L'UIR renforce sa coopération avec l'université des sciences juridiques et politiques de Bamako    Ministre des Affaires étrangères du Cap-Vert : Nous soutenons l'entrée du Maroc au Cedeao    Fathallah Sijilmassi présente son dernier ouvrage à Bruxelles    « Engagement et citoyenneté 2.0 », table ronde pour entamer la 5ème édition du Forum euro-méditerranéen des Jeunes Leaders d'Essaouira    Le Maroc réélu membre du conseil d'administration de l'Euromed Postal    MEDays : Appel à une approche ascendante du multilatéralisme    Après la défaite face à la Mauritanie, Halilhodzic commente...    Les régions montagneuses se préparent à lutter contre les effets du froid    Sao Tomé-et-Principe réaffirme son soutien à la marocanité du Sahara    Après le buzz de la vidéo le montrant en train de négocier l'allègement d'une peine, la police arrête un "semsar"    Suite à l'alerte météo, le ministère de l'Equipement appelle à la vigilance    Le Maroc signe la Convention révisée sur la reconnaissance des diplômes et autres titres de l'enseignement supérieur    AFRIQUIA met à la disposition du Hassania 50 autocars pour assister à cette finale de la coupe du Trône    Concurrence: Comment s'adapter aux mutations du marché    Sommet des BRICS La guerre commerciale fait encore parler d'elle    Jury au festival international du film, Asma Graumiche va faire rayonner le Maroc au Caire    Derby Casablanca : Le Wydad procédera à la vente des billets en ligne    Washington et les Européens étalent leurs divisions sur les jihadistes détenus en Syrie    Quatre visages pour raconter : La Havane, à l'aube de ses 500 ans    La vérité sur "l'échange de coups de feu" à Tanger    La culture marocaine dans ses multiples facettes en vedette à Toronto    Les indices Amadeus mis en avant à Tanger    En Afrique du Sud, le sel sacré qui épice la grande cuisine    Présentation du nouveau staff technique du Raja    L'hommage posthume de la famille du basket à Abderrahmane Sebbar    Khalid Echajari s'adjuge l'Open national des échecs à El Jadida    L'agroalimentaire marocain, un secteur en pleine expansion en Afrique    L'industrie 4.0, une opportunité à saisir pour accéder à un nouveau palier de développement    Le Maroc et les Maldives signent 4 accords de coopération bilatérale    Vincenzo Amendola : Le Maroc, un partenaire crédible de l'Italie et de l'Union européenne    Les révélations fracassantes de Jamie Lee Curtis    Forum des ministres de la culture à Paris    Ce que la reine Elisabeth apprécie le plus chez Kate Middleton    Miley Cyrus opérée des cordes vocales    Nicki Minaj gâtée pour son mariage    Ben Affleck à l'affiche d'"Hypnotic"    Special Olympics Morocco : 160 jeunes participants éduqués par le sport    Vidéo : L'école marocaine vue par The Tberguig !    Dans son nouveau clip : Xena Aouita illustre dans «Metamorph» la transformation humaine    Casablanca : Vernissage de l'exposition « autremême » d'Abdelkébir Rabi'    Kamal Hachkar rend hommage à Neta Elkayam    Chili. 30 ans après, la Constitution de Pinochet va être révisée    Eliminatoires de la CAN 2021 / Maroc-Mauritanie : Premier véritable test pour Halilhodzic    Le PPS condamne l'agression sioniste contre la Palestine    Rabat lance son nouveau mode de transport urbain «Tram'Bus»    Forum d'affaires Nigeria-Maroc : L'importance de la coopération Sud-Sud en agriculture mise en exergue    Lors d'une journée d'étude organisée à la Chambre des conseillers, Mohamed Benabdelkader : Mettre l'arsenal juridique au diapason de l'évolution de la société    Insolite : Arrêtée avec 2 kilos d'or dans ses chaussures    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Malgré procès et scandales, l'argent reste tabou dans le sport universitaire américain
Publié dans Libération le 23 - 10 - 2018

Dessous de table, avantages en nature: les pratiques discutables du sport universitaire américain de haut niveau ont été mises au jour à New York lors d'un procès historique, mais le milieu n'est pas pressé de se réformer, laissant amateurisme et argent faire mauvais ménage.
Facultés ou joueurs, des noms parmi les plus prestigieux du basket universitaire ont été cités lors de ce procès inédit, dont les débats se sont achevés jeudi.
Dennis Smith Jr., aujourd'hui meneur de jeu titulaire des Dallas Mavericks en NBA, mais aussi la jeune recrue la plus en vue de la ligue de basket professionnelle nord-américaine cette saison, Deandre Ayton (Phoenix Suns), auraient tous deux bénéficié, avec de nombreux autres, de pots-de-vin pour les inciter à s'engager pour telle ou telle université alors qu'ils n'étaient que lycéens, selon un témoin.
L'impossible équation d'un milieu générant (pour le basket et le football américain) des milliards de dollars, dont les athlètes ne voient que des miettes, était là exposée.
A titre d'exemple, l'entraîneur de l'équipe de football américain de l'université d'Alabama, Nick Saban, cinq fois champion ces dix dernières années, reçoit un salaire annuel de 8,3 millions de dollars.
Mais sur le banc des accusés, pas de joueurs, d'entraîneurs ou de responsables universitaires: seulement un ancien cadre d'Adidas, un consultant de l'équipementier et un aspirant agent, accusés d'avoir joué les intermédiaires.
Selon un raisonnement dénoncé par beaucoup, l'acte d'accusation présentait même les universités comme victimes, et non comme coupables.
Le procès événement, qui était censé faire trembler le sport universitaire sur ses fondations, l'a finalement plutôt épargné, hormis un léger accroc à son image.
"Les gens sont déjà habitués aux scandales" dans ce milieu, explique Andrew Zimbalist, professeur au Smith College (Massachusetts) et spécialiste de l'économie du sport.
A l'automne 2017, le principal organe de gouvernance du sport universitaire, la NCAA (National Collegiate Athletic Association), avait admis qu'il "devait procéder à des changements significatifs", à la lumière de ces révélations.
Une commission ad hoc, présidée par l'ancienne secrétaire d'Etat Condoleezza Rice, a donc formulé en avril des recommandations, qui vont être progressivement mises en place.
Davantage de frais pris en charge par les universités, possibilité d'engager plus tôt un agent... Pour Andrew Zimbalist, les mesures vont "dans la bonne direction, mais elles ne s'attaquent pas aux bases de ce qui se passe dans le sport universitaire".
La commission a notamment soigneusement évité la question de la rémunération des athlètes étudiants, qui était pourtant sur toutes les lèvres.
"Le procès de New York montre que les joueurs ont de la valeur et qu'elle peut être très élevée", souligne David Ridpath, professeur d'administration du sport à l'université d'Ohio.
Selon le témoin vedette du procès, certains joueurs se seraient ainsi vu proposer plus de 100.000 dollars pour se décider en faveur d'une université précise.
Sur la côte ouest, un autre front judiciaire est ouvert, au civil cette fois-ci, par d'anciens joueurs universitaires de football et de basket.
Devant un tribunal californien, ils font valoir qu'en limitant les indemnités (frais de scolarité et d'hébergement) accordées aux athlètes par les universités, la NCAA enfreint les lois de la concurrence en mettant en place une entente.
Le procès a eu lieu en septembre et une décision est attendue prochainement, même si rares sont ceux qui en espèrent un bouleversement.
"Il est très improbable que les tribunaux résolvent cette question parce que les lois antitrust sont très peu claires et sujettes à différentes interprétations", prévient Andrew Zimbalist.
La Justice a déjà tranché partiellement en faveur des athlètes en 2015 dans un autre dossier. Mais la Cour suprême ayant refusé d'examiner l'affaire, les conséquences ont été limitées.
Pour M. Zimbalist, il appartient maintenant au Congrès et à d'autres organisations, hors du giron de la NCAA, de se saisir du sujet.
Il rappelle le précédent de 1978 et la création, par le Congrès, du Comité olympique américain, qui a notamment permis aux athlètes olympiques d'être officiellement rémunérés.
David Ridpath milite auprès des élus du Congrès pour les sensibiliser à la question de l'intégrité du sport universitaire. Pour lui, la révolte pourrait aussi venir des athlètes, lassés de ce système qui les exploite, "par le boycott ou la grève".
A moyen ou long terme, "le changement arrivera quoi qu'il arrive", dit-il. "Nous devons simplement décider où nous voulons aller".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.