LDC: ce qu'a dit l'entraîneur du WAC sur le but refusé d'El Karti    Compteur coronavirus :112 nouveaux cas, 6.171.437 personnes vaccinées    Le beau message de Saad Lamjarred à Khadija Assad (VIDEO)    Frappe aérienne à Gaza: 10 membres d'une famille tués    Le sport est un vecteur de rapprochement des peuples, affirme l'ambassadeur du Maroc en Afrique du Sud    Israël détruit l'immeuble des médias à Gaza    Deux tornades frappent la Chine : le bilan passe à 12 morts    Une sûreté sur tous les fronts: La DGSN fête son 65 anniversaire    Les célébrités marocaines rendent hommage à Hammadi Ammor (PHOTOS)    Soutien à la Palestine: le chanteur Ahmed Chaouki devient la risée de la Toile (PHOTOS)    Marrakech : « Kwayria », la plateforme de promotion des jeunes talents du ballon rond (Reportage)    DGSN : 65 ans d'existence et d'abnégation    L'ECONOMIE, OTAGE D'UN VIRUS    Le roi Mohammed VI écrit au président du Paraguay    Décès de Hammadi Ammor: les confessions touchantes de son fils (VIDEO)    Condamnation unanime de l'accueil par l'Espagne du chef du Polisario    Ingérence Iranienne au Sahara: Téhéran se voile la face    Exploration de l'espace : la Chine réussit à poser un robot sur la planète Mars    Maroc-Rwanda: Vers un retrait de la reconnaissance de la RASD par Kigali?    L'Egypte ouvre sa frontière avec Gaza pour évacuer des blessés    Le Gunner déchu, Matteo Guendouzi, annoncé de retour en France    Mesures restrictives: Les Marocains sont à bout    Covid-19 : L'OMS prédit un bilan plus élevé en 2021    Inde: Les exportations agricoles en hausse de 17,5% en 2020-2021    Le mouvement "Neturei Karta" appelle à présenter les criminels de l'entité sioniste devant la CPI (WAFA)    Documentaire: Ne manquez pas "Homo Sapiens: les nouvelles origines" sur 2M, ce dimanche à 21h50    Heure GMT+1 au Maroc: n'oubliez pas de régler vos montres    Le Roi Mohammed VI ordonne l'envoi d'une aide humanitaire d'urgence à la Palestine    Innovations financières: BAM engagé pour le développement des fintechs    L'acteur marocain Hammadi Ammor n'est plus    Programme foot: les matchs à suivre ce week-end    E-commerce : Les nouvelles attentes des clients (étude internationale)    Une association bulgare dénonce l'accueil par l'Espagne de Brahim Ghali    Coronavirus : le Royaume-Uni accélère l'administration de la deuxième dose    Bassin hydraulique de Sebou : Un taux de remplissage des barrages de 74%    VIDEO. Casablanca: le parc de la Ligue arabe comme vous ne l'avez jamais vu    Maroc/Météo: Temps passagèrement nuageux ce samedi 15 mai    Josep Borell : L'UE suit de près la situation des droits de l'homme en Algérie    Fiorentina : Sofyan Amrabat n'est pas satisfait    Les confidences de Munir El Haddadi sur son choix pour le Maroc    Palestiniens censurés, nouvelles conditions d'utilisation de Whatsapp... dans la "Chronique Geek" de la semaine    65e anniversaire des Forces armées royales : message de fidélité et de loyalisme de la famille des FAR au Roi    Un politologue espagnol porte plainte contre Brahim Ghali    Podcast: Punk, en toute transparence    Usurpation de l'identité visuelle du parlement européen : Les eurodéputés s'attaquent aux manoeuvres du Polisario    Rabat : Goethe-Institut organise une exposition autour de la migration du 17 mai au 04 juin    La SNRT a affiché une tendance haussière pendant le Ramadan    "La femme dans le cinéma marocain, devant et derrière la caméra": L'hommage mérité aux comédiennes et cinéastes marocaines    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'ONU demande que l'armée soit exclue de la vie politique en Birmanie
Publié dans Libération le 19 - 09 - 2018

Des enquêteurs de l'ONU ont demandé mardi que l'armée birmane, encore toute puissante malgré l'avènement d'un gouvernement civil, soit exclue de la vie politique, exhortant au limogeage de ses chefs impliqués dans le "génocide" à l'encontre des musulmans rohingyas.
Le gouvernement civil doit "poursuivre le processus visant au retrait des militaires de la vie politique" et engager une révision de la Constitution en ce sens, écrivent les enquêteurs des Nations unies dans leur rapport final de 444 pages publié mardi.
Malgré l'arrivée au pouvoir en 2016 du gouvernement civil de la Prix Nobel de la Paix Aung San Suu Kyi, l'armée conserve une place centrale dans le régime politique birman.
Elle contrôle trois ministères régaliens, la Défense, l'Intérieur ainsi que les Frontières et supervise l'attribution d'un quart des sièges au Parlement, ce qui lui permet de bloquer tout amendement constitutionnel qui limiterait ses pouvoirs.
Les enquêteurs réclament aussi le limogeage des chefs militaires, demandant, comme ils l'avaient déjà fait dans un rapport d'étape fin août, que le chef de l'armée, Min Aung Hlaing, et cinq autres hauts gradés soient poursuivis pour "génocide", "crimes contre l'humanité" et "crimes de guerre".
Les enquêteurs recommandent que le Conseil de sécurité fasse appel à la Cour pénale internationale ou que soit établi un tribunal international ad hoc. Ils appellent aussi à des sanctions ciblées contre les auteurs de crimes et à un embargo sur les armes.
La Mission d'établissement des faits de l'ONU sur la Birmanie, qui n'a pas été autorisée à se rendre dans le pays, a interrogé plus de 850 victimes et témoins et s'est aussi appuyée sur des images satellite.
"Assassinats", "disparitions", "torture", "violences sexuelles", "travail forcé", le rapport détaille une longue liste d'exactions commises à l'encontre des Rohingyas qui constituent "les crimes les plus graves au regard du droit international".
Il exhorte à "la fin de toutes les opérations militaires (...) illégales, inutiles ou disproportionnées, en particulier lorsqu'elles visent des civils" et demande aux autorités birmanes de "ne pas faire obstacle au retour sûr et durable" des membres de la minorité ethnique musulmane.
Plus de 700.000 Rohingyas ont fui en 2017 les violences de l'armée et de milices bouddhistes, trouvant refuge au Bangladesh voisin où ils vivent depuis dans d'immenses campements de fortune.
Un accord de rapatriement a été signé entre la Birmanie et le Bangladesh fin 2017, mais dix mois plus tard le processus est au point mort, les deux pays se rejetant mutuellement la faute. Les réfugiés rohingyas refusent, quant à eux, de revenir jusqu'à ce que leur sécurité et leurs droits soient garantis.
La mission onusienne demande aussi au gouvernement birman, en coordination avec la Croix-Rouge et le Bangladesh, d'identifier le nombre de personnes tuées ou portées disparues.
Les informations recueillies par ses enquêteurs suggèrent que l'estimation de 10.000 morts, avancée par Médecins sans frontières (MSF), est "prudente".
Elle demande aussi la libération des deux reporters de Reuters, Wa Lone et Kyaw Soe Oo, condamnés à sept ans de prison pour "atteinte au secret d'Etat" alors qu'ils enquêtaient sur des exactions commises par l'armée et pointe du doigt l'éventuelle responsabilité de Facebook et d'autres réseaux sociaux, qui ont pu servir de relais à la propagande dispensée par les militaires birmans durant la crise.
Les enquêteurs de l'ONU avaient déploré fin août que le prix Nobel de la Paix, Aung San Suu Kyi, n'ait "pas utilisé sa position de facto de chef du gouvernement, ni son autorité morale, pour contrer ou empêcher" les violences.
Aung San Suu Kyi, très critiquée pour son silence dans cette affaire, au point d'être qualifiée de "porte-parole des militaires" par un haut responsable de l'ONU, s'est montrée mi-septembre imperméable aux accusations, se contentant d'indiquer que l'armée aurait pu "mieux gérer" la crise.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.