L'Espagne reste premier partenaire commercial du Maroc, selon Eurostat    Elections : Des dirigeants européens se mobilisent contre les populistes    Huawei réplique à Trump: les Américains nous « sous-estiment »    Le Maroc réélu au bureau exécutif du Conseil des ministres arabes de la Santé    Maradona appelle à boycotter un film sur lui    Etude. Maîtriser l'anglais améliore-t-il nos conditions au travail?    Rabat. Un centre de santé lancé à Diour Jamaâ    Le Musée national d'histoire naturelle de Rabat célèbre la journée internationale des musées    Les détails du nouveau modèle pédagogique    La RSB fait l'essentiel à Berkane face au Zamalek, en attendant la confirmation au Caire    Stress hydrique. La Chine et le Maroc allient leurs forces    1998: retour des Lions pour une place au quart…    Seedorf : Le Maroc favori de la CAN    Aéroport Fès-Saiss : Hausse du trafic des passagers à fin avril 2019    Artcom'Sup intègre la World Design Organization    Lahoucine Bardaouz, un talent pluriel    L'autre dans le cinéma    Bouskoura : Trois ouvriers meurent par asphyxie dans un canal des eaux usées    Côte d'Ivoire : Atlantique Assurances, filiale de la BCP, lance une offre dédiée aux agriculteurs de coton    PAM. Crise autour du 4e congrès national    Numérisation du système judiciaire : Signature d'une convention entre le barreau de Casablanca et la CDG    RDC : Moïse Katumbi accueilli en héros national après son retour au bercail    Etats-Unis : Quand un milliardaire diplômé rembourse les dettes étudiantes de toute sa promotion    Immobilier. Un faux départ en 2019    Professions libérales : L'Union nationale appelle à un front uni    Le Maroc à Genève pour la 72ème Assemblée mondiale de la santé    L'enseignement supérieur passe au mode grève    Education : Le ministère annonce une version actualisée de la méthode d'enseignement pour le primaire    Christchurch : L'auteur de l'attaque inculpé pour terrorisme    Agentis construira et équipera des hôpitaux publics en Côte d'Ivoire    Insolite : Soyez "gentils" avec la police nigériane    M'hamed Loqmani : Les intellectuels qui ne créent pas le buzz ne sont pas toujours les bienvenus dans les médias    Attention aux jeans trop serrés et à l'épilation intégrale !    Pendant le Ramadan, Essaouira retrouve toutes ses sensations    Les Marocains d'Italie dénoncent la situation tragique dans les camps de Tindouf    Les inégalités augmentent dans l'UE, mais moins qu'ailleurs    Kamal Daissaoui fait chevalier de l'ordre pour le progrès des sciences et de l'invention    Phoques, caviar et pétrole: la mer Caspienne menacée par la pollution    Donald Trump : Si Téhéran veut se battre, ce sera la fin officielle de l'Iran    Ces tournages qui ont tourné au drame : Troie    Cinquantenaire du FNAP de Marrakech    En larmes, le monstre sacré du 7ème art Alain Delon honoré à Cannes    169 migrants subsahariens secourus par la marine royale en méditerranée    La FRMF reprogramme les matchs de la Botola Maroc Telecom : Le suspense jusqu'au bout !    Policy Center for the New South. De nouveaux locaux et une nouvelle dynamique    Abderrassoul Lehdari : «Si Aziz nous a appris la méthode, la rigueur, la maîtrise du sujet et l'esprit critique»    Louzani et Blinda au Mondial mais pas en CAN    Vidéo – Coupe de la CAF : Le RSB marque un magnifique but dans le temps additionelace au Zamalek    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Emmanuel Dupuy : La France et le Maroc sont engagés dans une coopération sur le plan judiciaire contre les organisations terroristes
Publié dans Libération le 13 - 11 - 2018

Emmanuel Dupuy est président de l'IPSE (Institut Prospective et Sécurité en Europe).
Spécialiste des questions de sécurité européenne et de relations internationales,
il a notamment été conseiller politique auprès des forces françaises en Afghanistan.
Libération a interrogé Emmanuel Dupuy suite à la polémique que connaît la France
après avoir décidé de rapatrier progressivement les enfants des Français ayant rejoint
Daech en Syrie. Les questions sont nombreuses sur la prise en charge de ces mineurs
ayant grandi dans un contexte de guerre.
Libération : La France envisage de rapatrier de Syrie des enfants mineurs mais sans leurs mères, djihadistes présumées ou compagnes de djihadistes, pour la plupart entre les mains des Kurdes syriens. Que pensez-vous de cette démarche et quels en sont les enjeux ?
Emmanuel Dupuy : Cela concerne très peu d'enfants. : 150 enfants mineurs recensés ayant entre 3 et 6 ans. Ils sont actuellement entre les mains de Kurdes qui disent détenir 900 combattants islamiques, issus de 44 pays. Cela va se traiter au cas par cas. Cela ne peut se faire qu'avec le consentement des mères détenues par les autorités kurdes syriennes. S'ajoute à cela une difficulté supplémentaire, puisque le Kurdistan n'est pas un Etat reconnu internationalement et que la France n'entretient plus de relations diplomatiques avec la Syrie. Seulement trois familles de djihadistes français ont été recensées parmi la trentaine ou quarantaine de combattants francophones détenus par les Kurdes syriens.
Cela s'inscrit ensuite dans une logique envisagée par le gouvernement français. Le 23 février dernier, Edouard Philippe avait signé une circulaire précisant les modalités du retour de ces mineurs mettant en avant tout d'abord le fait que cela s'inscrivait dans le cadre de la protection consulaire de ces mineurs. Ensuite cette question doit être traitée à la fois sur le plan sanitaire et judiciaire. Elle concerne exclusivement les familles dont l'Etat français accueille les enfants et non les familles rentrées clandestinement en France. Pour ces dernières, c'est une autre procédure avec un traitement judiciaire dans ses volets pénal et civil. Il s'agit de les prendre en charge sur un plan sanitaire avec des soins qui sont prodigués à l'hôpital et sur un plan éducatif. Il faut rappeler ici que l'éducation est un droit en France. Les enfants de djihadistes doivent avoir accès à ce droit. Il faudra aussi un suivi sur le long terme d'un point de vue sanitaire et psychologique en plus d'un suivi judiciaire.
Depuis la défaite de Daech, beaucoup de problèmes restent à gérer. Les djihadistes et leurs femmes, le transfert de cette organisation terroriste vers l'Afrique…Ne pensez-vous pas que le danger que représente cette organisation persiste encore malgré sa défaite militaire ?
Il persiste d'autant plus qu'il reste encore sur le territoire syrien des djihadistes appartenant à l'Etat islamique. Sur les 680 combattants français partis sur les théâtres irakien et syrien, on estime que 300 sont décédés et qu'il reste encore une centaine de combattants actifs en Syrie. Il y a effectivement un danger d'un retour des combattants étrangers dans leurs pays respectifs. D'ailleurs, le président de la Commission de l'Union africaine, Mohamad Faki, avait évoqué ce danger lors d'un sommet en juillet dernier. Il parlait d'un chiffre peut-être un peu exagéré de 6000 combattants qui pouvaient revenir dans leurs pays d'origine ; les pays d'Afrique du Nord étaient plus impactés que les autres. Le continent africain est concerné, mais aussi d'autres parties du monde.
D'autres pays peuvent être concernés par le retour des combattants étrangers ayant combattu en Irak et en Syrie. On observe un mouvement en direction de l'Asie centrale où un autre front est en train de s'ouvrir, évidemment en Afghanistan et potentiellement en s'élargissant sur les pays voisins.
Le Maroc que vous connaissez bien est concerné aussi par cette situation, soit par le démantèlement de cette organisation, soit par le retour des familles de djihadistes. Ne croyez-vous pas qu'une coopération internationale s'impose pour régler ce problème qui impacte plusieurs pays dans le monde comme vous l'avez dit?
Cette coopération s'impose mais elle est déjà en cours. C'est ce qu'on appelle le G4, c'est un groupement des services policiers et des acteurs de la sécurité dans les quatre pays, en l'occurence le Maroc, la France, l'Espagne et le Portugal. Cette coopération existe donc déjà.
Mais il faut aussi renforcer la coopération entre ces pays au niveau judiciaire.
Le Maroc a créé en 2015 le BCIJ (Bureau central d'investigation judiciaire). Ce service efficace a déjoué pas moins de 400 attentats depuis sa création.
Cette coopération doit se faire sur le long terme. La France et le Maroc sont engagés dans une coopération sur le plan judiciaire contre les organisations terroristes. Mais il faut également coopérer davantage en matière d'émigration et lutter contre le trafic d'êtres humains. C'est un autre facteur de coopération bilatérale entre les deux pays, coopération interrégionale et euro-africaine.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.