411 milliards de DH pour soutenir les plans de développement régional    Université d'été pour les jeunes chercheurs à Essaouira    Oxfam monte au créneau    L'insoutenable quotidien des saisonnières marocaines en Espagne    La Bourse de Casablanca en bonne mine    L'opposition algérienne pose des conditions au dialogue proposé par le pouvoir    Boris Johnson ultra-favori dans la course à Downing Street    Pinot maître des Pyrénées au Tour de France    Fraser-Pryce et Obiri ont fait le show au meeting de Londres    Bale sur le départ    Divers    La loi relative à la lutte contre la traite des êtres humains disséquée à Agadir    Bouillon de culture    Les arts de la rue s'invitent à Laâyoune    "Avengers: Endgame", le film aux plus grosses recettes de l'histoire    Maroc Telecom enregistre près de 63 millions de clients    Le secteur bancaire confirme sa résilience en 2018    Alerte Météo : Il va pleuvoir dans plusieurs villes au Maroc    Lekjâa convoque la famille du football marocain à Skhirat    Comicom introduit la marque indienne Mahindra au Maroc    L'Europe se prépare à une nouvelle canicule, Paris en alerte    La Jordanie réitère son soutien à l'intégrité territoriale du Maroc    Football    Loi-cadre sur l'enseignement    Tenue du gala international de boxe professionnelle à El Jadida    Des centaines d'Algériens sont bloqués au Caire    Point de vue : Hanane, Reda… et tant d'autres !    Victoire de la sélection algérienne en finale de la CAN 2019    Actes de sabotage et de vandalisme à Lâayoune    El Otmani en visite à Dakhla-Oued Eddahab    Le Maroc présent à la Foire internationale du livre de Lima    Dar El Bacha accueille l'exposition « Etoffe des sens, résonnances, Serge Lutens, Yves Saint Laurent »    Festival international Jawhara : Le retour de Cheb Bilal    Proscrire la violence!    CNDH: Au nom du principe de la pluralité    Festival des huîtres de Qualidia    Avortement d'une tentative de trafic de 345 kg de chira à Bab Sebta    Ukraine: Vers une majorité absolue au Parlement du parti du président Zelensky    La colère gronde à Hong Kong après les agressions brutales de manifestants    Laâyoune : Ouverture d'une enquête…    Un vibrant hommage rendu à Husseïn Chaâbi par la ville de Laâyoune    Akhannouch promet de solliciter le portefeuille de la santé en 2021    Décès directeur général de l'Agence internationale de l'énergie atomique Yukiya Amano    La course à Downing Street s'achève, Boris Johnson ultra-favori    BCIJ : Arrestation à Meknès d'un terroriste franco-marocain    La traite humaine nargue la loi 27-14    Une approche qui n'est pas du goût de tous    Béni Tadjit et la parade des prétendants !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Alphabétisation et scolarisation
Publié dans Libération le 29 - 10 - 2018

Alarmant. Il n'y a pas d'autres qualificatifs pour décrire les indicateurs de scolarisation et d'alphabétisation au Maroc, dont les taux d'abandon et de redoublement sont toujours aussi élevés. Ce constat puise sa source dans le rapport économique et financier relatif au projet de loi de Finances 2019. Une information relayée par le site "Aujourd'hui le Maroc''.
Concrètement, ce dernier révèle que 269.000 enfants ont abandonné l'école en 2017-2018. Il indique également que le nombre moyen d'années de scolarisation de la population âgée de 15 ans et plus ne dépasse pas 5,6 années, soit moins que les six années d'études primaires. Pour ce qui est du taux d'analphabétisme de la population âgée de 10 ans et plus, il a atteint les 32%. Un phénomène qui touche plus les femmes (41,9%) que les hommes (22,1%).
Autre indicateur préoccupant, les disparités en termes de taux de scolarisation observées d'une région à l'autre. Dans la position du dernier de la classe, on trouve les régions de Béni Mellal-Khénifra et de Marrakech-Safi, avec respectivement 38,7 et 38%, talonnées de près par Fès-Meknès (35,2%), Draa-Tafilalet et Souss-Massa (34%).
Un taux de scolarisation
inquiétant
Le tableau mi-figue mi raisin décrit par ledit rapport, englobe également l'enseignement préscolaire. En 2017-2018, plus de 700.000 enfants âgés de 4 à 5 ans y ont accédé, soit un taux de scolarisation de 49,8% au niveau national. Taux qui connaît une chute saisissante en milieu rural (36,6%). Ainsi, 726.920 enfants ne bénéficient d'aucune éducation préscolaire alors qu'ils sont en l'âge de l'être.
On l'aura certainement compris, ce bilan chiffré décrit une répartition de l'offre préscolaire limitée et inégalitaire dans les quatre coins du Royaume, quantitativement et qualitativement.
Afin d'y remédier, le ministère de l'Education nationale a élaboré et lancé un programme national de généralisation et de développement du préscolaire. En s'appuyant sur un budget de 30,22 milliards de DH, il ambitionne de généraliser le préscolaire à l'horizon 2027-2028. Comment ? En créant et aménageant plus de 56.208 salles de classe, mais également en formant 55.914 éducateurs et 950 animateurs éducatifs, en sus de la mise à niveau des espaces de l'enseignement préscolaire traditionnel pour le bien des 440.537 enfants qu'ils accueillent.

Un besoin croissant
en enseignants
Le nouveau cycle de la licence en éducation, lancé cette année dans les universités est révélateur du caractère prioritaire dont jouit la réforme du système de la formation des cadres. S'agissant du projet intitulé «L'enseignement de demain», il est censé pallier les besoins grandissants en enseignants, et qui seraient de l'ordre de 200.000 d'ici à 2029-2030. En attendant, ce besoin est estimé cette année à 21.520 enseignants, sans parler des 13.017 départs à la retraite attendus. Et cela ne risque pas de s'arranger ni dans un an, puisque ce chiffre passera à 24.558, ni dans deux ans (26.512). Toutefois, une embellie est attendue à partir de la saison scolaire 2021-2022, laquelle connaîtra une baisse du besoin estimé à 24.886 enseignants. Mais en réalité, c'est une baisse en forme de trompe-l'œil, car en comparant le chiffre de l'année actuelle, 21.520, à celui de 2021-2022, on constate une augmentation du déficit à 3366 enseignants. De son côté, le ministère de l'Education nationale ne renonce pas à son optimisme en envisageant que les besoins ne dépasseraient pas 6.016 en 2029-2030.
Le programme «Tayssir»
en pleine extension
Bien que la Cour des comptes ait épinglé dans son dernier rapport, les nombreux dysfonctionnements du programme Tayssir, destiné à lutter contre l'abandon scolaire, et dont le coût financier global s'élève à 2,17 milliards de DH, de son côté, le ministère de l'Education continue de l'ériger en tant que priorité, en lui accordant une importance particulière. Dans ce cadre, cette année scolaire sera marquée par l'extension géographique dudit programme. Désormais, il est prévu qu'il couvrira la totalité des communes rurales pour les enfants de l'enseignement primaire ainsi que l'ensemble des communes urbaines et rurales pour le niveau collégial.
Il convient de reconnaître qu'en dépit des multiples couacs dont souffre ce programme, le nombre de communes qui y ont accès a augmenté de 229%, passant de 132 communes bénéficiaires en 2008-2009 à 434 communes en 2017-2018. La traduction de ses résultats dans la réalité s'est concrétisée par la réduction du taux de l'abandon scolaire (57%), ou encore la hausse du retour à la scolarisation (37%).


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.