Lutte contre la criminalité: La DGSN démonte les fake news    Suivez en direct le derby milanais: Ac Milan vs Inter    Tanjazz racheté par Jazzblanca    Remaniement ministériel: Mohammed VI reçoit El Othmani en audience    Meknès: arrestation de deux frères pour transfert de fonds à des combattants en Syrie et en Irak    Khalid Safir: "La fiscalité locale marocaine aux mêmes standards que dans d'autres pays"    La DGST rejette l'authenticité de deux documents qui lui sont attribués    Quasi-stagnation de l'indice des prix en août selon le HCP    Karina Sebti, nouvelle DG de Management de transition en France    Résultats financiers : Auto Hall tire son épingle du jeu en S1    Un atelier clandestin de fabrication de sacs plastiques démantelé à Mohammédia    10 millions d'écoliers, élèves et étudiants au Maroc    Japon: Pas de procès pour Ghosn avant avril 2020    BMCE Bank Of Africa dément les allégations fallacieuses de Maghreb Confidentiel et Afrique Intelligence    Mariage des mineures: Comment en venir à bout?    Brèves    Remaniement : le RNI reste dans le prochain gouvernement    Le Maroc participe à une grande opération de l'Interpol    Eclairage à Rabat sur les vertus de la médecine traditionnelle chinoise    Zidane face aux vents contraires après son pire naufrage au Real    Ligue Europa : Arsenal, Man United et Séville frappent d'entrée    Pour le Onze marocain, le chemin de Yaoundé passe en premier par Blida    Les dindes de Tnine Chtouka !    L'EMSI organise le 4ème Congrès international SysTol    Très chère 2M ! "La deuxième chaîne nous rassemble" Peut-être bien, mais à quel prix ?    Habib El Malki s'entretient avec le directeur du FNUAP pour la région arabe    Contrôle politique et autonomie des organismes publics    Divers    Tension au Congrès autour du signalement d'un lanceur d'alerte impliquant Trump    Insolite : Plus de jours fériés    U2 en concert en Inde    Les incroyables révélations de Sinéad O'Connor    L'hologramme de Whitney partira en tournée en 2020    Tension au Congrès autour du signalement d'un lanceur d'alerte impliquant Trump    Raja-Hilal Al Qods : Deux joueurs empêchés par Israël de jouer au Maroc    Il fait l'actu : Mohamed Karim Mounir, PDG de la BCP    Vidéos. L'Espagne célèbre la journée mondiale de la Paella    Alerte météo : Averses orageuses localement fortes avec chute de grêle et rafales à partir du vendredi dans plusieurs provinces    Eliminatoires CHAN 2020 : Maroc-Algérie, une confrontation fratricide à Blida    Tarik Sektioui, nouvel entraîneur de la Renaissance sportive de Berkane    Le Festival Oasis 2019 comme si vous y étiez !    Premières Assises nationales du Développement humain    Statistiques du Haut-commissariat au plan (HCP)    L'Espagne s'achemine vers la tenue d'élections législatives anticipées…    Festival International du Film de Marrakech. Cap sur l'Australie !    DJ Nicola Cruz, l'explorateur de sons    Edito : Assises    Habib El Malki : La proclamation d'une Journée internationale de lutte contre l'islamophobie permettra de faire échec au discours de la haine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le tourisme oasien, une quête d'harmonie avec la donne environnementale
Publié dans Libération le 26 - 04 - 2010

Depuis sa tente touristique qui surplombe la sinueuse vallée du Ziz, Moha se préoccupe constamment des problématiques éco-systémiques de ce joli endroit. La viabilité de son projet dépend grandement de son harmonie avec le souci écologique.
En compagnie de ses collègues fédérés au sein de l'Association des promoteurs Ecotourisme de Tafilalet, Moha qui en est le président, a réuni ce week-end à Errachidia, autour d'une même table des experts, professionnels, autorités locales et société civile. Finalité : Débattre des perspectives du tourisme écologique et oasien.
Le créneau s'érige désormais en une nécessité. Les opérateurs touristiques y voient une source de développement prometteuse. Après plusieurs années de pratique touristique sans véritable feuille de route, l'heure est venue pour réfléchir à haute voix et surtout de manière participative quant à l'avenir de ces splendides oasis.
L'objectif reste ainsi le développement d'une réflexion à même de permettre une bonne gestion des espaces oasiens. Tout au long des palmeraies foisonnent, en effet, des activités qui impactent certainement l'écosystème et l'équilibre environnemental du milieu oasien. Les premiers constats font état sans complaisance d'un bilan négatif : des déficits hydriques, corollaire d'un dysfonctionnement des écosystèmes oasiens.
Moha et les siens en sont parfaitement conscients. Leur mémento consiste « à arrêter d'abord la dégradation oasienne, pour relancer ensuite un cycle de développement qui planche aussi bien sur le volet naturel que sur le volet humain ». Pas aussi simple que cela paraisse, car il s'agit de réussir tout un programme.
Pourtant, revivifier les espaces oasiens est encore possible. Plusieurs parties en sont convaincues. Pour l'instant, les interventions intégrées sont une recette viable. Il ne manque qu'une mise en synergie des initiatives engagées. Le Projet Oasis Tafilalet (POT), le programme Pays d'accueil touristique désert et oasis (Patdo) et le Programme Oasis Sud (POS) sont les plus saillants dans les oasis du Royaume.
Leur objectif majeur est de contribuer à la réhabilitation et le développement de ces endroits fragilisés. D'autant plus que ces programmes concernent les provinces d'Errachidia, Figuig, Tinghir, Ouarzazate, Zagora, Tata et Assa/Zag. Des sites de biodiversité d'une importance prépondérante d'intérêts régional, national et international.
Basées sur des « Démarche du pays » et « démarche territoriale », ces projets qui se veulent plutôt intégrés, visent surtout la valorisation de l'espace oasien. Corriger les fausses représentations sociales et culturelles reste une priorité et contrer la désertification et la pauvreté revient à s'attaquer à toutes les composantes du développement : économique, sociale et culturelle.
Vers un usage rationnel des ressources hydriques
Il s'agit ainsi de valoriser le potentiel naturel, de promouvoir le patrimoine culturel et artistique et de dénicher les sites à même de constituer des lieux d'attractivité touristique. Une approche multidimensionnelle mettant en activité tous les acteurs locaux de telle manière à créer une synergie positive. Le bout de ce dur labeur demeure la mise en place d'un système d'exploitation durable et écologique et l'optimisation de l'utilisation des ressources hydriques.
En fait, les différents dysfonctionnements ont trait au tarissement des sources et des cours d'eau pérennes, la surexploitation des eaux souterraines, la gestion non rationnelle des eaux, la salinisation et érosion des sols, le morcellement des terres, la dégradation de la biodiversité et des habitats naturels et les inondations et faible maîtrise des eaux de crues.
Partenaires dans tous les projets lancés en faveur des oasis, les ORMVA du Tafilalet et d'Ouarzazate visent, dans toutes leurs actions, la mobilisation des eaux, l'amélioration des techniques d'irrigation à travers l'économie de l'eau, la lutte contre la désertification, la valorisation des productions oasiennes, la qualification du facteur humain et la promotion des investissements à forte valeur ajoutée pour la population oasienne.
Autant de facteurs adjuvants qui vont servir le tourisme oasien et consolider ses assises, tout en préservant l'écosystème. Une province comme Tata en sait quelque chose, avec la mise en œuvre du programme de valorisation des Oasis du Sud (POS) depuis maintenant près de quatre ans.
Mohamed Houmymid, du comité de pilotage de ce projet en fait un bilan positif. Il a été question de combattre la dégradation sans commune mesure des agro-systèmes oasiens. Les premières actions réalisées dans ce cadre avaient trait à la mise en place d'un réseau de produits touristiques originaux et de qualité.
Dans les espaces oasiens, l'on s'est depuis longtemps rendu compte de l'aspect conjoncturel des activités agricoles, du fait de la sécheresse et du tarissement des ressources hydriques. La génération de Moha et ses camarades a ainsi choisi de miser sur le tourisme écologique et oasien.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.