Coronavirus : 26 nouveaux cas, 7.859 au total, mardi 2 juin à 10h    Le Maroc accède au 2ème rang africain en tests de dépistage du Covid-19    Le Bureau politique réitère son appel à tous les militants de rester unis autour de leur parti    La capitale des alizés prépare sa relance post-confinement    La culture en détresse    Les différentes pistes du CMC pour relancer l'économie nationale    La CAF accélère le décaissement de l'aide financière destinée aux Associations membres    Achraf Hakimi de nouveau buteur    Violents affrontements entre manifestants et miliciens du Polisario devant le bagne d'Errachid    Les humanitaires espagnols en effroi devant le détournement des aides destinées aux camps de Tindouf    Pr Abderrahmane Machraoui : Les mesures prises par les autorités marocaines ont été prudentes, sages et exemplaires    Arrestations pour violation de l'état d'urgence sanitaire à Essaouira    De la drogue saisie par les FAR près du mur de protection    Christo, l'artiste «emballeur» n'est plus    Echanges extérieurs: Tout baisse, sauf l'alimentaire    Les Etats-Unis s'embrasent    France: C'est l'heure de la reprise économique    Hyperpuissance    Article 1062726    Lettre à l'éditeur de The Lancet    Salé: Les derniers malades de Covid-19 quittent l'hôpital    Foot: LaLiga fixe le calendrier de reprise    La démocratie locale…reportée    Un fidèle en amitié et en militantisme    Mendyl, direction Bordeaux?    Moto GP: le Grand Prix du Japon annulé    Ronaldo: «Messi est bien sûr le numéro 1»!    L'Amérique et ses démons    Turquie-Grèce: Bruits de bottes à la frontière…    Assurance: le groupe Holmarcom opère la fusion de ses deux filiales    Coronavirus : la CNT tire la sonnette d'alarme    Maroc Telecom lance sa solution de paiement mobile    Coronavirus : 12 nouveaux cas, 7.819 au total, lundi 1 juin à 10h    Trump met fin au partenariat des Etats-Unis avec l'OMS    Tanger: La plaque commémorative de la Rue Abderrahmane El Youssoufi saccagée    Décès à Tanger de la libraire et éditrice Marie-Louise Belarbi    Taïa: «Le Covid-19 a créé une misère plus mortelle que le virus»    Message de condoléances d'Abbas El Fassi    Ursula von der Leyen dit "Shukran" au Maroc    Epidémies... Ces romanciers qui ont tout vu !    Le gouvernement à l'écoute des syndicats    Hong Kong: Le Parlement chinois adopte sa «loi sur la sécurité»…    Pillages et échauffourées aux Etats-Unis malgré des couvre-feux    Hicham Sabir, une étoile montante de l'écriture…    La coupe du Trône, un cadeau d'adieu avant l'heure    Danielle Skalli tire sa révérence    À quoi sert la littérature en période de confinement?    CIO : Kamal Lahlou réélu au sein de la commission Marketing    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'accord du Brexit rejeté massivement pas les députés britanniques
Publié dans Libération le 17 - 01 - 2019

Les députés britanniques ont sévèrement désavoué mardi la Première ministre conservatrice Theresa May en rejetant massivement son accord de sortie de l'UE lors d'un vote qui plonge un peu plus le Royaume-Uni dans l'incertitude à moins de trois mois du Brexit.
La chambre des Communes a recalé le texte par 432 voix contre 202, la plus lourde défaite essuyée par un dirigeant britannique depuis les années 1920.
Sitôt le résultat connu, le chef de l'opposition travailliste Jeremy Corbyn a présenté une motion de censure contre le gouvernement, qualifiant ce résultat de "catastrophique".
Le rejet de l'accord est tout sauf une surprise tant forte était l'opposition à ce "Traité de retrait" de l'UE, âprement négocié pendant 17 mois avec Bruxelles, mais qui n'a convaincu ni les Brexiters, ni les europhiles.
Theresa May a désormais jusqu'à lundi pour présenter un "plan B" si elle survit à la motion de censure travailliste. Plusieurs options s'offrent à elle: s'engager à retourner négocier à Bruxelles ou demander un report de la date du Brexit, prévue le 29 mars. Le rejet du texte ouvre également la possibilité d'un divorce sans accord, particulièrement craint par les milieux économiques.
Lors d'une ultime tentative de convaincre les députés britanniques du bien-fondé de cet accord, Theresa May les avait appelés à prendre la mesure de ce vote "historique", "qui déterminera le visage du (Royaume-Uni) pour les décennies à venir".
"Nous avons le devoir de respecter" le résultat du référendum sur l'UE du 23 juin 2016, avait-elle déclaré dans une chambre des Communes pleine à craquer, mettant en garde: "Un vote contre cet accord n'est qu'un vote pour l'incertitude, la division et la menace très réelle de ne pas conclure d'accord".
Nul ne s'attendait à ce que les députés adoptent le texte et l'inconnue résidait plutôt dans l'ampleur de la défaite, qui influera sur la marge de manœuvre de Theresa May.
En première ligne dans ce dossier côté européen, le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker a réagi au résultat du vote en estimant que "le risque d'un Brexit sans accord s'est accru".
"J'appelle le Royaume-Uni à clarifier ses intentions dès que possible. Le temps est presque écoulé", a-t-il ajouté.
Le vote a ravivé les passions dans un Royaume-Uni profondément divisé depuis le référendum de juin 2016, avec une classe politique se montrant incapable de se mettre d'accord sur le type de relation souhaité avec l'UE, entre rupture franche et maintien de liens étroits.
La tension était palpable dans les milieux financiers, prêts à faire face à une forte volatilité des actifs britanniques. La livre britannique se reprenait toutefois face à l'euro et au dollar mardi, le rejet ayant été largement anticipé.
Les salles des marchés des grandes banques et des sociétés de courtage devaient être animées jusqu'à tard, et la puissante Association des constructeurs et des vendeurs automobiles (SMMT) a mis en garde contre "les conséquences catastrophiques" d'une sortie sans accord.
Avant le vote, la fébrilité a régné toute la journée autour du Parlement, où se sont rassemblés militants pro et anti-Brexit, drapeaux du Royaume-Uni ou de l'UE à la main.
Les partisans d'un second référendum ont mis en scène une Theresa May en carton-pâte à la proue d'un bateau "HMS Brexit" en train de foncer sur un iceberg, tel le Titanic.
Dans l'autre camp, Simon Fisher agitait un drapeau "Partir, c'est partir (de l'UE)".
Initialement prévu en décembre, le vote avait été reporté à la dernière minute par Mme May pour éviter une défaite annoncée et tenter d'obtenir des "assurances" supplémentaires des dirigeants européens.
Ceux-ci se sont contentés de réaffirmer lundi que l'UE "ne souhaite pas" l'entrée en vigueur de la disposition la plus controversée de l'accord, celle du "filet de sécurité" ("backstop" en anglais).
Cette option de dernier recours prévoit de maintenir le Royaume-Uni dans une union douanière avec l'UE pour éviter le rétablissement d'une frontière physique entre l'Irlande et la province britannique d'Irlande du Nord, si aucune autre solution n'est trouvée à l'issue de la période de transition post-Brexit.
Les conservateurs pro-Brexit y voient une forme d'ancrage indéfini dans l'UE et le petit parti unioniste nord-irlandais DUP une menace pour l'intégrité du Royaume-Uni.
Ces garanties ont laissé froid le DUP, dont le soutien est indispensable à Theresa May pour disposer d'une majorité absolue au Parlement. "Nous ne laisserons pas des bureaucrates à Bruxelles nous séparer du reste du Royaume-Uni", a lancé sur la BBC Sammy Wilson, chargé du Brexit au sein du DUP.
Avant la défaite, un porte-parole de Theresa May avait affirmé que "la Première ministre est déterminée à mettre en oeuvre le vote des Britanniques en faveur d'un départ de l'UE", excluant l'idée d'une démission.
Le chef de la diplomatie allemande Heiko Maas a évoqué mardi la poursuite des discussions, tout en prévenant qu'il ne pouvait pas y avoir de changement "substantiel" à l'accord.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.