Coronavirus : la deuxième vague sera économique    Coronavirus : 26 nouveaux cas, 7.740 au total, samedi 30 mai à 10h    Coronavirus : la deuxième vague sera économique    Les grands travaux du gouvernement El Youssoufi    La coupe du Trône, un cadeau d'adieu avant l'heure    Abderrahmane El Youssoufi a présenté son bilan à la nation    L'OMDH rend hommage à l'un de ses fondateurs    L'homme de l'alternance n'est plus    Abderrahmane El Youssoufi : Un homme d'Etat au service de la culture    Industrie : Renault met en stand-by les projets d'augmentation de capacités prévus au Maroc    Tanger Med co-signe un engagement pour garantir la continuité des chaines logistiques mondiales    Communiqué du Bureau politique du PPS    OCP : Malgré la crise, le groupe confirme sa résilience    Bientôt un café. Expresso SVP !    Vahid fait le forcing pour convaincre deux joueurs    Il y a 38 ans… : La pensée d'Aziz Belal toujours vivante et actuelle    Quatre Marocains dans les commissions du CIO    Danielle Skalli tire sa révérence    À quoi sert la littérature en période de confinement?    Marie-Louise Belarbi, une étoile de la culture marocaine s'est éteinte    Pour un encadrement législatif ou conventionnel    Un expert met en évidence la responsabilité imprescriptible de l'Algérie    Chine-Etats-Unis: Une nouvelle guerre froide est en marche…    Ait Taleb: L'efficacité de la chloroquine dans le traitement du Covid-19 peut être prouvée    Abderrahmane Youssoufi personnifiait l'histoire du Maroc    Article 1062580    Technocrates, gouvernement d'union nationale…: Le Maroc peut-il se permettre ces changements en plein Covid-19?    Mort de Guy Bedos    Le CNDH lance un appel au respect des droits des travailleurs    L'INDH s'investit dans la formation à distance à Khénifra    Début des tests de dépistage du Covid-19 à Errachidia    7000 saisonnières marocaines bloquées à Huelva début juin    Tarik El Malki : Il convient de mettre de côté la doxa libérale pour un temps    Un Casque bleu marocain honoré par les Nations unies    Affaire Radès : L'appel du Wydad examiné aujourd'hui par le TAS    La Premier League dans la dernière ligne droite vers une reprise    Relaxé, Rafiq Boubker présente ses excuses    L'auteur de la saga Harry Potter met en ligne un conte pour les enfants confinés    Zaki élu meilleur gardien de l'histoire de l'Afrique    Afghanistan: L'échange de prisonniers comme premier pas vers la paix?    CIO : Kamal Lahlou réélu au sein de la commission Marketing    «Living in Times of Corona», des films de l'intérieur    Alliance irano-vénézuélienne contre le blocus de Washington…    Direction Fenerbahçe pour Yassine Bounou ?    France: La demande du CFCM aux mosquées    Aid El Fitr: Le Roi gracie 483 détenus    Forte participation au concours de déclamation du Coran à distance    L'ambassade du Maroc à New Delhi en première ligne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Démissions en série du gouvernement Theresa May
Publié dans Libération le 16 - 11 - 2018

Plusieurs membres du gouvernement britannique, dont le ministre du Brexit Dominic Raab, ont annoncé leur démission jeudi, plongeant Theresa May dans une crise politique qui pourrait lui être fatale au lendemain de la validation par ses principaux ministres du projet d'accord de sortie de l'Union européenne conclu avec Bruxelles.
Critiquée de toutes parts, Theresa May semble à la merci d'une motion de censure que pourraient déposer les élus eurosceptiques de son propre Parti conservateur.
Plusieurs d'entre eux ont assuré jeudi matin disposer des 48 signatures nécessaires pour organiser un vote de défiance, soit le seuil nécessaire de 15% des élus du groupe parlementaire des Tories, selon un journaliste de la chaîne ITV.
Plusieurs ministres, dont Dominic Raab mais aussi les secrétaires d'Etat au Travail, Esther McVey, et à l'Irlande du Nord, Shailesh Vara, pourtant partisan à l'origine du maintien dans l'UE et la secrétaire d'Etat au Brexit Suella Braverman, ont démissionné jeudi pour protester contre cette mesure qui remet en cause, selon eux, l'intégrité territoriale du Royaume-Uni tout en fragilisant la position de Londres pour les futures négociations commerciales avec Bruxelles.
"Je ne peux pas concilier les termes du projet d'accord avec les promesses que nous avons faites au pays dans notre programme des dernières élections", a déclaré Dominic Raab en annonçant son départ du gouvernement.
Outre la colère des "Brexiters" eurosceptiques, le projet d'accord a provoqué celle du Parti unioniste nord-irlandais DUP, dont les députés permettent à Theresa May de s'appuyer sur une majorité parlementaire à Londres et qui a dit se sentir "trahi".
Si la Première ministre échappe à la censure, tous ces élus entendent voter contre le projet de Brexit lorsque le Parlement de Westminster sera appelé à se prononcer, probablement début décembre.
Selon les calculs de médias britanniques, il manquerait environ 80 voix au gouvernement pour faire adopter le texte, ce qui l'obligerait à compter sur le soutien d'au moins une partie de l'opposition travailliste pour surmonter cet obstacle incontournable.
Or, le Labour a estimé jeudi, après la démission de Dominic Raab, que le gouvernement était "en train de s'effondrer" et que Theresa May n'avait "plus aucune autorité".
"Le gouvernement se délite sous nos yeux, car pour la deuxième fois, un secrétaire au Brexit refuse de soutenir le plan de départ de l'UE de la Première ministre", a déclaré Jon Trickett, membre de la garde rapprochée du chef de file des travaillistes, Jeremy Corbyn.
"Theresa May (...) est de toute évidence incapable d'accoucher d'un accord de Brexit qui recueille ne serait-ce que le soutien de son gouvernement - sans parler du Parlement et de la population britannique", a-t-il ajouté.
Le gouvernement britannique est en train de s'effondrer, avec la démission du ministre chargé du Brexit, Dominic Raab, et la Première ministre, Theresa May, n'exerce plus aucune autorité.
"Il s'agit de la douzième démission d'un ministre du gouvernement de Theresa May en deux ans. Il ne reste plus aucune autorité à Theresa May, qui est de toute évidence incapable d'accoucher d'un accord de Brexit qui recueille ne serait-ce que le soutien de son gouvernement - sans parler du parlement et de la population britannique", ajoute-t-il.
Le seul soutien sur lequel la Première ministre semble pouvoir compter est celui des autres dirigeants européens, qui ont prévu de se réunir en sommet extraordinaire le 25 novembre pour entériner le projet d'accord, a confirmé jeudi matin le président du Conseil européen, Donald Tusk.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.