Vidéo – Achraf Bencharki signe un magnifique doublé et délivre Lens    LdC : Le Wydad laisse des plumes en Afrique du sud    La DGSN se dote d'un système informatisé pour les amendes    Buzz – Bill Gates, le milliardaire qui fait la queue    Tunisie : Une deuxième grève générale prévue pour février    Pargneaux : La Maroc, exemple africain dans la lutte contre le chômage des jeunes    LdC : Le Wydad ne pourra pas aligné son meilleur joueur de l'année    Diapo – Un fourgon transportant 17 millions de dirhams se renverse    Ghazali : La stratégie énergétique du Maroc est fondée sur les énergies renouvelables    Création d'un registre national pour organiser les médias numériques    Organisation du programme jeunes Marocains ambassadeurs des Nations-Unies à Casablanca    Bourita appelle à la création d'un "G10 Méditerranée"    Benchamach œuvre à renforcer les relations maroco-saoudienne    Le Forum international de l'étudiant fait escale à Dakhla    "Gilets jaunes" : A nouveau dans les rues malgré le "Grand débat" lancé par le gouvernement    Fortes pluies dans plusieurs provinces du Royaume    "Afrique du Rire" : Deuxième édition ouverte ce vendredi à Abidjan    VIDEO - Corniche Aïn Diab : Le cri de colère d'une femme à mobilité réduite    2,4 MMDH consacrés à la gestion des déchets ménagers en 10 ans    Casablanca : 5 ans de prison pour chacun des membres d'une bande de malfrats    Deux jeunes hommes se suicident à Nador et Chtouka Aït Baha    El Othmani : Le Maroc « parie sur la transformation digitale »    Fespaco 2019 : «Indigo» de Selma Bargach en lice pour l'Etalon d'or de Yennenga    Musée Saint Laurent: Les 4 expos de cette nouvelle année    Marrakech : Localisation d'une ressortissante danoise portée disparue    Triple candidature pour l'organisation du Mondial-2030 : Le verdict dans quatre ans    Divers sportifs    Le scénario à 48 équipes toujours en gestation    Federica Moghrerini reçue en audience par S.M le Roi Mohammed VI    Habib El Malki : Le Royaume est attaché à sa stratégie de partenariat avec l'UE    Réunion du Bureau de la Chambre des représentants    Donald Trump, le show et le chaos    Andy Murray aura bientôt droit à sa statue à Wimbledon    Trump et Pelosi à couteaux tirés autour du "shutdown"    L'IS représente 15,3% des recettes fiscales en Afrique    Le prix du cannabis au Canada en hausse après la légalisation    Le Kluster CFCIM labellisé par la CCG    Des investisseurs italiens saluent les performances économiques réalisées au Maroc    Ligue des champions : Le WAC en force à Pretoria    Brad Pitt moqué sur la Toile    Selena Gomez fière de la personne qu'elle devient    Kim Kardashian bientôt maman pour la quatrième fois    « Chantons Notre Patrimoine Commun », le spectacle placé sous le signe du vivre ensemble    Algérie : la date de l'élection présidentielle fixée le 18 avril    Le Zamalek ne lâchera pas Hamid Ahaddad    SM le roi Mohammed VI reçoit Federica Mogherini au Palais Royal    Nouvel an Amazigh : À quand Yennayer au Maroc?    Brexit : Les discussions entre May et l'opposition dans l'impasse    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Rapport GermanWatch sur l'indice mondial des risques climatiques Le Maroc s'en tire à bon compte
Publié dans Libération le 13 - 12 - 2018

À Bonn, dans l'ouest de l'Allemagne est basée une organisation non gouvernementale : Germanwatch. Dans sa dernière évaluation mondiale des risques climatiques, le Maroc est classé à la 124ème place. L'étude réalisée par cette ONG, dont l'objectif affiché est d'influencer les politiques publiques en matière d'environnement et de relations entre les pays du Nord industrialisé et du Sud sous-développé, s'est appuyée sur les données des assureurs qui ont des statistiques très détaillées de ce que coûtent les dégâts liés au climat. En tout, 180 pays ont été passés au crible, comprenant plusieurs événements climatiques extrêmes tels que les inondations, les tempêtes, les ouragans et les cyclones. Sans oublier les températures extrêmes et les mouvements de masse de population. A contrario, ledit rapport fait fi du niveau des océans, de la fonte des glaciers, mais aussi de réchauffement des mers.
En occupant la 124ème position, le Royaume fait donc partie des pays les moins vulnérables aux évènements climatiques. En détail, l'étude révèle que le pays aux deux mers a enregistré 15,7 décès par an liés à des événements climatiques extrêmes, ce qui lui vaut d'avoir un score de 100,50 points pour l'indice du climat mondial. En sus, le Maroc aurait perdu pour les mêmes raisons, en moyenne 174,019 millions de dollars par an entre 1998 et 2017, à l'instar de plusieurs autres nations, comme le Luxembourg, la Namibie, l'Île Maurice, Malte, le Mali, les Maldives, la Libye, l'Egypte, le Liban, le Koweït et le Qatar.
De l'autre côté de la Méditerranée, la France se classe 18e pays à risques climatiques dans le monde, avec une moyenne de 1.121 décès par an, entre 1998 et 2017. Un mauvais classement dû certainement au bilan meurtrier de la tempête Xynthia qui a entraîné 43 décès en 2010. Dans ce palmarès sinistre, on trouve aussi la Birmanie, l'Inde, Madagascar, la Thaïlande, ou encore les Etats-Unis qui ont perdu 48,7 milliards de dollars par an. En cause, le passage des ouragans comme Katrina, qui a d'ailleurs entraîné à lui seul la mort de plus de 1.800 personnes. Comme quoi la vulnérabilité aux événements climatiques n'est pas qu'une affaire de pays en voie de développement.
A travers un prisme planétaire, l'ONG allemande a alerté sur le fait que plus de 526.000 personnes ont perdu la vie directement à cause de plus de 11.500 évènements météorologiques extrêmes. Des évènements dont les pertes matérielles s'élèvent à 3,47 billions de dollars entre 1998 et 2017.
Néanmoins, il convient de souligner qu'il est toujours difficile de savoir avec certitude si des événements météorologiques sont intiment liés aux changements climatiques ou bien s'ils ne sont qu'une traduction de la variabilité naturelle.
Interrogé par ‘'franceculture.fr'', Jean Jouzel, ancien vice-président du GIEC et climatologue définit les évènements climatiques extrêmes, à savoir : les sècheresses, les canicules, les pluies très intenses, l'élévation du niveau de la mer et les inondations. Pour sa part, et d'après la même source, Hervé Le Treut, climatologue et directeur de l'Institut Pierre-Simon-Laplace voit en se rapport une parfaite occasion pour mettre l'accent sur l'importance de l'adaptation aux changements climatiques. En effet, plus que jamais, le sujet est d'actualité.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.