Vidéo – Achraf Bencharki signe un magnifique doublé et délivre Lens    LdC : Le Wydad laisse des plumes en Afrique du sud    La DGSN se dote d'un système informatisé pour les amendes    Buzz – Bill Gates, le milliardaire qui fait la queue    Tunisie : Une deuxième grève générale prévue pour février    Pargneaux : La Maroc, exemple africain dans la lutte contre le chômage des jeunes    LdC : Le Wydad ne pourra pas aligné son meilleur joueur de l'année    Diapo – Un fourgon transportant 17 millions de dirhams se renverse    Ghazali : La stratégie énergétique du Maroc est fondée sur les énergies renouvelables    Création d'un registre national pour organiser les médias numériques    Organisation du programme jeunes Marocains ambassadeurs des Nations-Unies à Casablanca    Bourita appelle à la création d'un "G10 Méditerranée"    Benchamach œuvre à renforcer les relations maroco-saoudienne    Le Forum international de l'étudiant fait escale à Dakhla    "Gilets jaunes" : A nouveau dans les rues malgré le "Grand débat" lancé par le gouvernement    Fortes pluies dans plusieurs provinces du Royaume    "Afrique du Rire" : Deuxième édition ouverte ce vendredi à Abidjan    VIDEO - Corniche Aïn Diab : Le cri de colère d'une femme à mobilité réduite    2,4 MMDH consacrés à la gestion des déchets ménagers en 10 ans    Casablanca : 5 ans de prison pour chacun des membres d'une bande de malfrats    Deux jeunes hommes se suicident à Nador et Chtouka Aït Baha    El Othmani : Le Maroc « parie sur la transformation digitale »    Fespaco 2019 : «Indigo» de Selma Bargach en lice pour l'Etalon d'or de Yennenga    Musée Saint Laurent: Les 4 expos de cette nouvelle année    Marrakech : Localisation d'une ressortissante danoise portée disparue    Triple candidature pour l'organisation du Mondial-2030 : Le verdict dans quatre ans    Divers sportifs    Le scénario à 48 équipes toujours en gestation    Federica Moghrerini reçue en audience par S.M le Roi Mohammed VI    Habib El Malki : Le Royaume est attaché à sa stratégie de partenariat avec l'UE    Réunion du Bureau de la Chambre des représentants    Donald Trump, le show et le chaos    Andy Murray aura bientôt droit à sa statue à Wimbledon    Trump et Pelosi à couteaux tirés autour du "shutdown"    L'IS représente 15,3% des recettes fiscales en Afrique    Le prix du cannabis au Canada en hausse après la légalisation    Le Kluster CFCIM labellisé par la CCG    Des investisseurs italiens saluent les performances économiques réalisées au Maroc    Ligue des champions : Le WAC en force à Pretoria    Brad Pitt moqué sur la Toile    Selena Gomez fière de la personne qu'elle devient    Kim Kardashian bientôt maman pour la quatrième fois    « Chantons Notre Patrimoine Commun », le spectacle placé sous le signe du vivre ensemble    Algérie : la date de l'élection présidentielle fixée le 18 avril    Le Zamalek ne lâchera pas Hamid Ahaddad    SM le roi Mohammed VI reçoit Federica Mogherini au Palais Royal    Nouvel an Amazigh : À quand Yennayer au Maroc?    Brexit : Les discussions entre May et l'opposition dans l'impasse    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Jack Lang : Ceux qui ont suscité la polémique contre l'enseignement de l'arabe sont en vérité des xénophobes et leurs arguments sont absurdes
Publié dans Libération le 22 - 10 - 2018


Suite à la polémique engagée sur
l'enseignement de l'arabe en France, Libé a interviewé Jack Lang, ancien ministre de la Culture et de l'Education
nationale et actuel président de l'Institut du Monde arabe, un homme qui connaît de près ces enjeux linguistiques.
Libé : Vous avez déjà déclaré qu'en France on n'enseigne pas assez l'arabe. Est-ce que votre déclaration est toujours de mise après la polémique engagée en France autour de ce sujet ?
Jack Lang : Oui absolument, je trouve anormal que dans un pays lié au monde arabe de diverses manières, l'arabe soit si peu enseigné dans les écoles publiques aussi bien à l'école primaire, qu'au collège et au lycée. Quand j'ai été moi-même ministre de l'Education nationale, j'avais mis au point un plan de développement de la langue arabe depuis la petite école jusqu'à l'université. Je demande que les pouvoirs publics prennent des mesures pour que cette langue, la 5ème pratiquée au monde, soit apprise par les élèves s'ils le souhaitent. Il faut donner la possibilité concrète de le faire.
A l'Institut du monde arabe, on offre un enseignement de grande qualité et malheureusement on doit refuser des élèves petits ou grands, faute de place. Ce qui montre qu'il y a une demande et une attente. Et si l'école publique ne fait pas son travail, ce sont des officines islamistes ou autres qui vont enseigner l'arabe d'une façon orientée en prodiguant parfois des idéologies obscurantistes.
Pourquoi à votre avis l'école publique en France ne joue pas son rôle pour enseigner une langue aussi importante que l'arabe ?
Je dirais globalement que depuis quelques années, il y a un recul du plurilinguisme. Il y a d'abord la langue nationale qu'il faut enseigner solidement et sérieusement. Ensuite, l'anglais finit par devenir la principale langue étrangère, ce n'est pas normal que d'autres langues soient sacrifiées, l'allemand, l'italien, un peu moins l'espagnol. Le chinois réussit à se faire une petite place. Mais moi, je considère que dans un pays comme la France, on doit donner aux jeunes la possibilité d'apprendre des langues vivantes et apprendre deux langues vivantes étrangères parfaitement. On observe que plus on apprend des langues, mieux on les parle. D'ailleurs, l'exemple marocain est là, vous-même vous parlez souvent et le français et l'arabe et parfois aussi le berbère.
Ne croyez-vous pas qu'enseigner l'arabe en France présente un enjeu politique, vu les relations de la France avec l'Orient, la guerre d'Algérie, la polémique virulente dans les médias chaque fois qu'on parle de cette langue malgré sa présence très ancienne dans les universités françaises depuis François Ier ?
En France, il y a quelques extrémistes, quelques imbéciles, quelques crétins. Il y a partout des crétins, des imbéciles et des ignorants. Il y a aussi des xénophobes qui utilisent n'importe quel sujet pour faire peur et pour créer l'angoisse et l'inquiétude. Ceux qui ont suscité la polémique contre l'enseignement de l'arabe sont en vérité des xénophobes et leurs arguments sont absurdes. Je crois que le devoir de la République, c'est de dire « nous devons prendre toutes les mesures pour enseigner la langue arabe. C'est une très grande langue de civilisation et de culture qui par ailleurs offre aux élèves qui l'apprennent à la fois des débouchés et des possibilités de travail et d'emploi mais également un savoir et une culture.
Quels sont les grands axes de la programmation de l'Institut du monde arabe cette année ?
Parler de la programmation de l'IMA en quelques minutes, c'est presque impossible. Cette année, on a une programmation très dense et riche. En ce moment, on consacre la programmation au poète palestinien Mahmoud Darwich. Des concerts, des chorégraphies, des expositions, des spectacles, les temps forts seront samedi et dimanche. Ensuite, on va braquer les projecteurs sur des pays, par exemple sur la musique des jeunes Tunisiens, un peu plus tard sur la musique électronique marocaine. Puis, il y a un très grand événement consacré à Palmyre, Alep et Mossoul, trois cités millénaires qui ont été attaquées par Daech. Grâce à de nouvelles technologies, nous avons ressuscité les trois cités. Ce sera une découverte magique et étonnante et on pourra découvrir ces villes comme elles étaient avant d'être attaquées par Daech, tel qu'elles sont aujourd'hui et comment elles peuvent devenir s'il y a un jour une véritable restauration. Ensuite, il y aura d'autres manifestations sur le football et le monde arabe.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.