Une rentrée politique qui promet des remous, et le PJD toujours dans ses petits calculs    Les autorités publiques dénonce les contrevérités de « Human Rights Watch »    Premier League : Liverpool arrête Arsenal    El Guerrab interpelle l'AEFE sur les dysfonctionnements des écoles française    Un Marocain produit une machine de désinfection à ultraviolets    Combien coûte le test PCR dans le privé ?    Importation : les transitaires se plaignent des bureaux de contrôle    Chami présente ses recommandations pour une intégration régionale réussie du Maroc en Afrique    Real Madrid: Eden Hazard indisponible au moins 15 jours    HCP: le PIB recule au 2ème trimestre 2020    INWI : El Mountassir Billah remplace Nadia Fassi-Fehri à la présidence    Immobilier marocain : la formule gagnante pour conquérir des capitaux institutionnels internationaux    L'affaire Naïma. Les parents racontent toute l'histoire derrière l'abominable meurtre de leur fillette (reportage vidéo)    ONDE: Mobilisation générale contre les violeurs et les agresseurs d'enfants (vidéo)    Tanger : réouverture des salles de sport à partir de...    Marrakech : «Hikayat Shahrazad», l'art au service des nobles causes    Une étape importante qui transforme une impasse de plusieurs années en un véritable élan    Le FC Barcelone tient son nouveau défenseur !    Le HUSA assure son maintien, le CAYB menacé    Vahid Halilhodzic tiendra une conférence de presse    Roland-Garros: Serena Williams déclare forfait    Communiqué du bureau politique du PPS    Cour des Comptes : L'encours à la dette a plus que doublé durant la dernière décennie    Le «nœud»    Hong Kong: Arrestation de Joshua Wong    TikTok : La bataille juridique s'achèvera-t-elle ?    L'Algérie a besoin d'un prix du baril de pétrole à 157,2 dollars pour équilibrer son budget    Années 30. Comment vivaient les Juifs du Maroc    «Les Gnawa de Lalla Mimouna», de M'bark El Haouzi et Erwan Delon aux Editions l'Harmattan    Rentrée scolaire: quid de l'enseignement de l'amazighe?    La Chikha est avant tout une guerrière    Technologie de stérilisation des matelas : SteriMat, une innovation signée dolidol    Imam Mahmoud Dicko: dans les situations difficiles, le Maroc "est le premier pays qui vient au secours du Mali"    Voici le temps qu'il fera ce mercredi    Marsa Maroc : CA de 1 454 MDH au 30 juin    Des Marocains bloqués à Melilia bientôt rapatriés    CNSS : nouveau soutien au profit des entreprises [Document]    Le nouvel Émir du Koweït prête serment    Présidentielle américaine : le premier débat entre Donald Trump et Joe Biden sombre dans la confusion générale    Colère en Inde après la mort d'une jeune femme à la suite d'un viol collectif    Restitutions d'œuvres d'art : la gestion française du dossier laisse à désirer    Subventions accordées aux artistes: le coup de gueule de Latifa Raafat (VIDEO)    Covid-19 au Maroc: triste bilan des décès    Chama Zaz : L'étoile de l'Aita Al Jabalia s'en est allée !    Programme de soutien destiné au domaine artistique : 459 projets subventionnés    La course aux points bat son plein aussi bien en haut qu ' en bas du tableau    Matchs amicaux de l'équipe nationale : Halilhodzic dévoilera la liste des Lions de l'Atlas ce jeudi    Terrorisme : le Secrétaire à la Défense américain, Mark Esper, au Maroc ce vendredi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les journées portes closes de l'école
Publié dans Libération le 13 - 03 - 2019

Devant l'impasse que connaît le dialogue entre le ministère de tutelle et les syndicats de l'enseignement, le chef du gouvernement, Saâd Eddine El Othmani, avait enjoint Said Amzazi la semaine dernière d'engager un dialogue avec lesdits syndicats en présence des enseignants contractuels. « J'ai demandé au ministre de l'Education nationale de mener, à partir de ce samedi, un dialogue avec les syndicats de l'enseignement en présence de ces enseignants, et de faire en sorte que le maximum des revendications soient satisfaites, dans le cadre des promesses faites pour la réforme du statut de ces cadres pédagogiques et le redressement des dysfonctionnements qui l'entachent", avait souligné Saâd Eddine El Otmani.
Sauf que l'accalmie se fait toujours désirer dans le secteur de l'éducation nationale, le courant a du mal à passer.
En effet, les cinq syndicats de l'enseignement les plus représentatifs (SNE-FDT, SNE-CDT, FLE-UGTM, FNE-UMT, FNE) ont appelé une nouvelle fois à une grève nationale aujourd'hui et demain (mercredi 13 et jeudi 14 mars) et une autre les 26, 27 et 28 du mois courant « accompagnée d'autres formes de protestation qui seront définies ultérieurement », selon un communiqué de presse signé par les responsables nationaux desdits syndicats.
« Les cinq syndicats mettent en garde le gouvernement contre la gravité de la situation», a souligné le communiqué avant d'ajouter que la situation actuelle est « due aux choix de l'Etat et à la tergiversation du gouvernement et du ministère de tutelle pour répondre aux revendications du corps enseignant ».
Les syndicats les plus représentatifs ont lancé un appel au gouvernement et au ministère de l'Education nationale « pour ouvrir un vrai dialogue sectoriel qui répond aux revendications du mouvement syndical et aux attentes de toutes les catégories du corps enseignant, tout en mettant en place un statut juste, équitable et motivant pour toutes les catégories et qui donne le droit à la promotion pour une nouvelle échelle et en appliquant le reliquat de l'accord du 26 avril 2011 et du 19 avril 2011 ».
Les syndicats demandent également la promotion immédiate des fonctionnaires classés à l'échelle 9.
Une autre pomme de discorde entre les syndicats et le ministère de tutelle est celle concernant la question des enseignants contractuels. Cette question, rappelle-t-on, a été débattue samedi dernier entre lesdits syndicats et les responsables du ministère. Alors que le ministère s'attache à recruter par contrat, tout en introduisant 14 amendements au statut des fonctionnaires des AREF, les syndicats ont décliné au cours de cette réunion l'offre gouvernementale et ont appelé tout bonnement à l'intégration de tous les enseignants contractuels dans la fonction publique.
« Nous avons décidé de faire grève à cause des atermoiements du gouvernement. Depuis 2012, les revendications légitimes des enseignants n'ont pas été satisfaites », a affirmé Sadek Rghioui, secrétaire général du Syndicat national de l'enseignement affilié à la FDT (SNE-FDT), dans une déclaration à Libé. Et d'ajouter : « Nous ne pouvons plus accepter cette situation. Nous dialoguons depuis 8 ans sans aucun résultat. Nous dialoguons pour le dialogue. Nous exigeons que le gouvernement réponde sans délai à nos revendications concernant toutes les catégories du corps enseignant».
Quant à la question des enseignants contractuels, Sadek Rghioui a réitéré l'appel du SNE-FDT à l'annulation du contrat dans le secteur de l'éducation nationale. « Ce système de recrutement ne sert pas l'école publique, car il est inconcevable d'appliquer deux systèmes pour ceux qui travaillent au sein de l'école publique. Il y a ceux qui sont soumis à la fonction publique alors que les autres sont soumis aux AREF ». Cela aggrave davantage la crise de l'école publique et décroît son attractivité.
Il y a lieu de rappeler que le secteur de l'éducation nationale a connu depuis le début de cette année deux grèves qui ont fait un tabac. La première en janvier dernier et la seconde le 20 février dernier.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.