Accès à l'information. Le parquet général secoue les tribunaux    Au-delà d'une LDF    Le groupe Maroc Télécom consolide ses résultats en septembre    Top Performer RSE 2019. Attijariwafa bank distingué    Chambre des représentants. Comment réformer la séance des questions orales ?    Flexibilité du dirham : Le Maroc est capable de passer à la 2è phase en cas de choc, selon Jouahri    Edito : PLF    Production alimentaire : Le Maroc a atteint «un bon niveau» de couverture de ses besoins    Pour exercice de la médecine sans autorisation : Un Français épinglé à Marrakech    Solid'Action : Faisons des enfants des douars nos enfants !    Rabat : Arrestation d'un malade mental pour agression contre un muezzin    Météo: le temps qu'il fera ce lundi    Les facteurs de vulnérabilité financière pourraient aggraver le prochain ralentissement économique    Akhannouch juge nécessaire la « mise à niveau » de l'entreprise marocaine    Calcio : La Juventus et Ronaldo enchaînent    Le Onze national décroche haut la main sa qualification au CHAN 2020    Salon du cheval : La Sorba de Maher El Bachir remporte le GP S.M le Roi Mohammed VI de Tbourida    Missing    La politique pénale du Maroc jaugée à l'aune des droits de l'Homme    L'ONMT veut développer le tourisme golfique au Maroc    Le Maroc, un marché émergent alternatif pour les entreprises espagnoles face au Brexit    Les enseignants cadres des AREF se remettent en grève    Météo : De fortes pluies prévues dans certaines régions    Coppola travaille sur "Megalopolis", son projet de film le plus ambitieux    Participation marocaine au Festival des musiques "Oslo World"    Projection en Norvège du film "Paris Stalingrad" de la Marocaine Hind Meddeb    Salon du cheval: La Sorba de Maher El Bachir remporte le Grand Prix Mohammed VI de Tbourida    Manifestations au Liban: L'ambassade du Maroc met une ligne téléphonique à disposition des Marocains    Les subventions à la culture ont-elles tué la création?    «Le Sahara est marocain»: il invite l'Algérie et le Maroc à ouvrir leurs frontières    «La subvention a pratiquement aidé le secteur»    «Les subventions aux arts plastiques pourraient connaitre un réexamen»    PPS: l'opposition pour l'édification d'une alternative démocratique    «N'assassinez pas le rêve» des étudiants de Boulemane    Faculté de droit d'Agadir: Un acte inadmissible!    Les Botolistes proches de la qualification    CAN 2020 : Les joueurs locaux corrigent l'Algérie    Vidéo. Le Maroc lance son premier nanosatelite dans l'espace    Vidéo. Mine d'art de Khouribga: quand les artistes essayent de "passer le relais"    Couverture alimentaire : Le Maroc a atteint « un bon niveau », selon Sadiki    Brexit, politique étrangère… au sommet de Bruxelles    Quand Donald Trump s'en prend à Bruce Springsteen et Beyoncé    Les glaciers suisses ont diminué de 10% en 5 ans    Insolite : Conférence record    Amar Saâdani : Le Sahara est marocain    Jack Lang : «Trésors de l'Islam en Afrique, de Tombouctou à Zanzibar témoigne de l'histoire du Maroc»    Eliminatoires CHAN 2020 : Maroc-Algérie à guichets fermés    ITF juniors au Maroc: Le RUC passe le relais au Riad    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Dans l'ouest de la Libye, des anti-Haftar se battent contre un "nouveau Kadhafi"
Publié dans Libération le 25 - 04 - 2019

img class="responsive" style="display:none" src="https://www.libe.ma/photo/art/grande/32998314-30586084.jpg?v=1556109193" alt="Dans l'ouest de la Libye, des anti-Haftar se battent contre un "nouveau Kadhafi"" title="Dans l'ouest de la Libye, des anti-Haftar se battent contre un "nouveau Kadhafi"" / img class="not-responsive" src="https://www.libe.ma/photo/art/default/32998314-30586084.jpg?v=1556109203" alt="Dans l'ouest de la Libye, des anti-Haftar se battent contre un "nouveau Kadhafi"" title="Dans l'ouest de la Libye, des anti-Haftar se battent contre un "nouveau Kadhafi"" width="708" /
A vingt ans, Mohamad en est à sa deuxième guerre: en 2016 contre le groupe Etat islamique, aujourd'hui contre le maréchal Haftar. Originaire de Misrata, ville clé de la révolte contre Kadhafi en 2011, il veut empêcher l'arrivée au pouvoir d'un "nouveau dictateur".
Le maréchal Khalifa Haftar, parti depuis le 4 avril à la conquête de la capitale libyenne Tripoli, est accusé par ses rivaux de vouloir instaurer une nouvelle dictature militaire.
"Des centaines de combattants sont morts pour se débarrasser de Kadhafi. Nous allons tout faire pour que ces sacrifices n'aient pas été faits en vain", lance Mohamad.
Le jeune homme est tiraillé. Aujourd'hui il combat, perché sur un pick-up équipé d'une mitrailleuse. Mais, sous la pression de son père, il va devoir rentrer chez lui dans une semaine pour partir étudier en Malaisie.
"Je veux rester ici. On me dit que la guerre ne va pas s'arrêter avec mon départ. Mais si tout le monde se dit la même chose, il ne restera plus personne sur le front", lâche-t-il.
Le jeune homme fait partie d'un groupe armé de Misrata, ville à 200 kilomètres à l'est de Tripoli, qui avait participé aux combats contre le groupe Etat islamique (EI) à Syrte en 2016.
"Et maintenant, Haftar vient dire qu'il veut débarrasser l'ouest du pays du terrorisme. Où était-il quand nous combattions l'EI ?", lance-t-il.
La Libye est principalement divisée entre deux autorités rivales: à l'ouest, le gouvernement d'union nationale (GNA) de Fayez al-Sarraj, reconnu par la communauté internationale et basé à Tripoli, et à l'est l'Armée nationale libyenne (ANL) autoproclamée par le maréchal Haftar.
Si beaucoup de milices qui combattent les forces de l'ANL au sud de Tripoli sont fidèles au GNA, toutes ne le sont pas explicitement. Mohamad et ses compagnons se définissent avant tout comme des combattants anti-Haftar.
"Nous allons le pourchasser jusqu'à son fief" de Benghazi, dans l'est du pays, assure Hicham Abdallah, lui aussi venu de Misrata. "Ses combattants fuient à chaque coup de canon. Ils ont peur."
Derrière eux flotte un épais brouillard, mélange de poussière et de fumée qui s'échappe d'un camion en flammes au milieu d'une prairie d'herbes sèches qui brûle aussi.
A al-Hira, au pied de la montagne de Djebel Nefoussa, des groupes armés venus de plusieurs villes de l'Ouest ont réussi depuis le début de la contre-offensive samedi à repousser les forces de Haftar sur plusieurs kilomètres.
Ils affirment lui avoir coupé la route entre Tripoli et sa base arrière, à Gharyan, à une centaine de kilomètres au sud-ouest de la capitale.
"Nous avançons vers Gharyan, nous allons bientôt en finir avec ce despote. Nous allons continuer jusqu'au Rajma", le quartier général de Haftar à Benghazi, lance un commandant de Zentan (ouest), une des premières villes à s'être soulevée contre le régime du dictateur Mouammar Kadhafi en 2011.
Ses forces tentent de tenir un barrage de sécurité qu'ils viennent de prendre à l'ANL, à moins d'une vingtaine de kilomètres de Gharyan. Mais des salves d'obus et des tirs de mitraillettes obligent quelques véhicules à faire marche arrière.
Les balles sifflent pendant quelques minutes, un avion survole la zone. L'atmosphère est tendue. Mais, galvanisés par leur victoire du jour, les combattants maintiennent leur position. Par miracle, sans aucun blessé.
"Nous allons gagner car notre cause est juste. Nous nous battons pour la patrie, mais eux (les pro-Haftar) se battent pour une personne", lance Khalifa Derdira, 30 ans, venu de Zentan. "Nous ne le laisserons pas détruire Tripoli", ajoute-t-il.
Mais le mal semble déjà fait dans plusieurs quartiers de la banlieue sud de la capitale, où se sont concentrés jusqu'ici les combats qui ont fait 272 morts, près de 1.300 blessés et plus de 30.000 déplacés selon un dernier bilan de l'Organisation mondiale de la santé.
Al-Aziziya, à 50 kilomètres au sud de Tripoli, est une ville fantôme. Située à mi-chemin entre la capitale et Gharyan, elle a été désertée par ses habitants après de violents combats.
Sur l'avenue principale, jonchée de douilles et d'étuis d'obus, les affrontements ont laissé des trous béants dans certains murs. Les rideaux de fer des commerces ont été soufflés ou tordus.
"Voilà le résultat. Haftar est décidé à détruire tout le pays et à nous faire revenir des dizaines d'années en arrière", regrette Khalifa Derdira. Mais il promet que "son sort sera pire que celui de Kadhafi", tué en octobre 2011 dans des circonstances troubles, peu après sa capture après huit mois de conflit.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.