ODD : La Cour des comptes recommande d'ajuster la stratégie de sensibilisation et de communication    Hydrocarbures : Le torchon brûle entre Lahcen Daoudi et Driss Guerraoui    Voitures d'époque : La fédération dévoile son programme sportif de 2019    Délais de paiement: Derrière les chiffres, la réalité    Secteur pharmaceutique. Doukkali et les industriels tracent un plan d'action    Affaire Benalla : Les conclusions du Sénat    Sahara marocain: Pretoria revient à la charge    Crédit du Maroc. A quoi ressemblera le projet "Les Arènes"?        Tanger : Deux faussaires de billets de banque condamnés à 10 ans de prison chacun    Laâyoune : En 24 h, 7 suspects recherchés tombent dans les filets de la police    Oulad Mogador Music Action : Trois jeunes groupes sélectionnés    «Le groupement artistique» honore Mohamed Belmou    «Ana nabghiha», nouveau single de Cheb Kadil    SM le Roi reçoit les nouveaux walis et gouverneurs    Sécurité routière: El Otmani appelle à accélérer la mise en œuvre de la stratégie nationale    Derby de l'Oriental : Une affaire entre voisins    MIFA Group: 70 ans d'expertise    Les profondes divergences entre Washington et les pays européens    Top 5 des meilleurs buteurs actuels d'Europa League    Commerce en Afrique. Le Maroc approuve l'accord sur la zone de libre-échange    Semences. La SONACOS poursuit la diversification de ses marchés    Venezuela : L'armée déterminée à empêcher l'entrée de l'aide    Bernie Sanders, candidat à la présidentielle 2020, veut croire à la victoire    Une justice propre aux mineurs au Maroc ?    Exploitation et abus sexuels : Une Marocaine dans le Comité consultatif de l'ONU    Brexit : May de retour à Bruxelles, face une UE inflexible    Le GBM approuve le cadre de partenariat 2019-2024 avec le Maroc    Said Ahmiddouch installé nouveau Wali de Casablanca-Settat    Première enquête sur les hépatites virales au Maroc    Edito : Du sang neuf    Institut français du Maroc, de la culture pour tous    Aziz Idamin : Le mouvement marocain des droits de l'Homme n'a pas été en mesure de suivre les mutations internationales    Habib El Malki s'entretient avec la ministre indienne des A.E    Wenger : Vieira et Henry ont tout pour devenir des entraîneurs remarquables    Disparition de Sala: Cardiff envisage un recours pour négligence contre Nantes    Divers    Au Cap, des blessés de la vie apprennent à "voler" sur les vagues    Les militants "5 Etoiles" évitent un procès à Matteo Salvini    Insolite : Député chômeur    Administration, établissements publics, collectivités territoriales et enseignement en grève    Les infos insolites des stars : Michael Jackson    Jean- François Girault : La France et le Maroc partagent beaucoup d'affinités dans le domaine de la culture et de l'art    Droits de l'Homme au Maroc : Des avancées indéniables sauf qu'il y a un "mais" tenace    Espagne. Un nouveau format pour la Supercoupe    Décès du célèbre couturier Karl Lagerfeld    Le régime algérien à bout de souffle: Le muthos… ne tue pas    Saddiki gène le Raja et Carteron    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Maroc, l'un des trois marchés émergents les plus prometteurs pour le secteur automobile au monde
Publié dans Libération le 22 - 01 - 2019

Le Maroc constitue l'un des trois marchés "les plus prometteurs" au niveau mondial pour le secteur de l'industrie automobile, a souligné l'ambassadeur du Royaume en Espagne, Karima Benyaich.
"En quelques années, le Royaume est devenu le premier producteur d'automobile au niveau continental avec 340.000 véhicules par an", a ajouté Mme Benyaich dans un entretien à "Auto Revista", publié dans le cadre d'un dossier spécial consacré par le magazine espagnol, dans son dernier numéro, à l'essor de l'industrie automobile marocaine, rapporte la MAP.
Un total de 26 projets ont été approuvés l'an dernier pour un investissement total de 1.300 millions d'euros dans ce secteur, dont un accord avec le constructeur automobile français Renault pour augmenter l'approvisionnement en composantes locales à 55%, a déclaré encore la diplomate marocaine au média espagnol.
Ainsi, le Maroc est désormais l'un des trois marchés émergents les plus prometteurs pour le secteur automobile dans le monde, aux côtés de la République tchèque et du Vietnam, offrant de grandes opportunités d'affaires aux constructeurs automobiles, a-t-elle dit.
Le Royaume a réussi, en quelques années, à faire de l'industrie automobile l'un des moteurs de son économie grâce notamment à la captation des investissements étrangers, a souligné Mme Benyaich, notant qu'en 2012, le Maroc a attiré le Groupe Renault, qui dispose déjà de deux lignes de production à Tanger, en plus de l'usine de sa filiale Somaca à Casablanca, tandis que Groupe PSA ouvrira une usine à Kénitra avec une capacité initiale de 200.000 unités par an.
L'Alliance Renault-Nissan-Mitsubishi a récemment annoncé la modernisation et le doublement de la capacité de production de la Somaca à Casablanca pour atteindre 160.000 unités contre 80.000 actuellement à l'horizon 2022, a-t-elle poursuivi, notant que l'implantation de Renault à Tanger a été "le brise-glace" qui a ouvert la voie à l'essor que connaît actuellement l'industrie automobile au Maroc.
Ses fournisseurs lui ont emboîté le pas en s'installant dans le Royaume, tirant profit des avantages qu'offre le Maroc notamment sa logistique, sa proximité de l'Europe, et son port de Tanger-Med, entre autres, dans un écosystème qui fonctionne parfaitement, a précisé Mme Benyaich.
Dans la même veine, elle a fait savoir que le Groupe PSA produira son premier véhicule marocain en mars 2019, notant qu'il s'agit d'un véhicule conçu au Maroc par des ingénieurs et designers marocains parmi les 1.600 ingénieurs travaillant pour PSA au Maroc.
Evoquant l'installation dans le Royaume du constructeur chinois de véhicules électriques BYD, Mme Benyaich a fait savoir que le géant chinois compte lancer au Maroc son écosystème de transport électrique, dans le cadre d'un accord de partenariat signé fin 2017 entre le Royaume et cet acteur majeur, pionnier des secteurs des énergies renouvelables et de la mobilité électrique.
Il s'agit d'une première étant donné que la production sera destinée à la fois à approvisionner le marché local et à l'exportation, a relevé la diplomate marocaine, notant que l'usine devrait s'étendre sur 50 hectares au sein de la nouvelle ville industrielle de Tanger et créer environ 2.500 emplois directs.
Avec cette unité, "nous souhaitons clairement nous positionner dans le secteur de la voiture électrique en développant un écosystème comprenant la fabrication de batteries, de monorails électriques, ainsi que de voitures légères, d'autobus et de camions, dans l'objectif de produire 100.000 véhicules par an, 400 bus/camions et 100 wagons", a-t-elle dit.
Ce projet "constitue un pas de plus dans le cadre des nombreuses actions entreprises sous le leadership de SM le Roi Mohammed VI, avec un engagement constant en faveur de l'environnement et de la lutte active contre le changement climatique", a-t-elle dit.
Le Maroc envisage d'atteindre 18.500 millions d'euros à l'exportation à l'horizon 2025, avec une capacité production d'un million de véhicules par an, a relevé encore Mme Benyaich, soulignant que le Royaume entend ériger l'industrie automobile, premier secteur exportateur avec un chiffre d'affaires à l'export de près de 6.500 millions d'euros en 2017, en un véritable vecteur de développement.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.