraient pour le maintien, 42% pour le Brexit, 4% ne voteraient pas et 9% seraient indécis.
Par ailleurs, le négociateur en chef du Brexit pour l'UE Michel Barnier a assuré jeudi que le Royaume-Uni avait promis de nouvelles "propositions concrètes" pour surmonter leurs divergences sur la question de la frontière irlandaise, à l'issue d'un nouveau cycle de discussions à Bruxelles.
Le Français a également écarté une proposition de Londres concernant la relation future entre Londres et les 27, en assurant que l'UE "ne peut pas déléguer, et ne déléguera pas l'application de sa politique et de ses règles douanières" à un pays tiers.
"Nous voulons tous les deux conclure en octobre, avec un accord", a insisté M. Barnier, lors d'une conférence de presse avec le ministre britannique du Brexit, Dominic Raab, venu à Bruxelles clore un cycle de trois jours de travail entre les deux équipes de négociations.
"Je m'engage à insuffler une nouvelle énergie dans ces discussions, aux côtés de Michel. Nous avons convenu de nous revoir à la mi-août", a dit M. Raab.
Londres et Bruxelles sont censés parvenir à un accord d'ici la mi-octobre pour organiser leur divorce, programmé fin mars 2019, et jeter les bases de leur relation future, mais les Européens s'inquiètent de l'enlisement des discussions, sur fond de fragilité politique de la Première ministre conservatrice Theresa May.
MM. Barnier et Raab ont confirmé jeudi que la question de la frontière irlandaise restait l'un des principaux points d'achoppement malgré l'objectif commun des deux parties, qui est d'éviter le retour d'une frontière physique entre la province britannique d'Irlande du Nord et la République d'Irlande, qui restera dans l'UE.
"Le Royaume-Uni a promis de revenir vers nous avec des propositions concrètes sur la manière de répondre à nos préoccupations", a assuré Michel Barnier, qui a martelé la nécessité d'avoir un "filet de sécurité" ("backstop") pour garantir qu'il n'y aurait pas de frontière "dure" après le Brexit en Irlande.
Bruxelles demande notamment que l'Irlande du Nord puisse rester alignée pour une durée indéterminée sur la réglementation de l'UE en cas d'absence d'autre solution.
"Avec du pragmatisme de part et d'autre, je suis persuadé que nous pouvons trouver une solution viable", a répondu M. Raab, tout en jugeant pour sa part qu'un filet de sécurité ne pourrait s'appliquer "que pour une période limitée dans le temps".
Theresa May compte régler la question irlandaise par le biais de la nouvelle relation commerciale avec l'UE après le Brexit, avec une nouvelle "zone de libre-échange pour les biens", incluant un "arrangement douanier simplifié".
"L'UE ne peut pas déléguer, et ne déléguera pas l'application de sa politique et de ses règles douanières, de la perception de la TVA et des droits d'accises à un non-membre, qui ne serait pas soumis aux structures de gouvernance de l'UE", a cependant prévenu M. Barnier.
"Tout arrangement douanier ou union douanière -- et j'ai toujours dit que l'UE était ouverte à une union douanière -- doit respecter ce principe", a-t-il ajouté.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.