Davos : Donald Trump fustige les «prophètes de malheur» devant Greta Thunberg    UK-Morocco Business Dialogue: Turbo sur la coopération !    Grogne des imams: Le ministère réagit    Boxe: le Maroc, troisième du tournoi «Ahmet Cömert» à Istanbul    Faut-il craindre le nouveau virus chinois?    Botola Pro D1 : Le fauteuil du leader n'est plus immunisé    Le président du Forum Crans Montana voit en Dakhla un laboratoire de développement pour l'Afrique    HCR au Maroc : 6.656 réfugiés et 3.100 demandeurs d'asile au 31 décembre 2019    Maroc-GB, l'après Brexit a déjà commencé !    Le Maroc prend part au Comité des Représentants permanents de l'Union africaine    Lilia Zakraoui, signe sa première publication    Tirage au sort Coupe du Monde 2022: Zone Afrique, à quelle heure et sur quelle chaîne ?    Les Coupes Nationales: Plusieurs joueurs Marocains sont attendus    L'ex-patron chinois d'Interpol condamné à treize ans de prison    Botola Pro: Le WAC passe en tête du classement    Tanger Med : Plus de 65 millions de tonnes de marchandises traitées en 2019    Suite à la fin de la convention de la concession «Assiaqa Card» : M2M anticipe une baisse de ses résultats 2020    Compétitivité : le Maroc au bas de l'échelle    La saison agricole sera-t-elle compromise ?    Congrès régional de Drâa Tafilalet du PPS    Najate Limet: «Nous voulons sensibiliser des donateurs marocains»    Pearl Jam de retour avec un nouvel album    Le nombre de chômeurs dans le monde devrait repartir à la hausse    Venezuela: Reconnaître Guaido comme président, mais payer ses impôts à Maduro    Lahcen Es-saady : «L'initiative avance d'une manière constante et enregistre une forte interactivité des Marocains»    Casablanca : Rick's Café devant la justice    Le procès historique de Donald Trump entre dans le vif du sujet    Boeing ukrainien: l'Iran confirme le tir de deux missiles    Tunisie : Elyes Fakhfakh, ex-ministre des Finances, désigné Premier ministre, appelé à former rapidement un gouvernement    Escroquerie financière et piratage de cartes de paiement électroniques : Quatre individus devant le parquet à Rabat    Le patrimoine amazigh à l'honneur à Imintanoute    La Bolivie retire sa reconnaissance de la « rasd »    Taroudant : couple soupçonné d'agression sur leur fille    Nouveau système d'évaluation du handicap, les précisions d'El Moussali    Handball : le Maroc perd face à la Tunisie    Voici le temps qu'il fera ce mardi    Les femmes mises au ban du développement    Insolite : Klinsmann épinglé    Ces stars mariées à leur amour de jeunesse    Trois raisons qui expliquent une rapide prise de poids chez les hommes    Les sales besognes de Larbi Naji    Les EEP bénéficient de plus de 28 MMDH de déblocages à fin novembre    Société Générale et Yamed capital annoncent la création d'une joint-venture    Accord international pour relancer les efforts de paix en Libye    Des ex-guérilleros salvadoriens protègent la forêt qui leur avait donné refuge    Agadir à l'heure des "Journées de Tiznit"    "Bad boys for life" en tête du box office nord-américain    Abdelouahab Doukkali enchante le public saoudien    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les mythiques 4L et 2CV toujours en piste à Madagascar
Publié dans Libération le 06 - 12 - 2018

La 4L blanche avec gyrophare, barrée du signe police, est stationnée à quelques mètres du palais présidentiel de style Renaissance d'Antananarivo. "Pas question de faire de course-poursuite avec, mais elle a l'avantage de ne pas beaucoup consommer", explique, pragmatique, le policier en uniforme qui la conduit.
Au bout de la rue, à l'ombre de lumineux jacarandas en fleurs, plusieurs Renault 4L mais aussi des 2 CV de la marque Citroën, coiffées d'une enseigne "Taxi", attendent les clients.
Relégués à la casse ou entrés dans la légende en Europe, ces véhicules populaires après guerre en France arpentent toujours les raidillons de la capitale malgache et les routes de poussière de la Grande Ile. Au point d'en être presque devenus ses emblèmes nationaux.
Rijason Randrianantoanina, un chauffeur de taxi de 37 ans, est fier de sa "magnifique" "Deudeuche" (le petit nom de la 2 CV, alias "Deux chevaux") qui le fait vivre depuis seize ans maintenant. "Elle a été mise en circulation en 1978, c'est une voiture solide", dit-il.
Oui, la carrosserie montre plusieurs signes de rouille avancée et la jauge à essence ne fonctionne plus, mais "j'ai une jauge dans la tête. Il suffit de s'habituer, c'est tout", explique-t-il avec un naturel désarmant.
Le réservoir de sa 2 CV - couleur crème, comme tous les taxis de "Tana", la capitale - ne contient que 28 petits litres. Et Rijason Randrianantoanina est visiblement bon en calcul mental: il n'est jamais tombé en panne d'essence.
Depuis les années 60, de nombreuses 2 CV et 4L ont été importées depuis l'Europe, et notamment depuis la France, l'ancienne puissance coloniale. Mais des modèles ont aussi été assemblés dans la Grande Ile jusque dans les années 80.
C'est précisément là qu'Elysée Rakotondrakolona s'est formé jusqu'à la fermeture de la Société malgache de construction automobile (Somacoa). Il est aujourd'hui le garagiste de référence des 4L à Antananarivo, dans le quartier populaire d'Antoamadinika.
"La 4L, c'était le premier 4X4. Elle passe même là où les 4X4 modernes ne passent pas. Il suffit de trois personnes pour la soulever!", explique-t-il, flegmatique.
Dans son garage à ciel ouvert, coincé entre un salon de "coiffure esthétique" et un marchand de beignets de rue, s'entassent uniquement des carcasses de 4L.
Ici, c'est le règne de la débrouille. "Je prends des pièces de Renault 5 pour le train avant des 4L", raconte Elysée Rakotondrakolona, dans un bleu de travail presque aussi vieux que ses modèles.
"Notre spécialité, nous les Malgaches, c'est que lorsqu'on voit deux pièces qui se ressemblent, on sait les adapter. C'est le système D", assure-t-il.
L'expert ne baisse les bras que dans un cas bien précis: quand la boîte de vitesses est cassée. "Là, il n'y a rien à faire."
Increvable ou presque, facile à réparer, économique en carburant: c'est la recette du succès de la 4L et de la 2 CV à Madagascar.
Aucun chiffre n'est disponible mais elles sont à coup sûr des milliers à circuler au quotidien à Madagascar, une île très pauvre de l'océan Indien.
Et peu importe la pollution créée par ces anciens modèles peu compatibles avec des normes écologiques...
Dans le garage d'Elysée Rakotondrakolona, un ouvrier redresse patiemment à petits coups de burin la carrosserie très malléable d'une 4L. D'autres enlèvent le moteur d'un modèle orange pour modifier le châssis.
Bruno Rasolofomanantsoa, cultivateur de riz, a aussi confié au "docteur" Rakotondrakolona son précieux outil de travail, sa fourgonnette 4L, pour qu'il la désosse et greffe son moteur dans une carrosserie de 4L traditionnelle.
"Il n'y a pas de complication dans cette voiture. Tout est manuel, rien d'électronique", explique le quinquagénaire qui transporte avec sa 4L l'engrais dans ses rizières . "Si on a un problème au milieu de nulle part, pour faire un diagnostic, il suffit d'ouvrir le capot." Riri, chauffeur de taxi, approuve. "Je la répare moi-même, j'ai appris sur le tas." Sur son enseigne, un N d'Antananarivo a pris la poudre d'escampette. Mais sa 4L, qui date de 1975, "c'est du costaud". "Elle passe partout même quand il y a beaucoup d'eau, car l'allumage est en hauteur", souligne-t-il.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.