De la nécessité d'investir dans la jeunesse    Jeux africains : l'Egypte domine le classement, le Maroc 4ème    Fouzi Lekjaa démissionne de la présidence de la RSB    L'orchestre philharmonique Symphonyat attendu à l'hippodrome de Casablanca    Kelaât Sraghna : Elle rend l'âme lors d'une soirée arrosée    Festival «Oued Eddahab » : Le coup d'envoi ce vendredi    Festival Tifawin : Les arts du rural en fête    Le KACM signe un contrat de haut niveau    Vers la création d'un centre sino-marocain de médecine traditionnelle    Retour en Europe : Ce passage est à éviter ce weekend    Transfert: Le PSG « intransigeant » sur le cas Neymar, selon la presse    Les ministres de tutelle veulent professionnaliser le sport dans le continent    Le cinéma sans frontières fait escale à Berkane    Des migrants privés de terre ferme, d'autres de secours    Italie: Deuxième jour de consultations pour sortir de la crise    Boris Johnson reçu par Macron, tenant de la fermeté sur le Brexit    Crise de Hong Kong: Craignant un Tian an men 2, Pékin tergiverse…    Le «grand jihad», lancé à l'aube de l'Indépendance, se poursuit    Marché immobilier : Les ventes toujours en repli    Finance climatique. Une délégation marocaine en Corée    Ces jeunes artistes marocains qui brillent de mille feux    Arrestation à Sidi Slimane d'un individu soupçonné d'assener des coups mortels à sa femme    Service militaire : Démarrage de l'incorporation des appelés    Casablanca : des têtes d'ânes découvertes à Hay Mohammadi    Maroc–Iles Fidji : Vers un partenariat mutuellement bénéfique    20 ans de règne : Un billet commémoratif de 20 DH émis par BAM    Grâce à la recharge *5 : Inwi démocratise l'achat d'applications sur Google Play Store    Fête de la Jeunesse : 443 personnes graciées    La relance sur fond de responsabilité    Edito : Révolution    Service militaire obligatoire : 900 candidats accueillis à Oujda    Accidents de la route : 30 morts et 1.615 blessés en périmètre urbain    Discours du roi. Un modèle de développement aux spécificités marocaines    La détérioration de la qualité de l'eau entrave la croissance économique    La fragile économie du lac Malawi victime du climat et de la surpêche    La propriété intellectuelle, pilier de la croissance en Afrique    Giuseppe Conte, "le Monsieur Nobody", passé de l'ombre à la lumière    Les femmes seraient diagnostiquées plus tardivement que les hommes    Ces stars qui ont vu leur carrière basculer    Le discret mais lucratif trafic de fossiles à Erfoud    Insolite : Trump ne construira pas de gratte-ciel au Groenland    Manchester United condamne des injures racistes reçues par Paul Pogba    Ligue des champions : L'Ajax accroché et Mezraoui expulsé    Ronaldo: 2018 a été l'année la plus difficile sur le plan personnel    Des enfants maqdessis visitent des sites touristiques à Tanger    Première édition du Festival international Cinéma & Littérature à Safi    L'écrivain Yann Moix provoque la polémique en se décrivant en enfant battu    Coups de feu sur le tournage du clip du rappeur Booba    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Mohamed Benabdelkader : La Charte de la déconcentration administrative, une étape décisive dans la consécration de la régionalisation avancée
Publié dans Libération le 23 - 03 - 2019

Avec l'adoption et la promulgation de la Charte nationale de la déconcentration administrative, le Maroc a franchi une étape «décisive» dans la consécration du chantier de la régionalisation avancée, et apporté une nouvelle pierre à l'édifice d'une administration déconcentrée, responsable, efficace et attentive aux attentes des citoyens et des acteurs institutionnels et économiques, a affirmé, jeudi à Tétouan, le ministre délégué chargé de la Réforme de l'administration et de la Fonction publique, Mohamed Benabdelkader.
Intervenant lors d'un colloque national sur «La Charte de la déconcentration administrative et son rôle dans le développement», organisé par l'Université Abdelmalek Essaadi, le ministre délégué a noté que, pour relever les défis de la concurrence externe et répondre aux attentes des citoyens, il est impératif d'adopter une gouvernance efficace de l'administration au niveau des mécanismes et des composantes, une condition sine qua non du développement économique et sociétal.
Il a rappelé que le Maroc a entrepris récemment l'élaboration d'une vision globale de modernisation de l'administration, en établissant un plan de réforme qui place le citoyen au cœur des préoccupations du secteur public, à travers un programme d'action qui concrétise le changement sur les plans organisationnel, managérial, moral et numérique.
Il a souligné que, par l'adoption de la Charte, le Maroc a mis en place une nouvelle architecture pour la répartition des prérogatives entre le niveau central et les autres niveaux territoriaux de l'administration, et l'amélioration de l'efficacité et l'efficience du travail des services déconcentrés et leurs relations avec les collectivités territoriales, faisant remarquer que «les départements ministériels sont tenus de développer des plans directeurs de déconcentration administrative, qui identifient les ressources financières et humaines dévolues aux services déconcentrés».
Le ministre délégué a souligné que la Charte constitue un «saut qualitatif dans la restructuration et l'organisation de la déconcentration», en déplaçant le centre de gravité vers les régions et l'espace territorial, sur la base du principe de subsidiarité, ce qui implique une révision approfondie des prérogatives des administrations déconcentrées.
De son côté, le président de l'Université Abdelmalek Essaadi, Houdaifa Ameziane, s'est félicité du «développement qualitatif» qu'a connu l'organisation déconcentrée au Maroc, qui s'est décliné en particulier par la promulgation de lois organiques relatives aux régions, préfectures et provinces, notant que cette évolution a créé un «besoin pressant» d'un mécanisme visant à promouvoir la déconcentration administrative et à développer une nouvelle vision de l'intervention des administrations déconcentrées de l'Etat.
Le doyen de la Faculté des sciences juridiques, économiques et sociales de Tétouan, Mohamed El Omrani Boukhobza, a déclaré, pour sa part, que ce colloque offre l'occasion d'aborder les questions liées à la déconcentration administrative, ajoutant que la mise en œuvre convenable de la régionalisation avancée nécessite le renforcement des compétences des services déconcentrées.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.