Comment l'affaire Hamieddine met le PJD dans la tourmente ?    Afrique. L'intégration des marchés financiers s'impose    L'ONU aurait besoin de 5 milliards de dollars pour le Yémen    Raja-Al Ismaily en 16è de finale retour de la Coupe arabe des clubs champions : Un match sous haute pression    Démantèlement d'une cellule terroriste composée de trois individus partisans de Daech    Bourse. Les transactions en baisse au cours du troisième trimestre    Administration publique. Une étude pour améliorer la qualité de service    PLF 2019 : Les conseillers livrent leur copie    Trêve commerciale entre la Chine et l'Allemagne    Merkel, Pedro Sanchez, Tsipras… à Marrakech    Conférence intergouvernementale sur la migration à Marrakech    La NASA dévoile l'existence d'une «usine chimique» dans l'espace    Gilets jaunes, Les mesures prises par Macron    Zones montagneuses. La commission interministérielle se dote d'un nouveau décret    Raja: apaiser la tension du staff technique    Le Wyadad et le Hassania en tête    Belgique: Charles Michel à la tête d'un gouvernement minoritaire    Salé : Arrestation d'un individu impliqué dans un accident de circulation mortel sous l'effet de l'alcool    Décès à Marrakech de l'icône de la chanson populaire marocaine Hamid Zahir    «Sabah wa Massa» ou l'amour entre vérité et mensonge    Qui est Murad Rais, le pirate marocain qui a pillé l'Islande ?    PLF 2019 : Benchaaboun fait le point sur les amendements    Remise à Casablanca des prix aux lauréats de l'African Entrepreneurship Award 2018    Transport maritime : L'Apram souffle sa 20ème bougie    Edito : Défenseur de migrants    CAN-2019 : le pays organisateur connu le « 9 janvier »    Divers Economie    Le droit d'asile et Alger : Ça fait deux    River triomphe de Boca : Finale aseptisée à Madrid    Pour une Coupe du monde des clubs élargie    Le WAC et le HUSA prennent les commandes de l'exercice Pro 1    Semaine décisive pour Theresa May et l'accord de Brexit    Amnesty réclame une enquête formelle sur les atrocités liées à Boko Haram    Le geste inspiré de l'Hôpital 20 Août 1953    News    Fléchissement des prix des produits alimentaires à travers le monde    China Trade Week de retour à Casablanca    Le bond du Maroc dans le classement Doing Business, un signal "fort" et "positif"    Olbia, une histoire engloutie vieille de 2.000 ans    Testament d'un livre    Botola Maroc Telecom : Une reprise difficile pour le Raja    Lutte contre le diabète : La Fondation Mohammed VI lance une campagne de dépistage    Le chanteur Hamid Zahir n'est plus !    Fès : Arrestation de deux individus en possession de 5.330 comprimés d'ecstasy    «Regarde-moi», l'autisme autrement    Festival international du Film de Marrakech : L'Etoile d'Or revient au film autrichien Joy de la réalisatrice Sudabeh Mortezai    BCIJ: Saisie d'environ 1 tonne de cocaïne et arrestation de 7 personnes    Trafic international de drogue et de psychotropes : Arrestation à Casablanca d'une Brésilienne en possession de 610 grammes de cocaïne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'ONU demande que l'armée soit exclue de la vie politique en Birmanie
Publié dans Libération le 19 - 09 - 2018

Des enquêteurs de l'ONU ont demandé mardi que l'armée birmane, encore toute puissante malgré l'avènement d'un gouvernement civil, soit exclue de la vie politique, exhortant au limogeage de ses chefs impliqués dans le "génocide" à l'encontre des musulmans rohingyas.
Le gouvernement civil doit "poursuivre le processus visant au retrait des militaires de la vie politique" et engager une révision de la Constitution en ce sens, écrivent les enquêteurs des Nations unies dans leur rapport final de 444 pages publié mardi.
Malgré l'arrivée au pouvoir en 2016 du gouvernement civil de la Prix Nobel de la Paix Aung San Suu Kyi, l'armée conserve une place centrale dans le régime politique birman.
Elle contrôle trois ministères régaliens, la Défense, l'Intérieur ainsi que les Frontières et supervise l'attribution d'un quart des sièges au Parlement, ce qui lui permet de bloquer tout amendement constitutionnel qui limiterait ses pouvoirs.
Les enquêteurs réclament aussi le limogeage des chefs militaires, demandant, comme ils l'avaient déjà fait dans un rapport d'étape fin août, que le chef de l'armée, Min Aung Hlaing, et cinq autres hauts gradés soient poursuivis pour "génocide", "crimes contre l'humanité" et "crimes de guerre".
Les enquêteurs recommandent que le Conseil de sécurité fasse appel à la Cour pénale internationale ou que soit établi un tribunal international ad hoc. Ils appellent aussi à des sanctions ciblées contre les auteurs de crimes et à un embargo sur les armes.
La Mission d'établissement des faits de l'ONU sur la Birmanie, qui n'a pas été autorisée à se rendre dans le pays, a interrogé plus de 850 victimes et témoins et s'est aussi appuyée sur des images satellite.
"Assassinats", "disparitions", "torture", "violences sexuelles", "travail forcé", le rapport détaille une longue liste d'exactions commises à l'encontre des Rohingyas qui constituent "les crimes les plus graves au regard du droit international".
Il exhorte à "la fin de toutes les opérations militaires (...) illégales, inutiles ou disproportionnées, en particulier lorsqu'elles visent des civils" et demande aux autorités birmanes de "ne pas faire obstacle au retour sûr et durable" des membres de la minorité ethnique musulmane.
Plus de 700.000 Rohingyas ont fui en 2017 les violences de l'armée et de milices bouddhistes, trouvant refuge au Bangladesh voisin où ils vivent depuis dans d'immenses campements de fortune.
Un accord de rapatriement a été signé entre la Birmanie et le Bangladesh fin 2017, mais dix mois plus tard le processus est au point mort, les deux pays se rejetant mutuellement la faute. Les réfugiés rohingyas refusent, quant à eux, de revenir jusqu'à ce que leur sécurité et leurs droits soient garantis.
La mission onusienne demande aussi au gouvernement birman, en coordination avec la Croix-Rouge et le Bangladesh, d'identifier le nombre de personnes tuées ou portées disparues.
Les informations recueillies par ses enquêteurs suggèrent que l'estimation de 10.000 morts, avancée par Médecins sans frontières (MSF), est "prudente".
Elle demande aussi la libération des deux reporters de Reuters, Wa Lone et Kyaw Soe Oo, condamnés à sept ans de prison pour "atteinte au secret d'Etat" alors qu'ils enquêtaient sur des exactions commises par l'armée et pointe du doigt l'éventuelle responsabilité de Facebook et d'autres réseaux sociaux, qui ont pu servir de relais à la propagande dispensée par les militaires birmans durant la crise.
Les enquêteurs de l'ONU avaient déploré fin août que le prix Nobel de la Paix, Aung San Suu Kyi, n'ait "pas utilisé sa position de facto de chef du gouvernement, ni son autorité morale, pour contrer ou empêcher" les violences.
Aung San Suu Kyi, très critiquée pour son silence dans cette affaire, au point d'être qualifiée de "porte-parole des militaires" par un haut responsable de l'ONU, s'est montrée mi-septembre imperméable aux accusations, se contentant d'indiquer que l'armée aurait pu "mieux gérer" la crise.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.