ONU: Hilale dévoile les violations des droits de l'Homme à Tindouf    Formation professionnelle. Les objectifs seront-ils atteints ?    Moyens de paiement. Comment le cash résiste    Législation. Les députés tracent leur feuille de route    Afriquia transforme les idées en entreprises    La CGEM en mode sauve-qui-peut    Des traces de la plus ancienne organisation collective et sociale trouvées au Maroc    Parlement: L'opposition mobilise ses troupes    Un Monde Fou    Tunisie: Une nouvelle ère commence    World Policy Conference: La gouvernance mondiale défie la protection du climat    Majorité: Reprise des hostilités    Préscolaire: Les directeurs des académies au Parlement    Education: «En Finlande, nous jouons sérieusement!»    Grâce royale pour Hajar Raissouni    Jameson Maroc célèbre la musique rock    Création d'un groupe d'amitié avec le Maroc au sein de la Chambre mexicaine des députés    Diplomatie, anticorruption et décentralisation : Les dossiers du futur président tunisien    Erdogan: La Turquie ne déclarera jamais de cessez-le-feu sans avoir atteint ses objectifs    Euro 2020 : L'Espagne se qualifie au forceps    Djamel Belmadi : Les supporters ont fait un travail magnifique    Avec Halilhodzic, on aura tout vu : une victoire, deux nuls et une défaite    La Cité des métiers et des compétences de Laâyoune ouvrira ses portes en 2021    La confiance des ménages continue de fléchir    Le HCP et l'UNFPA renforcent leur partenariat    Plusieurs pays réaffirment leur soutien à l'initiative marocaine d'autonomie au Sahara    60% des femmes en Europe disent avoir subi le sexisme au travail    Le cercle diplomatique de Rabat organise une journée de diagnostic et de sensibilisation au cancer du sein    Divers    Insolite : Un parachutiste heurte un lampadaire en plein défilé militaire    Les films à voir absolument une fois dans sa vie    Surf: Le magazine américain "Traveller" consacre un carnet de voyage au village de Taghazout    Deux films marocains participent au Festival international du film du Caire    Omar Hilal réélu vice-président de l'ECOSOC    Prix Katara du roman arabe : deux Marocains primés    Lors d'une parade dans la métropole : 300 motards sillonnent Casablanca pour mettre en scène l'esprit de Harley-Davidson    Les personnes âgées au cœur du nouveau modèle de développement    Session ordinaire de la commune de Tanger : Levée du huis clos    Le Prince Moulay Rachid préside l'ouverture de la 12e Salon du cheval    Halilhodziç demande de la "patience"    Renault : Mandats suspendus pour Thierry Bolloré    Les démocrates avancent dans leur enquête en vue de destituer Trump    Islamophobie: La tribune des 90 personnalités françaises devient une pétition à succès    Ainsi parlait Zarathoustra!    Les Lions de l'Atlas s'inclinent en amical face au Gabon    Que le jasmin prospère    Maroc-Gabon : le dernier test de Vahid Halilhodžić    Les chorégraphes font de la résistance    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'Afrique interpellée par les réformes à apporter, les financements à assurer et les tensions à régler
Publié dans Libération le 11 - 02 - 2019

Le 32ème Sommet de l'Union africaine s'est tenu dimanche à Addis-Abeba en présence du Maroc qui a été représenté à ce rendez-vous africain par une importante délégation composée notamment du chef du gouvernement Saad Dine El Otmani et du ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Nasser Bourita.
La question du Sahara marocain a été évoquée lors de ce sommet par le président de la Commission de l'UA, Moussa Faki Mahamat. «Je me félicite de la relance, sous les auspices des Nations unies, du processus de recherche d'une solution au conflit du Sahara», a-t-il souligné jeudi dernier à l'ouverture de la session ordinaire du Conseil exécutif de l'UA.
«Les Marocains doivent se méfier de Moussa Faki, même si dans son discours, il a réitéré la position officielle de l'UA et que le rôle de celle-ci est d'appuyer les efforts du Secrétaire général de l'ONU en application de l'importante décision du 31ème Sommet tenu à Nouakchott en 2018 et lors duquel l'UA avait affirmé que le dossier du Sahara marocain doit être traité exclusivement et uniquement par l'ONU», a mis en garde Moussaoui Ajlaoui, expert associé au Centre d'études pour l'Afrique et le Moyen-Orient (AMES Center) dans une déclaration à Libé avant de rappeler que Moussa Faki était le chef de la diplomatie du Tchad et qu'il avait joué «un rôle négatif lors du Sommet de Kigali en 2016».
Le chercheur marocain a appelé la diplomatie marocaine à redoubler la vigilance pour déjouer les manœuvres de l'Algérie ou de l'Afrique du Sud qui pourraient instrumentaliser le Conseil de paix et de sécurité.
Il a, par ailleurs, mis l'accent sur plusieurs défis auxquels fait face l'UA.
Le premier est celui de la réforme de cette organisation régionale et de ses instances. Selon lui, une commission chargée de cette question a été mise en place en 2016 et présidée par le président du Rwanda Paul Kagamé. Elle avait présenté une proposition de réforme articulée notamment autour de la nécessité de tenir un seul sommet annuel et des sommets extraordinaires le cas échéant et la réduction du nombre des commissions. «La réforme est une nécessité vitale pour l'UA», a expliqué notre interlocuteur. Et de préciser : «Mais cette réforme dépend largement des rapports de force en Afrique. A titre d'exemple, l'Algérie et l'Afrique du Sud ont la mainmise sur plusieurs instances de l'UA telles que le Conseil de paix et de sécurité et la Cour africaine. Est-ce que ces pays sont prêts à céder leur pouvoir ? C'est la grande question et le grand défi pour la réforme».
Le deuxième défi a trait au financement. Selon Moussaoui Ajlaoui, les deux tiers des financements de l'UA proviennent des dons et des aides étrangers. «Ceci constitue une insulte à l'UA et entrave son action». Une taxe de 0,2% sur les importations pour la financer a été proposée, mais elle est difficilement applicable pour le moment, selon lui.
Un article publié par Jeune Afrique et mis en ligne sur son portail vendredi dernier a évoqué cette question en soulignant que «pour éviter de se retrouver dans une situation de trop grande dépendance vis-à-vis des contributions de ses membres ayant les économies les plus florissantes, comme ce fut le cas à l'époque de Mouammar Kadhafi, l'institution panafricaine a entrepris de se doter d'un nouveau barème de contributions. Son principe ? Mieux répartir celles-ci entre les plus grandes économies et les plus petites».
Le troisième défi concerne la mainmise de l'Algérie sur le Conseil de paix et de sécurité et le fait que l'UA est incapable de résoudre les foyers de tension en Afrique.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.