Tunisie : Kais Saied et Nabil Karoui au second tour de la présidentielle anticipée    Heetch accompagne les auto-entrepreneurs    Sahara : La Grande Bretagne réitère son plein soutien au processus onusien et aux efforts du Maroc    Arbitrage, corruption à la CAF, rapport financier... Tout sur l'Assemblée générale de la FRMF    Le surfeur Ramzi Boukhiam qualifié pour Tokyo 2020    Global Teacher Conclave & Awards 2019 : Un Marocain primé    Affaire Griezmann: une sanction de 300 euros ou un huis clos pour le Barça    Sebta et Melilia. Les parlementaires de Vox veulent ériger un mur    Lancement officiel et adoption des recommandations de l'OMS    Agadir : Pour un meurtre, un chauffeur clandestin condamné à 20 ans de réclusion criminelle    Meknès : Il poignarde mortellement son voisin    «Le Roi : le Maroc de Mohammed VI », un livre pour comprendre le Royaume « au-delà des clichés »    Fête de l'Huma: Les chemins de l'Humanité!    Gestion migratoire : Le Commissaire de l'UA salue le rôle du Maroc    Logement social : La Cour des comptes identifie les failles    Ligue des Champions d'Afrique : RCA et WAC à un pas de la phase de poules    3e meeting du Barbe et Arabe-Barbe, championnats nationaux et Salon du cheval : La filière équine sur sa lancée    Mariage des mineures. Le verdict du CESE attendu demain    Marrakech à l'heure de l'Oriental Fashion Show    «Double face»: dans la peau d'un écrivain pas comme les autres!    Attribution du dépôt légal à plus de 4.300 ouvrages au cours des 8 premiers mois    Marrakech, Oasis des plus grands Djs du monde    Spoliation foncière : la lutte se poursuit    Administration publique : Le Maroc et Québec signent un accord    Nasser Bourita : La CEDEAO doit prendre le leadership dans la lutte contre le terrorisme    Iran : Le guide suprême exclut toute négociation avec les Etats-Unis    Brexit: La suspension controversée du Parlement britannique devant la Cour suprême    Sous pression, Angela Merkel dévoile sa stratégie climatique    Crise des migrants: Erdogan menace l'Union Européenne…    Audiovisuel : MBC5 veut rayonner sur le Maghreb    Soins auto-administrés : Le Maroc adopte les recommandations de l'OMS    Hajar Raissouni, la demande de liberté provisoire sera examinée jeudi    Sécurité pénitentiaire. Les raisons de la bérézina    Le Fonds de solidarité contre les évènements catastrophiques est en selle    Contrôle frontalier : Les fiches d'embarquement- débarquement supprimées    Journée mondiale de l'arthrose    Le glacier d'Aletsch pourrait disparaître d'ici à 2100    Ligue des champions : Liverpool rêve d'Istanbul et les clubs français d'exploit    Le choc entre les deux Olympiques débouche sur un nul    Réinsertion des détenus : Un slogan alléchant    Divers sportifs    Nasser Bourita : Le développement humain est la clé de la durabilité de l'action contre le terrorisme    Divers Economie    Déficit budgétaire de 33,5 MMDH à fin août    Rejet total de l'annexionnisme israélien par l'OCI    Ces stars qui se sont mariées en secret    "GTI", le prof de maths français qui rappe sur Pythagore    Brad Pitt en cosmonaute dans "Ad Astra"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Rabat hausse le ton : Le Maroc rejette certaines idées et projets improductifs véhiculés au sujet de la question du Sahara
Publié dans Libération le 20 - 04 - 2019

Le Maroc semble insatisfait des derniers développements de la situation au sein du Conseil de sécurité concernant la question du Sahara. C'est ce qui ressort de la déclaration du ministre délégué chargé des Relations avec le Parlement et la Société civile, porte-parole du gouvernement, Mustapha El Khalfi, qui a affirmé que le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Nasser Bourrita, a présenté un exposé devant le Conseil de gouvernement sur les positions du Royaume y afférentes.
Le chef de la diplomatie marocaine a affirmé dans ce cadre que "le Maroc a interagi avec certains intervenants internationaux dans ce dossier, au sujet des positions du Royaume vis-à-vis du processus politique à la lumière des deux tables rondes organisées à Genève en décembre 2018 et en mars 2019, et surtout en ce qui concerne la participation de chaque partie à ces réunions, leur déroulement et leurs résultats, ainsi que la gestion assurée par la délégation de la MINURSO et certaines idées et projets improductifs véhiculés à ce sujet".
Quelles sont-elles ? S'agit-il du rapport du secrétaire général l'ONU présenté au début de ce mois au Conseil de sécurité ou du projet de résolution sur le Sahara élaboré par les Etats-Unis et distribué aux membres du Groupe des amis du Sahara, à savoir la Russie, la France, le Royaume-Uni et l'Espagne en plus des Etats-Unis ou des deux à la fois ?
Dans une déclaration à Libé, Moussaoui Ajlaoui, expert associé au Centre d'études pour l'Afrique et le Moyen-Orient (AMES-Center) a estimé à ce propos que le Maroc semble hausser le ton et s'opposer à quelques idées contenues dans le rapport d'Antonio Guterres. Surtout celle « qui appelle le Maroc à lever les obstacles qui empêchent les membres de la MINURSO d'entrer en contact direct avec la population locale ». Et d'ajouter : « Peut-être que le projet de résolution qui sera voté par les membres du Conseil de sécurité fin avril pourrait contenir cette disposition à laquelle le Maroc s'oppose ».
Selon lui, « il se peut que notre pays refuse de retourner à la table ronde de Genève si les parties adverses continuent à ressasser l'option irréaliste et irréalisable » de l'autodétermination alors que la résolution 2440 d'avril 2018 avait mis l'accent sur la nécessité de « parvenir à une solution politique réaliste, réalisable et durable fondée sur des compromis », ce qui signifie que le référendum tant prôné par l'Algérie et les sbires du Polisario n'est plus considéré comme une option réaliste et viable pour résoudre le conflit artificiel autour de la question du Sahara marocain.
Il convient de rappeler que dans le dernier rapport qu'il a soumis aux membres du Conseil de sécurité, Antonio Guterres a mis l'accent sur les deux tables rondes de Genève, soulignant qu'une solution politique du différend régional sur le Sahara est possible mais qu'un règlement nécessiterait «une volonté politique forte, non seulement de la part des parties et des Etats voisins, mais également de la communauté internationale». Il a également proposé la reconduction du mandat de la MINURSO, sans en préciser la durée, mais dans le projet de résolution présenté par les Etats-Unis demande au Conseil de sécurité d'en proroger le mandat pour six mois supplémentaires, alors que la France s'y oppose et préfère que ce mandat soit reconduit pour une année.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.