Quelle réforme pour la fiscalité au Maroc?    Des solutions contre l'insatisfaction des troupes    Vladimir Poutine invite Kim Jong-un    Wafa Assurance signe un accord de rapprochement avec des compagnies au Cameroun    Brief d'avant match : Que peut-on attendre de la rencontre WAC-Mamelodi Sundowns    Maluma et Gims préparent un clip à Marrakech !    Ukraine : À peine élu, Zelensky pris entre deux feux    Les dispositions relatives à la protection sociale des artistes mises en oeuvre par le ministère    Un policier tire sur deux voleurs à Rabat    L'UE a accordé une protection à plus de 300 000 demandeurs d'asile en 2018    Badr Tahiri. ‘‘Une stratégie dédiée à la région s'impose''    Après freddy Mercury, Rami Malek passe au mode "Bond"    Jazzablanca 2019 accueillera Metronomy !    Afrique du Nord. Les pistes de promotion de l'emploi    Festival international de la culture Aissaoua : Retour sur les temps forts    Le Wydad assuré de jouer la Ligue des Champions 2019/2020    CAN 2019 : L'UAR veut maintenir les droits de retransmission télévisée à un niveau abordable    9è fête des journalistes sportifs marocains : Des journalistes honorés    Programme Moucharaka Mouwatina : Lancement d'un appel à propositions    Arrestation à Meknès de deux individus soupçonnés de possession et de trafic d'ecstasy    DGSN : Huit employées d'un centre d'appels non autorisé arrêtées à Khouribga    Khalid Naciri au Forum de la MAP    De Zemamra à Azemmour    Benabdallah: le PPS soutient totalement l'Initiative civile pour le Rif    ABL Aviation: faire de Casablanca un hub régional de l'Afrique    Santé scolaire: «Jeux Vidéo : Jouons sans en abuser»    Les hommes qu'il faut à la place qu'il faut    Irlande du Nord: Une renaissance de l'I.R.A.?    Ramadan et santé: Les précautions à prendre    Dialogue social : Nouvelles conditions des syndicats    Partenariat : La BEI et l'Amica renforcent leur coopération    Données: Facebook table sur une amende record de 3 à 5 milliards de dollars    Le pétrole dépasse 75 dollars pour la première fois depuis fin octobre    Dans l'ouest de la Libye, des anti-Haftar se battent contre un "nouveau Kadhafi"    Insolite : Navigateur non-voyant    Edito : Ordures    Limogeages en série en Algérie : Le PDG de Sonatrach congédié    La jeunesse marocaine discute du Maroc de demain    Mohamed Benabdelkader : Passer d'une gestion administrative des carrières à une gestion professionnelle basée sur les compétences    Pourquoi la Lune et le Soleil semblent avoir une taille similaire vus depuis la Terre    Campagne agricole: 80% du PIB hors aléas climatiques    Le Barça quasiment champion d'Espagne    Autopsie de l'équipe nationale par Hervé Renard    Coup d'envoi de la 46ème édition du Trophée Hassan II et de la 25ème Coupe Lalla Meryem de golf    Anders Holch Povlsen, un milliardaire très discret    Vers une protection effective du livre et des droits d'auteur    "La lune et Casablanca", une immersion dans les univers de l'art vidéo    Projection à Washington du long métrage franco-marocain "Tazzeka"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Stefan Löfven, du soudeur syndicaliste au "socialo de droite"
Publié dans Libération le 21 - 01 - 2019

img class="responsive" style="display:none" src="https://www.libe.ma/photo/art/grande/29925432-28755252.jpg?v=1547984041" alt="Stefan Löfven, du soudeur syndicaliste au "socialo de droite"" title="Stefan Löfven, du soudeur syndicaliste au "socialo de droite"" / img class="not-responsive" src="https://www.libe.ma/photo/art/default/29925432-28755252.jpg?v=1547984047" alt="Stefan Löfven, du soudeur syndicaliste au "socialo de droite"" title="Stefan Löfven, du soudeur syndicaliste au "socialo de droite"" width="708" /
Ancien ouvrier syndicaliste, le Premier ministre suédois Stefan Löfven a réussi à rempiler après des mois d'intrigues en jouant l'ouverture à droite, quitte à avaler de nouvelles couleuvres idéologiques.
A 61 ans, le dirigeant social-démocrate, qui a été reconduit au poste de Premier ministre vendredi à l'issue d'un vote au Parlement, a réussi son pari: maintenir au pouvoir l'un des derniers gouvernements de centre gauche en Europe.
L'exploit n'est pas mince dans un pays où la proportionnelle a accouché le 9 septembre d'un paysage politique atomisé, avec un siège d'écart entre les blocs de gauche et de droite, et une extrême droite sur le podium en position de trouble-fête.
Avant le scrutin, Stefan Löfven apparaissait plus isolé que jamais, critiqué sur sa droite pour avoir laissé grandes ouvertes les portes du pays aux demandeurs d'asile, étrillé sur sa gauche pour les avoir refermées.
Mais toutes les tentatives de l'opposition pour constituer une alternative sans dépendre des démocrates de Suède (populistes anti-immigration) ont échoué. En habile tacticien, l'ancien soudeur a fini par rafler la mise en débauchant deux partis de centre droit (le centre et les libéraux) qui soutiendront au Parlement son gouvernement minoritaire (sociaux-démocrates et verts).
"Löfven a atteint son objectif stratégique: rester au pouvoir et diviser l'opposition de droite", résume le politologue Olof Petersson.
Il s'expose toutefois à un sévère retour de bâton aux législatives de 2022, selon les analystes.
En embarquant les deux partis de centre droit, Stefan Löfven a dû signer un accord qui, de fait, emprunte largement au programme électoral de la droite et déroute une partie de sa base.
"En échange du poste de Premier ministre, les sociaux-démocrates payent le prix fort en termes de réformes libérales", constate le quotidien de référence Dagens Nyheter.
Parfois qualifié de "socialo de droite", le Stefan Löfven II ne risque pas d'améliorer son image auprès de ses anciens amis socialistes.
Löfven avait déjà perdu des points dans son propre camp en fermant les robinets de l'immigration fin 2015, après l'arrivée de plus de 240.000 demandeurs d'asile depuis 2014.
Le 24 novembre 2015, il annonce que la Suède aligne sa politique d'accueil sur les minimas de l'Union européenne, restreignant notamment les conditions du regroupement familial.
"Il m'est pénible de constater que la Suède ne peut plus accueillir de demandeurs d'asile dans les mêmes proportions élevées qu'aujourd'hui", défend-il au cours d'une conférence de presse aux côtés de sa vice-Première ministre écologiste, Asa Romson, en larmes.
"Mon Europe n'érige pas de murs, nous tendons la main quand la situation l'exige", déclarait-il deux mois plus tôt.
"Même Angela Merkel en Allemagne a dû faire volte-face sur l'immigration. Mais aucun dirigeant en Europe n'a amorcé un virage aussi brutal que Stefan Löfven", ironisait en mai le quotidien de référence Dagens Nyheter (DN).
Pour gommer l'étiquette de "naïveté" et d'"irresponsabilité" que lui collent ses adversaires sur les dossiers de l'immigration et de l'intégration, il a multiplié les déclarations d'autorité pendant la campagne des législatives en rappelant "leurs droits et devoirs" aux étrangers accueillis en Suède.
Né à Stockholm d'une mère célibataire qui n'avait pas les moyens de s'occuper de lui, Stefan Löfven a grandi à Sollefteå, à 500 kilomètres au nord de la capitale, dans une famille d'accueil dont le père était ouvrier.
Devenu soudeur, il s'engage pour la première fois dans la vie syndicale au début des années 1980 dans l'usine d'armement où il travaille, une vocation qui l'amènera à prendre les commandes du syndicat de la métallurgie Metall entre 2006 et 2012.
Piètre orateur, il apparaît néanmoins "authentique" et, selon un sondage Skop, une majorité de Suédois préférait être assis à sa table pour dîner plutôt qu'à celle du dirigeant conservateur Ulf Kristersson.
Après avoir bénéficié de vents économiques favorables entre 2014 et 2018, Stefan Löfven pourrait connaître une dégradation de la conjoncture susceptible de mettre sa coalition à l'épreuve. Avec le risque de "devoir remettre son poste en jeu" en cours de législature, prévient l'ancien chef de gouvernement social-démocrate Göran Persson.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.