ONU : Chapeau aux casques bleus    Possible maintien du trend haussier des prix des carburants    Pronostics Cannes 2019    Tenue de la 6ème édition du SITeau à Casablanca    Des services bancaires à portée de clic : La banque privée à l'heure du tout numérique    Banque privée : Les principaux requis de succès    Festival Gnaoua et Musiques du Monde : 22 ans déjà !    Vidéo – WAC-ESS : Les supporters enflamment les gradins du complexe Moulay-Abdallah    Abus sexuels : Le Maroc classé 34ème pour la protection de l'enfance    Messi remporte le sixième Soulier d'or de sa carrière    Des morts et des blessés dans un accident de la circulation à Tanger    Ligue des Champions d'Afrique : Le Wydad évite le pire    Vidéo – Le WAC arrache le nul à 10 et ne se fait pas aider par la VAR (1-1)    Un juge suspendu pour avoir critiqué Donald Trump    Match nul pour le WAC    Noor Midelt I attribué au consortium mené par EDF    Mammifères    Un nouveau festival dédié à la «cuisine de rue»    Coupe d'Allemagne : La dernière danse de Robben    Lyon prépare son grand ménage d'été    La RSB tout près de sa première étoile africaine    Chine : Le contrat secret qui a sauvé des millions de vies    L'Unesco reproche aux assistants vocaux de véhiculer des "préjugés sexistes"    Délais de paiement des entreprises : L'Intérieur animé de bonnes intentions    Les personnes vivant seules souffrent plus de troubles mentaux    Les politiques de vaccination contre la rougeole insuffisantes pour contrer l'épidémie    S.M le Roi inaugure la section régionale du Centre national Mohammed VI des personnes en situation de handicap    Amir Al Mouminine préside la quatrième causerie religieuse du Ramadan    Habib El Malki : Les associations constituent un pilier essentiel pour les institutions    Recul des prix des actifs immobiliers au premier trimestre    Ces tournages qui ont tourné au drame : Resident Evil    Insolite : Enorme surprise pour des étudiants américains    Issam Kamal : Les textes de la chanson marocaine, à quelques exceptions près, n'ont pas encore atteint la qualité souhaitée    Evénements d'Al Hoceima : Le CNDH accueille des mères et membres de familles de détenus    Al Barid Bank: 16% des transactions réalisées via le canal mobile au T1-2019    «Génération Africaine, la force du design» : A la découverte d'une cinquantaine de designers africains    «En cas d'insuffisance rénale ou de dialyse, il faudrait s'abstenir de jeûner»    Khalid Naciri: «En hommage à celui pleuré, seul, à quatre mille kilomètres d'ici»    Certification de documents : L'administration traîne les pieds    Selon un rapport du Conseil de l'éducation : A peine 83.000 handicapés décrochent un job    Santé. Plus de 3,8 millions de rendez-vous en ligne    Mohamed Saïd Afifi, le «Hamlet» marocain    Theresa May pose les armes    Plus de 30.000 tentatives d'immigration clandestine ont été mises en échec en 2019    La guerre contre l'Iran n'aura pas lieu    La politique sanitaire exposée en séance plénière de la Chambre des représentants    L'Everest pour la 23ème fois    Pas de cessez-le-feu en vue en Libye : Haftar reçu par Macron à Paris    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les manifestations des "Gilets jaunes" ont fait un mort et plus de 400 blessés
Publié dans Libération le 19 - 11 - 2018

img class="responsive" style="display:none" src="https://www.libe.ma/photo/art/grande/27798655-27798750.jpg?v=1542545167" alt="Les manifestations des "Gilets jaunes" ont fait un mort et plus de 400 blessés" title="Les manifestations des "Gilets jaunes" ont fait un mort et plus de 400 blessés" / img class="not-responsive" src="https://www.libe.ma/photo/art/default/27798655-27798750.jpg?v=1542545174" alt="Les manifestations des "Gilets jaunes" ont fait un mort et plus de 400 blessés" title="Les manifestations des "Gilets jaunes" ont fait un mort et plus de 400 blessés" width="708" /
Plus de 400 personnes ont été blessées, dont 14 gravement, au cours de blocages organisés dans toute la France contre la hausse des taxes sur le carburant et la baisse du pouvoir d'achat, a annoncé dimanche le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner.
Ce mouvement des "Gilets jaunes", en référence aux vestes jaunes que tout automobiliste doit détenir dans son véhicule afin de se rendre visible en cas d'accident, a débuté samedi matin.
Ce bilan revu à la hausse prend en compte une nuit "agitée sur certains sites" de blocage routier, a précisé le ministre sur la radio RTL. L'incident le plus grave de la journée était intervenu dès le samedi matin avec la mort d'une femme renversée par une automobiliste en Savoie sur un barrage.
Quelque 3.500 personnes sont restées mobilisées cette nuit, "sur 87 lieux différents".
Le nombre de participants à ce mouvement de grogne a également été revu à la hausse avec 287.710 personnes comptabilisées sur 2.034 sites", selon M. Castaner. Les forces de l'ordre ont interpellé au total 282 personnes dont 73 pendant la nuit, ce qui a donné lieu à 157 gardes à vue.
Il y a eu, selon M. Castaner, 409 blessés, dont 14 graves. "Vingt-huit policiers, gendarmes, motards, pompiers ont été blessés et pour certains de façon grave", a-t-il ajouté.
"Cette nuit a été agitée. (...) Il y a eu des agressions, des bagarres, des coups de couteau", a détaillé le ministre. "Il y a eu des bagarres entre + Gilets jaunes +. Il y a eu beaucoup d'alcool dans certains endroits, et ça a provoqué ces comportements idiots qui peuvent pousser à la violence, et là ça devient inacceptable", a déploré le ministre de l'Intérieur.
A l'initiative de cette grogne, des membres de la société civile se sont mobilisés contre la hausse du prix des carburants avant que les motifs de grief ne s'élargissent à une dénonciation plus globale de la politique du gouvernement en matière de taxation et à la baisse du pouvoir d'achat.
Tout le territoire a été touché par leurs actions, dont la plupart n'avaient pas été déclarées, ce qui représente un succès certain pour ce mouvement, parti des réseaux sociaux et organisé en dehors des partis politiques et des syndicats.
A Paris, des "Gilets jaunes" ont descendu l'avenue des Champs-Elysées pour converger vers le palais de l'Elysée. Après plusieurs heures de tensions entre manifestants et forces de l'ordre dans le quartier du palais présidentiel - où des barrières ont été renversées et où les forces de l'ordre ont utilisé des gaz lacrymogènes - la majorité des "Gilets jaunes" se sont dispersés. Il n'y a eu aucun blessé, aucune dégradation, d'après le préfet de police de Paris, Michel Delpuech.
"La différence entre mon brut et mon net, c'est 1.000 euros, voilà pourquoi je suis là aujourd'hui", a déclaré parmi ces manifestants Valentine, 24 ans, intermittente du spectacle qui vit en Seine-Saint-Denis. "Aujourd'hui on travaille pour survivre, plus pour vivre", a renchéri Amandine, 35 ans, assistante maternelle.
Il y a eu 117 interpellations en France, suivies de 73 gardes à vue, selon le ministère de l'Intérieur.
Au Pont-de-Beauvoisin (Savoie), une conductrice qui emmenait sa fille chez le médecin a été prise de panique quand des manifestants se sont mis à taper sur sa voiture. Elle a foncé alors sur eux, percutant mortellement une femme de 63 ans.
Cette manifestation, comme de nombreuses autres, n'était pas déclarée.
"J'en appelle à la responsabilité de ceux qui organisent ces manifestations. Ils ont porté un message. Il est entendu", a déclaré le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner. "Le gouvernement est attentif à toutes les mobilisations, nous devons maintenant continuer à répondre aux attentes des Français y compris en termes de pouvoir d'achat", a-t-il ajouté.
De son côté, le ministre de la Transition écologique François de Rugy a annoncé que le gouvernement poursuivra "la trajectoire prévue" en matière de fiscalité écologique, dans une interview au Parisien.
Les autorités s'inquiétaient de la poursuite du mouvement malgré la nuit. "Les manifestations, aujourd'hui bon enfant, ce soir se transforment avec l'arrivée de casseurs", a déploré Richard Lizurey, directeur général de la gendarmerie nationale, précisant que des cocktails Molotov ont été jetés contre les forces de l'ordre. Et "la nuit, le danger c'est d'être percuté par un véhicule", a-t-il rappelé alors que 5.000 patrouilles étaient mobilisées jusqu'à dimanche matin.
Dans l'opposition, certains sont descendus dans la rue: Laurent Wauquiez, le chef de LR, a appelé M. Macron à comprendre et "corriger ses erreurs".
Des élus du Rassemblement national étaient également présents aux côtés des "Gilets jaunes", mais pas Marine Le Pen.
Des Insoumis participaient aussi aux manifestations. Leur leader Jean-Luc Mélenchon a critiqué sur Twitter une "manipulation des chiffres de participation" et une "dramatisation" de la part du gouvernement. Il s'est rendu place de la Concorde, sans porter de gilet jaune.
Sébastien Lecornu, ministre chargé des Collectivités territoriales, a mis en garde, dans le Journal du Dimanche, "ceux qui veulent récupérer politiquement le mouvement" des "Gilets jaunes", qui "en seront pour leurs frais".
Au 1er janvier 2019, les taxes sur le gazole doivent augmenter de 6,5 centimes d'euro par litre et celles sur l'essence de 2,9 centimes.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.