Cinq matchs à huis clos et 85.000 DH d'amende pour le MCO    Halieutis. Le Maroc récolte les fruits d'une stratégie audacieuse    Casablanca : Deux sociétés délégataires s'occuperont de la gestion des déchets    HCP : Seulement 4,2% des travailleurs indépendants ont un diplôme de niveau supérieur    2è Eco-Trail Lalla Takerkoust : Sport, nature et… solidarité    La Tribune de Nas : Une vieille dame kidnappée en Uruguay    Un Marocain signe un record de traversée en dériveur dans le golfe de Thaïlande    Casablanca : Une domestique de 13 ans torturée, la DGSN réagit    Le pape veut « du concret » lors d'un sommet sur les abus sexuels du clergé    Théâtre : «Bourass» en tournée nationale et internationale    Lacage Urban Music Awards : Remise des trophées le 23 février    Fouad Laroui présente son ouvrage «Lumières marocaines»    Infrastructures : Fquih Ben Saleh se dote d'une nouvelle salle couverte omnisports    France : La grippe hivernale fait 2.800 morts    Daesh : Une Britannique apatride après avoir été déchue de sa nationalité    Tanger-Med : Saisie d'importantes sommes d'argent en devise et d'appareils électroniques    L'ENCG ouvre ses portes à Meknès à la prochaine rentrée universitaire    Près de 3485 morts sur les routes marocaines en 2018    «Ceinture bleue»: soutien africain et européen à l'initiative du Maroc    Partenariat GBM et le Maroc 2019-2024    L'Atlético de Madrid fait perdre à la Juventus plus de 9 % en bourse    « WA DRARI » : Le documentaire qui plonge au coeur du phénomène SHAYFEEN    Trump menace les militaires qui soutiennent Maduro…    Crédits garantis. La CCG affiche ses performances    Un groupe de travail rattaché à l'ONU recardé pour s'être mêlé à l'affaire Bouachrine    Zakia Driouich : «Halieutis constitue aujourd'hui une vitrine du développement du secteur de la pêche»    "Apatride" de Narjiss Nejjar enfin en salles    4e Forum parlementaire sur la justice sociale : Bouayach appelle à nouer avec la logique des droits    Marrakech : Quelque 25 agences de voyages autorisées à organiser le Hajj 1440    Sécurité routière. L'incivisme a la peau dure    Munich – Un parfum de campagne électorale    Grève générale !    Grève. Les fonctionnaires toujours mobilisés    Edito : Rattraper le retard    1,2,3, où va l'Algérie ?    Coopération CNDP-AUSIM : Un pas de plus vers la diffusion de la culture de la protection des données à caractère personnel    Insolite : Bagarre au Parlement    Affaire Benalla : "Dysfonctionnements majeurs" à l'Elysée    Haj Larbi Benbarek mis à l'honneur à l'IMA    Le tatouage sur le visage, autrefois une rareté, aujourd'hui une mode    Divers sportifs    Victoire de Keltoum Bouaâssria et Mustapha Hedadi au championnat national de cross-country    News    Luis Planas : La visite de S.M Felipe VI témoigne de l'amitié maroco-espagnole    Le satisfecit des syndicats : Grève réussie    Les infos insolites des stars : Le père de Sean Penn    Oggitani Quintet s'offre à nouveau la sympathie du public casablancais    "Le Ciel sous nos pas" de Leïla Bahsaïn, une lutte pour l'émancipation des femmes ici et ailleurs    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Merkel rejette toute perte d'influence après l'annonce de son départ
Publié dans Libération le 31 - 10 - 2018

Angela Merkel a rejeté mardi les craintes de la voir perdre en influence dans le monde à la suite de l'annonce de son retrait progressif du pouvoir en Allemagne, alors que la course à sa succession est pleinement lancée.
"Je pense que cela ne changera pas l'influence dans les négociations internationales. Au contraire, j'ai même plus de temps pour me concentrer sur les tâches de cheffe du gouvernement", a déclaré la chancelière à Berlin lors d'une conférence de presse avec le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi.
Au pouvoir depuis 13 ans, Angela Merkel a été contrainte lundi d'amorcer sa retraite politique après un énième revers électoral de son parti lors d'un scrutin régional en Hesse.
Il est venu confirmer sa popularité déclinante au plan national du fait notamment de sa politique migratoire.
Elle a annoncé que son actuel mandat de chancelière s'achevant en 2021 serait le dernier et qu'elle se retirerait dès décembre de la présidence de son mouvement démocrate-chrétien (CDU), alors qu'elle avait jusqu'ici considéré que les deux fonctions étaient liées.
Malgré ses assurances, les craintes en Allemagne de la voir progressivement s'affaiblir sur le plan intérieur comme sur le plan international sont réelles.
"Le rôle dirigeant de Mme Merkel dans l'Union européenne pourrait appartenir désormais au passé", juge Lüder Gerken, analyste au Centre de politique européenne (CEP), un institut allemand.
Du coup, beaucoup doutent de la capacité de la dirigeante au record de longévité au pouvoir en Europe occidentale à se maintenir encore trois ans en poste jusqu'au terme de son mandat.
"Le règne de Merkel s'achève", titre mardi Bild, le quotidien le plus populaire d'Allemagne. "L'ère Merkel touche à sa fin", lui fait écho le journal Süddeutsche Zeitung.
Même le président de la Chambre des députés, et ancien ministre des Finances de la chancelière, Wolfgang Schäuble, a exprimé des doutes.
"La législature actuelle doit durer encore trois ans. Nous verrons bien si cela sera effectivement le cas", a-t-il dit à la chaîne publique Deutsche Welle.
Pour l'ancien ministre des Affaires étrangères Sigmar Gabriel, le fragile gouvernement de coalition actuel entre conservateurs et sociaux-démocrates et la chancelière risque de tomber au printemps prochain.
"Au plus tard après les élections européennes en mai, cela devrait être le cas", a-t-il dit à l'hebdomadaire Die Zeit.
La dirigeante de la première économie en Europe franchira un premier pas décisif vers la sortie dans un peu plus d'un mois quand elle passera la main à la tête de l'Union chrétienne-démocrate (CDU) qu'elle préside depuis dix-huit ans.
Deux candidats pour la remplacer se sont déclarés dès lundi, la secrétaire générale du parti, Annegret Kramp-Karrenbauer, surnommé "AKK" ou la "Merkel de la Sarre", sa région d'origine, et le ministre de la Santé, Jens Spahn.
Un troisième les a rejoints officiellement dans la course mardi: Friedrich Merz, un ancien rival de la chancelière qu'elle avait écarté sans ménagement dans le passé et qui rêve de prendre sa revanche.
"Nous avons besoin d'un nouveau départ et de renouveau", a-t-il dit.
Lui et Jens Spahn sont des adversaires de la ligne politique d'Angela Merkel, tenants d'un coup de barre à droite du parti démocrate-chrétien qui se serait trop déplacé sur la gauche et aurait permis ainsi l'essor de l'extrême droite antimigrants.
Jens Spahn en particulier, un admirateur du chancelier autrichien Sebastian Kurz qui gouverne avec l'extrême droite, a critiqué la décision d'Angela Merkel de faire entrer plus d'un million de demandeurs d'asile dans le pays en 2015 et 2016.
Mme Annegret Kramp-Karrenbauer, considérée aujourd'hui comme favorite, est elle une proche de la chancelière. Mais un quatrième candidat pourrait émerger bientôt, le dirigeant de la puissante région de Rhénanie du Nord-Westphalie, Armin Laschet.
Le parti CDU désignera le ou la remplaçante d'Angela Merkel à sa tête début décembre en congrès.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.