Trafic portuaire : 47 millions de tonnes au 1er semestre 2020    Rencontre entre les directions de l'USFP et du PAM    Le roi Mohammed VI a envoyé un message au roi Salmane    Formation pour l'obtention de la licence A CAF d'entraîneur    Le président ivoirien a reçu un message du roi Mohammed VI    C'est officiel ! L'état d'urgence sanitaire prolongé    Ecriture jubilatoire    De nouveaux bains de sang évités en Tunisie    Les parlementaires du PPS rejettent de manière catégorique toute tentative de nuire aux intérêts du Maroc    Chaque coq est seigneur sur son fumier    Guerre mémorielle autour de l'ancienne basilique Sainte-Sophie    Capitalisation boursière: les investisseurs étrangers détiennent une part de 31,94% à fin 2019    Liga: Le Barça enfonce l'Espagnol    Le Real Madrid met Jovic en vente    Arsenal écarte Matteo Guendouzi !    Coronavirus: des pertes de plus de 240 MDH pour la presse marocaine (CNP)    Coronavirus : le groupe Bio-Rad accélère la production de son test sérologique    BAC 2020 : Le Prince Héritier Moulay El Hassan sous le signe de l'excellence    À Fès, une femme atteinte du Covid-19 donne naissance à un bébé sain    Benabdallah: «renforcer la confiance des citoyens lors des prochaines élections»    L'écriture pour quoi faire!    FNM: une programmation résolument marocaine pour la reprise    Transition énergétique : le Maroc doit revoir sa copie    Vols spéciaux à partir du 15 juillet: la RAM lance un nouveau programme    Ligue des champions : Le Cameroun toujours favori pour abriter les demi-finales et la finale    La RAM met en place un programme de vols spéciaux    De nouveaux jalons pour l'écriture poétique proposés par Salah Boussrif    Détournement de l'aide par le polisario et l'Algérie: le Parlement européen dépose un projet de résolution    La confiance des ménages atteint son niveau le plus bas depuis 2008 (HCP)    Covid-19 au Maroc: voici la région la plus touchée    Une résolution du Parlement européen pour dénoncer le détournement de l'aide humanitaire par l'Algérie et le polisario    Coronavirus : 178 nouveaux cas, 14.949 cas au total, jeudi 9 juillet à 10h    Situation en Libye: le Maroc s'inquiète    PLFR-2020: ce qu'il faut retenir de la présentation de Mohamed Benchaâboun    Réunion du Bureau politique    Côte d'Ivoire : mort du premier ministre et candidat à la présidentielle Amadou Gon Coulibaly    Driss Lachguar se réunit avec les membres du Front national pour la sauvegarde de la Samir    Pour Tom Hanks, son nouveau film de guerre peut servir de leçon face au coronavirus    "Des peurs et des hommes, sous l'influence du covid-19", nouvel essai qui identifie les réponses psychologiques face à la pandémie    Une série d'activité culturelle et artistique à Assilah    Reprise de l'activité footballistique au Maroc    45.309 MRE rejoignent leurs pays de résidence    Zouhair Feddal tout proche du Sporting Lisbonne    Talaâ Saoud Al Atlassi : Le non du Maroc au plan israélien se démarque par son réalisme    US Round Up du mercredi 8 juillet – PPP, Banques, Eglises, Texas, Harry et William    Casablanca: incendie spectaculaire dans une décharge (VIDEO)    Loubna Abidar critiquée par un avocat égyptien (VIDEO)    Joe Biden promet que les États-Unis réintégreront l'OMS s'il est élu    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le tourisme oasien, une quête d'harmonie avec la donne environnementale
Publié dans Libération le 26 - 04 - 2010

Depuis sa tente touristique qui surplombe la sinueuse vallée du Ziz, Moha se préoccupe constamment des problématiques éco-systémiques de ce joli endroit. La viabilité de son projet dépend grandement de son harmonie avec le souci écologique.
En compagnie de ses collègues fédérés au sein de l'Association des promoteurs Ecotourisme de Tafilalet, Moha qui en est le président, a réuni ce week-end à Errachidia, autour d'une même table des experts, professionnels, autorités locales et société civile. Finalité : Débattre des perspectives du tourisme écologique et oasien.
Le créneau s'érige désormais en une nécessité. Les opérateurs touristiques y voient une source de développement prometteuse. Après plusieurs années de pratique touristique sans véritable feuille de route, l'heure est venue pour réfléchir à haute voix et surtout de manière participative quant à l'avenir de ces splendides oasis.
L'objectif reste ainsi le développement d'une réflexion à même de permettre une bonne gestion des espaces oasiens. Tout au long des palmeraies foisonnent, en effet, des activités qui impactent certainement l'écosystème et l'équilibre environnemental du milieu oasien. Les premiers constats font état sans complaisance d'un bilan négatif : des déficits hydriques, corollaire d'un dysfonctionnement des écosystèmes oasiens.
Moha et les siens en sont parfaitement conscients. Leur mémento consiste « à arrêter d'abord la dégradation oasienne, pour relancer ensuite un cycle de développement qui planche aussi bien sur le volet naturel que sur le volet humain ». Pas aussi simple que cela paraisse, car il s'agit de réussir tout un programme.
Pourtant, revivifier les espaces oasiens est encore possible. Plusieurs parties en sont convaincues. Pour l'instant, les interventions intégrées sont une recette viable. Il ne manque qu'une mise en synergie des initiatives engagées. Le Projet Oasis Tafilalet (POT), le programme Pays d'accueil touristique désert et oasis (Patdo) et le Programme Oasis Sud (POS) sont les plus saillants dans les oasis du Royaume.
Leur objectif majeur est de contribuer à la réhabilitation et le développement de ces endroits fragilisés. D'autant plus que ces programmes concernent les provinces d'Errachidia, Figuig, Tinghir, Ouarzazate, Zagora, Tata et Assa/Zag. Des sites de biodiversité d'une importance prépondérante d'intérêts régional, national et international.
Basées sur des « Démarche du pays » et « démarche territoriale », ces projets qui se veulent plutôt intégrés, visent surtout la valorisation de l'espace oasien. Corriger les fausses représentations sociales et culturelles reste une priorité et contrer la désertification et la pauvreté revient à s'attaquer à toutes les composantes du développement : économique, sociale et culturelle.
Vers un usage rationnel des ressources hydriques
Il s'agit ainsi de valoriser le potentiel naturel, de promouvoir le patrimoine culturel et artistique et de dénicher les sites à même de constituer des lieux d'attractivité touristique. Une approche multidimensionnelle mettant en activité tous les acteurs locaux de telle manière à créer une synergie positive. Le bout de ce dur labeur demeure la mise en place d'un système d'exploitation durable et écologique et l'optimisation de l'utilisation des ressources hydriques.
En fait, les différents dysfonctionnements ont trait au tarissement des sources et des cours d'eau pérennes, la surexploitation des eaux souterraines, la gestion non rationnelle des eaux, la salinisation et érosion des sols, le morcellement des terres, la dégradation de la biodiversité et des habitats naturels et les inondations et faible maîtrise des eaux de crues.
Partenaires dans tous les projets lancés en faveur des oasis, les ORMVA du Tafilalet et d'Ouarzazate visent, dans toutes leurs actions, la mobilisation des eaux, l'amélioration des techniques d'irrigation à travers l'économie de l'eau, la lutte contre la désertification, la valorisation des productions oasiennes, la qualification du facteur humain et la promotion des investissements à forte valeur ajoutée pour la population oasienne.
Autant de facteurs adjuvants qui vont servir le tourisme oasien et consolider ses assises, tout en préservant l'écosystème. Une province comme Tata en sait quelque chose, avec la mise en œuvre du programme de valorisation des Oasis du Sud (POS) depuis maintenant près de quatre ans.
Mohamed Houmymid, du comité de pilotage de ce projet en fait un bilan positif. Il a été question de combattre la dégradation sans commune mesure des agro-systèmes oasiens. Les premières actions réalisées dans ce cadre avaient trait à la mise en place d'un réseau de produits touristiques originaux et de qualité.
Dans les espaces oasiens, l'on s'est depuis longtemps rendu compte de l'aspect conjoncturel des activités agricoles, du fait de la sécheresse et du tarissement des ressources hydriques. La génération de Moha et ses camarades a ainsi choisi de miser sur le tourisme écologique et oasien.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.