Crédit du Maroc explose son bénéfice    Marrakech: Quand des personnalités parlent «identité»    Sahara Marocain : Guterres nomme Zia Ur Rehman en tant que nouveau commandant de la force de la MINURSO.    Vidéo – Le Raja arrache une victoire dans les arrêts de jeu    Algérie : Un maire limogé pour avoir suscité une manifestation contre Bouteflika    Vidéo – Le Wydad s'impose face au Youssoufia de Berrechid et creuse l'écart    Le nouveau cadre de partenariat entre le Maroc et la Banque mondiale approuvé    Crédit du Maroc améliore son RNPG    Luis Planas : La visite de S.M Felipe VI témoigne de l'amitié maroco-espagnole    Insolite : Bagarre au Parlement    Affaire Benalla : "Dysfonctionnements majeurs" à l'Elysée    L'armée vénézuélienne déterminée à empêcher l'entrée de l'aide    Le satisfecit des syndicats : Grève réussie    Coopération CNDP-AUSIM : Un pas de plus vers la diffusion de la culture de la protection des données à caractère personnel    Haj Larbi Benbarek mis à l'honneur à l'IMA    Divers sportifs    Victoire de Keltoum Bouaâssria et Mustapha Hedadi au championnat national de cross-country    Grippe : Un nouveau pas dans la longue quête du vaccin universel    Le tatouage sur le visage, autrefois une rareté, aujourd'hui une mode    Divers    Cigarettes électroniques. Dangereuses ou pas pour les femmes enceintes ?    Soutien international à l'initiative "Ceinture bleue" lancée par le Maroc    Les infos insolites des stars : Le père de Sean Penn    Oggitani Quintet s'offre à nouveau la sympathie du public casablancais    "Le Ciel sous nos pas" de Leïla Bahsaïn, une lutte pour l'émancipation des femmes ici et ailleurs    La CGEM s'engage en faveur du financement de la TPME    Clash et ego trip, le rap avant l'heure de la poésie arabe    ODD : Le Maroc s'est engagé de « manière claire » dans l'absence d'un cadre institutionnel    Honda annonce la fermeture de son usine britannique de Swindon en 2021    L'UE va pour la première fois limiter les émissions de CO2 des camions    Voitures d'époque : La fédération dévoile son programme sportif de 2019    Affaire Benalla : Les conclusions du Sénat    Halieutis    Oulad Mogador Music Action : Trois jeunes groupes sélectionnés    «Le groupement artistique» honore Mohamed Belmou    «Ana nabghiha», nouveau single de Cheb Kadil    Sécurité routière: El Otmani appelle à accélérer la mise en œuvre de la stratégie nationale    Le Centre de santé urbain «Massira II» à Témara rénové : SAR la Princesse Lalla Hasnaa préside la cérémonie d'inauguration    Les profondes divergences entre Washington et les pays européens    Derby de l'Oriental : Une affaire entre voisins    SM le Roi reçoit les nouveaux walis et gouverneurs    Said Ahmiddouch installé nouveau Wali de Casablanca-Settat    Une justice propre aux mineurs au Maroc ?    Semences. La SONACOS poursuit la diversification de ses marchés    Top 5 des meilleurs buteurs actuels d'Europa League    Commerce en Afrique. Le Maroc approuve l'accord sur la zone de libre-échange    Edito : Du sang neuf    Première enquête sur les hépatites virales au Maroc    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Forum de Davos s'ouvre sous le signe du risque politique et économique
Publié dans Libération le 23 - 01 - 2019

Alors qu'elle arrive à peine à Davos, l'élite économique mondiale a été cueillie à froid lundi par un avertissement du FMI sur la croissance et sur le mécontentement populaire qu'alimentent des inégalités toujours plus criantes.
"Une récession mondiale n'est pas au coin de la rue mais le risque d'un recul plus prononcé de la croissance mondiale a augmenté", a averti la directrice générale du Fonds monétaire international (FMI), Christine Lagarde.
De quoi faire encore baisser la température dans la station de ski huppée des Alpes suisses, couvertes d'un épais tapis neigeux, où vont converger jusqu'à vendredi les quelque 3.000 participants au "Forum économique mondial".
Grands patrons, chefs de gouvernement, ministres mais aussi activistes doivent participer à des débats sur les thèmes les plus variés, allant des déchets plastiques à la géopolitique en passant par l'intelligence artificielle.
Ils sont accueillis cette année par une grande campagne d'affichage des organisateurs les incitant à délaisser jets et berlines.
L'élite de la finance et de l'économie mondiale est invitée à prendre les transports en commun ou chausser les crampons pour se déplacer dans les rues glissantes, bordées de locaux loués à grands frais par les entreprises et d'hôtels où se succèderont les réceptions.
Le FMI a abaissé, pour la deuxième fois en quelques mois, le rythme d'expansion de l'économie mondiale, désormais estimé à 3,5% (-0,2 point) pour cette année, après 3,7% en 2018. La prévision pour 2020 est également moins bonne à 3,6% (-0,1 point).
Mme Lagarde a fait un parallèle de circonstance avec le ski: "Nous avons besoin que tout le monde reste sur la piste".
"Cela va être plus laborieux, plus d'efforts seront nécessaires", a-t-elle prévenu, citant la guerre commerciale et le Brexit comme les principaux risques qui pèsent sur l'économie mondiale.
La nouvelle cheffe économiste du Fonds, Gita Gopinath, qui effectuait son baptême du feu à Davos, y est allée de son avertissement concernant le Brexit alors que la Première ministre britannique, Theresa May, entend rediscuter avec Bruxelles de la question, épineuse entre toutes, de la frontière irlandaise.
"Il est impératif que les dirigeants politiques mettent rapidement un terme à cette incertitude", a dit Mme Gopinah, à deux mois de la date prévue pour le divorce.
Plus surprenant de la part du FMI: Mme Gopinath a adressé un message aux dirigeants politiques pour qu'ils répondent rapidement au mécontentement populaire qui s'exprime dans certains pays.
"Je pense que ce qui est important, ce n'est pas d'attendre une escalade des risques politiques mais que les dirigeants politiques s'occupent d'éviter un tel mécontentement avec la manière dont les choses fonctionnent", a-t-elle affirmé. "Ce sont de vraies préoccupations qui doivent être traitées".
L'appel sera-t-il entendu en France par exemple? La crise des "gilets jaunes", qui retient le président français, Emmanuel Macron, à Paris alors qu'il avait été l'un des chouchous de Davos l'an dernier, a coûté à l'économie tricolore 0,1 point dans les prévisions du FMI, à 1,5% cette année.
Son absence est officiellement justifiée par un agenda "surchargé".
Le Forum se déroule également en l'absence du président américain, Donald Trump, qui a renoncé en raison de la fermeture partielle des administrations fédérales ("shutdown"), depuis plus d'un mois, un record historique, sur fond de crise politique autour de sa politique d'immigration. Theresa May a aussi renoncé pour cause de Brexit.
De quoi céder le devant de la scène au nouveau président brésilien, Jair Bolsonaro, arrivé lundi en fin d'après-midi. Mais aussi au chef du gouvernement italien, Giuseppe Conte. Deux figures de la montée du populisme dans le monde, un phénomène qu'alimente le creusement apparemment inexorable des inégalités, dénoncé comme chaque année par l'ONG Oxfam en lever de rideau du Forum économique mondial.
Dans son rapport annuel, elle révèle que 26 milliardaires ont désormais entre leurs mains autant d'argent que la moitié la plus pauvre de l'humanité. Trois d'entre eux sont sur la liste des quelque 3.000 participants à Davos cette année: l'Américain Bill Gates, le magnat de l'industrie indien Muksh Ambani et le fondateur du géant chinois Alibaba, Jack Ma.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.