Maroc-OCDE : Le 2ème Programme Pays est lancé    GOUVERNEMENT : COMMENT COMBATTRE L'ENDETTEMENT    Infinix offre gratuitement BeIN connect pour regarder les matchs de la CAN    Le Maroc présent à la conférence de Manama    Baignade. Quelles sont les plages à éviter ?    Le Maroc au «Sommet des deux rives, Forum de la Méditerranée»    Elle fait l'actu : Marwah Rizqy, députée canadienne d'origine marocaine    Moucharaka Mouwatina : La deuxième tranche d'appui à la société civile lancée au profit de quatre régions    Personnes âgées/retraite. Il ne faut plus compter sur la solidarité familiale    Finance participative : Le 1er contrat de dépôt d'investissement d'Umnia signé    Le RCAR franchit les 5% de participation dans Maroc Telecom    Délais de paiement : Benchaâboun fait le point    Pascal Naudin : "La transformation digitale est en marche"    Mécanismes nationaux de prévention : Le CNDH organise un atelier national    Mauritanie: Ghazouani proclamé vainqueur dès le premier tour    Démantèlement d'une cellule liée à Daesh composée de 4 personnes    Téhéran accuse Washington d'avoir coupé « la voie de la diplomatie »    Dominant la course démocrate à la Maison Blanche, Biden en tête d'affiche du premier débat    Brexit: Boris Johnson contre-attaque et plaide pour « une sorte d'accord »    Coup d'Etat avorté en Ethiopie    Les valeurs, le match à gagner    Le Maroc entame la CAN sur une victoire à l'arrachée    CAN 2019 : Mbarek Boussoufa redoute la Côte d'Ivoire    Trophée Hassan II des arts équestres traditionnels «Tbourida» : La Sorba du Moqaddem Maher El Bachir remporte la 20ème édition    Cameroun. La "malédiction" sera-t-elle brisée?    Chambre des représentants. Les députés interpellés sur leur tenue vestimentaire    Ophtalmologues vs opticiens. Le différend continue    Facebook appelle les Etats à mieux réguler les géants du numérique    Démantèlement à Marrakech d'une bande spécialisée dans le trafic de drogue    La société civile s'implique davantage dans la gestion du Parc national du Souss-Massa et Tamri    Enseignement. Comment généraliser le préscolaire    Spotify partenaire musique du Festival Mawazine 2019    Un air de musique souffle sur le Royaume    Fresques d'Asilah: Quand la cité se drape d'art jusqu'aux…murs    Neila Tazi : «Nous avons besoin d'un nouvel élan de la part des pouvoirs publics»    «Quelle distance entre le soleil et la terre ?» : Un spectacle exclusivement dédié au Palais El Glaoui à Fès    Pour faciliter l'abonnement de ses fans : Le Raja fait appel aux services de Guichet.ma    Le strict minimum Mais c'est déja ça !    Le nombre de bacheliers a augmenté de 8,19%    Divers    Insolite : Mis en examen    Le président de la Chambre des représentants rencontre le corps diplomatique arabe accrédité à Dublin    Mohamed Benabdelkader : Le Maroc place la restructuration de la haute fonction publique au cœur de la réforme de son administration    Hervé Renard : L'essentiel est d'empocher les trois points de la victoire    Prisme tactique : Une victoire en trompe-l'œil    Au Liban, des posters vintage exposent les clichés du cinéma occidental    Découverte en Asie centrale des plus vieilles traces d'usage de cannabis    Deux jeunes Marocaines participent à Paris au "LabCitoyen" de l'Institut français    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les mythiques 4L et 2CV toujours en piste à Madagascar
Publié dans Libération le 06 - 12 - 2018

La 4L blanche avec gyrophare, barrée du signe police, est stationnée à quelques mètres du palais présidentiel de style Renaissance d'Antananarivo. "Pas question de faire de course-poursuite avec, mais elle a l'avantage de ne pas beaucoup consommer", explique, pragmatique, le policier en uniforme qui la conduit.
Au bout de la rue, à l'ombre de lumineux jacarandas en fleurs, plusieurs Renault 4L mais aussi des 2 CV de la marque Citroën, coiffées d'une enseigne "Taxi", attendent les clients.
Relégués à la casse ou entrés dans la légende en Europe, ces véhicules populaires après guerre en France arpentent toujours les raidillons de la capitale malgache et les routes de poussière de la Grande Ile. Au point d'en être presque devenus ses emblèmes nationaux.
Rijason Randrianantoanina, un chauffeur de taxi de 37 ans, est fier de sa "magnifique" "Deudeuche" (le petit nom de la 2 CV, alias "Deux chevaux") qui le fait vivre depuis seize ans maintenant. "Elle a été mise en circulation en 1978, c'est une voiture solide", dit-il.
Oui, la carrosserie montre plusieurs signes de rouille avancée et la jauge à essence ne fonctionne plus, mais "j'ai une jauge dans la tête. Il suffit de s'habituer, c'est tout", explique-t-il avec un naturel désarmant.
Le réservoir de sa 2 CV - couleur crème, comme tous les taxis de "Tana", la capitale - ne contient que 28 petits litres. Et Rijason Randrianantoanina est visiblement bon en calcul mental: il n'est jamais tombé en panne d'essence.
Depuis les années 60, de nombreuses 2 CV et 4L ont été importées depuis l'Europe, et notamment depuis la France, l'ancienne puissance coloniale. Mais des modèles ont aussi été assemblés dans la Grande Ile jusque dans les années 80.
C'est précisément là qu'Elysée Rakotondrakolona s'est formé jusqu'à la fermeture de la Société malgache de construction automobile (Somacoa). Il est aujourd'hui le garagiste de référence des 4L à Antananarivo, dans le quartier populaire d'Antoamadinika.
"La 4L, c'était le premier 4X4. Elle passe même là où les 4X4 modernes ne passent pas. Il suffit de trois personnes pour la soulever!", explique-t-il, flegmatique.
Dans son garage à ciel ouvert, coincé entre un salon de "coiffure esthétique" et un marchand de beignets de rue, s'entassent uniquement des carcasses de 4L.
Ici, c'est le règne de la débrouille. "Je prends des pièces de Renault 5 pour le train avant des 4L", raconte Elysée Rakotondrakolona, dans un bleu de travail presque aussi vieux que ses modèles.
"Notre spécialité, nous les Malgaches, c'est que lorsqu'on voit deux pièces qui se ressemblent, on sait les adapter. C'est le système D", assure-t-il.
L'expert ne baisse les bras que dans un cas bien précis: quand la boîte de vitesses est cassée. "Là, il n'y a rien à faire."
Increvable ou presque, facile à réparer, économique en carburant: c'est la recette du succès de la 4L et de la 2 CV à Madagascar.
Aucun chiffre n'est disponible mais elles sont à coup sûr des milliers à circuler au quotidien à Madagascar, une île très pauvre de l'océan Indien.
Et peu importe la pollution créée par ces anciens modèles peu compatibles avec des normes écologiques...
Dans le garage d'Elysée Rakotondrakolona, un ouvrier redresse patiemment à petits coups de burin la carrosserie très malléable d'une 4L. D'autres enlèvent le moteur d'un modèle orange pour modifier le châssis.
Bruno Rasolofomanantsoa, cultivateur de riz, a aussi confié au "docteur" Rakotondrakolona son précieux outil de travail, sa fourgonnette 4L, pour qu'il la désosse et greffe son moteur dans une carrosserie de 4L traditionnelle.
"Il n'y a pas de complication dans cette voiture. Tout est manuel, rien d'électronique", explique le quinquagénaire qui transporte avec sa 4L l'engrais dans ses rizières . "Si on a un problème au milieu de nulle part, pour faire un diagnostic, il suffit d'ouvrir le capot." Riri, chauffeur de taxi, approuve. "Je la répare moi-même, j'ai appris sur le tas." Sur son enseigne, un N d'Antananarivo a pris la poudre d'escampette. Mais sa 4L, qui date de 1975, "c'est du costaud". "Elle passe partout même quand il y a beaucoup d'eau, car l'allumage est en hauteur", souligne-t-il.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.