SM le roi reçoit le président du gouvernement Espagnol Pedro Sanchez    Alger fait le dos rond    Madrid réitère son soutien aux efforts de l'ONU pour une solution politique et durable à la question du Sahara    Un projet royal mis sur les rails    Ghosn Gate. Qu'est-il reproché à l'homme puissant de Renault-Nissan?    Les jeunes golfeur marocains se distinguent lors des 19ème Championnats Panarabes Juniors    Dir iddik Summit, le nouveau rendez-vous incontournable du volontariat par inwi    Rabat : Pedro Sanchez annonce un forum économique maroco-espagnol    Flash hebdomadaire    Comment BAM a bravé la crise    La princesse Lalla Hasnaa reçoit à Tokyo plusieurs femmes japonaises leaders dans différents domaines    FIFM: Hommage à Jillali Ferhati    Migration : L'Espagne veut débloquer le budget européen    Arabie saoudite : Le roi Salmane fait l'éloge de l'appareil judiciaire sans mentionner Khashoggi    Les diplomates de l'UE valident le projet de Brexit    CMC : PLF 2019, un budget aux objectifs potentiellement contradictoires    Vidéo – Casablanca : Une habitation s'effondre (encore) au cœur de la Médina    La Chine tient son propre soleil artificiel    L'acteur Tarik Bakhari en deuil suite au décès de son fils    Conversation téléphonique et commérages, le sketch hilarant de The Tberguig !    Arrivée à Rabat du président du gouvernement espagnol    La France veut augmenter les frais de scolarité pour les non-européens    La Fondation Attijariwafa bank, partenaire de la 12e édition de la caravane AMGE    La HACA présente son bilan 2016-2017    CSEFRS/UNICEF. Comment lutter contre les inégalités éducatives    Point de vue : La jeunesse nous met face à nos responsabilités!    Aide à la production cinématographique : 16 projets subventionnés    CAN-2019 : Première qualification pour la Mauritanie    Le cheval Taymour remporte le Grand Prix de SM le Roi Mohammed VI du pur-sang Arabe    Amazigh. Les parlementaires appelés à rapprocher leurs visions    Financement sportif. Comment rétablir la confiance des investisseurs    La Renaissance de Berkane remporte la coupe du trône, la toute première de son histoire    Sanofi récompense les travaux de recherche sur le diabète au Maroc    Takrim 2018: L'inventeur marocain Rachid Yazami remporte le prix Innovation scientifique et technologique    Les relations maroco-libanaises en débat à la FSJES de Mohammedia    Grâce au PSOE et au PP, le Parlement espagnol n'a pas servi de lieu de propagande séparatiste    Un collectif espagnol dénonce l'instrumentalisation de la question féminine par le Polisario    China Trade Week Morocco 2018 se tiendra à Casablanca    La CDG présente à Rabat son programme international pour l'Afrique    Divers    Michael Gove, l'improbable sauveur de Theresa May    Pourquoi l'équipe de France est passée au travers    Doublement gagnant    News    Le Maroc à la conquête de l'espace    Les manifestations des "Gilets jaunes" ont fait un mort et plus de 400 blessés    Dakhla abrite la 11ème édition du Festival de la mode africaine    Le Liban invité d'honneur au Festival international du cinéma d'auteur    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Jack Lang : Ceux qui ont suscité la polémique contre l'enseignement de l'arabe sont en vérité des xénophobes et leurs arguments sont absurdes
Publié dans Libération le 22 - 10 - 2018


Suite à la polémique engagée sur
l'enseignement de l'arabe en France, Libé a interviewé Jack Lang, ancien ministre de la Culture et de l'Education
nationale et actuel président de l'Institut du Monde arabe, un homme qui connaît de près ces enjeux linguistiques.
Libé : Vous avez déjà déclaré qu'en France on n'enseigne pas assez l'arabe. Est-ce que votre déclaration est toujours de mise après la polémique engagée en France autour de ce sujet ?
Jack Lang : Oui absolument, je trouve anormal que dans un pays lié au monde arabe de diverses manières, l'arabe soit si peu enseigné dans les écoles publiques aussi bien à l'école primaire, qu'au collège et au lycée. Quand j'ai été moi-même ministre de l'Education nationale, j'avais mis au point un plan de développement de la langue arabe depuis la petite école jusqu'à l'université. Je demande que les pouvoirs publics prennent des mesures pour que cette langue, la 5ème pratiquée au monde, soit apprise par les élèves s'ils le souhaitent. Il faut donner la possibilité concrète de le faire.
A l'Institut du monde arabe, on offre un enseignement de grande qualité et malheureusement on doit refuser des élèves petits ou grands, faute de place. Ce qui montre qu'il y a une demande et une attente. Et si l'école publique ne fait pas son travail, ce sont des officines islamistes ou autres qui vont enseigner l'arabe d'une façon orientée en prodiguant parfois des idéologies obscurantistes.
Pourquoi à votre avis l'école publique en France ne joue pas son rôle pour enseigner une langue aussi importante que l'arabe ?
Je dirais globalement que depuis quelques années, il y a un recul du plurilinguisme. Il y a d'abord la langue nationale qu'il faut enseigner solidement et sérieusement. Ensuite, l'anglais finit par devenir la principale langue étrangère, ce n'est pas normal que d'autres langues soient sacrifiées, l'allemand, l'italien, un peu moins l'espagnol. Le chinois réussit à se faire une petite place. Mais moi, je considère que dans un pays comme la France, on doit donner aux jeunes la possibilité d'apprendre des langues vivantes et apprendre deux langues vivantes étrangères parfaitement. On observe que plus on apprend des langues, mieux on les parle. D'ailleurs, l'exemple marocain est là, vous-même vous parlez souvent et le français et l'arabe et parfois aussi le berbère.
Ne croyez-vous pas qu'enseigner l'arabe en France présente un enjeu politique, vu les relations de la France avec l'Orient, la guerre d'Algérie, la polémique virulente dans les médias chaque fois qu'on parle de cette langue malgré sa présence très ancienne dans les universités françaises depuis François Ier ?
En France, il y a quelques extrémistes, quelques imbéciles, quelques crétins. Il y a partout des crétins, des imbéciles et des ignorants. Il y a aussi des xénophobes qui utilisent n'importe quel sujet pour faire peur et pour créer l'angoisse et l'inquiétude. Ceux qui ont suscité la polémique contre l'enseignement de l'arabe sont en vérité des xénophobes et leurs arguments sont absurdes. Je crois que le devoir de la République, c'est de dire « nous devons prendre toutes les mesures pour enseigner la langue arabe. C'est une très grande langue de civilisation et de culture qui par ailleurs offre aux élèves qui l'apprennent à la fois des débouchés et des possibilités de travail et d'emploi mais également un savoir et une culture.
Quels sont les grands axes de la programmation de l'Institut du monde arabe cette année ?
Parler de la programmation de l'IMA en quelques minutes, c'est presque impossible. Cette année, on a une programmation très dense et riche. En ce moment, on consacre la programmation au poète palestinien Mahmoud Darwich. Des concerts, des chorégraphies, des expositions, des spectacles, les temps forts seront samedi et dimanche. Ensuite, on va braquer les projecteurs sur des pays, par exemple sur la musique des jeunes Tunisiens, un peu plus tard sur la musique électronique marocaine. Puis, il y a un très grand événement consacré à Palmyre, Alep et Mossoul, trois cités millénaires qui ont été attaquées par Daech. Grâce à de nouvelles technologies, nous avons ressuscité les trois cités. Ce sera une découverte magique et étonnante et on pourra découvrir ces villes comme elles étaient avant d'être attaquées par Daech, tel qu'elles sont aujourd'hui et comment elles peuvent devenir s'il y a un jour une véritable restauration. Ensuite, il y aura d'autres manifestations sur le football et le monde arabe.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.