Vidéo-MSC2019 : La formule de Lavrov qui a fait mouche    Bruxelles: Des marocains partagent avec des étudiants leurs expériences inspirantes    Cinq morts dans une fusillade près de Chicago    Amzazi: Le digital, un levier indispensable pour l'employabilité des jeunes    Mutandis : Le RN en hausse de 40% en 2018    Sahara marocain : La loi budgétaire américaine très favorable à la position du Maroc    El Othmani : Le Maroc attache un intérêt particulier à la coopération avec le FMI et la BM    Vidéo-Live : Le Président égyptien présente les défis sécuritaires de l'Afrique au MSC2019    Vidéo-Live : Angela Merkel parle des vraies sources d'insécurité en Algérie et en Afrique    Approvisionnement en eau : Amara satisfait des progrès réalisés    Les mises à jour de sécurité prendront fin dans un an    4L Trophy 2019: Une course pour les jeunes façon Paris-Dakar    Algérie    Un paquet de mesures en faveur des TPE    Code de la famille: Les écueils qui plombent la réforme    Les Marocains du monde au SIEL    Repenser la cohabitation entre les automobilistes et les cyclistes    Bouillon de culture    Trump va déclarer l'"urgence nationale" pour construire son mur à la frontière    Divers    Les conditions de travail demeurent précaires à l'échelle mondiale    Ligue Europa : Arsenal tombe à Borisov, le Séville FC s'offre la Lazio    Divers sportifs    Une journée au complet et du spectacle en vue    Appel à des mesures concrètes pour répondre aux problématiques des petites entreprises    Frontex place les Marocains au Top ten des passeurs    Les entreprises espagnoles opèrent au Maroc dans des secteurs de grande importance    Cancer du col de l'utérus: le vaccin est "sûr et indispensable"    Appel à une stratégie nationale visant à faire de l'école un espace pour tous    Divers    Nasser Bourita : Les accords Maroc-UE sont compatibles avec le droit international    La bourde de Katy Perry    Pourquoi Johnny Depp n'incarnera plus jamais Jack Sparrow    Les problèmes de peau de Kim Kardashian    Luis Rubiales loue la qualité des installations sportives au Maroc    Nador : Arrestation d'une bande de présumés passeurs    Démantèlement d'une cellule terroriste composée de cinq extrémistes s'activant à Safi    Le Forum international de l'étudiant à Safi    La nouvelle vie du Grand théâtre Cervantès    La Botola pro adopte le VAR la saison prochaine    Vidéo – Munich : La sécurité mondiale en question    Coupe de la CAF : La RSB bat le HUSA et s'adjuge la première place    Le Maroc et l'Espagne écrivent un nouveau chapitre de coopération économique    A SIEL ouvert…    Parlement : Une session mi-figue, mi-raisin    La première édition d'ADCC en Afrique se déroulera au Maroc    Sit-in massif lors du concert d'Enrico Macias à Casablanca    SIEL: les jeunes d'El Jadida publient un recueil de poèmes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Stefan Löfven, du soudeur syndicaliste au "socialo de droite"
Publié dans Libération le 21 - 01 - 2019

img class="responsive" style="display:none" src="https://www.libe.ma/photo/art/grande/29925432-28755252.jpg?v=1547984041" alt="Stefan Löfven, du soudeur syndicaliste au "socialo de droite"" title="Stefan Löfven, du soudeur syndicaliste au "socialo de droite"" / img class="not-responsive" src="https://www.libe.ma/photo/art/default/29925432-28755252.jpg?v=1547984047" alt="Stefan Löfven, du soudeur syndicaliste au "socialo de droite"" title="Stefan Löfven, du soudeur syndicaliste au "socialo de droite"" width="708" /
Ancien ouvrier syndicaliste, le Premier ministre suédois Stefan Löfven a réussi à rempiler après des mois d'intrigues en jouant l'ouverture à droite, quitte à avaler de nouvelles couleuvres idéologiques.
A 61 ans, le dirigeant social-démocrate, qui a été reconduit au poste de Premier ministre vendredi à l'issue d'un vote au Parlement, a réussi son pari: maintenir au pouvoir l'un des derniers gouvernements de centre gauche en Europe.
L'exploit n'est pas mince dans un pays où la proportionnelle a accouché le 9 septembre d'un paysage politique atomisé, avec un siège d'écart entre les blocs de gauche et de droite, et une extrême droite sur le podium en position de trouble-fête.
Avant le scrutin, Stefan Löfven apparaissait plus isolé que jamais, critiqué sur sa droite pour avoir laissé grandes ouvertes les portes du pays aux demandeurs d'asile, étrillé sur sa gauche pour les avoir refermées.
Mais toutes les tentatives de l'opposition pour constituer une alternative sans dépendre des démocrates de Suède (populistes anti-immigration) ont échoué. En habile tacticien, l'ancien soudeur a fini par rafler la mise en débauchant deux partis de centre droit (le centre et les libéraux) qui soutiendront au Parlement son gouvernement minoritaire (sociaux-démocrates et verts).
"Löfven a atteint son objectif stratégique: rester au pouvoir et diviser l'opposition de droite", résume le politologue Olof Petersson.
Il s'expose toutefois à un sévère retour de bâton aux législatives de 2022, selon les analystes.
En embarquant les deux partis de centre droit, Stefan Löfven a dû signer un accord qui, de fait, emprunte largement au programme électoral de la droite et déroute une partie de sa base.
"En échange du poste de Premier ministre, les sociaux-démocrates payent le prix fort en termes de réformes libérales", constate le quotidien de référence Dagens Nyheter.
Parfois qualifié de "socialo de droite", le Stefan Löfven II ne risque pas d'améliorer son image auprès de ses anciens amis socialistes.
Löfven avait déjà perdu des points dans son propre camp en fermant les robinets de l'immigration fin 2015, après l'arrivée de plus de 240.000 demandeurs d'asile depuis 2014.
Le 24 novembre 2015, il annonce que la Suède aligne sa politique d'accueil sur les minimas de l'Union européenne, restreignant notamment les conditions du regroupement familial.
"Il m'est pénible de constater que la Suède ne peut plus accueillir de demandeurs d'asile dans les mêmes proportions élevées qu'aujourd'hui", défend-il au cours d'une conférence de presse aux côtés de sa vice-Première ministre écologiste, Asa Romson, en larmes.
"Mon Europe n'érige pas de murs, nous tendons la main quand la situation l'exige", déclarait-il deux mois plus tôt.
"Même Angela Merkel en Allemagne a dû faire volte-face sur l'immigration. Mais aucun dirigeant en Europe n'a amorcé un virage aussi brutal que Stefan Löfven", ironisait en mai le quotidien de référence Dagens Nyheter (DN).
Pour gommer l'étiquette de "naïveté" et d'"irresponsabilité" que lui collent ses adversaires sur les dossiers de l'immigration et de l'intégration, il a multiplié les déclarations d'autorité pendant la campagne des législatives en rappelant "leurs droits et devoirs" aux étrangers accueillis en Suède.
Né à Stockholm d'une mère célibataire qui n'avait pas les moyens de s'occuper de lui, Stefan Löfven a grandi à Sollefteå, à 500 kilomètres au nord de la capitale, dans une famille d'accueil dont le père était ouvrier.
Devenu soudeur, il s'engage pour la première fois dans la vie syndicale au début des années 1980 dans l'usine d'armement où il travaille, une vocation qui l'amènera à prendre les commandes du syndicat de la métallurgie Metall entre 2006 et 2012.
Piètre orateur, il apparaît néanmoins "authentique" et, selon un sondage Skop, une majorité de Suédois préférait être assis à sa table pour dîner plutôt qu'à celle du dirigeant conservateur Ulf Kristersson.
Après avoir bénéficié de vents économiques favorables entre 2014 et 2018, Stefan Löfven pourrait connaître une dégradation de la conjoncture susceptible de mettre sa coalition à l'épreuve. Avec le risque de "devoir remettre son poste en jeu" en cours de législature, prévient l'ancien chef de gouvernement social-démocrate Göran Persson.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.