Sahara marocain. Coup d'envoi d'une deuxième table ronde à Genève    HCP : Evolution du taux de la fécondité au Maroc    El Othmani : La gratuité de l'enseignement, maintenue et affirmée    Jeux mondiaux 2019 de Special Olympics : Le Maroc déccroche 34 médailles dont 12 en or.    Interpellée pour "intention de s'adonner à la prostitution"... Le cri de colère d'une Marocaine à Jakarta    Chez les dentistes, un projet de loi fait jaser    Conférence-Débat: La place des femmes dans l'espace public    Les AREF comptent licencié les enseignants contractuels pour abandon de poste    Paradis fiscaux : Jouahri exprime sa colère vis-à-vis du maintien du Maroc par l'UE sur la liste grise    Colloque international de Rabat : Réflexions sur la pensée de Khatibi    Tennis : Grand Prix Hassan II du 7 au 14 avril à Marrakech    Communiqué du BP du PPS    Fusillade d'Utrecht : Le suspect va comparaître pour homicides « terroristes »    Brexit: May demande un report à des Européens « fatigués » de la saga    La diaspora invitée à contribuer au développement de leur pays d'origine    Motor Village et Marokoto, partenaires de la Raquette d'Or de Mohammedia    3è Festival «Les Océanes» à Essaouira : Le surf et la protection du littoral à l'honneur    Mujer : Tout un numéro réservé au Maroc !    Le ver dans le fruit !    Centres hospitaliers universitaires. Opération sauvetage en marche?    Italie : 51 enfants pris en otage, échappent au drame de justesse    Vidéo de l'attentat de Christchurch : Facebook s'explique    Flexibilité du DH: L'élargissement de la bande pas pour demain    Le détenteur de Sapress prend le contrôle de Sochepress    La journée mondiale de la poésie célébrée à la Villa des arts de Rabat    AFMA: Résultat net consolidé en baisse de 15% en 2018    Préscolaire    Projection du documentaire "A Thousand girls like me" qui ouvre le débat sur l'inceste    Le PSG obtient gain de cause devant le TAS    Les enjeux de la dernière journée des éliminatoires de la CAN 2019    La jeunesse face à la classe politique    La Commission interministérielle spécialisée examine le plan de mise en œuvre de la déconcentration administrative    Radio Medi1 : Guergarate et Nouadhibou sur la fréquence 99.8    Organisation de la Femme Istiqlalienne    Haute commission mixte entre le Maroc et le Rwanda    Etudiants et professionnels de Santé défilent contre Bouteflika à Alger    Brigitte Bardot pète les plombs    Prochaine tenue du Forum national du handicap    Syrie    Finances publiques. Une guide pour la programmation triennale    Edito : L'eau    Centrale Danone lance une nouvelle gamme de lait : «Centrale Ta9alid Bladi»    Le Onze national à Lilongwe en vue de peaufiner les ultimes réglages    Insolite : Promotion mensongère    Quand la langue de Molière nous rapproche et nous unit    "L'Algérie.. La crise du régime et l'illusion de l'Etat" nouvel ouvrage de Mohammed Benhamou    Les Lions se préparent pour leurs prochaines échéances    Trois clubs marocains au tirage des coupes africaines    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Rapport GermanWatch sur l'indice mondial des risques climatiques Le Maroc s'en tire à bon compte
Publié dans Libération le 13 - 12 - 2018

À Bonn, dans l'ouest de l'Allemagne est basée une organisation non gouvernementale : Germanwatch. Dans sa dernière évaluation mondiale des risques climatiques, le Maroc est classé à la 124ème place. L'étude réalisée par cette ONG, dont l'objectif affiché est d'influencer les politiques publiques en matière d'environnement et de relations entre les pays du Nord industrialisé et du Sud sous-développé, s'est appuyée sur les données des assureurs qui ont des statistiques très détaillées de ce que coûtent les dégâts liés au climat. En tout, 180 pays ont été passés au crible, comprenant plusieurs événements climatiques extrêmes tels que les inondations, les tempêtes, les ouragans et les cyclones. Sans oublier les températures extrêmes et les mouvements de masse de population. A contrario, ledit rapport fait fi du niveau des océans, de la fonte des glaciers, mais aussi de réchauffement des mers.
En occupant la 124ème position, le Royaume fait donc partie des pays les moins vulnérables aux évènements climatiques. En détail, l'étude révèle que le pays aux deux mers a enregistré 15,7 décès par an liés à des événements climatiques extrêmes, ce qui lui vaut d'avoir un score de 100,50 points pour l'indice du climat mondial. En sus, le Maroc aurait perdu pour les mêmes raisons, en moyenne 174,019 millions de dollars par an entre 1998 et 2017, à l'instar de plusieurs autres nations, comme le Luxembourg, la Namibie, l'Île Maurice, Malte, le Mali, les Maldives, la Libye, l'Egypte, le Liban, le Koweït et le Qatar.
De l'autre côté de la Méditerranée, la France se classe 18e pays à risques climatiques dans le monde, avec une moyenne de 1.121 décès par an, entre 1998 et 2017. Un mauvais classement dû certainement au bilan meurtrier de la tempête Xynthia qui a entraîné 43 décès en 2010. Dans ce palmarès sinistre, on trouve aussi la Birmanie, l'Inde, Madagascar, la Thaïlande, ou encore les Etats-Unis qui ont perdu 48,7 milliards de dollars par an. En cause, le passage des ouragans comme Katrina, qui a d'ailleurs entraîné à lui seul la mort de plus de 1.800 personnes. Comme quoi la vulnérabilité aux événements climatiques n'est pas qu'une affaire de pays en voie de développement.
A travers un prisme planétaire, l'ONG allemande a alerté sur le fait que plus de 526.000 personnes ont perdu la vie directement à cause de plus de 11.500 évènements météorologiques extrêmes. Des évènements dont les pertes matérielles s'élèvent à 3,47 billions de dollars entre 1998 et 2017.
Néanmoins, il convient de souligner qu'il est toujours difficile de savoir avec certitude si des événements météorologiques sont intiment liés aux changements climatiques ou bien s'ils ne sont qu'une traduction de la variabilité naturelle.
Interrogé par ‘'franceculture.fr'', Jean Jouzel, ancien vice-président du GIEC et climatologue définit les évènements climatiques extrêmes, à savoir : les sècheresses, les canicules, les pluies très intenses, l'élévation du niveau de la mer et les inondations. Pour sa part, et d'après la même source, Hervé Le Treut, climatologue et directeur de l'Institut Pierre-Simon-Laplace voit en se rapport une parfaite occasion pour mettre l'accent sur l'importance de l'adaptation aux changements climatiques. En effet, plus que jamais, le sujet est d'actualité.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.