Coronavirus : 42 nouveaux cas, 7643 au total, jeudi 28 mai à 18h    La marocanité du Sahara, une «réalité appuyée par des preuves historiques solides»    Les distributeurs : le mauvais cheval de l'Etat    Zaki élu meilleur gardien de l'histoire de l'Afrique    La Serie A ouvre ses portes à Mazraoui    Nabil Benabdallah: «le rôle de l'Etat est capital dans la gestion de la prochaine étape»    Le transport en relooke dans le Souss!     Des experts africains reconnaissants à SM le Roi    Coronavirus : que les roquets se taisent !    L'ennemi n° 1    Afghanistan: L'échange de prisonniers comme premier pas vers la paix?    HCP: Le Maroc se retrouve très proche de la zone de succès    «Nous vous aideront à affiner le protocole si cela est nécessaire»    Qu'en est-il pour le jour d'après?    «Un roman qui prend son temps, mais sans manquer de vitesse»    Coronavirus/masques : une unité industrielle à Chichaoua réoriente son activité    L'ONCF annonce un retour progressif à partir du 1er juin    CIO : Kamal Lahlou réélu au sein de la commission Marketing    Vent de précampagne électorale dans les barreaux    Justice: Un premier agenda pour l'après-confinement    La loi sur les travailleurs sociaux au Conseil du gouvernement    «Living in Times of Corona», des films de l'intérieur    La conjonction de tous les risques    Liaisons maritimes pour rapatrier les touristes français bloqués au Maroc    CGEM : un plan de relance de 100 milliards DH sur 12 mois    Le Maroc se classe en tête des pays africains les plus intégrés sur le plan macroéconomique    Violence contre les femmes à Marrakech : 30 appels téléphoniques enregistrés en deux semaines    Contribution de l'INDH à la lutte contre le Covid-19 à Taounate    Programme intégré pour lutter contre le coronavirus à Asilah    Ligue des champions, Coupe de la Confédération et CHAN s'acheminent vers l'annulation    L'examen du calendrier de la saison 2020 au centre d'une réunion en ligne de l'Union arabe de karaté    Reprendre, oui mais comment ?    Disny accusée d'avoir fermé les yeux sur 14 ans de harcèlement sexuel    Alliance irano-vénézuélienne contre le blocus de Washington…    Hakimi a-t-il dit adieu au titre de champion?    L'engagement documentaire    Direction Fenerbahçe pour Yassine Bounou ?    Il est grand temps de penser le Maroc d'après    Les stars de la musique africaine en concert virtuel    HBO mise sur son catalogue pour booster sa nouvelle plateforme de streaming    Procès à distance : 6.001 détenus bénéficiaires    Hong Kong se soulève contre un projet loi imposé par Pékin…    VH et MFM lancent un grand concours et une expo à vocation solidaire    France: La demande du CFCM aux mosquées    Aid El Fitr: Le Roi gracie 483 détenus    Forte participation au concours de déclamation du Coran à distance    L'ambassade du Maroc à New Delhi en première ligne    A Madagascar et à travers l'Afrique, la ruée controversée vers l'artemisia    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Alphabétisation et scolarisation
Publié dans Libération le 29 - 10 - 2018

Alarmant. Il n'y a pas d'autres qualificatifs pour décrire les indicateurs de scolarisation et d'alphabétisation au Maroc, dont les taux d'abandon et de redoublement sont toujours aussi élevés. Ce constat puise sa source dans le rapport économique et financier relatif au projet de loi de Finances 2019. Une information relayée par le site "Aujourd'hui le Maroc''.
Concrètement, ce dernier révèle que 269.000 enfants ont abandonné l'école en 2017-2018. Il indique également que le nombre moyen d'années de scolarisation de la population âgée de 15 ans et plus ne dépasse pas 5,6 années, soit moins que les six années d'études primaires. Pour ce qui est du taux d'analphabétisme de la population âgée de 10 ans et plus, il a atteint les 32%. Un phénomène qui touche plus les femmes (41,9%) que les hommes (22,1%).
Autre indicateur préoccupant, les disparités en termes de taux de scolarisation observées d'une région à l'autre. Dans la position du dernier de la classe, on trouve les régions de Béni Mellal-Khénifra et de Marrakech-Safi, avec respectivement 38,7 et 38%, talonnées de près par Fès-Meknès (35,2%), Draa-Tafilalet et Souss-Massa (34%).
Un taux de scolarisation
inquiétant
Le tableau mi-figue mi raisin décrit par ledit rapport, englobe également l'enseignement préscolaire. En 2017-2018, plus de 700.000 enfants âgés de 4 à 5 ans y ont accédé, soit un taux de scolarisation de 49,8% au niveau national. Taux qui connaît une chute saisissante en milieu rural (36,6%). Ainsi, 726.920 enfants ne bénéficient d'aucune éducation préscolaire alors qu'ils sont en l'âge de l'être.
On l'aura certainement compris, ce bilan chiffré décrit une répartition de l'offre préscolaire limitée et inégalitaire dans les quatre coins du Royaume, quantitativement et qualitativement.
Afin d'y remédier, le ministère de l'Education nationale a élaboré et lancé un programme national de généralisation et de développement du préscolaire. En s'appuyant sur un budget de 30,22 milliards de DH, il ambitionne de généraliser le préscolaire à l'horizon 2027-2028. Comment ? En créant et aménageant plus de 56.208 salles de classe, mais également en formant 55.914 éducateurs et 950 animateurs éducatifs, en sus de la mise à niveau des espaces de l'enseignement préscolaire traditionnel pour le bien des 440.537 enfants qu'ils accueillent.

Un besoin croissant
en enseignants
Le nouveau cycle de la licence en éducation, lancé cette année dans les universités est révélateur du caractère prioritaire dont jouit la réforme du système de la formation des cadres. S'agissant du projet intitulé «L'enseignement de demain», il est censé pallier les besoins grandissants en enseignants, et qui seraient de l'ordre de 200.000 d'ici à 2029-2030. En attendant, ce besoin est estimé cette année à 21.520 enseignants, sans parler des 13.017 départs à la retraite attendus. Et cela ne risque pas de s'arranger ni dans un an, puisque ce chiffre passera à 24.558, ni dans deux ans (26.512). Toutefois, une embellie est attendue à partir de la saison scolaire 2021-2022, laquelle connaîtra une baisse du besoin estimé à 24.886 enseignants. Mais en réalité, c'est une baisse en forme de trompe-l'œil, car en comparant le chiffre de l'année actuelle, 21.520, à celui de 2021-2022, on constate une augmentation du déficit à 3366 enseignants. De son côté, le ministère de l'Education nationale ne renonce pas à son optimisme en envisageant que les besoins ne dépasseraient pas 6.016 en 2029-2030.
Le programme «Tayssir»
en pleine extension
Bien que la Cour des comptes ait épinglé dans son dernier rapport, les nombreux dysfonctionnements du programme Tayssir, destiné à lutter contre l'abandon scolaire, et dont le coût financier global s'élève à 2,17 milliards de DH, de son côté, le ministère de l'Education continue de l'ériger en tant que priorité, en lui accordant une importance particulière. Dans ce cadre, cette année scolaire sera marquée par l'extension géographique dudit programme. Désormais, il est prévu qu'il couvrira la totalité des communes rurales pour les enfants de l'enseignement primaire ainsi que l'ensemble des communes urbaines et rurales pour le niveau collégial.
Il convient de reconnaître qu'en dépit des multiples couacs dont souffre ce programme, le nombre de communes qui y ont accès a augmenté de 229%, passant de 132 communes bénéficiaires en 2008-2009 à 434 communes en 2017-2018. La traduction de ses résultats dans la réalité s'est concrétisée par la réduction du taux de l'abandon scolaire (57%), ou encore la hausse du retour à la scolarisation (37%).


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.