Célébration de la Journée mondiale de l'Afrique à Rabat    L'ISIC accueille son nouveau directeur    El Othmani chez les conseillers    Aéronautique: Le challenge de la valeur ajoutée et de la taille critique    Elections européennes: Les réformes passées au crible    Zéro mika: La réforme relancée    Le Maroc réagit à la démission de Horst Köhler    La fermeture du centre de proximité de Sidi Moumen démentie    L'activité touristique de Marrakech en accroissement depuis 2015    Les touristes marocains boostent la destination Agadir    Habib El Malki se réunit avec les présidents des groupes et groupement parlementaires    Le Maroc et la Côte d'Ivoire font le point sur leur coopération    La liste officielle de Renard attendue pour bientôt    Florent Ibengue : La CAN se doit d'être grandiose car toute l'Afrique est aux aguets    Divers sportifs    Saâd Dine El Otmani : Le gouvernement déterminé à moderniser l'administration    Moussaoui Ajaloui anime une rencontre de l'USFP à Salé    Lancement de l'étude TIMSS 2019 avec la participation du Royaume    Les cas de démence vont tripler d'ici à 2050 selon l'OMS    Divers    Atlantique Assurances se lance dans le coton    Ces tournages qui ont tourné au drame : Top Gun    Ammi Driss : Je ne me considère pas comme marginalisé car la décision d'arrêter en 1989 fut mienne 1/2    Ahmed Boulane présente son premier livre à Tanger    HCP : La population du Maghreb passera à 131,9 millions en 2050    L'ambassadeur du Maroc en Namibie remet ses lettres de créances au Président Geingob    5è édition du Prix Mohammed VI de l'art décoratif marocain sur papier    2000 : Les Lions de l'Atlas chutent au premier tour    Bahja et Camacho : souvenirs partagés    Coupe d'Afrique. Continental sponsor officiel jusqu'en 2023    La Tribune de Nas : La Coupe du Monde 2022 s'exporte à Casablanca…    Vodafone suspend ses achats de téléphones 5G Huawei    Marrakech. Le CRT dresse son bilan    L'ONU rend hommage aux soldats de la paix, dont un Marocain    Once Upon a time in…Hollywood. Une claque tarantinesque !    Azelarab Kaghat, le général…    Insolite : Trahi par Facebook    Nouvelle date de l'examen régional de la première année du baccalauréat    Ligue des champions : Les billets du match WAC-EST sont disponibles    Enseignement préscolaire. 60% des enfants ciblés intégrés    Le Maroc compte taxer Facebook et Google    BAM: l'immobilier en berne    Washington-Téhéran: La tension est à son comble…    Le New York Times consacre un long carnet de voyage au Royaume    Politique de voisinage : Politique de voisinage L'UE se félicite de la coopération avec le Maroc    Nike accusé de contrefaçon    Meknès. Un inspecteur de police fait usage de son arme pour arrêter un individu    En Libye, la guerre est aussi économique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La Nasa révèle une étude capitale pour de futurs voyages interplanétaires
Publié dans Libération le 18 - 04 - 2019

Imaginez envoyer un astronaute dans l'espace pendant un an et pouvoir comparer les réactions de son corps à celles de son jumeau resté, lui, sur Terre.
C'est exactement ce qu'a fait la Nasa, qui a publié les résultats d'une étude permettant de donner une meilleure idée des conséquences sur les humains de longs séjours dans l'espace.
Cette étude va "guider la recherche biomédicale spatiale et permettre des voyages plus sûrs vers Mars", s'est réjoui Steven Platts, directeur adjoint du programme de la Nasa consacré aux missions habitées. L'arrivée du premier humain sur Mars, après un vol qui pourrait durer deux à trois ans, est prévue par l'agence américaine en 2033.
L'astronaute américain Scott Kelly, 50 ans, a passé un an dans la Station spatiale internationale (ISS), pendant que son frère Mark Kelly, ancien astronaute lui-même, restait sur la terre ferme.
Les chercheurs ont observé attentivement les changements provoqués par leurs environnements respectifs sur leur corps. Les résultats, publiés dans la prestigieuse revue Science, montrent que la plupart des modifications provoquées par un voyage spatial disparaissent peu à peu après le retour sur la planète bleue.
L'étude est "l'appréciation la plus complète que nous ayons jamais eue de la réponse du corps humain à un vol dans l'espace", selon Susan Bailey, de l'université de l'Etat du Colorado.
Utilisant Mark comme référence, les 84 chercheurs, issus de 12 universités différentes, ont documenté les conséquences moléculaires, cognitives et physiologiques des 340 jours consécutifs passés par Scott dans l'espace, entre 2015 et 2016.
L'intérêt de l'exercice ? "Parce qu'ils sont jumeaux, ils ont essentiellement le même code génétique", explique Andy Feinberg, de l'université Johns Hopkins. De ce fait, "toutes les différences constatées durant le vol spatial" peuvent être attribuées à ce voyage, souligne Susan Bailey.
Scott, qui a comme son frère participé par le passé à plusieurs missions de la navette spatiale américaine, a été examiné avant, pendant et après son voyage. Du sang, de l'urine et des échantillons de selles ont été rapportés sur Terre à bord de vaisseaux ravitailleurs.
Parallèlement, les chercheurs ont également surveillé Mark, dénommé "référent génétique terrestre".
Scott Kelly a témoigné de sa fatigue à son retour. "C'était comme si j'avais la grippe", a-t-il raconté, faisant part de douleurs articulaires et musculaires. "J'étais nauséeux, étourdi."
"Des milliers de changements moléculaires et génétiques surviennent lorsque quelqu'un va dans l'espace", expose Michael Snyder, de l'université de Stanford.
Mais "pratiquement tout cela revient à la normale dans les six mois", a-t-il expliqué. "C'est rassurant de savoir que lorsque vous rentrez, les choses rentrent globalement dans l'ordre".
Des mesures de l'épaisseur de la paroi de l'artère carotide des deux frères ont été prises. Un épaississement peut être l'indicateur de maladies cardiovasculaires ou de risques d'accident vasculaire cérébral (AVC).


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.