Marrakech-Safi : Le CRT lance une grande campagne de promotion digitale    97% des pharmaciens affirment que la chloroquine n'est pas disponible    L'arrivée d'Enzo Zidane au WAC : De l'infox et du « fake news » !    Demi-finales de la Ligue des Champions : Un vol spécial d'Al Ahly pour rallier Casablanca    Botola Pro D1 : Une bouffée d'oxygène pour le Hasania d'Agadir    Vente de boissons alcoolisées : la campagne d'assainissement se poursuit    Coronavirus: le Maroc enregistre 2444 nouveaux cas ce dimanche    Les inégalités raciales ont coûté 16.000 milliards de dollars à l'économie américaine    Les Démocrates doivent désormais faire montre d' agressivité    Combats meurtriers au Karabakh, l'Azerbaïdjan et l'Arménie au bord de la guerre    Plaidoyer du CNDH en faveur du respect du droit de manifester pacifiquement    L'ambassadrice du Guatemala réitère la position de son pays en faveur de notre intégrité territoriale    Pour un nouveau multilatéralisme équitable et inclusif    Le Real Madrid piétine mais gagne enfin Zidane peut souffler    Botola Pro D2 : Le suspense jusqu ' au bout MAS-SCCM à l' affiche    Lancement d'un baromètre régional de l'investissement à Béni Mellal-Khénifra    Les exportations nationales accumulent les contre-performances    Mohcine Zouak : La transition numérique pose le défi de repenser l'école    Haro sur l'hydrochloroquine    Soutien exceptionnel à l'édition et au livre au titre de l' année 2020    Plaidoyer à Safi pour la création d' une Fondation du Festival national de l'Aïta    Programme d' animation culturelle à Guelmim-Oued Noun en dépit des contraintes du Covid-19    De précieuses découvertes archéologiques datant d'au moins du 2è siècle avant J.C    La formation et le travail de base, priorités de la FRMF    Centre d'immatriculation de Marrakech : tous les rendez-vous fixés précédemment sont annulés    Lycée Descartes : les parents d'élèves insatisfaits de l'enseignement à distance    Nouveaux programmes à fort impact social en 2020-2021    La généralisation de la couverture sociale nécessite une cohérence dans l'investissement à engager    La CGEM révèle ses propositions pour la LF-202    Or : c'est le moment de vendre vos bijoux !    «Revitaliser et répondre aux besoins de la standardisation de la langue amazighe»    L'émissaire par intérim de l'ONU en Libye soutient les conclusions des pourparlers de Bouznika    Togo : le premier ministre et le gouvernement quittent le pouvoir    Cour suprême : Biden exhorte le Sénat à ne pas confirmer la juge Barrett avant la présidentielle    Aéronautique : cinq nouvelles ouvertures d'usines d'ici fin 2020    Casablanca : une intervention policière vire au drame    Bourita s'entretient par vidéoconférence avec le Secrétaire Général de l'ONU    El Otmani : Le Maroc toujours engagé en faveur d'«une solution définitive au différend régional» autour du Sahara marocain    Le président du gouvernement espagnol réitère l'appel à une solution politique basée sur le compromis    13e Festival de Fès de la culture soufie: une édition très spéciale!    HUSA-FUS (2-1) : Une défaite "cruelle", une victoire tombée du ciel !    Guerguerat: l'ONU réagit aux gesticulations du polisario    Vaccin chinois : trois hauts responsables marocains participent aux essais    Liban: le nouveau Premier ministre jette l'éponge    Attaque à l'arme blanche à Paris: le principal suspect «assume» un acte dirigé contre Charlie Hebdo    Livre et édition : Un soutien de 9,32 millions de DH débloqué au titre de l'année 2020    Côte d'Ivoire : la cour de justice africaine récuse le rejet de la candidature de Laurent Gbagbo pour la présidentielle    L'acteur Anas El Baz est devenu papa (PHOTO)    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Stefan Löfven, du soudeur syndicaliste au "socialo de droite"
Publié dans Libération le 21 - 01 - 2019

img class="responsive" style="display:none" src="https://www.libe.ma/photo/art/grande/29925432-28755252.jpg?v=1547984041" alt="Stefan Löfven, du soudeur syndicaliste au "socialo de droite"" title="Stefan Löfven, du soudeur syndicaliste au "socialo de droite"" / img class="not-responsive" src="https://www.libe.ma/photo/art/default/29925432-28755252.jpg?v=1547984047" alt="Stefan Löfven, du soudeur syndicaliste au "socialo de droite"" title="Stefan Löfven, du soudeur syndicaliste au "socialo de droite"" width="708" /
Ancien ouvrier syndicaliste, le Premier ministre suédois Stefan Löfven a réussi à rempiler après des mois d'intrigues en jouant l'ouverture à droite, quitte à avaler de nouvelles couleuvres idéologiques.
A 61 ans, le dirigeant social-démocrate, qui a été reconduit au poste de Premier ministre vendredi à l'issue d'un vote au Parlement, a réussi son pari: maintenir au pouvoir l'un des derniers gouvernements de centre gauche en Europe.
L'exploit n'est pas mince dans un pays où la proportionnelle a accouché le 9 septembre d'un paysage politique atomisé, avec un siège d'écart entre les blocs de gauche et de droite, et une extrême droite sur le podium en position de trouble-fête.
Avant le scrutin, Stefan Löfven apparaissait plus isolé que jamais, critiqué sur sa droite pour avoir laissé grandes ouvertes les portes du pays aux demandeurs d'asile, étrillé sur sa gauche pour les avoir refermées.
Mais toutes les tentatives de l'opposition pour constituer une alternative sans dépendre des démocrates de Suède (populistes anti-immigration) ont échoué. En habile tacticien, l'ancien soudeur a fini par rafler la mise en débauchant deux partis de centre droit (le centre et les libéraux) qui soutiendront au Parlement son gouvernement minoritaire (sociaux-démocrates et verts).
"Löfven a atteint son objectif stratégique: rester au pouvoir et diviser l'opposition de droite", résume le politologue Olof Petersson.
Il s'expose toutefois à un sévère retour de bâton aux législatives de 2022, selon les analystes.
En embarquant les deux partis de centre droit, Stefan Löfven a dû signer un accord qui, de fait, emprunte largement au programme électoral de la droite et déroute une partie de sa base.
"En échange du poste de Premier ministre, les sociaux-démocrates payent le prix fort en termes de réformes libérales", constate le quotidien de référence Dagens Nyheter.
Parfois qualifié de "socialo de droite", le Stefan Löfven II ne risque pas d'améliorer son image auprès de ses anciens amis socialistes.
Löfven avait déjà perdu des points dans son propre camp en fermant les robinets de l'immigration fin 2015, après l'arrivée de plus de 240.000 demandeurs d'asile depuis 2014.
Le 24 novembre 2015, il annonce que la Suède aligne sa politique d'accueil sur les minimas de l'Union européenne, restreignant notamment les conditions du regroupement familial.
"Il m'est pénible de constater que la Suède ne peut plus accueillir de demandeurs d'asile dans les mêmes proportions élevées qu'aujourd'hui", défend-il au cours d'une conférence de presse aux côtés de sa vice-Première ministre écologiste, Asa Romson, en larmes.
"Mon Europe n'érige pas de murs, nous tendons la main quand la situation l'exige", déclarait-il deux mois plus tôt.
"Même Angela Merkel en Allemagne a dû faire volte-face sur l'immigration. Mais aucun dirigeant en Europe n'a amorcé un virage aussi brutal que Stefan Löfven", ironisait en mai le quotidien de référence Dagens Nyheter (DN).
Pour gommer l'étiquette de "naïveté" et d'"irresponsabilité" que lui collent ses adversaires sur les dossiers de l'immigration et de l'intégration, il a multiplié les déclarations d'autorité pendant la campagne des législatives en rappelant "leurs droits et devoirs" aux étrangers accueillis en Suède.
Né à Stockholm d'une mère célibataire qui n'avait pas les moyens de s'occuper de lui, Stefan Löfven a grandi à Sollefteå, à 500 kilomètres au nord de la capitale, dans une famille d'accueil dont le père était ouvrier.
Devenu soudeur, il s'engage pour la première fois dans la vie syndicale au début des années 1980 dans l'usine d'armement où il travaille, une vocation qui l'amènera à prendre les commandes du syndicat de la métallurgie Metall entre 2006 et 2012.
Piètre orateur, il apparaît néanmoins "authentique" et, selon un sondage Skop, une majorité de Suédois préférait être assis à sa table pour dîner plutôt qu'à celle du dirigeant conservateur Ulf Kristersson.
Après avoir bénéficié de vents économiques favorables entre 2014 et 2018, Stefan Löfven pourrait connaître une dégradation de la conjoncture susceptible de mettre sa coalition à l'épreuve. Avec le risque de "devoir remettre son poste en jeu" en cours de législature, prévient l'ancien chef de gouvernement social-démocrate Göran Persson.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.