Vidéo – But spectaculaire de Boufal face à Yassine Bounou    Casablanca : La réouverture du Complexe Sportif Mohammed V annoncée pour fin mai    Examen des moyens de coopération agricole entre le Maroc et la RDC    Le ministère de la Santé organise la Semaine nationale de vaccination    L'artiste-peintre Abdellah El Haitout expose à Tanger    Les Instances représentatives des communautés israélites marocaines réanimées    ONCF: 2 millions de voyageurs durant les dernières vacances scolaires    SIGPA souligne l'importance de l'agriculture au sein de sa stratégie commerciale    Réouverture du Complexe Sportif Mohammed V    Siam 2019 : Soufiane Alaoui, DG de Soulara    Parlement: Le PAM remplace son chef de groupe    Loi-cadre sur l'enseignement: La CDT prépare ses conseillers    Agriculture durable: CAM s'aligne sur les objectifs de la FAO    Constitution: Référendum en Egypte    Langues = avenir    Cinéma: «Les 3M, une histoire inachevée» Une ode à l'amitié au-delà de la religion    CAN 2019. 56 arbitres en stage de préparation à partir du 28 avril à Rabat    Le roi Mohammed VI donne ses instructions au ministre de l'Intérieur    Rabat hausse le ton : Le Maroc rejette certaines idées et projets improductifs véhiculés au sujet de la question du Sahara    Partenariat en faveur de l'écosystème de la cédraie du Moyen Atlas    L'expertise suisse au service des montagnes marocaines    S.M le Roi offre un dîner en l'honneur des invités et participants au SIAM    L'AMEE sensibilise sur le rôle du pompage solaire    Journée culturelle marocaine en Bulgarie    Bouillon de culture    Remise du Grand prix national de la presse agricole et rurale    Mohamad Salah veut "plus de respect" pour les femmes dans le monde musulman    Vidéo. Le pape lave et embrasse les pieds de douze détenus    La terre a tremblé à Taroudant    Le rapport Mueller n'apporte « aucune preuve » d'ingérence russe, selon le Kremlin    25ème journée de la Botola Maroc Telecom : Avec le derby Wydad-Raja, la course au titre se précise    Marathon international de Rabat : Les migrants sur la ligne de départ    22ème Prix Charjah pour la création arabe : Trois Marocains primés au Caire    Mahjoub Raji: une autre voix s'est éteinte…    Le Maroc aux commandes du réseau MENA de Biosécurité    Algérie: «Le peuple veut qu'ils partent tous!»    Grève des étudiants en médecine. Le spectre d'une année blanche s'éloigne    Oujda : Arrestation d'un Algérien réclamé par les autorités judiciaires de son pays    Mohamed Benabdelkader : La communication contribue au renforcement de la participation à la vie publique    Pôle Nature et vie un voyage en terre connue    Liga : La semaine du titre pour le Barça    Championnats juniors de golf    Communication publique : Le dilemme de la fonction et l'identification de ses rôles    Jiří Oberfalzer : L'Initiative d'autonomie représente une solution durable au Sahara    L'ONU en quête d'unité pour réclamer un cessez-le-feu en Libye    Contribution du Maroc à l'aménagement de la mosquée Al Aqsa et de son environnement    Le Maroc à Abou Dhabi : Ouverture de la 4ème édition dans la capitale émiratie    Tottenham élimine City dans un match d'anthologie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Maroc, l'un des trois marchés émergents les plus prometteurs pour le secteur automobile au monde
Publié dans Libération le 22 - 01 - 2019

Le Maroc constitue l'un des trois marchés "les plus prometteurs" au niveau mondial pour le secteur de l'industrie automobile, a souligné l'ambassadeur du Royaume en Espagne, Karima Benyaich.
"En quelques années, le Royaume est devenu le premier producteur d'automobile au niveau continental avec 340.000 véhicules par an", a ajouté Mme Benyaich dans un entretien à "Auto Revista", publié dans le cadre d'un dossier spécial consacré par le magazine espagnol, dans son dernier numéro, à l'essor de l'industrie automobile marocaine, rapporte la MAP.
Un total de 26 projets ont été approuvés l'an dernier pour un investissement total de 1.300 millions d'euros dans ce secteur, dont un accord avec le constructeur automobile français Renault pour augmenter l'approvisionnement en composantes locales à 55%, a déclaré encore la diplomate marocaine au média espagnol.
Ainsi, le Maroc est désormais l'un des trois marchés émergents les plus prometteurs pour le secteur automobile dans le monde, aux côtés de la République tchèque et du Vietnam, offrant de grandes opportunités d'affaires aux constructeurs automobiles, a-t-elle dit.
Le Royaume a réussi, en quelques années, à faire de l'industrie automobile l'un des moteurs de son économie grâce notamment à la captation des investissements étrangers, a souligné Mme Benyaich, notant qu'en 2012, le Maroc a attiré le Groupe Renault, qui dispose déjà de deux lignes de production à Tanger, en plus de l'usine de sa filiale Somaca à Casablanca, tandis que Groupe PSA ouvrira une usine à Kénitra avec une capacité initiale de 200.000 unités par an.
L'Alliance Renault-Nissan-Mitsubishi a récemment annoncé la modernisation et le doublement de la capacité de production de la Somaca à Casablanca pour atteindre 160.000 unités contre 80.000 actuellement à l'horizon 2022, a-t-elle poursuivi, notant que l'implantation de Renault à Tanger a été "le brise-glace" qui a ouvert la voie à l'essor que connaît actuellement l'industrie automobile au Maroc.
Ses fournisseurs lui ont emboîté le pas en s'installant dans le Royaume, tirant profit des avantages qu'offre le Maroc notamment sa logistique, sa proximité de l'Europe, et son port de Tanger-Med, entre autres, dans un écosystème qui fonctionne parfaitement, a précisé Mme Benyaich.
Dans la même veine, elle a fait savoir que le Groupe PSA produira son premier véhicule marocain en mars 2019, notant qu'il s'agit d'un véhicule conçu au Maroc par des ingénieurs et designers marocains parmi les 1.600 ingénieurs travaillant pour PSA au Maroc.
Evoquant l'installation dans le Royaume du constructeur chinois de véhicules électriques BYD, Mme Benyaich a fait savoir que le géant chinois compte lancer au Maroc son écosystème de transport électrique, dans le cadre d'un accord de partenariat signé fin 2017 entre le Royaume et cet acteur majeur, pionnier des secteurs des énergies renouvelables et de la mobilité électrique.
Il s'agit d'une première étant donné que la production sera destinée à la fois à approvisionner le marché local et à l'exportation, a relevé la diplomate marocaine, notant que l'usine devrait s'étendre sur 50 hectares au sein de la nouvelle ville industrielle de Tanger et créer environ 2.500 emplois directs.
Avec cette unité, "nous souhaitons clairement nous positionner dans le secteur de la voiture électrique en développant un écosystème comprenant la fabrication de batteries, de monorails électriques, ainsi que de voitures légères, d'autobus et de camions, dans l'objectif de produire 100.000 véhicules par an, 400 bus/camions et 100 wagons", a-t-elle dit.
Ce projet "constitue un pas de plus dans le cadre des nombreuses actions entreprises sous le leadership de SM le Roi Mohammed VI, avec un engagement constant en faveur de l'environnement et de la lutte active contre le changement climatique", a-t-elle dit.
Le Maroc envisage d'atteindre 18.500 millions d'euros à l'exportation à l'horizon 2025, avec une capacité production d'un million de véhicules par an, a relevé encore Mme Benyaich, soulignant que le Royaume entend ériger l'industrie automobile, premier secteur exportateur avec un chiffre d'affaires à l'export de près de 6.500 millions d'euros en 2017, en un véritable vecteur de développement.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.