Hyperpuissance    Article 1062726    Echanges extérieurs: Tout baisse, sauf l'alimentaire    Les Etats-Unis s'embrasent    France: C'est l'heure de la reprise économique    Foot: LaLiga fixe le calendrier de reprise    Lettre à l'éditeur de The Lancet    Salé: Les derniers malades de Covid-19 quittent l'hôpital    La démocratie locale…reportée    Moto GP: le Grand Prix du Japon annulé    Ronaldo: «Messi est bien sûr le numéro 1»!    Un fidèle en amitié et en militantisme    Mendyl, direction Bordeaux?    L'Amérique et ses démons    Covid-19 : Voici les nouvelles règles à respecter pour reprendre l'avion !    Turquie-Grèce: Bruits de bottes à la frontière…    Assurance: le groupe Holmarcom opère la fusion de ses deux filiales    Coronavirus : le ministère de la Santé lance l'application «Wiqaytna »    Coronavirus : la CNT tire la sonnette d'alarme    Maroc Telecom lance sa solution de paiement mobile    Coronavirus : 12 nouveaux cas, 7.819 au total, lundi 1 juin à 10h    Trump met fin au partenariat des Etats-Unis avec l'OMS    Tanger: La plaque commémorative de la Rue Abderrahmane El Youssoufi saccagée    Décès à Tanger de la libraire et éditrice Marie-Louise Belarbi    Taïa: «Le Covid-19 a créé une misère plus mortelle que le virus»    Avis de tempête sur l'avenir professionnel des jeunes    Le Groupe Renault annonce la suspension du projet d'augmentation de ses capacités au Maroc    Message de condoléances d'Abbas El Fassi    Le plan de relance proposé par la CGEM, un référentiel extrêmement riche    La Hongrie tord le cou à la propagande du Polisario    Le Maroc dans le peloton des pays relativement peu touchés par le Covid-19    Saad Dine El Otmani exclut tout recours à une politique d'austérité    Publication des cadres de référence du baccalauréat    La Cour d'appel de Marrakech en ordre de bataille contre le coronavirus    Le Yémen réitère son soutien à notre intégrité territoriale    Ursula von der Leyen dit "Shukran" au Maroc    Epidémies... Ces romanciers qui ont tout vu !    L'acteur égyptien Hassan Hosni s'est éteint à l'âge de 89 ans    Le gouvernement à l'écoute des syndicats    Hong Kong: Le Parlement chinois adopte sa «loi sur la sécurité»…    Pillages et échauffourées aux Etats-Unis malgré des couvre-feux    Hicham Sabir, une étoile montante de l'écriture…    La coupe du Trône, un cadeau d'adieu avant l'heure    Danielle Skalli tire sa révérence    À quoi sert la littérature en période de confinement?    Affaire Radès : L'appel du Wydad examiné aujourd'hui par le TAS    La Premier League dans la dernière ligne droite vers une reprise    CIO : Kamal Lahlou réélu au sein de la commission Marketing    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un accord de paix signé entre le gouvernement et les groupes armés à Bangui
Publié dans Libération le 08 - 02 - 2019

Un accord de paix entre le pouvoir en Centrafrique et les groupes armés qui contrôlent la majorité du territoire national a été signé mercredi à Bangui, relançant l'espoir d'une fin prochaine des violences qui ravagent ce pays depuis 2013.
La cérémonie de signature s'est déroulée dans une salle de la présidence où avait été installée une grande estrade avec un immense drapeau centrafricain en toile de fond.
Le président centrafricain, Faustin Archange Touadéra, a affirmé que "le premier effet de cet accord est la cessation de toute violence contre les civils".
Mais il n'a pas dévoilé le contenu du texte de l'accord - le 8ème depuis 2012 - qui restait encore inconnu en fin d'après-midi.
Il a juste indiqué que la Commission vérité et justice destinée à favoriser la réconciliation sera "opérationnelle" à la fin de l'année.
Il a annoncé qu'il allait entreprendre une série de voyages en province pour "porter le message de la paix à (ses) compatriotes".
L'accord a été paraphé mardi à Khartoum où, à l'initiative de l'Union africaine (UA), les belligérants avaient négocié pendant une dizaine de jours.
Les chefs des deux principaux groupes, Ali Darassa pour l'Unité pour la paix en Centrafrique (UPC) et Noureddine Adam, leader du Front populaire pour la renaissance de la Centrafrique (FPRC), n'ont pas assisté à la cérémonie de signature.
Ils avaient en revanche paraphé le texte appelé "accord de Khartoum", mardi dans la capitale soudanaise.
"Ce jour est pour nous un moment historique qui consacre l'aboutissement de presque trois années d'efforts", a affirmé M. Touadéra, soulignant avoir "tendu la main à nos frères et nos soeurs des groupes armés".
"Le véritable défi sera le suivi de cet accord", a de son côté estimé le président de la Commission de l'UA, le Tchadien Moussa Faki Mahamat.
"Il ne faut pas qu'il soit un énième accord (sans suite) comme disent les cyniques" et "nous serons très regardants sur l'application effective de cet accord", a-t-il ajouté.
Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, a salué dans un communiqué un "accomplissement important". Il "encourage vivement toutes les parties prenantes à honorer leurs engagements tout au long de la période de mise en oeuvre de cet accord".
Les sept précédents accords de paix n'ont jamais été respectés et n'ont pas permis de mettre fin aux violences.
Mais la présence à Khartoum des chefs de 14 groupes armés, dont les plus importants, ainsi que la forte implication de l'UA, laisse espérer que celui signé mercredi sera cette fois bien appliqué.
Les groupes armés sont issus de l'ex-rébellion hétéroclite de la Séléka à majorité musulmane qui a renversé le président François Bozizé en 2013, et des milices d'auto-défense qui s'y opposaient, les antibalaka.
La grande inconnue reste la façon dont est abordée dans cet accord la question de l'amnistie pour les nombreux auteurs de crimes et de violences commis depuis des années en Centrafrique.
Rejetée par Bangui, elle était exigée par les chefs des principaux groupes armés dont plusieurs sont sous sanctions de l'ONU ou cités pour violations des droits humains dans des rapports d'ONG. D'autres sont sous la menace d'un mandat d'arrêt.
Une Cour pénale spéciale (CPS) a été créée à Bangui pour juger les crimes commis dans le pays depuis 2003, mais son activité est très limitée.
Outre l'amnistie, les groupes armés exigeaient aussi la dissolution du gouvernement et la formation d'un gouvernement de sortie de crise, avec un Premier ministre issu de leurs rangs.
Ils réclamaient également la mise en place de patrouilles mixtes avec les Forces armées centrafricaines (Faca) pour sécuriser un territoire qu'ils contrôlent à 80%.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.