R-M® fête ses 100 ans avec la marque suédoise Volvo    Entretien Exclusif – Jo-Wilfried Tsonga : « Je suis heureux de jouer à Marrakech ! »    Mawazine vibrera aux sons du hip-hop US avec Black Eyed Peas    La 1ère édition du Festival du cinéma québécois à Rabat    Trophée Hassan II et Coupe Lalla Meryem de golf : C'est parti !    International: Maroc Telecom résiste à la conjoncture    Hervé Renard passe au confessionnal    Festival du cinéma africain de Tarifa-Tanger : Trois films marocains en lice    Repenser la chose migratoire!    Tennis : Le Maroc au Championnat africain U14 en Afrique du Sud    Said Amzazi suspend le dialogue avec les enseignants    Lever de rideau sur le 2e Festival national du rire «Comique Benslimane»    Afrique du Sud: 51 morts dans des inondations, le président Ramaphosa sur place    Ukraine: Le comédien Volodymyr Zelensky remporte la présidentielle    BCIJ: Démantèlement d'une cellule terroriste de six «Daechiens»    Commissions parlementaires : Les nouveaux présidents élus    Algérie: Le PDG de Sonatrach limogé, celui d'un groupe privé en détention provisoire    Abdennabaoui s'attaque à la traite des êtres humains    Edito : Ramed, mort clinique?    DGSN : Lancement d'une large enquête judiciaire sur des centres d'appels fictifs    Cinq Marocains légèrement blessés dans un accident de la route à Cuba    Casablanca : Le BCIJ met la main sur 7 tonnes de chira    Aziz Akhannouch dresse un premier bilan    ONCF: Al Boraq transportera bientôt son millionième voyageur    850.000 MRE y sont attendus…    Kim Jong Un espère un sommet « couronné de succès et utile » avec Poutine    Mawazine2019: Du Hip Hop à l'OLM Souissi    Vidéo-Trophée Hassan II de golf : Brillante entrée en jeu de l'équipe du Prince Moulay Rachid    Hakim Ziyech dans le viseur du Real Madrid    Le Maroc, une destination des plus dynamiques du moment    La Chambre des représentants exprime sa solidarité avec les détenus palestiniens    L'enfer tel que raconté par des Marocains de Syrie    La FDT boycotte le 1er Mai    Ces mystérieux objets au-delà de Neptune    Les chœurs de Notre-Dame, ces "orphelins" de la cathédrale    La grotte d'Ifri N'Abbou, un joyau naturel au potentiel touristique réel    Détenus d'Al Hoceima : Driss Lachguar reçoit une délégation d'ONG des droits de l'Homme    Poursuite de la généralisation du guichet numérique des autorisations    Le PDG du plus grand groupe privé algérien incarcéré    Après le titre, objectif Coupe de France avec Neymar pour le PSG    Chelsea manque l'occasion de monter sur le podium    Colloque international sur la "Digitalisation-numérisation au service de la gouvernance"    Fouad Laroui et Abdellah Dibaji présents aux journées culturelles d'Azemmour    Le long métrage marocain "Le Miracle du Saint Inconnu" en compétition à la 58ème semaine de la critique de Cannes    Sept tonnes de haschich saisies à Casablanca    Les avocats plaident pour une réforme de fond    L'EI revendique les attentats au Sri Lanka    126e derby casablancais, WAC-RCA 2-2    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Merkel rejette toute perte d'influence après l'annonce de son départ
Publié dans Libération le 31 - 10 - 2018

Angela Merkel a rejeté mardi les craintes de la voir perdre en influence dans le monde à la suite de l'annonce de son retrait progressif du pouvoir en Allemagne, alors que la course à sa succession est pleinement lancée.
"Je pense que cela ne changera pas l'influence dans les négociations internationales. Au contraire, j'ai même plus de temps pour me concentrer sur les tâches de cheffe du gouvernement", a déclaré la chancelière à Berlin lors d'une conférence de presse avec le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi.
Au pouvoir depuis 13 ans, Angela Merkel a été contrainte lundi d'amorcer sa retraite politique après un énième revers électoral de son parti lors d'un scrutin régional en Hesse.
Il est venu confirmer sa popularité déclinante au plan national du fait notamment de sa politique migratoire.
Elle a annoncé que son actuel mandat de chancelière s'achevant en 2021 serait le dernier et qu'elle se retirerait dès décembre de la présidence de son mouvement démocrate-chrétien (CDU), alors qu'elle avait jusqu'ici considéré que les deux fonctions étaient liées.
Malgré ses assurances, les craintes en Allemagne de la voir progressivement s'affaiblir sur le plan intérieur comme sur le plan international sont réelles.
"Le rôle dirigeant de Mme Merkel dans l'Union européenne pourrait appartenir désormais au passé", juge Lüder Gerken, analyste au Centre de politique européenne (CEP), un institut allemand.
Du coup, beaucoup doutent de la capacité de la dirigeante au record de longévité au pouvoir en Europe occidentale à se maintenir encore trois ans en poste jusqu'au terme de son mandat.
"Le règne de Merkel s'achève", titre mardi Bild, le quotidien le plus populaire d'Allemagne. "L'ère Merkel touche à sa fin", lui fait écho le journal Süddeutsche Zeitung.
Même le président de la Chambre des députés, et ancien ministre des Finances de la chancelière, Wolfgang Schäuble, a exprimé des doutes.
"La législature actuelle doit durer encore trois ans. Nous verrons bien si cela sera effectivement le cas", a-t-il dit à la chaîne publique Deutsche Welle.
Pour l'ancien ministre des Affaires étrangères Sigmar Gabriel, le fragile gouvernement de coalition actuel entre conservateurs et sociaux-démocrates et la chancelière risque de tomber au printemps prochain.
"Au plus tard après les élections européennes en mai, cela devrait être le cas", a-t-il dit à l'hebdomadaire Die Zeit.
La dirigeante de la première économie en Europe franchira un premier pas décisif vers la sortie dans un peu plus d'un mois quand elle passera la main à la tête de l'Union chrétienne-démocrate (CDU) qu'elle préside depuis dix-huit ans.
Deux candidats pour la remplacer se sont déclarés dès lundi, la secrétaire générale du parti, Annegret Kramp-Karrenbauer, surnommé "AKK" ou la "Merkel de la Sarre", sa région d'origine, et le ministre de la Santé, Jens Spahn.
Un troisième les a rejoints officiellement dans la course mardi: Friedrich Merz, un ancien rival de la chancelière qu'elle avait écarté sans ménagement dans le passé et qui rêve de prendre sa revanche.
"Nous avons besoin d'un nouveau départ et de renouveau", a-t-il dit.
Lui et Jens Spahn sont des adversaires de la ligne politique d'Angela Merkel, tenants d'un coup de barre à droite du parti démocrate-chrétien qui se serait trop déplacé sur la gauche et aurait permis ainsi l'essor de l'extrême droite antimigrants.
Jens Spahn en particulier, un admirateur du chancelier autrichien Sebastian Kurz qui gouverne avec l'extrême droite, a critiqué la décision d'Angela Merkel de faire entrer plus d'un million de demandeurs d'asile dans le pays en 2015 et 2016.
Mme Annegret Kramp-Karrenbauer, considérée aujourd'hui comme favorite, est elle une proche de la chancelière. Mais un quatrième candidat pourrait émerger bientôt, le dirigeant de la puissante région de Rhénanie du Nord-Westphalie, Armin Laschet.
Le parti CDU désignera le ou la remplaçante d'Angela Merkel à sa tête début décembre en congrès.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.