Célébration de la Journée mondiale de l'Afrique à Rabat    L'ISIC accueille son nouveau directeur    El Othmani chez les conseillers    Aéronautique: Le challenge de la valeur ajoutée et de la taille critique    Elections européennes: Les réformes passées au crible    Zéro mika: La réforme relancée    Le Maroc réagit à la démission de Horst Köhler    La fermeture du centre de proximité de Sidi Moumen démentie    L'activité touristique de Marrakech en accroissement depuis 2015    Les touristes marocains boostent la destination Agadir    Habib El Malki se réunit avec les présidents des groupes et groupement parlementaires    Le Maroc et la Côte d'Ivoire font le point sur leur coopération    La liste officielle de Renard attendue pour bientôt    Florent Ibengue : La CAN se doit d'être grandiose car toute l'Afrique est aux aguets    Divers sportifs    Saâd Dine El Otmani : Le gouvernement déterminé à moderniser l'administration    Moussaoui Ajaloui anime une rencontre de l'USFP à Salé    Lancement de l'étude TIMSS 2019 avec la participation du Royaume    Les cas de démence vont tripler d'ici à 2050 selon l'OMS    Divers    Atlantique Assurances se lance dans le coton    Ces tournages qui ont tourné au drame : Top Gun    Ammi Driss : Je ne me considère pas comme marginalisé car la décision d'arrêter en 1989 fut mienne 1/2    Ahmed Boulane présente son premier livre à Tanger    HCP : La population du Maghreb passera à 131,9 millions en 2050    L'ambassadeur du Maroc en Namibie remet ses lettres de créances au Président Geingob    5è édition du Prix Mohammed VI de l'art décoratif marocain sur papier    2000 : Les Lions de l'Atlas chutent au premier tour    Bahja et Camacho : souvenirs partagés    Coupe d'Afrique. Continental sponsor officiel jusqu'en 2023    La Tribune de Nas : La Coupe du Monde 2022 s'exporte à Casablanca…    Vodafone suspend ses achats de téléphones 5G Huawei    Marrakech. Le CRT dresse son bilan    L'ONU rend hommage aux soldats de la paix, dont un Marocain    Once Upon a time in…Hollywood. Une claque tarantinesque !    Azelarab Kaghat, le général…    Insolite : Trahi par Facebook    Nouvelle date de l'examen régional de la première année du baccalauréat    Ligue des champions : Les billets du match WAC-EST sont disponibles    Enseignement préscolaire. 60% des enfants ciblés intégrés    Le Maroc compte taxer Facebook et Google    BAM: l'immobilier en berne    Washington-Téhéran: La tension est à son comble…    Le New York Times consacre un long carnet de voyage au Royaume    Politique de voisinage : Politique de voisinage L'UE se félicite de la coopération avec le Maroc    Nike accusé de contrefaçon    Meknès. Un inspecteur de police fait usage de son arme pour arrêter un individu    En Libye, la guerre est aussi économique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Dans l'ouest de la Libye, des anti-Haftar se battent contre un "nouveau Kadhafi"
Publié dans Libération le 25 - 04 - 2019

img class="responsive" style="display:none" src="https://www.libe.ma/photo/art/grande/32998314-30586084.jpg?v=1556109193" alt="Dans l'ouest de la Libye, des anti-Haftar se battent contre un "nouveau Kadhafi"" title="Dans l'ouest de la Libye, des anti-Haftar se battent contre un "nouveau Kadhafi"" / img class="not-responsive" src="https://www.libe.ma/photo/art/default/32998314-30586084.jpg?v=1556109203" alt="Dans l'ouest de la Libye, des anti-Haftar se battent contre un "nouveau Kadhafi"" title="Dans l'ouest de la Libye, des anti-Haftar se battent contre un "nouveau Kadhafi"" width="708" /
A vingt ans, Mohamad en est à sa deuxième guerre: en 2016 contre le groupe Etat islamique, aujourd'hui contre le maréchal Haftar. Originaire de Misrata, ville clé de la révolte contre Kadhafi en 2011, il veut empêcher l'arrivée au pouvoir d'un "nouveau dictateur".
Le maréchal Khalifa Haftar, parti depuis le 4 avril à la conquête de la capitale libyenne Tripoli, est accusé par ses rivaux de vouloir instaurer une nouvelle dictature militaire.
"Des centaines de combattants sont morts pour se débarrasser de Kadhafi. Nous allons tout faire pour que ces sacrifices n'aient pas été faits en vain", lance Mohamad.
Le jeune homme est tiraillé. Aujourd'hui il combat, perché sur un pick-up équipé d'une mitrailleuse. Mais, sous la pression de son père, il va devoir rentrer chez lui dans une semaine pour partir étudier en Malaisie.
"Je veux rester ici. On me dit que la guerre ne va pas s'arrêter avec mon départ. Mais si tout le monde se dit la même chose, il ne restera plus personne sur le front", lâche-t-il.
Le jeune homme fait partie d'un groupe armé de Misrata, ville à 200 kilomètres à l'est de Tripoli, qui avait participé aux combats contre le groupe Etat islamique (EI) à Syrte en 2016.
"Et maintenant, Haftar vient dire qu'il veut débarrasser l'ouest du pays du terrorisme. Où était-il quand nous combattions l'EI ?", lance-t-il.
La Libye est principalement divisée entre deux autorités rivales: à l'ouest, le gouvernement d'union nationale (GNA) de Fayez al-Sarraj, reconnu par la communauté internationale et basé à Tripoli, et à l'est l'Armée nationale libyenne (ANL) autoproclamée par le maréchal Haftar.
Si beaucoup de milices qui combattent les forces de l'ANL au sud de Tripoli sont fidèles au GNA, toutes ne le sont pas explicitement. Mohamad et ses compagnons se définissent avant tout comme des combattants anti-Haftar.
"Nous allons le pourchasser jusqu'à son fief" de Benghazi, dans l'est du pays, assure Hicham Abdallah, lui aussi venu de Misrata. "Ses combattants fuient à chaque coup de canon. Ils ont peur."
Derrière eux flotte un épais brouillard, mélange de poussière et de fumée qui s'échappe d'un camion en flammes au milieu d'une prairie d'herbes sèches qui brûle aussi.
A al-Hira, au pied de la montagne de Djebel Nefoussa, des groupes armés venus de plusieurs villes de l'Ouest ont réussi depuis le début de la contre-offensive samedi à repousser les forces de Haftar sur plusieurs kilomètres.
Ils affirment lui avoir coupé la route entre Tripoli et sa base arrière, à Gharyan, à une centaine de kilomètres au sud-ouest de la capitale.
"Nous avançons vers Gharyan, nous allons bientôt en finir avec ce despote. Nous allons continuer jusqu'au Rajma", le quartier général de Haftar à Benghazi, lance un commandant de Zentan (ouest), une des premières villes à s'être soulevée contre le régime du dictateur Mouammar Kadhafi en 2011.
Ses forces tentent de tenir un barrage de sécurité qu'ils viennent de prendre à l'ANL, à moins d'une vingtaine de kilomètres de Gharyan. Mais des salves d'obus et des tirs de mitraillettes obligent quelques véhicules à faire marche arrière.
Les balles sifflent pendant quelques minutes, un avion survole la zone. L'atmosphère est tendue. Mais, galvanisés par leur victoire du jour, les combattants maintiennent leur position. Par miracle, sans aucun blessé.
"Nous allons gagner car notre cause est juste. Nous nous battons pour la patrie, mais eux (les pro-Haftar) se battent pour une personne", lance Khalifa Derdira, 30 ans, venu de Zentan. "Nous ne le laisserons pas détruire Tripoli", ajoute-t-il.
Mais le mal semble déjà fait dans plusieurs quartiers de la banlieue sud de la capitale, où se sont concentrés jusqu'ici les combats qui ont fait 272 morts, près de 1.300 blessés et plus de 30.000 déplacés selon un dernier bilan de l'Organisation mondiale de la santé.
Al-Aziziya, à 50 kilomètres au sud de Tripoli, est une ville fantôme. Située à mi-chemin entre la capitale et Gharyan, elle a été désertée par ses habitants après de violents combats.
Sur l'avenue principale, jonchée de douilles et d'étuis d'obus, les affrontements ont laissé des trous béants dans certains murs. Les rideaux de fer des commerces ont été soufflés ou tordus.
"Voilà le résultat. Haftar est décidé à détruire tout le pays et à nous faire revenir des dizaines d'années en arrière", regrette Khalifa Derdira. Mais il promet que "son sort sera pire que celui de Kadhafi", tué en octobre 2011 dans des circonstances troubles, peu après sa capture après huit mois de conflit.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.