Benchaâboun : «des avancées substantielles» du Programme Compact II    Casablanca : la trémie des Almohades livrée fin mars    Entreprises : HCP précise les effets du Covid-19    CGEM : Un travail participatif en faveur de la relance    Covid-19 : Le Maroc reçoit la première livraison du vaccin chinois Sinopharm    JLM Alumni organise sa caravane solidaire habituelle ce week-end    Conseils de Ford : Les astuces proposées pour protéger sa voiture du froid    Une musique picturale mystique    Hommage aux plasticiens de la Cité des Alizés disparus    Zhour Maamri passe l'arme à gauche    Casablanca : Trois maisons s'effondrent dans l'ancienne médina (vidéos)    Casablanca : Un énième effondrement à l'ancienne médina (vidéo)    Emballage industriel : une nouvelle usine pour DS Smith Tecnicarton à Kénitra    Première feuille de route pour Stellantis : L'électrique avant tout    Tir sportif : La 4ème édition du Grand prix du Maroc du 28 janvier au 6 février à Rabat    «La startup Factory» reçoit le Label AFRIC'INNOV    BEI/Jaida : 10 M€ pour soutenir l'activité de microcrédit    La DGST permet aux Etats-Unis de neutraliser un soldat radicalisé avant de passer à l'acte    CHAN / Rwanda-Togo (3-2) : Les Rwandais accompagnent le Maroc en quarts de finale    La 1ère édition du FICIC, du 27 au 31 janvier en format digital    Terrorisme : la DGST a fourni des renseignements précis au FBI    Evolution du coronavirus au Maroc : 867 nouveaux cas, 467.493 au total, mardi 26 janvier 2021 à 18 heures    L'ambassadeur israélien arrivé au Maroc...une première depuis deux décennies    Décès de Mohieddine Chekrouni    Formation dans le numérique au profit de de 50.000 étudiants    Cause nationale : Biden confirme la proclamation US sur la marocanité du Sahara    Les milices privées reniables d'Erdoğan déstabilisent le Moyen-Orient    De Larbi Ben Mbarek à Youssef En-Nesyri: Les Lions de l'Atlas continuent de rugir dans l'arène de la Liga    Le match sera «décisif» pour les deux sélections (Lhoucine Ammouta)    Notre diversité culturelle est une source inépuisable d'enrichissement    Marrakech. Quand l'Art s'invite au Palmeraie Rotana Resort    Exposition. Spirit of the letter de Larbi Cherkaoui    France: l'Institut Pasteur arrête le développement de son principal projet de vaccin    Dakhla : un rallye classique et sportif pour célébrer la marocanité du Sahara    Le gouvernement s'écroule, place aux consultations tous azimuts    Le Maroc réitère son appel pour la création d'une Plateforme d'experts africains pour la lutte contre les épidémies    Bouayach : «une source d'inspiration pour un modèle non-institutionnel de dialogue interculturel»    Suivez le LIVE de l'émission « Ach Waq3 » de MFM Radio    L'UNESCO met à la disposition du Maroc 7 équipements d'alerte précoce aux tremblements de terre    Etats-Unis : Un soldat américain pro Daech arrêté grâce à la DGST marocaine    Le Maroc, un modèle en matière de préservation des traditions, notamment juives    Une nouvelle émission dédiée le 3 février à la culture juive sur Medi1TV    Législation : Un bilan maigre se profile    Pétitions : Enième tentative de réanimation    Maroc-Ouganda, un match couperet    Hommage aux personnalités sportives qui se sont illustrées en 2020 : Malgré la pandémie, la SNRT perpétue la tradition    CHAN / Covid-19 : Baâdi testé positif, il sera remplacé par Nemssaoui    Les Etats-Unis comptent s'appuyer sur les succès de la normalisation avec le Maroc dans les relations américano-israéliennes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un accord de paix signé entre le gouvernement et les groupes armés à Bangui
Publié dans Libération le 08 - 02 - 2019

Un accord de paix entre le pouvoir en Centrafrique et les groupes armés qui contrôlent la majorité du territoire national a été signé mercredi à Bangui, relançant l'espoir d'une fin prochaine des violences qui ravagent ce pays depuis 2013.
La cérémonie de signature s'est déroulée dans une salle de la présidence où avait été installée une grande estrade avec un immense drapeau centrafricain en toile de fond.
Le président centrafricain, Faustin Archange Touadéra, a affirmé que "le premier effet de cet accord est la cessation de toute violence contre les civils".
Mais il n'a pas dévoilé le contenu du texte de l'accord - le 8ème depuis 2012 - qui restait encore inconnu en fin d'après-midi.
Il a juste indiqué que la Commission vérité et justice destinée à favoriser la réconciliation sera "opérationnelle" à la fin de l'année.
Il a annoncé qu'il allait entreprendre une série de voyages en province pour "porter le message de la paix à (ses) compatriotes".
L'accord a été paraphé mardi à Khartoum où, à l'initiative de l'Union africaine (UA), les belligérants avaient négocié pendant une dizaine de jours.
Les chefs des deux principaux groupes, Ali Darassa pour l'Unité pour la paix en Centrafrique (UPC) et Noureddine Adam, leader du Front populaire pour la renaissance de la Centrafrique (FPRC), n'ont pas assisté à la cérémonie de signature.
Ils avaient en revanche paraphé le texte appelé "accord de Khartoum", mardi dans la capitale soudanaise.
"Ce jour est pour nous un moment historique qui consacre l'aboutissement de presque trois années d'efforts", a affirmé M. Touadéra, soulignant avoir "tendu la main à nos frères et nos soeurs des groupes armés".
"Le véritable défi sera le suivi de cet accord", a de son côté estimé le président de la Commission de l'UA, le Tchadien Moussa Faki Mahamat.
"Il ne faut pas qu'il soit un énième accord (sans suite) comme disent les cyniques" et "nous serons très regardants sur l'application effective de cet accord", a-t-il ajouté.
Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, a salué dans un communiqué un "accomplissement important". Il "encourage vivement toutes les parties prenantes à honorer leurs engagements tout au long de la période de mise en oeuvre de cet accord".
Les sept précédents accords de paix n'ont jamais été respectés et n'ont pas permis de mettre fin aux violences.
Mais la présence à Khartoum des chefs de 14 groupes armés, dont les plus importants, ainsi que la forte implication de l'UA, laisse espérer que celui signé mercredi sera cette fois bien appliqué.
Les groupes armés sont issus de l'ex-rébellion hétéroclite de la Séléka à majorité musulmane qui a renversé le président François Bozizé en 2013, et des milices d'auto-défense qui s'y opposaient, les antibalaka.
La grande inconnue reste la façon dont est abordée dans cet accord la question de l'amnistie pour les nombreux auteurs de crimes et de violences commis depuis des années en Centrafrique.
Rejetée par Bangui, elle était exigée par les chefs des principaux groupes armés dont plusieurs sont sous sanctions de l'ONU ou cités pour violations des droits humains dans des rapports d'ONG. D'autres sont sous la menace d'un mandat d'arrêt.
Une Cour pénale spéciale (CPS) a été créée à Bangui pour juger les crimes commis dans le pays depuis 2003, mais son activité est très limitée.
Outre l'amnistie, les groupes armés exigeaient aussi la dissolution du gouvernement et la formation d'un gouvernement de sortie de crise, avec un Premier ministre issu de leurs rangs.
Ils réclamaient également la mise en place de patrouilles mixtes avec les Forces armées centrafricaines (Faca) pour sécuriser un territoire qu'ils contrôlent à 80%.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.