Arrestation d'un ressortissant bulgare à Marrakech, soupçonné de piratage de comptes bancaires    Le PDG d'Attijariwafa Bank reçu par le président ivoirien    Bruxelles attend Boris Johnson de pied ferme    Crise des tankers : l'Iran prévient Londres qu'il « protégera » le Golfe    Comment s'est porté le secteur bancaire en 2018?    Le groupe ODM se renforce    Invité en Israël, un blogueur saoudien lynché par des Palestiniens    Vidéo. Lekjaâ menace les clubs marocains!    Lancement officiel du cadre national de la certification    La Banque Populaire accompagne le secteur de la chimie et de la parachimie    Agadir/tourisme. Aïd Al Adha pénalise la destination    Mercato : Mohcine Yajour au club saoudien Damak    Festival du cinéma de Taza : Abdelwahab Doukkali enchante le public    Le festival «Florilège culturel» couronné par la célébration de la Fête du Trône    Najat Aatabou star du 3ème festival Ajdir Izouran    Régions : la FCS déploie des formations certifiantes au profit des entreprises    Taounate: Benabdallah appelle une répartition spatiale équitable de la richesse    Le bachelor allégera-t-il la capacité d'accueil des facultés de droit ?    73e anniversaire de la présentation par le PCM du Manifeste de l'Indépendance    IAM: un bon premier semestre porté par le marché marocain    La Corée du Sud annonce des tirs de semonce contre un appareil russe    Le président sénégalais a offert des passeports diplomatiques aux joueurs    Tanger : 20 personnes blessées lors d'un incident de manège    Le Bureau politique du PPS félicite Fatima Chaabi et Mahtat Rekkas    Réunion jeudi du Conseil de gouvernement : Les perspectives d'élaboration de la loi de Finances 2020 au menu    Championnat du Malawi : Une «poule» pour le meilleur joueur!    Moscou: 20.000 manifestants réclament des élections «libres»    Averses orageuses et canicule dans plusieurs provinces du Royaume    Des propositions pratiques pour les droits de tous les enfants : L'ONDE coordonne ses efforts avec un réseau national    Presse. Des assises nationales en vue    Education : La Chambre des représentants adopte le projet de loi-cadre    Développement régional : Un coût total de 411 MMDH, selon El Othmani    Dora Maar: Une beauté qui en avait dans l'œil    Production cinématographique et audiovisuelle. Un "vrai" cadre juridique en gestation    Edito : La voie de la dignité    Lekjaa confirme la démission de Renard et promet du changement    Abdeslam Ahizoune réélu président de la FRMA    Fraser-Pryce et Obiri ont fait le show au meeting de Londres    Bale sur le départ    La loi relative à la lutte contre la traite des êtres humains disséquée à Agadir    L'insoutenable quotidien des saisonnières marocaines en Espagne    Université d'été pour les jeunes chercheurs à Essaouira    L'opposition algérienne pose des conditions au dialogue proposé par le pouvoir    Oxfam monte au créneau    Pinot maître des Pyrénées au Tour de France    Bouillon de culture    Les arts de la rue s'invitent à Laâyoune    "Avengers: Endgame", le film aux plus grosses recettes de l'histoire    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un accord de paix signé entre le gouvernement et les groupes armés à Bangui
Publié dans Libération le 08 - 02 - 2019

Un accord de paix entre le pouvoir en Centrafrique et les groupes armés qui contrôlent la majorité du territoire national a été signé mercredi à Bangui, relançant l'espoir d'une fin prochaine des violences qui ravagent ce pays depuis 2013.
La cérémonie de signature s'est déroulée dans une salle de la présidence où avait été installée une grande estrade avec un immense drapeau centrafricain en toile de fond.
Le président centrafricain, Faustin Archange Touadéra, a affirmé que "le premier effet de cet accord est la cessation de toute violence contre les civils".
Mais il n'a pas dévoilé le contenu du texte de l'accord - le 8ème depuis 2012 - qui restait encore inconnu en fin d'après-midi.
Il a juste indiqué que la Commission vérité et justice destinée à favoriser la réconciliation sera "opérationnelle" à la fin de l'année.
Il a annoncé qu'il allait entreprendre une série de voyages en province pour "porter le message de la paix à (ses) compatriotes".
L'accord a été paraphé mardi à Khartoum où, à l'initiative de l'Union africaine (UA), les belligérants avaient négocié pendant une dizaine de jours.
Les chefs des deux principaux groupes, Ali Darassa pour l'Unité pour la paix en Centrafrique (UPC) et Noureddine Adam, leader du Front populaire pour la renaissance de la Centrafrique (FPRC), n'ont pas assisté à la cérémonie de signature.
Ils avaient en revanche paraphé le texte appelé "accord de Khartoum", mardi dans la capitale soudanaise.
"Ce jour est pour nous un moment historique qui consacre l'aboutissement de presque trois années d'efforts", a affirmé M. Touadéra, soulignant avoir "tendu la main à nos frères et nos soeurs des groupes armés".
"Le véritable défi sera le suivi de cet accord", a de son côté estimé le président de la Commission de l'UA, le Tchadien Moussa Faki Mahamat.
"Il ne faut pas qu'il soit un énième accord (sans suite) comme disent les cyniques" et "nous serons très regardants sur l'application effective de cet accord", a-t-il ajouté.
Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, a salué dans un communiqué un "accomplissement important". Il "encourage vivement toutes les parties prenantes à honorer leurs engagements tout au long de la période de mise en oeuvre de cet accord".
Les sept précédents accords de paix n'ont jamais été respectés et n'ont pas permis de mettre fin aux violences.
Mais la présence à Khartoum des chefs de 14 groupes armés, dont les plus importants, ainsi que la forte implication de l'UA, laisse espérer que celui signé mercredi sera cette fois bien appliqué.
Les groupes armés sont issus de l'ex-rébellion hétéroclite de la Séléka à majorité musulmane qui a renversé le président François Bozizé en 2013, et des milices d'auto-défense qui s'y opposaient, les antibalaka.
La grande inconnue reste la façon dont est abordée dans cet accord la question de l'amnistie pour les nombreux auteurs de crimes et de violences commis depuis des années en Centrafrique.
Rejetée par Bangui, elle était exigée par les chefs des principaux groupes armés dont plusieurs sont sous sanctions de l'ONU ou cités pour violations des droits humains dans des rapports d'ONG. D'autres sont sous la menace d'un mandat d'arrêt.
Une Cour pénale spéciale (CPS) a été créée à Bangui pour juger les crimes commis dans le pays depuis 2003, mais son activité est très limitée.
Outre l'amnistie, les groupes armés exigeaient aussi la dissolution du gouvernement et la formation d'un gouvernement de sortie de crise, avec un Premier ministre issu de leurs rangs.
Ils réclamaient également la mise en place de patrouilles mixtes avec les Forces armées centrafricaines (Faca) pour sécuriser un territoire qu'ils contrôlent à 80%.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.