Déficit budgétaire de 41,3 MMDH à fin juillet    Explosion à Beyrouth: Pont aérien humanitaire de l'UE    Botola Pro D1: Report de trois matches de la 22è journée    Covid-19: Le nombre des cas actifs s'élève à près de 11.000    Evolution Covid-19 au Maroc : 1.306 nouveaux cas ces dernières 24 heures, 39.241 cas cumulés, vendredi 14 août à 18 heures    Le Maroc devient le cinquième pays africain le plus touché    Distribution des aides marocaines aux victimes de l'explosion du port de Beyrouth    Covid-19 : Des joueurs Wydadis contaminés    Rentrée scolaire au Maroc : les écoles privées au bout du rouleau ?    Covid – Casablanca – Préfecture d'Anfa – Des mesures de restrictions instaurées dès aujourd'hui    Cinéma : L'actrice égyptienne Shwikar n'est plus    Tindouf: l'affaire du détournement de l'aide humanitaire continue de faire réagir    Tout savoir sur l'exemption des personnes touchées par la pandémie des impôts et redevances dus à la commune    Transfert: Arsenal réalise un joli coup    Vaccin anti-Covid-19: l'UE conclut un accord pour l'achat de 300 millions de doses    Transport routier: 153 MDH destinés au renouvellement du parc automobile (2020)    Fkih Ben Salah: une tentative de trafic de 720 chardonnerets avortée    Covid-19 au Maroc: témoignages poignants de médecins réanimateurs    Titrisation : La constitution du FT Immo LV prévue le 2 septembre    Réalisation d'une arthroscopie pour la première fois dans un hôpital provincial    Covid-19: Le vaccin d'AstraZeneca sera prêt au 1er trimestre 2021    Vaccin anti-Covid-19: accord entre l'UE et une société américaine    Sahara marocain: L'ambassade du Maroc à Pretoria promeut la doctrine nationale    Botola Pro D1 : Un classico et un derby animent la 22ème journée    Annulation des Mondiaux juniors de taekwondo    L'EN de cyclisme en stage de préparation à Ifrane    Les divagations d'Alger mises à nu par l'UE    L'Autorité nationale de régulation de l'électricité voit le jour    Kamala Harris se rêve en première vice-présidente noire des Etats-Unis    Explosions de Beyrouth. Le FBI se joint aux enquêteurs    Les collectivités territoriales dégagent 3,7 MMDH d'excédents budgétaires au premier semestre    L'immobilier après le confinement : ça commence à bouger    Célébration du 41ème anniversaire de la récupération d'Oued Eddahab    Des cas de contamination au Covid-19 enregistrés parmi le personnel judiciaire    La 22ème journée de la Botola au conditionnel    Comment Sharon Stone a frôlé la mort à trois reprises    Des milliers de fans réunis à Abidjan un an après la mort de DJ Arafat    Dwayne Johnson, acteur le mieux payé de Hollywood    Le PPS dénonce vigoureusement le favoritisme    UFC: Ottman Azaitar annonce son retour!    Une première dans l'histoire du Maroc!    «A Taste of Things to Come» exposé à Séoul    Il y a 41 ans, la récupération de Oued Eddahab    Lahcen Bouguerne libère la voix des femmes    L'avenir du monde arabo-musulman est indissociable de celui de la cause palestinienne    USA-Afrique: Peter Pham reçu par le Président tchadien    Terreur dans les camps de Tindouf : Une nouvelle vague de répression du Polisario    COVID-19 : Décès de l'artiste populaire Abderrazak Baba, un pionnier de la dakka marrakchia    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Saâd Dine El Otmani lors de la séance mensuelle consacrée à la politique générale à la Chambre des représentants
Publié dans Libération le 09 - 01 - 2019

Le chef du gouvernement, Saâd Dine El Otmani, a souligné, lundi à Rabat, la nécessité d'adopter une approche holistique prévoyant des directives générales pour les politiques publiques à long terme, tout en fixant des priorités communes et convenues.
Répondant à une question centrale lors de la séance mensuelle consacrée à la politique générale à la Chambre des représentants, sur "L'évaluation de la performance des stratégies sectorielles", M. El Otmani a indiqué que la convergence et l'harmonisation des politiques publiques et des stratégies sectorielles ont toujours été au cœur des préoccupations de SM le Roi Mohammed VI, notant que l'exécutif est conscient que les résultats importants obtenus par les stratégies sectorielles ne doivent pas occulter les difficultés, contraintes et défis entravant une efficacité optimale.
Ces contraintes concernent le manque de coordination et de gouvernance dû à la pluralité des stratégies, des plans sectoriels et des mécanismes de suivi, l'efficacité et le rendement limités de ces stratégies et programmes et leur faible impact sur le développement en général et la création d'emplois en particulier, ainsi que les contraintes liées à la répartition équitable de la mise en œuvre des programmes au niveau territorial, a relevé M. El Otmani, soulignant la nécessité d'une plus grande coordination territoriale des stratégies et programmes sectoriels.
Le gouvernement a œuvré à surmonter ces difficultés et contraintes, à travers une approche basée sur la convergence, le suivi et l'évaluation continus des différentes stratégies sectorielles et la consolidation de la complémentarité et de la coordination entre elles, l'objectif étant de capitaliser les résultats positifs et de pallier les déficiences pouvant l'entacher, permettant de garantir plus d'efficacité en faveur de ces programmes et d'assurer leur impact direct sur le niveau de vie des citoyens, a assuré M. El Otmani.
La concrétisation de cette approche se fait via une série de mécanismes, dont l'adoption d'un plan exécutif du programme gouvernemental basé sur des mesures pratiques assorties d'objectifs et d'indicateurs numériques et de délais de mise en œuvre et de suivi, permettant ainsi d'évaluer l'impact des mesures prises dans les stratégies sectorielles, a-t-il fait savoir, ajoutant que l'accent a été mis sur la création d'une commission interministérielle pour le suivi de la mise en œuvre du programme gouvernemental et la consolidation de la convergence des stratégies sectorielles.
Afin de renforcer le rôle des établissements publics dans la mise en œuvre des politiques publiques, le gouvernement s'emploie à coordonner l'action de ces établissements en renforçant la méthodologie contractuelle (contrats-programmes), a-t-il poursuivi.
Dans le cadre de l'institutionnalisation de la fonction d'évaluation des politiques publiques, M. El Otmani a fait savoir que l'Exécutif a lancé, en coordination avec les différents départements gouvernementaux et établissements publics concernés, un processus de concertation pour l'élaboration d'une vision collective et d'un programme d'action pour l'institutionnalisation effective de la fonction d'évaluation, avec l'instauration d'une culture de l'évaluation en matière de gestion de la chose publique, conformément aux normes internationales en vigueur.
De même, il a fait état de la réalisation d'une étude comparative des principales évaluations de politiques publiques internationales, ayant permis d'identifier les points forts et les opportunités pouvant être pris en compte, afin d'institutionnaliser et de développer cette fonction.
Et d'ajouter que, sur la base des résultats de cette étude comparative, une conceptualisation de l'institutionnalisation de l'évaluation des politiques publiques a été élaborée conformément à la conjoncture nationale, reposant sur deux principaux piliers, dont l'un est institutionnel et concerne la mise en place d'une commission interministérielle chargée de la programmation, de la coordination et de la supervision de l'évaluation, avec la mise en place d'un mécanisme national spécialisé en la matière qui sera chargé de réaliser, pour le compte de l'Exécutif, les évaluations, études et recherches sur le terrain requises, outre le développement d'outils scientifiques et technologiques et des systèmes informatiques et bases de données de manière à garantir l'efficacité et la qualité de ces évaluations.
Le deuxième pilier, ajoute M. El Otmani, concerne un ensemble de mesures visant à accompagner le développement et la promotion de la culture de l'évaluation dans l'administration publique pour renforcer les capacités et développer des outils scientifiques et techniques.
Un projet de loi relatif au système statistique national est en cours d'élaboration et s'inscrit dans le cadre du programme gouvernemental dans son volet relatif au développement et l'unification du système statistique public, de manière à faire de l'information statistique un service public bénéficiant de la confiance des acteurs politiques, économiques et sociaux, a assuré M. El Otmani.
Au sujet de la convergence des stratégies et des programmes publics au niveau local, M. El Otmani a affirmé que le gouvernement a procédé à la publication de la Charte de la déconcentration administrative, dans le cadre de l'activation du processus de la régionalisation avancée selon une approche intégrée visant à réaliser le développement durable, précisant que l'un des objectifs les plus importants de ce chantier consiste à implémenter les politiques publiques au niveau territorial, en tenant compte des spécificités de chaque région et de la mise en œuvre et l'évaluation de ces politiques, tout en assurant l'intégration et la synergie nécessaires.
Les stratégies sectorielles mises en œuvre au Maroc sont essentielles à la réalisation du développement économique et social, à l'amélioration du niveau de vie des citoyens et à la satisfaction de leurs besoins réels, a-t-il relevé, mettant en avant le bilan des stratégies les plus importantes qui ont concerné les différents secteurs productifs, tels que l'industrie, l'agriculture, le tourisme, l'énergie et autres. Il s'agit, également, de soutenir les fondements d'une croissance économique forte et durable en encourageant les investissements publics et privés et en optimisant le potentiel du pays dans divers secteurs de production.
Ces programmes garantissent, également, la relance et le décollage de l'économie nationale, en fournissant des mécanismes, des moyens et les infrastructures nécessaires, et en soutenant la transformation structurelle de l'économie nationale, en vue de la diversification du tissu économique en tant que choix essentiel pour la croissance des exportations et la réduction du déficit commercial.
Le chef du gouvernement a expliqué que ces stratégies visent à améliorer la compétitivité des secteurs productifs nationaux et à les renforcer contre les chocs extérieurs, tout en encourageant la concurrence internationale. Il est également question de réduire le déficit extérieur et d'intégrer l'économie mondiale dans le dessein d'améliorer les conditions de vie de la population et son accès aux services sociaux.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.