El Otmani : la confiance dans les corps intermédiaires est cruciale    Atlantic Dialogues 2019 : L'énergie, un chantier plus que prioritaire pour l'Afrique !    Industrie auto: Bientôt de nouveaux écosystèmes    Trois individus arrêtés à Casablanca pour détention d'une arme à feu et trafic de drogue    L'Unesco partenaire du festival de Fès    Alerte météo : Vagues dangereuses de 4 à 6 mètres sur les côtes atlantiques à partir du lundi    Un policier contraint de dégainer son arme pour arrêter deux individus à Fès    Casablanca: Annonce des projets primés au Festival international du film de l'étudiant    Forum parlementaire: Le Maroc et la France, partenaires pour la sécurité et le développement en Afrique    Attijariwafa bank renforce son engagement en faveur des MRE du Canada    Secteur industriel : L'indice des prix à la production en hausse    Rabat: Huit accords de partenariat pour l'accompagnement des personnes en situation de handicap    El Othmani loue l'action de l'AMMC    L'Organisation de Coopération Islamique fait le bilan de 20 ans d'activités    Botola Pro D1 : Le classico Wydad-AS FAR vole la vedette    Oriental: Le CRI en mode proximité    Arganier: Le bio pour monter en gamme    Cafés hors la loi: La démolition commence!    Rabat: L'Intérieur se charge du budget 2020    Complexe Mohammed VI: Le modus operandi    Un nouveau souffle pour la Fondation «Esprit de Fès»    Des entreprises portugaises en mission d'affaires multisectorielle au Maroc    Un ex-Premier ministre turc égratigne Erdogan en lançant son parti    L'intelligence artificielle, entre opportunité et menace pour la santé    Ligue des champions : Ciel dégagé pour le PSG avant l'heure de vérité    Ligue Europa: Arsenal et la Roma au rendez-vous des seizièmes    Avec la victoire de Boris Johnson, tout reste à jouer pour l'économie britannique    La musique gnaoua, entre rituel africain et culte des saints vénérés au Maroc    André Azoulay: Il s'agit d'une consécration de l'engagement pionnier d'Essaouira    Le vivarium du jardin zoologique de Rabat désormais ouvert au public    Les Algériens ne veulent pas Tebboune    Football: Qui sont les joueurs africains les mieux payés?    La BAD approuve près de 245 millions d'euros pour développer les réseaux de transport d'électricité et d'électrification rurale    Présidentielles algériennes : Abdelmadjid Tebboune vainqueur selon les résultats préliminaires    Gestion des catastrophes naturelles : La Banque mondiale accorde un prêt de 275 millions de dollars au Maroc    Nouvelle défaite cruelle de l'OCK    Eliminatoires Mondial-2022 : La date du tirage au sort fixée    Karim El Aynaoui : « Atlantic Dialogues », une invitation à formuler des réponses urgentes aux grands défis communs »    Habib Sidinou, un président sobre et altruiste    Les prémices d'un nouvel espoir    Espagne: Les 3 footballeurs accusés de viol écopent de 38 ans de prison chacuns    Neutralité carbone en 2050: l'UE s'engage, mais sans la Pologne    Ce que la Turquie pense du Polisario    L'opposition et la Constitution «adoptent» le PLF    La Gambie annonce l'ouverture prochaine d'un consulat général à Dakhla    Académie française: Abdeljalil Lahjomri reçoit le Grand Prix de la francophonie    G-B : La Livre sterling s'envole après la victoire des Tories    L'art Gnaoua inscrit au patrimoine immatériel universel    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Trump et Pelosi à couteaux tirés autour du "shutdown"
Publié dans Libération le 19 - 01 - 2019

Le "shutdown" vire au règlement de compte entre Donald Trump et Nancy Pelosi. Et les coups volent bas. Quitte à perturber un calendrier officiel bien huilé et un voyage jusqu'alors tenu secret.
Le président américain et la présidente démocrate de la Chambre des représentants sont engagés dans un bras de fer depuis plus de trois semaines autour de cette impasse budgétaire affectant quelque 800.000 employés fédéraux, qui ne touchent plus leur salaire.
"Par respect" pour ces employés, M. Trump a décidé d'annuler le voyage de sa délégation au Forum économique mondial de Davos, en Suisse, a annoncé la Maison Blanche jeudi en fin de journée, une semaine après l'annulation par Donald Trump de sa propre participation.
Quelques heures plus tôt, le président américain avait stupéfié le Congrès en annonçant qu'il annulait un déplacement que Nancy Pelosi, troisième personnage de l'Etat, devait effectuer en Afghanistan à bord d'un avion militaire.
M. Trump soulignait dans un courrier chargé d'ironie qu'il serait préférable que la "Speaker" reste travailler à Washington, alors qu'aucune issue ne se dessine au 27e jour du "shutdown".
Problème, ce voyage n'avait pas été encore révélé à la presse, pour des questions de sécurité.
Entre cocasserie et colère, sa brusque annulation a donné lieu à une curieuse scène devant le Capitole, où plusieurs parlementaires étaient déjà à bord d'un bus militaire, prêts à partir, lorsque la lettre a été rendue publique. Plusieurs sont restés à bord pendant un long moment, sur le parvis du Capitole. Furieux, le démocrate Adam Schiff, chef de la puissante commission du Renseignement de la Chambre des représentants, a dénoncé le comportement "trop souvent (...) digne d'un écolier" de Donald Trump.
"La décision du président de dévoiler un voyage que la +Speaker+ fait dans une zone en guerre est complètement et totalement irresponsable", s'est-il indigné.
Fort caractère contre fort caractère, les deux dirigeants sont engagés dans un intense bras de fer depuis le 22 décembre autour de cette paralysie budgétaire partielle. Pour l'instant, aucun ne se montre prêt à céder, mais les évènements semblent s'accélérer depuis mercredi.
L'annulation ordonnée par Donald Trump fait en effet suite à la demande, formulée la veille par Mme Pelosi, de reporter le traditionnel discours sur l'état de l'Union du président, prévu le 29 janvier. Elle mettait en avant des raisons de sécurité pour cause de "shutdown". M. Trump n'y a pas donné suite pour l'instant.
La tradition veut que ce soit le leader de la Chambre basse qui invite le président à ce discours annuel devant la Chambre des représentants et le Sénat réunis.
Au cœur du conflit budgétaire les opposant figure le mur que veut ériger Donald Trump à la frontière avec le Mexique. Les démocrates ne veulent pas en entendre parler.
Dans le cadre des négociations de sortie de crise, le vice-président Mike Pence, accompagné du conseiller et gendre du président Jared Kushner, se sont rendus au Capitole jeudi pour s'entretenir avec le chef républicain du Sénat Mitch McConnell pendant plus de 45 minutes. Ils n'ont fait aucun commentaire à leur sortie.
"En raison du shutdown, je suis désolé de vous informer que votre voyage à Bruxelles, en Egypte et en Afghanistan a été repoussé", a écrit M. Trump à Mme Pelosi, qualifiant le voyage d'activité de "relations publiques".
"Je pense aussi que, durant cette période, il serait préférable que vous soyez à Washington pour négocier avec moi", a-t-il ajouté.
"Naturellement, si vous voulez voyager par avion commercial, le choix vous appartient", a conclu M. Trump. Le pouvoir exécutif permet traditionnellement aux dirigeants du Congrès d'utiliser des avions militaires pour leurs déplacements.
Décrire ce voyage comme une mission de relations publiques "est une insulte faite aux courageux hommes et femmes qui se mettent en danger pour servir" leur pays, a réagi une nouvelle élue démocrate, Elaine Luria, ex-militaire qui devait elle-même être du voyage.
L'objet de ce voyage était "d'exprimer la gratitude envers les hommes et femmes en uniforme" et d'obtenir "des informations critiques en termes de sécurité nationale", a souligné le porte-parole de Nancy Pelosi, Drew Hammill.
Il a précisé que lors de l'étape de Bruxelles, la délégation d'élus devait rencontrer des hauts responsables de l'Otan et des alliés pour "réaffirmer la solidité de l'engagement des Etats-Unis au sein de l'Alliance".
Aucun arrêt en Egypte n'était prévu lors de ce déplacement devant avoir lieu selon lui sur un week-end, a-t-il souligné.
"Une réponse puérile ne mérite pas une autre réponse du même ton", a de son côté réagi le sénateur républicain Lindsey Graham, renvoyant les deux responsables politiques dos à dos.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.