Sothema réalise un résultat net de 217 MDH en 2018    Enseignants contractuels/Gouvernement: Le bras de fer continue    Le MASI et la décélération de la croissance    FRMF : Mark Wotte limogé    JETMODE, l'événement mode de l'année !    "La Tbourida", candidate au patrimoine de l'UNESCO    Banque Centrale Populaire. La croissance toujours au rendez-vous    Qualifications CAN-2019 : Le Cameroun rejoint le Maroc et le Burundi entre dans l'histoire    Entreprenathon : L'ESSEC Afrique et l'EMI mettent le cap sur l'innovation et l'entrepreneuriat    Carburants : Le plafonnement des prix est entre les mains d'EL Otmani.    FICM de Tétouan 2019 : «La sueur des palmiers» de Radwan El-Kashef ouvre le bal    «Nous invitons les jeunes Marocains a exposé leurs talents»    Prix Terre de Femmes Maroc : agir localement pour changer le monde !    Californie. Un incendie dans une mosquée fait le lien avec Christchurch    Un Kenyan sacré meilleur enseignant du monde    Politiques budgétaires, commerce intra-africain et transformation digitale…. Les enjeux auxquels devraient faire face les pays d'Afrique    Trump accueille son « ami » Netanyahu en pleine campagne    Les principales conclusions du rapport d'enquête Mueller    News    Retenus en Syrie, les jihadistes de l'EI et leurs familles restent un danger    May entame une semaine cruciale pour le Brexit, et son propre sort    Vous avez dit classe politique !    Sahara. Un troisième round de négociations au programme.    CAN 2019: Les Lions de l'Atlas terminent en tête    Golf Presse Agadir: Une tradition qui gagne en maturité    L'UA a trouvé une bonne clé pour atteindre les objectifs de développement en Afrique    Divers    Fès:Coup d'envoi des sessions régionales du parlement de l'enfant    Une 'Caravane Verte' à Essaouira pour éduquer et sensibiliser à la protection de l'environnement    Education, "Do you speak Arabic"?    COM2019 : L'Afrique souffre encore de sa faible intégration régionale    Forum maroco-belge : Un premier événement intégrant la migration dans la coopération bilatérale    Bourita s'entretient à Marrakech avec la vice-secrétaire générale de l'ONU    Le Musée Mohammed VI est ouvert chaque jour jusqu'à 20h    Le Onze national se contente du nul blanc face au Malawi    Premier atelier des officiers de contrôle du dopage de la CAF en partenariat avec la FIFA    Edito : Talents gaspillés    Marrakech: Un brigadier de police utilise son arme pour arrêter un multirécidiviste    TOKYO: Les femmes protestent en ligne contre le port de talons hauts sur le lieu de travail    D'anciennes joueuses du FC Barcelone à Laâyoune pour encourager le football féminin au Maroc    Mohamed Benabdelkader : Pour un accès facile et décent des citoyens au service public    Lancement des travaux de construction d'un pont à haubans à Abidjan    Messi officiellement forfait pour Maroc-Argentine    Une cinquantaine de courts-métrages en compétition officielle au Festival international de cinéma d'animation    Les "Terrasses en scènes" à Fès    "Cambodia" de Taha Mohamed Ibn Slimane en avant-première à Casablanca    M. Hilale : Atténuer les effets des crises humanitaires, une priorité    Apatride de Narjiss Nejjar : Frontières intérieures…    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Au Cap, des blessés de la vie apprennent à "voler" sur les vagues
Publié dans Libération le 20 - 02 - 2019

Il y a un an, une vague d'une violence inouïe a brisé le cou de Pamela Hansford. Depuis, cette amatrice de surf sud-africaine est dans un fauteuil roulant. Mais malgré le traumatisme et le handicap, elle a osé remonter sur une planche.
Un matin d'été austral, près de la ville du Cap. La septuagénaire enfile sa combinaison pour braver l'eau glacée de la pointe sud de l'Afrique. Elle s'allonge sur une planche, assistée par plusieurs surfeurs chargés de la guider.
"Au tout début, j'étais totalement terrifiée", confie Pamela Hansford, cheveux blancs coupés courts. Mais dès sa deuxième tentative, elle se régale, emportée par les rouleaux qui viennent s'échouer au pied des cabines multicolores de la plage de Muizenberg.
"C'est formidable, vraiment spécial d'être sur l'eau et de sentir de nouveau le mouvement", raconte-t-elle, euphorique.
Grâce à une école de surf locale, Surf Emporium, qui propose des cours pour personnes souffrant de handicaps physiques, mentaux ou psychiques, la septuagénaire a pu redécouvrir les plaisirs de la glisse.
"Que vous soyez un surfeur en pleine possession de vos moyens ou une personne avec un handicap, que ce soit la dixième ou la première fois que vous surfiez, la joie est toujours la même et ça me donne la chair de poule", explique Roxy Davis, une star du surf en Afrique en Sud, qui enseigne désormais ce sport et a fondé l'école.
Ant Smyth, champion sud-africain de "surf adapté", l'accompagne dans l'aventure. Paralysé du bras droit depuis un accident de voiture à l'âge de 5 ans, les médecins lui ont suggéré de faire du paddle pour l'encourager à utiliser ses deux mains.
"Je n'ai jamais pagayé avec les deux mains mais le plaisir l'a emporté", se souvient-il. Dans sa chambre d'enfant, il y avait des posters du Sud-africain Shaun Tomson, ex-champion du monde dans les années 70. "Enfant, je me mettais au bout du lit et je prétendais surfer", raconte Ant Smyth.
A Muizenberg, il accompagne désormais sur les vagues les blessés de la vie.
"Avant, je disais aux enfants: +si vous cherchez des problèmes, vous les trouverez, le meilleur moyen est d'éviter les règles de sécurité+", se rappelle Pamela Hansford, kinésithérapeute de profession et surfeuse depuis l'enfance.
Le 4 janvier 2018, elle s'est élancée dans l'eau sans même jeter un coup d'oeil à la météo, la force du vent, la direction de la houle et la puissance des vagues. "Je n'arrive pas à croire que j'ai pu être aussi stupide. C'était les grandes marées..."
Après sa longue hospitalisation et de nombreuses heures de rééducation, Pamela retrouve petit à petit l'usage de ses bras. Elle ne pourra sans doute plus jamais faire du bodyboard sans aide, mais Surf Emporium lui redonne un temps sa liberté.
C'est maintenant au tour de Finn, un garçon de 9 ans atteint d'autisme et de paralysie cérébrale, de se lancer. L'équipe de Surf Emporium explique à sa mère, Chloe Murdoch, comment bien le positionner sur la planche. Chloé hésite. Les vagues semblent bien trop puissantes. Mais la mère et le garçon osent finalement entrer dans l'eau, encouragés par les surfeurs.
En l'espace de quelques minutes, Finn parvient même à glisser, sans assistance, allongé sur la planche.
"Quand vous surfez, vous ne cherchez pas à atteindre un objectif pédagogique, vous profitez juste de votre enfant", témoigne Chloé.
"On a tellement peu d'occasion de ce genre quand on a des enfants avec des besoins spécifiques. Là, on avait l'impression de voler. C'était fantastique !"


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.