Davos : Donald Trump fustige les «prophètes de malheur» devant Greta Thunberg    UK-Morocco Business Dialogue: Turbo sur la coopération !    Grogne des imams: Le ministère réagit    Boxe: le Maroc, troisième du tournoi «Ahmet Cömert» à Istanbul    Faut-il craindre le nouveau virus chinois?    Botola Pro D1 : Le fauteuil du leader n'est plus immunisé    Le président du Forum Crans Montana voit en Dakhla un laboratoire de développement pour l'Afrique    HCR au Maroc : 6.656 réfugiés et 3.100 demandeurs d'asile au 31 décembre 2019    Maroc-GB, l'après Brexit a déjà commencé !    Le Maroc prend part au Comité des Représentants permanents de l'Union africaine    Lilia Zakraoui, signe sa première publication    Tirage au sort Coupe du Monde 2022: Zone Afrique, à quelle heure et sur quelle chaîne ?    Les Coupes Nationales: Plusieurs joueurs Marocains sont attendus    L'ex-patron chinois d'Interpol condamné à treize ans de prison    Botola Pro: Le WAC passe en tête du classement    Tanger Med : Plus de 65 millions de tonnes de marchandises traitées en 2019    Suite à la fin de la convention de la concession «Assiaqa Card» : M2M anticipe une baisse de ses résultats 2020    Compétitivité : le Maroc au bas de l'échelle    La saison agricole sera-t-elle compromise ?    Congrès régional de Drâa Tafilalet du PPS    Najate Limet: «Nous voulons sensibiliser des donateurs marocains»    Pearl Jam de retour avec un nouvel album    Le nombre de chômeurs dans le monde devrait repartir à la hausse    Venezuela: Reconnaître Guaido comme président, mais payer ses impôts à Maduro    Lahcen Es-saady : «L'initiative avance d'une manière constante et enregistre une forte interactivité des Marocains»    Casablanca : Rick's Café devant la justice    Le procès historique de Donald Trump entre dans le vif du sujet    Boeing ukrainien: l'Iran confirme le tir de deux missiles    Tunisie : Elyes Fakhfakh, ex-ministre des Finances, désigné Premier ministre, appelé à former rapidement un gouvernement    Escroquerie financière et piratage de cartes de paiement électroniques : Quatre individus devant le parquet à Rabat    Le patrimoine amazigh à l'honneur à Imintanoute    La Bolivie retire sa reconnaissance de la « rasd »    Taroudant : couple soupçonné d'agression sur leur fille    Nouveau système d'évaluation du handicap, les précisions d'El Moussali    Handball : le Maroc perd face à la Tunisie    Voici le temps qu'il fera ce mardi    Les femmes mises au ban du développement    Insolite : Klinsmann épinglé    Ces stars mariées à leur amour de jeunesse    Trois raisons qui expliquent une rapide prise de poids chez les hommes    Les sales besognes de Larbi Naji    Les EEP bénéficient de plus de 28 MMDH de déblocages à fin novembre    Société Générale et Yamed capital annoncent la création d'une joint-venture    Accord international pour relancer les efforts de paix en Libye    Des ex-guérilleros salvadoriens protègent la forêt qui leur avait donné refuge    Agadir à l'heure des "Journées de Tiznit"    "Bad boys for life" en tête du box office nord-américain    Abdelouahab Doukkali enchante le public saoudien    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"Alice", une fiction inspirée de faits réels qui traite du paradoxe de la vie et de la mort
Publié dans Libération le 22 - 03 - 2019

img class="responsive" style="display:none" src="https://www.libe.ma/photo/art/grande/31843745-29884870.jpg?v=1553174657" alt=""Alice", une fiction inspirée de faits réels qui traite du paradoxe de la vie et de la mort" title=""Alice", une fiction inspirée de faits réels qui traite du paradoxe de la vie et de la mort" / img class="not-responsive" src="https://www.libe.ma/photo/art/default/31843745-29884870.jpg?v=1553174663" alt=""Alice", une fiction inspirée de faits réels qui traite du paradoxe de la vie et de la mort" title=""Alice", une fiction inspirée de faits réels qui traite du paradoxe de la vie et de la mort" /
Le court métrage "Alice" du réalisateur marocain Faisal Ben Agrou est une fiction inspirée de faits réels qui associe le mouvement, les couleurs et la musique pour traiter avec subtilité le paradoxe de la vie et de la mort et l'émancipation des contraintes du passé. Tout au long de 16 minutes, la durée du film qui participe au 8è festival de Louxor du film africain dans la catégorie du court métrage, le réalisateur relate le parcours complexe, jalonné d'événements et souvenirs douloureux de l'héroïne du film qui n'a pas su dépasser les contraintes d'un passé pesant pour aspirer à un avenir meilleur. Victime de viol durant son enfance, l'héroïne a gardé 40 ans après une profonde blessure non encore cicatrisée mais à la faveur de sa force intérieure, elle a bataillé durement pour rétablir sa paix intérieure en choisissant de retourner sur les lieux de son enfance, en l'occurrence la terrasse de la maison où elle a vécu avec sa mère pour se libérer d'un passé chargé de souvenirs douloureux.
Le court métrage narre l'histoire d'une femme dans la quarantaine qui se remémore le crime de viol dont elle a été victime à l'âge de cinq ans lorsqu'elle a décidé de revenir sur les lieux de son enfance pour se délivrer de souvenirs douloureux l'ayant marquée à jamais.
Dans une déclaration à la MAP, le réalisateur d'Alice a souligné à l'occasion de la projection du film que le recours à la couleur rouge qui renvoie au sang et celle blanche pour évoquer le lait est une association de deux paradoxes, dans la mesure où la première symbolise la mort et la seconde la vie pour illustrer un cas de violation de l'innocence. Le film s'inspire de faits réels rapportés par un journal qui traitait un cas de viol et de meurtre d'une enfant, a-t-il ajouté.
Le film "Alice" a remporté le prix du meilleur court métrage arabe lors de la 7ème édition du Festival international du film de Delhi (DIFF) et le grand prix des journées de Fès de la communication cinématographie en décembre dernier. Aujourd'hui, "Alice" est en compétition dans la catégorie du court métrage aux côtés du film franco-marocain "Yasmina" des réalisateurs Ali Smail et Clair Kahin et 16 autres courts métrages africains.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.