Célébration de la Journée mondiale de l'Afrique à Rabat    L'ISIC accueille son nouveau directeur    El Othmani chez les conseillers    Aéronautique: Le challenge de la valeur ajoutée et de la taille critique    Elections européennes: Les réformes passées au crible    Zéro mika: La réforme relancée    Le Maroc réagit à la démission de Horst Köhler    La fermeture du centre de proximité de Sidi Moumen démentie    L'activité touristique de Marrakech en accroissement depuis 2015    Les touristes marocains boostent la destination Agadir    Habib El Malki se réunit avec les présidents des groupes et groupement parlementaires    Le Maroc et la Côte d'Ivoire font le point sur leur coopération    La liste officielle de Renard attendue pour bientôt    Florent Ibengue : La CAN se doit d'être grandiose car toute l'Afrique est aux aguets    Divers sportifs    Saâd Dine El Otmani : Le gouvernement déterminé à moderniser l'administration    Moussaoui Ajaloui anime une rencontre de l'USFP à Salé    Lancement de l'étude TIMSS 2019 avec la participation du Royaume    Les cas de démence vont tripler d'ici à 2050 selon l'OMS    Divers    Atlantique Assurances se lance dans le coton    Ces tournages qui ont tourné au drame : Top Gun    Ammi Driss : Je ne me considère pas comme marginalisé car la décision d'arrêter en 1989 fut mienne 1/2    Ahmed Boulane présente son premier livre à Tanger    HCP : La population du Maghreb passera à 131,9 millions en 2050    L'ambassadeur du Maroc en Namibie remet ses lettres de créances au Président Geingob    5è édition du Prix Mohammed VI de l'art décoratif marocain sur papier    2000 : Les Lions de l'Atlas chutent au premier tour    Bahja et Camacho : souvenirs partagés    Coupe d'Afrique. Continental sponsor officiel jusqu'en 2023    La Tribune de Nas : La Coupe du Monde 2022 s'exporte à Casablanca…    Vodafone suspend ses achats de téléphones 5G Huawei    Marrakech. Le CRT dresse son bilan    L'ONU rend hommage aux soldats de la paix, dont un Marocain    Once Upon a time in…Hollywood. Une claque tarantinesque !    Azelarab Kaghat, le général…    Insolite : Trahi par Facebook    Nouvelle date de l'examen régional de la première année du baccalauréat    Ligue des champions : Les billets du match WAC-EST sont disponibles    Enseignement préscolaire. 60% des enfants ciblés intégrés    Le Maroc compte taxer Facebook et Google    BAM: l'immobilier en berne    Washington-Téhéran: La tension est à son comble…    Le New York Times consacre un long carnet de voyage au Royaume    Politique de voisinage : Politique de voisinage L'UE se félicite de la coopération avec le Maroc    Nike accusé de contrefaçon    Meknès. Un inspecteur de police fait usage de son arme pour arrêter un individu    En Libye, la guerre est aussi économique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Rabat hausse le ton : Le Maroc rejette certaines idées et projets improductifs véhiculés au sujet de la question du Sahara
Publié dans Libération le 20 - 04 - 2019

Le Maroc semble insatisfait des derniers développements de la situation au sein du Conseil de sécurité concernant la question du Sahara. C'est ce qui ressort de la déclaration du ministre délégué chargé des Relations avec le Parlement et la Société civile, porte-parole du gouvernement, Mustapha El Khalfi, qui a affirmé que le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Nasser Bourrita, a présenté un exposé devant le Conseil de gouvernement sur les positions du Royaume y afférentes.
Le chef de la diplomatie marocaine a affirmé dans ce cadre que "le Maroc a interagi avec certains intervenants internationaux dans ce dossier, au sujet des positions du Royaume vis-à-vis du processus politique à la lumière des deux tables rondes organisées à Genève en décembre 2018 et en mars 2019, et surtout en ce qui concerne la participation de chaque partie à ces réunions, leur déroulement et leurs résultats, ainsi que la gestion assurée par la délégation de la MINURSO et certaines idées et projets improductifs véhiculés à ce sujet".
Quelles sont-elles ? S'agit-il du rapport du secrétaire général l'ONU présenté au début de ce mois au Conseil de sécurité ou du projet de résolution sur le Sahara élaboré par les Etats-Unis et distribué aux membres du Groupe des amis du Sahara, à savoir la Russie, la France, le Royaume-Uni et l'Espagne en plus des Etats-Unis ou des deux à la fois ?
Dans une déclaration à Libé, Moussaoui Ajlaoui, expert associé au Centre d'études pour l'Afrique et le Moyen-Orient (AMES-Center) a estimé à ce propos que le Maroc semble hausser le ton et s'opposer à quelques idées contenues dans le rapport d'Antonio Guterres. Surtout celle « qui appelle le Maroc à lever les obstacles qui empêchent les membres de la MINURSO d'entrer en contact direct avec la population locale ». Et d'ajouter : « Peut-être que le projet de résolution qui sera voté par les membres du Conseil de sécurité fin avril pourrait contenir cette disposition à laquelle le Maroc s'oppose ».
Selon lui, « il se peut que notre pays refuse de retourner à la table ronde de Genève si les parties adverses continuent à ressasser l'option irréaliste et irréalisable » de l'autodétermination alors que la résolution 2440 d'avril 2018 avait mis l'accent sur la nécessité de « parvenir à une solution politique réaliste, réalisable et durable fondée sur des compromis », ce qui signifie que le référendum tant prôné par l'Algérie et les sbires du Polisario n'est plus considéré comme une option réaliste et viable pour résoudre le conflit artificiel autour de la question du Sahara marocain.
Il convient de rappeler que dans le dernier rapport qu'il a soumis aux membres du Conseil de sécurité, Antonio Guterres a mis l'accent sur les deux tables rondes de Genève, soulignant qu'une solution politique du différend régional sur le Sahara est possible mais qu'un règlement nécessiterait «une volonté politique forte, non seulement de la part des parties et des Etats voisins, mais également de la communauté internationale». Il a également proposé la reconduction du mandat de la MINURSO, sans en préciser la durée, mais dans le projet de résolution présenté par les Etats-Unis demande au Conseil de sécurité d'en proroger le mandat pour six mois supplémentaires, alors que la France s'y oppose et préfère que ce mandat soit reconduit pour une année.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.