R-M® fête ses 100 ans avec la marque suédoise Volvo    Entretien Exclusif – Jo-Wilfried Tsonga : « Je suis heureux de jouer à Marrakech ! »    Mawazine vibrera aux sons du hip-hop US avec Black Eyed Peas    La 1ère édition du Festival du cinéma québécois à Rabat    Trophée Hassan II et Coupe Lalla Meryem de golf : C'est parti !    International: Maroc Telecom résiste à la conjoncture    Hervé Renard passe au confessionnal    Festival du cinéma africain de Tarifa-Tanger : Trois films marocains en lice    Repenser la chose migratoire!    Tennis : Le Maroc au Championnat africain U14 en Afrique du Sud    Said Amzazi suspend le dialogue avec les enseignants    Lever de rideau sur le 2e Festival national du rire «Comique Benslimane»    Afrique du Sud: 51 morts dans des inondations, le président Ramaphosa sur place    Ukraine: Le comédien Volodymyr Zelensky remporte la présidentielle    BCIJ: Démantèlement d'une cellule terroriste de six «Daechiens»    Commissions parlementaires : Les nouveaux présidents élus    Algérie: Le PDG de Sonatrach limogé, celui d'un groupe privé en détention provisoire    Abdennabaoui s'attaque à la traite des êtres humains    Edito : Ramed, mort clinique?    DGSN : Lancement d'une large enquête judiciaire sur des centres d'appels fictifs    Cinq Marocains légèrement blessés dans un accident de la route à Cuba    Casablanca : Le BCIJ met la main sur 7 tonnes de chira    Aziz Akhannouch dresse un premier bilan    ONCF: Al Boraq transportera bientôt son millionième voyageur    850.000 MRE y sont attendus…    Kim Jong Un espère un sommet « couronné de succès et utile » avec Poutine    Mawazine2019: Du Hip Hop à l'OLM Souissi    Vidéo-Trophée Hassan II de golf : Brillante entrée en jeu de l'équipe du Prince Moulay Rachid    Hakim Ziyech dans le viseur du Real Madrid    Le Maroc, une destination des plus dynamiques du moment    La Chambre des représentants exprime sa solidarité avec les détenus palestiniens    L'enfer tel que raconté par des Marocains de Syrie    La FDT boycotte le 1er Mai    Ces mystérieux objets au-delà de Neptune    Les chœurs de Notre-Dame, ces "orphelins" de la cathédrale    La grotte d'Ifri N'Abbou, un joyau naturel au potentiel touristique réel    Détenus d'Al Hoceima : Driss Lachguar reçoit une délégation d'ONG des droits de l'Homme    Poursuite de la généralisation du guichet numérique des autorisations    Le PDG du plus grand groupe privé algérien incarcéré    Après le titre, objectif Coupe de France avec Neymar pour le PSG    Chelsea manque l'occasion de monter sur le podium    Colloque international sur la "Digitalisation-numérisation au service de la gouvernance"    Fouad Laroui et Abdellah Dibaji présents aux journées culturelles d'Azemmour    Le long métrage marocain "Le Miracle du Saint Inconnu" en compétition à la 58ème semaine de la critique de Cannes    Sept tonnes de haschich saisies à Casablanca    Les avocats plaident pour une réforme de fond    L'EI revendique les attentats au Sri Lanka    126e derby casablancais, WAC-RCA 2-2    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les "tests de virginité" dans le viseur de l'ONU
Publié dans Libération le 23 - 10 - 2018

img class="responsive" style="display:none" src="https://www.libe.ma/photo/art/grande/26783058-27346408.jpg?v=1540213265" alt="Les "tests de virginité" dans le viseur de l'ONU" title="Les "tests de virginité" dans le viseur de l'ONU" / img class="not-responsive" src="https://www.libe.ma/photo/art/default/26783058-27346408.jpg?v=1540213269" alt="Les "tests de virginité" dans le viseur de l'ONU" title="Les "tests de virginité" dans le viseur de l'ONU" width="708" /
Dans de nombreux pays musulmans, le rite du drap nuptial a bon dos. Ancrée dans les mœurs et les traditions, la virginité d'une femme est un élément capital au moment de faire le vœu de s'aimer pour la vie et tout ce qui s'ensuit. Mais ladite virginité reste difficile à préserver dans un contexte de changements sociaux, symbolisés à la fois par l'âge moyen du mariage des Marocaines qui est en hausse (28 ans), mais également par l'émancipation et l'indépendance dont elles jouissent de nos jours. Ces nouvelles données ont fini par instiller le doute dans les esprits de plusieurs hommes. Résultat, la plupart d'entre eux imposent des "tests de virginité" à leurs futures épouses, ce qui dénote en creux d'une "confiance aveugle". Justement, ces tests ont fait l'objet d'une grogne collective, émises par l'OMS, l'ONU Droits de l'Homme et ONU Femmes. Dans une déclaration commune, ces dernières appellent à l'élimination du « soi-disant test de virginité».
Mais qu'est-ce qu'un test de virginité ? Appelé hymen, «examen à deux doigts» ou examen vaginal, ce test est une inspection des organes génitaux féminins conçue pour déterminer si une femme ou une fille a eu un rapport sexuel vaginal. Cela dit, et en dépit de cette définition qui a de faux airs scientifiques, le communiqué fait peser une ombre sur sa véracité « Le test de virginité n'a aucune base scientifique ni clinique. Aucun examen ne peut prouver qu'une fille ou une femme a eu des relations sexuelles - et l'apparence de l'hymen d'une fille ou d'une femme ne peut pas prouver qu'elle ait eu des relations sexuelles, qu'elle soit sexuellement active ou non ».
En effet, le rapport sexuel n'est pas la cause exclusive d'une virginité perdue. Combien de femmes l'ont perdue en faisant de l'équitation, de la gymnastique ou même en insérant un tampon. Sans oublier celles qui naissent sans hymen. Bien au-delà de ces considérations, pour l'OMS, l'ONU Droits de l'Homme et ONU Femmes, demander à une femme ce test est avant tout « une violation des droits fondamentaux des filles et des femmes et peut être préjudiciable au bien-être physique, psychologique et social des femmes et des filles ». Et d'ajouter : « Le «test de virginité» renforce les notions stéréotypées de la sexualité féminine et de l'inégalité de genre. L'examen peut être douloureux, humiliant et traumatisant. Etant donné que ces procédures sont inutiles et potentiellement dangereuses, c'est contraire à l'éthique de la part d'un médecin ou d'un autre prestataire de soins de santé. De telles procédures ne doivent jamais être effectuées ».
La suppression de la pratique du certificat médico-légal revêt une grande importance dans des cas de viol, car toujours selon le même communiqué, « ces tests sont considérés comme faisant partie de l'évaluation des victimes de viol. Cela est inutile et peut causer de la douleur et imiter l'acte de violence sexuelle originel, exacerber le sentiment d'impuissance des victimes et causer une nouvelle victimisation. Le résultat de ce critère non scientifique peut avoir une incidence sur les procédures judiciaires, souvent au détriment des victimes et en faveur des auteurs, aboutissant parfois à l'acquittement des auteurs ».
Les arguments sont solides au même titre que la demande est légitime. Cependant l'élimination de cette pratique néfaste qu'est « le test de virginité » paraît pour le moins compliqué. Tout d'abord d'un point de vue symbolique : dans nos contrées, la virginité est sacralisée, considérée comme un fantasme. Déflorer une fille est le summum de la virilité masculine. Ensuite, la recrudescence des techniques visant à masquer un passé sexuel ne rassure guère les hommes d'aujourd'hui. D'ailleurs, il est assez affligeant de constater que l'union d'un homme et d'une femme au Maroc est souvent voire tout le temps précédée de fortes suspicions. Cela plante le décor autant que le ton futur de la relation. En d'autres termes, pour un mariage construit sur des bases saines, il va falloir repasser.
En tout cas, pour l'OMS, l'ONU Droits de l'Homme et ONU Femmes, la solution est toute trouvée. Et c'est la princesse sud-africaine, Nothema Simelela, sous-directrice générale chargée de la santé de la famille, des femmes, des enfants et des adolescents, qui le dit : «Les professionnels de la santé peuvent être d'excellents agents de changement. Avec le soutien des systèmes de santé et des gouvernements, ils peuvent reconnaître que les «tests de virginité» n'ont aucune base médicale ou clinique et qu'ils doivent refuser d'appliquer cette pratique néfaste et éduquer le public à ce sujet. Ce faisant, ils respectent le serment d'Hippocrate de «ne pas faire de mal» et de protéger les droits fondamentaux des filles et des femmes à leur charge ».
Un beau programme qui risque malheureusement de s'opposer à des intérêts économiques. On se doute bien qu'il ne puisse guère faire le poids face aux deniers drainés aussi bien par le test de virginité que par les chirurgies réparatrices de l'hymen.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.