Le pape Francois invite 1.500 démunis à sa table    Taekwondo. La sélection marocaine ne rentrera pas les mains vides du tournoi international de Paris    L'élection de Mohamed Boudra à la CGLU met le Maroc sous le feu des projecteurs    Le chanteur malien Salif Keita interpelle son président et tacle Macron... sans langue de bois    Karim Benzema répond à Noël Le Graët    Belle performance en finale de l'élève Fatima Zahra Akhyar    Venise sous les eaux : Nouvelle marée haute dangereuse attendue ce dimanche    Séisme de magnitude 5,3 enregistré dans la région de Midelt    Les députés du PPS décortiquent un projet obsolète    Le PPS et la Loi de Finances 2020    La finale de la Coupe de Trône : Le Tihad de Casablanca vs le Hassania d'Agadir    Lutte ouvrière!    L'œuvre de Hamid Douieb sous la loupe    Mohamed Abdennabaoui : L'indépendance du pouvoir judiciaire est devenue une réalité    Liban: sous la pression de la rue, un ex-ministre renonce à devenir Premier ministre    Nous sommes tous concernés par le diabète    Risques routiers: Renault Maroc sensibilise les écoliers!    L'alliance Renault-Nissan à la recherche du temps perdu    Le 12ème Forum MEDays clôt ses travaux    Province de Jerada : Activation du plan provincial de lutte contre le froid    Vandalisme sportif : Arrestation de 10 personnes à Salé    Météo: Le temps qu'il fera ce dimanche    « Engagement et citoyenneté 2.0 », table ronde pour entamer la 5ème édition du Forum euro-méditerranéen des Jeunes Leaders d'Essaouira    Le Maroc réélu membre du conseil d'administration de l'Euromed Postal    MEDays : Appel à une approche ascendante du multilatéralisme    Après le buzz de la vidéo le montrant en train de négocier l'allègement d'une peine, la police arrête un "semsar"    Suite à l'alerte météo, le ministère de l'Equipement appelle à la vigilance    Eliminatoires CAN 2021 : Triste match nul pour les Lions de l'Atlas    Sao Tomé-et-Principe réaffirme son soutien à la marocanité du Sahara    Jury au festival international du film, Asma Graumiche va faire rayonner le Maroc au Caire    Khalid Echajari s'adjuge l'Open national des échecs à El Jadida    L'agroalimentaire marocain, un secteur en pleine expansion en Afrique    L'industrie 4.0, une opportunité à saisir pour accéder à un nouveau palier de développement    Ce que la reine Elisabeth apprécie le plus chez Kate Middleton    Washington et les Européens étalent leurs divisions sur les jihadistes détenus en Syrie    Les indices Amadeus mis en avant à Tanger    Vincenzo Amendola : Le Maroc, un partenaire crédible de l'Italie et de l'Union européenne    La culture marocaine dans ses multiples facettes en vedette à Toronto    Les révélations fracassantes de Jamie Lee Curtis    En Afrique du Sud, le sel sacré qui épice la grande cuisine    Présentation du nouveau staff technique du Raja    L'hommage posthume de la famille du basket à Abderrahmane Sebbar    Miley Cyrus opérée des cordes vocales    Nicki Minaj gâtée pour son mariage    Ben Affleck à l'affiche d'"Hypnotic"    Vidéo : L'école marocaine vue par The Tberguig !    Kamal Hachkar rend hommage à Neta Elkayam    Eliminatoires de la CAN 2021 / Maroc-Mauritanie : Premier véritable test pour Halilhodzic    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le supplément réclamé par Rabat en vue de gérer les flux migratoires est amplement justifié
Publié dans Libération le 08 - 01 - 2019

Le soutien supplémentaire que le Maroc a réclamé récemment au gouvernement espagnol pour mieux gérer les flux migratoires et intensifier le contrôle des frontières mérite d'être pris en compte, dans la mesure où il peut contribuer à renforcer davantage la collaboration entre les deux pays, a écrit la fin de la semaine dernière le quotidien espagnol El Pais.
« La liste des demandes que le Maroc a adressée au gouvernement espagnol en échange d'une intensification de la surveillance de ses frontières comprend des propositions qui ne devraient pas tomber dans l'oreille d'un sourd », a mis en exergue le journal dans un éditorial relayé par MAP.
Elles peuvent servir à établir des programmes à long terme visant à renforcer la collaboration entre les deux pays et à promouvoir le développement de la région de l'Afrique du Nord, relève le quotidien espagnol.
L'éditorialiste précise que le Maroc réclame une aide pour la formation de travailleurs dans des secteurs clés de son économie, à savoir le tourisme et la santé, et un programme permettant à ses étudiants universitaires de poursuivre leurs études en Espagne dans le cadre d'une « sorte d'Erasmus marocain ».
Pour El Pais, l'Espagne devrait faire pression sur l'Union européenne (UE) afin que ces propositions puissent être traduites, le plus rapidement possible, en programmes viables, à travers la mobilisation des moyens financiers nécessaires, ajoutant que l'expérience avérée de l'Espagne dans les domaines de la santé et du tourisme peut garantir une meilleure formation aux travailleurs marocains.
« L'idée de lancer des projets communs prend tout son sens aujourd'hui » plus particulièrement dans le sillage de la montée en force de l'extrême droite et la xénophobie en Europe qui cherchent à diaboliser l'Etranger, soutient la publication.
Selon les derniers chiffres publiés par l'Organisation internationale pour les migrations (OIM), plus de 57.000 migrants sont arrivés en Espagne en 2018, soit deux fois plus qu'en 2017, rappelle El Pais, faisant observer qu' « avant de dramatiser, l'unique voie est de trouver des issues ».
« Les propositions marocaines n'en s'éloignent pas », a conclu El Pais, l'un des quotidiens les plus influents et proche des cercles du pouvoir en Espagne.
Il y a quelques jours, le même journal a publié un article dans lequel il révèle que Rabat avait transmis aux autorités espagnoles une liste de demandes en contrepartie d'un contrôle des frontières. L'article écrit par la journaliste María Martín a assuré qu'en plus de 140 millions d'euros d'aides que l'UE avait promis pour soutenir le Maroc dans la surveillance de ses frontières, Rabat avait réclamé également des aides pour former des travailleurs dans les secteurs du tourisme et de la santé.
La même source a indiqué que « pour répondre aux demandes du Maroc il est indispensable que l'UE apporte son soutien avec des fonds additionnels ». Et d'ajouter : « La secrétaire d'Etat aux Migrations, Consuelo Rumí, a prévu un voyage à Bruxelles à la fin du mois afin de prendre de nouveaux engagements financiers". "Vous devez investir dans ce type d'initiative; l'UE doit s'impliquer ", ont déclaré des sources au ministère du Travail, de la Migration et de la Sécurité sociale. Lors de ce voyage, Rumí demandera également à ses partenaires européens de remettre enfin les 140 millions d'euros approuvés il y a plusieurs mois pour aider le Maroc à gérer les flux migratoires. Elle a rejoint la thèse marocaine et imputé le retard dans la remise des fonds à la bureaucratie communautaire "exacerbée" dans une interview accordée à ce journal ». El Pais fait allusion à l'interview avec la ministre espagnole en décembre dernier dans laquelle elle a critiqué l'UE pour le retard enregistré en ce qui concerne le soutien financier promis au Maroc pour contrôler ses frontières.
La réponse de Bruxelles ne s'est pas fait attendre. Le commissaire chargé de la politique de voisinage, Johannes Hahn, a assuré qu' « il n'y a pas eu de retard » en ce qui concerne le soutien de l'UE d'une valeur de 140 millions d'euros au Maroc pour le contrôle de ses frontières comme le suggère la ministre espagnole Consuelo Rumí.
« Je regrette que vous ayez cette perception de la situation de l'aide fournie au Maroc et qu'elle ne corresponde pas à la réalité », a assuré le responsable européen dans une lettre adressée à la ministre espagnole datée du 4 janvier et relayée par l'agence Europa Press.
Le commissaire européen a expliqué que "non seulement il n'y a pas eu de retard", mais "les différentes actions liées au paquet d'aide au Maroc ont été préparées et mises en œuvre en un temps record, grâce à la flexibilité et aux efforts de l'UE" et a mis l'accent sur le fait que tout cela avait été fait « en étroite coopération » avec les autorités espagnoles.
Johannes Hahn lui a rappelé que le programme d'aide au Maroc comprend un projet de 30 millions d'euros pour renforcer les capacités de contrôle des frontières, lequel projet a commencé à être exécuté "en octobre 2018" par le Centre international pour le développement des politiques de migration (ICMPD), une aide budgétaire supplémentaire de 70 millions au gouvernement de Rabat pour la gestion des frontières, dont 30 millions "ont été versés directement au Maroc le 20 décembre" et 40 millions supplémentaires pour un projet de gestion des frontières et d'immigration qui sera réalisé par la Fondation internationale pour l'administration et les politiques publiques ibéro-américaines (FIIAPP), une institution publique espagnole, après l'approbation du projet par Bruxelles le 13 décembre dernier.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.