Accès à l'information. Le parquet général secoue les tribunaux    Au-delà d'une LDF    Le groupe Maroc Télécom consolide ses résultats en septembre    Top Performer RSE 2019. Attijariwafa bank distingué    Chambre des représentants. Comment réformer la séance des questions orales ?    Flexibilité du dirham : Le Maroc est capable de passer à la 2è phase en cas de choc, selon Jouahri    Edito : PLF    Production alimentaire : Le Maroc a atteint «un bon niveau» de couverture de ses besoins    Pour exercice de la médecine sans autorisation : Un Français épinglé à Marrakech    Solid'Action : Faisons des enfants des douars nos enfants !    Rabat : Arrestation d'un malade mental pour agression contre un muezzin    Météo: le temps qu'il fera ce lundi    Les facteurs de vulnérabilité financière pourraient aggraver le prochain ralentissement économique    Akhannouch juge nécessaire la « mise à niveau » de l'entreprise marocaine    Calcio : La Juventus et Ronaldo enchaînent    Le Onze national décroche haut la main sa qualification au CHAN 2020    Salon du cheval : La Sorba de Maher El Bachir remporte le GP S.M le Roi Mohammed VI de Tbourida    Missing    La politique pénale du Maroc jaugée à l'aune des droits de l'Homme    L'ONMT veut développer le tourisme golfique au Maroc    Le Maroc, un marché émergent alternatif pour les entreprises espagnoles face au Brexit    Les enseignants cadres des AREF se remettent en grève    Météo : De fortes pluies prévues dans certaines régions    Coppola travaille sur "Megalopolis", son projet de film le plus ambitieux    Participation marocaine au Festival des musiques "Oslo World"    Projection en Norvège du film "Paris Stalingrad" de la Marocaine Hind Meddeb    Salon du cheval: La Sorba de Maher El Bachir remporte le Grand Prix Mohammed VI de Tbourida    Manifestations au Liban: L'ambassade du Maroc met une ligne téléphonique à disposition des Marocains    Les subventions à la culture ont-elles tué la création?    «Le Sahara est marocain»: il invite l'Algérie et le Maroc à ouvrir leurs frontières    «La subvention a pratiquement aidé le secteur»    «Les subventions aux arts plastiques pourraient connaitre un réexamen»    PPS: l'opposition pour l'édification d'une alternative démocratique    «N'assassinez pas le rêve» des étudiants de Boulemane    Faculté de droit d'Agadir: Un acte inadmissible!    Les Botolistes proches de la qualification    CAN 2020 : Les joueurs locaux corrigent l'Algérie    Vidéo. Le Maroc lance son premier nanosatelite dans l'espace    Vidéo. Mine d'art de Khouribga: quand les artistes essayent de "passer le relais"    Couverture alimentaire : Le Maroc a atteint « un bon niveau », selon Sadiki    Brexit, politique étrangère… au sommet de Bruxelles    Quand Donald Trump s'en prend à Bruce Springsteen et Beyoncé    Les glaciers suisses ont diminué de 10% en 5 ans    Insolite : Conférence record    Amar Saâdani : Le Sahara est marocain    Jack Lang : «Trésors de l'Islam en Afrique, de Tombouctou à Zanzibar témoigne de l'histoire du Maroc»    Eliminatoires CHAN 2020 : Maroc-Algérie à guichets fermés    ITF juniors au Maroc: Le RUC passe le relais au Riad    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Vers une protection effective du livre et des droits d'auteur
Publié dans Libération le 25 - 04 - 2019

De 1916 à nos jours, le Maroc s'est attelé à la protection des œuvres littéraires contre toute atteinte à leur originalité, en phase avec les réglementations internationales et les évolutions technologiques, soucieux en cela de l'amélioration de la situation de l'auteur marocain, qui fait toujours face au plagiat et au piratage. La Journée mondiale du livre et des droits d'auteur, célébré mardi, se veut ainsi une occasion opportune pour faire le bilan de ces efforts et de dresser l'état des lieux en matière de gestion des droits d'auteur au Royaume.
Le 23 juin 1916 fut promulguée la première loi marocaine relative à la protection des œuvres littéraires et artistiques, suivie de plusieurs textes de modification, et ce jusqu'à la loi du 15 février 2000, entrée en vigueur le 18 novembre de la même année. Tenant compte de l'évolution technologique et des exigences sur les plans national et international, des amendements ont été apportés à cette loi à travers le dahir n° 1-05-192 du 14 février 2006.
Ensuite un troisième amendement de ce texte a été mis en place par l'adoption de la loi 97.12 de 2014, dans le souci d'une harmonisation, à travers l'adoption de nouvelles exigences liées à la rémunération pour la "copie privée". Chargé de la protection et de l'exploitation des droits d'auteur et des droits voisins, le Bureau marocain du droit d'auteur (BMDA) a été créé par décret en 1965.
Placé sous la tutelle du ministère de la Culture et de la Communication, le BMDA s'occupe de toutes les catégories professionnelles d'auteurs, accorde les autorisations pour l'utilisation du répertoire protégé, perçoit les redevances de droits d'auteur y afférentes et assure aux auteurs la répartition des droits leur revenant.
Après sa séparation définitive en 2017 avec la Société des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique (SACEM), qui se chargeait de la répartition des droits d'auteur, le BMDA a acquis son autonomie en devenant le seul maître de ses décisions et en prenant en charge les opérations de collecte et de répartition des droits d'auteur.
Selon Abdelhakim Karman, expert en droit de propriété intellectuelle et président de l'Alliance marocaine pour la propriété intellectuelle (AMPI), le Royaume a réalisé un "grand saut" sur le plan législatif en faveur de la protection des droits d'auteur à travers un alignement avec les standards internationaux, ce qui constitue l'un des points forts de l'expérience marocaine dans ce domaine tant au niveau régional que continental.
Dans une déclaration à la MAP, l'expert a, toutefois, mis en exergue quelques lacunes qui persistent et façonnent "l'évolution trébuchante" du système de gestion collective des droits d'auteur et des droits voisins. "Le Maroc peut être classé dans le groupe des pays les plus performants en ce qui concerne les textes et leur adéquation aux normes préconisées par les organismes internationaux, mais reste confronté à plusieurs défis relatifs notamment au management des ressources matérielles et humaines et à la gestion collective", déplore M. Karman. Cette situation, poursuit l'expert, génère des pertes pour le Royaume en termes de plus-value économique et plonge les auteurs dans une situation précaire face au plagiat et à la piraterie.
Pour remédier à cette situation et œuvrer à une protection effective du livre et de l'auteur, le président de l'AMPI appelle à asseoir un nouveau modèle institutionnel pour renforcer les efforts consentis en matière de législation tout en persévérant la mise en phase avec les normes et pratiques universelles. M. Karman a également souligné l'importance de la sensibilisation, particulièrement des jeunes, à l'impact du piratage et du plagiat et qui constitue un point fondamental dans la protection et la promotion de la création littéraire, précisant que les volets législatif et réglementaire sont importants mais demeurent insuffisants face à l'amplification des atteintes à la créativité.
Par ailleurs, les collectes des droits d'auteur pour l'année 2018 ont connu une importante augmentation. Selon le rapport des "Collectes mondiales 2018″, publié récemment par la Confédération internationale des sociétés d'auteurs et compositeurs (CISAC), les collectes des droits d'auteur au Maroc ont augmenté de 498% pour atteindre 58,3 millions de dirhams (MDH) en 2017, positionnant le pays au 3ème rang en Afrique et 49ème à l'échelle mondiale.
Le cadre législatif au Maroc a favorisé une forte hausse des revenus des créateurs, qui ont atteint 45,4 MDH en 2017, plaçant le pays en deuxième position au niveau du continent africain, souligne le rapport qui analyse les données issues de 239 sociétés d'auteurs dans 121 pays.
Pour M. Karman, cette augmentation fulgurante est due à l'adoption par le Maroc des disposions légales pour collecter la rémunération pour copie privée qui représente une taxe assimilée imposable et déduite à la source sur l'importation et la commercialisation des supports utilisables à des fins de copiage et de diffusion des contenus protégés. "Ce gisement de recettes inhabituelles a fait augmenter d'une manière notable des collectes amassées au cours de ces trois dernières années", a expliqué l'expert.
Pour lui, le Maroc entre pleinement dans l'ère de la protection et de la gestion de la propriété intellectuelle dans l'espace numérique qui constitue, pour lui, une grande opportunité en termes d'innovation, mais pose aussi un certain nombre de défis, tant au niveau de la faiblesse du système institutionnel que de l'expertise technique et professionnelle. Une protection effective des œuvres passe également par l'adaptation à cette nouvelle donne numérique qui constitue le plus grand défi pour l'avenir du secteur en général et celui des industries culturelles créatives, a-t-il ajouté.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.