Changement de modèle ?    Driss Lachguar : La grâce Royale est hautement noble et humaine    Ouverture vendredi de la deuxième session de la Chambre des représentants    Le Covid-19 fait chuter la demande et les prix de l'huile à l'échelle mondiale    Intensification des opérations de contrôle des prix et de la qualité des produits alimentaires dans la province d'Al Haouz    Le Premier secrétaire à la Fondation Fkih Titouani    « Les Casques bleus ne sont pas le remède, mais ils tiennent une place dans la lutte contre le Covid-19 »    Secousse tellurique de magnitude 3,2 dans la province de Figuig    Rooney : Les joueurs de foot en Angleterre sont des cibles faciles    City n'aura pas recours au chômage partiel    Youssef El Arabi : Le plus important est de rester à la maison pour empêcher la transmission du virus    Journée internationale du sport : TIBU Maroc annonce plusieurs actions    Les médecins privés de Marrakech appelés à prêter main forte à ceux du public    La guerre des masques a bel et bien lieu    Le pain farci de ma mère ! Il n'y a pas mieux pour tromper le confinement    La culture, un besoin vital en temps de crise    Quand le poème se fait consolation au temps du coronavirus    Confiné en famille, Michel Drucker se rend utile    Coronavirus : 973 infractions en matière des prix et de qualité des produits alimentaires relevées du 1er mars au 5 avril    Le Maroc humaniste!    Ramédistes et salariés affiliés à la CNSS – Attijariwafa bank : Les démarches à suivre pour bénéficier des aides financières    Depuis la déclaration de l'état d'urgence sanitaire : 8.612 personnes arrêtées et soumises aux enquêtes judiciaires    Société Générale Maroc : Un résultat net consolidé en hausse de 8,44% en 2019    EST-WAC : le TAS rendra son verdict le 29 mai    Le top 10 des meilleurs buteurs de l'histoire de la LDC    Les agents de propreté: nos protecteurs jetés en pâture    Coronavirus : la France devrait connaître en 2020 sa plus forte récession depuis 1945    Un symbole de la mobilisation du monde sportif en faveur des valeurs de solidarité    Coronavirus : 40 marocains bloqués aux Maldives    Les masques distribués en épicerie et en grande surface au prix de 0,8 DH l'unité    BAD: «Ce n'est pas le moment de la distanciation budgétaire»    Coronavirus : mobilisation des représentations consulaires du Maroc en France    Abdelkader Retnani : «Les éditeurs sont en confinement total, soit à l'arrêt à 80% du secteur»    Elisabeth II appelle à la résilience: «Nous vaincrons»    Quelle leçon nous apprend l'Histoire!    «La lecture, mon échappatoire!»    Algérie : un journaliste condamné à 8 mois de prison pour « contrebande »    Football : Les clubs marocains dans le flou total    Post-coronavirus : les professionnels du BTP se penchent sur l'élaboration d'un plan de relance    Les sept consignes de Benchaâboun    Réunion, lundi, du conseil de gouvernement    Covid-19 : 92 nouveaux cas confirmés au Maroc, 1.113 au total    Midelt : un député pjdiste roule sans assurance et viole l'état d'urgence sanitaire    Assistance aux familles de nos compatriotes décédés en France et en Belgique    Grâce Royale au profit de 5.654 détenus    «La crise provoquée par la pandémie apporte un désaveu cinglant aux apôtres du Capital»    Les séries du ramadan à l'arrêt à cause du coronavirus    Le musicien marocain avait contracté le Covid-19 : Décès à Paris de Marcel Botbol    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Des "Gilets jaunes" appellent à bloquer Paris samedi prochain
Publié dans Libération le 20 - 11 - 2018

Deux appels à manifester "à pied, à cheval ou en voiture" pour "bloquer" Paris samedi prochain dans le cadre du mouvement de protestation contre la hausse des taxes sur le carburants, dit des "Gilets jaunes", étaient lundi largement relayés sur Facebook.
"Le prochain rendez-vous de masse de tout le peuple français aura lieu samedi 24 novembre (...) à Paris intra-muros", a lancé dans une vidéo Frank Buhler, l'un des initiateurs du mouvement et responsable du parti souverainiste Debout la France dans le Sud-ouest.
"Vous devez tous, à pied, à cheval et en voiture parcourir la totalité des rues de Paris. Répartissez vous dans toute la ville", a-t-il appelé dans une vidéo mise en ligne dimanche sur sa page "Frank Buhler - Blog politique - Patriosphère Infos".
"Le 24 novembre, c'est Paris bloqué, le 24 novembre, c'est Paris ville morte", a-t-il ajouté.
Lundi en fin de matinée, sa vidéo avait été vue plus de 165.000 fois et partagé plus de 13.000 fois avec plus de 2.300 commentaires.
Une autre page Facebook intitulée "Acte 2 Toute la France à Paris", créée par Eric Drouet de Melun, au sud de Paris, appelait à se rassembler samedi sur la place de la Concorde à Paris.
"Il faut mettre un coup de grâce et tous monter sur Paris par tous les moyens possibles (covoiturage, train, bus, etc...). Paris parce que, c'est ici que se trouve le gouvernement!!!!", est-il écrit. "Nous attendons tout le monde, camion, bus, taxi, VTC agriculteurs etc.... Tout le monde !!!!!!", peut-on encore lire.
Lundi à la mi-journée, la page affichait plus de 21.000 "participants" et plus de 150.000 personnes "intéressées".
Une partie des "gilets jaunes" a décidé lundi de poursuivre les opérations de blocage pour une troisième journée ciblant principalement des autoroutes mais aussi des dépôts pétroliers, alors que le gouvernement se montre inflexible face à la grogne.
Des manifestants ont dressé de nouveaux barrages, notamment sur le pont d'Aquitaine à Bordeaux, sur les routes menant au centre-ville d'Arles (Bouches-du-Rhône) ou sur les voies conduisant à plusieurs dépôts pétroliers.
Total, qui exploite neuf dépôts en France, a confirmé à Reuters le blocage des sites de Fos-sur-Mer, près de Marseille (Bouches-du-Rhône), et de Vern-sur-Seiche, dans l'agglomération de Rennes (Ille-et-Vilaine).
A La Rochelle (Charente-Maritime), des "Gilets jaunes" ont installé dans la nuit de dimanche à lundi des barrages devant les dépôts pétroliers de La Pallice.
Les manifestants mobilisés lundi poursuivent le mouvement amorcé samedi, qui s'est traduit par des opérations en plus de 2.000 endroits partout en France, sans l'appui logistique des syndicats, ni des partis politiques.
Au premier jour du week-end, endeuillé par la mort d'une manifestante percutée par un véhicule en Savoie, le ministère de l'Intérieur a recensé près de 290.000 manifestants, 409 blessés et 157 gardes à vue.
Dimanche, le Premier ministre, Edouard Philippe, a réagi en assurant avoir entendu "la colère" et le "sentiment d'abandon" exprimés par les "Gilets jaunes" mais il a dans le même temps exclu de revenir sur la hausse de la fiscalité écologique prévue le 1er janvier prochain.
"Il entend aussi la souffrance sincère de milliers de Français qui n'en peuvent plus parce que bien souvent les difficultés s'accumulent", a déclaré lundi le porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveaux, sur BFM TV.
Pour autant, l'augmentation des taxes sur l'essence et le diesel est "la bonne décision" parce qu'il faut "se désintoxiquer de la France du tout-pétrole", a-t-il ajouté, relayant l'argumentaire d'Edouard Philippe, tout comme les ministres Sébastien Lecornu et Elisabeth Borne.
"Ce n'est pas qu'entendre la colère, je la comprends, même", a déclaré le premier sur Europe 1. "On entend la colère, le désarroi des Français qui habitent loin des centres-villes et dont on ne s'est pas occupés depuis des années", a pour sa part dit la ministre des Transports.
Edouard Philippe avait pris des mesures préventives en annonçant dès mercredi dernier un plan de 500 millions d'euros comprenant une "super prime" à la conversion des vieux véhicules et un élargissement des indemnités kilométriques.
Insuffisant pour le secrétaire général de la CFDT, Laurent Berger, qui a plaidé lundi pour de nouvelles aides, "notamment pour les ménages les plus modestes".
"Ça fait plus d'un an que je dis qu'il y a deux problèmes pour ce gouvernement : il y a un problème de verticalité du pouvoir (...) et il n'y a pas de politique sociale suffisamment assumée", a jugé sur RTL le numéro un de l'organisation réformiste. "Voilà, on en est là."
"Le gouvernement est sur une mauvaise voie", a pour sa part estimé Dominique Bussereau, président de l'Association des départements de France, en reprenant à son compte l'idée suggérée samedi par Laurent Berger - mais restée lettre morte -d'organiser des "Etats généraux de la transition énergétique".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.