Bras de fer autour de Mellilia    La HACA sévit contre les dérapages : Carton rouge pour Radio Mars    Projet de loi organique sur la grève. L'impasse !    Procédure pénale. Aujjar livre sa copie    Sacré Maroc (12)    Habib El Malki invité à participer à la réunion de l'Assemblée parlementaire du Commonwealth    Le premier vice-président de la Chambre des conseillers décoré    Le Maroc primé à Libreville pour ses efforts en faveur de l'autonomisation de la femme    Maroc : 74% des ménages équipés en accès internet    Compact II : La CGEM et le MCA-Morocco main dans la main    Enquête L'Economiste-Sunergia/Petits équipements collectifs: Les chiffres montrent une nouvelle piste pour l'inclusion    Trésor: 4,6 milliards de DH de dividendes à fin juin    Al Omrane et le CNRST s'allient pour promouvoir la recherche en matière d'habitat    Commission des investissements : 9 projets à l'étude pour 5 MMDH    Hausse historique de 26,54% :Transport aérien : Plus de deux millions de passagers en juin    Les aviculteurs font leur bilan dans le cadre du Plan Maroc Vert    Trump se défend de tout racisme, silence des leaders républicains    Ursula von der Leyen verdit son discours pour convaincre le Parlement européen    La géopolitique du Maroc dans un nouvel ordre mondial en crise    L'Egypte expulse des supporters algériens après la demi-finale de la CAN    Au moins 180 morts de la mousson en Asie du Sud    Une délégation d'éminents hommes d'affaires africains en visite au Maroc    PSA augmente de 4,7% sa part de marché au Maroc    France. 282 personnes interpellées après la victoire de l'Algérie    L'organisation des Jeux Africains est un défi pour le Maroc, dixit Talbi Alami    Achraf Bencherki rejoint le Zamalek    La décision du TAS avant la fin du mois en cours    La FRMF dément la démission de Hervé Renard    Karaté. Le Maroc champion d'Afrique    L'Algérie mobilise 28 avions pour la finale    Un ancien footballeur sud-africain tué par balles    Football marocain : Les vraies questions à poser sur ce sport-passion    La loi-cadre de l'enseignement adoptée en commission parlementaire    Des braqueurs de camions sous les verrous    La plage Ba Kassem à Tanger hisse le Pavillon bleu pour la septième année consécutive    Lutte contre le sida en 2018: Ombres et lumière    Enquête L'Economiste-Sunergia/Petits équipements collectifs: A 33 contre 28, les jeux arrivent devant les espaces verts    Résultats du Bac: Nouveau record!    Le Groupe scolaire Jacques Chirac homologué    Rendez-vous, ce soir, avec l'éclipse lunaire    Fès : Plaidoyer pour la promotion de la diversité culturelle    Il était une fois Hassan Megri    L'actrice Lashana Lynch va devenir l'agent 007 mais James Bond reste un homme    De l'urgence d'un plan «Maroc Culture»    The «Morocco Corner» s'invite chez les Vikings    Vers la création d'une Caisse sociale pour les auteurs    Farid Chamekh : "Il faut s'inspirer de tout, sans plagier bien sûr"    Le Maroc, invité d'honneur de la Foire internationale du livre de Bruxelles    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les moto-taxis de Bangui sur la sellette
Publié dans Libération le 01 - 08 - 2018

Des motards sommés de faire demi-tour sous peine d'amende ou de se voir confisquer leur véhicule: une scène courante à Bangui où les moto-taxis viennent d'être interdits en centre-ville pour réduire accidents et entraves à la circulation.
Un essaim de moto-taxis en colère approche du PK0, un quartier du centre-ville de Bangui, barré par un groupe de policiers qui refoulent les motards avant de tirer en l'air avec leur kalachnikov. Deux motards sont arrêtés.
Après avoir rechargé leurs armes, les policiers se rassemblent pour hisser deux motos dans leur pick-up, tandis que leurs collègues assènent quelques claques aux conducteurs qui ont tenté de forcer le passage.
"Les moto-taxis sont la source de plusieurs inconvénients majeurs", explique Ange Maxime Kazagui, porte-parole du gouvernement centrafricain qui a interdit la circulation et le stationnement des moto-taxis depuis le 17 juillet.
Il évoque le stationnement anarchique en dehors des points autorisés et le nombre élevé d'accidents de la route.
"Des enfants meurent tous les jours, et 70% des lits en traumatologie sont occupés par des accidentés de la route", déplore-t-il.
A l'hôpital Sica 1, géré par Médecins sans frontières (MSF), les accidentés de la route représentent 75% des entrées aux urgences depuis janvier, soit plus de 500 personnes par mois.
"J'allais à des obsèques vers Damara, une voiture est arrivée en face et on est tombé", raconte un patient, les yeux rivés sur sa jambe droite immobilisée, tuméfiée et striée d'une cicatrice laissée par la fracture ouverte.
S'il n'existe pas de statistiques sur la proportion de moto-taxis impliqués dans des accidents de la route, les motards sont les plus exposés et sont en outre victimes de l'hostilité des automobilistes.
"On accuse les moto-taxis de tout, que ce sont des bandits, des drogués. Mais parfois ce sont les automobilistes qui font du banditisme. Ils te cognent sur la route et ils disent que c'est de ta faute car tu n'as pas de papiers!", s'indigne un chauffeur de moto-taxi.
En Centrafrique, de nombreux propriétaires de motos ne possèdent pas de cartes grises, et leurs conducteurs, surnommés "clandestins", roulent parfois sans permis ni assurance.
Le manque à gagner équivaut à 75.000 francs CFA (114 euros) par moto pour l'Etat, qui ne peut chiffrer avec précision le nombre des "clandestins" qui dépassent cependant les 21.000 taxi-motos enregistrés et syndiqués à Bangui, selon plusieurs estimations.
L'interdiction pour les motos-taxis de circuler en centre-ville témoigne de la volonté de lutter contre l'économie informelle, et d'augmenter les recettes fiscales de l'Etat, selon plusieurs syndicats de transporteurs.
Cette interdiction est la première mesure d'un vaste projet de loi visant à régulariser la profession de moto-taxis, afin de "structurer la filière, en partenariat avec les ministères de la Santé, de la Sécurité et des Transports", explique Ange Maxime Kazagui.
Un projet similaire avait été annoncé en 2016, sans voir le jour.
"Pour nous, c'est une bonne initiative de la part de l'Etat que de faire payer aux taxi-motos leur taxe, nous avions dénoncé cette concurrence déloyale", se félicite John Peter Fall-Issaka, membre du SCRBT, un syndicat de conducteurs de taxis et bus.
Cette tentative de régularisation est également soutenue par certains syndicats de moto-taxis.
"Il n'y a pas de problème, on était averti de l'interdiction, ce sont juste les clandestins qui posent problème", affirme un représentant syndical.
"La régularisation des taxi-motos va juste leur amener plus d'adhérents et de cotisations", grince de son côté un "clandestin".
Il affirme ne pas avoir les moyens de payer les 75.000 FCF, ni la cotisation syndicale de 25.000 FCFA (28 euros), pas plus que les remboursements journaliers de 7.500 FCFA (11,4 euros) qu'il doit au propriétaire de la moto.
Dans un pays où le chômage des jeunes fait des ravages, le taxi-moto "clandestin" reste le seul moyen de vivre pour de nombreux Centrafricains désoeuvrés sans ressources, estime le jeune homme.
"Grâce au taxi-moto, les vols et la criminalité ont diminué", pense cet habitant de Bangui, la capitale centrafricaine, relativement épargnée par les violences dans ce pays sous la coupe de groupes armés qui combattent pour le contrôle des ressources et de l'influence locale.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.