Célébration de la Journée mondiale de l'Afrique à Rabat    L'ISIC accueille son nouveau directeur    El Othmani chez les conseillers    Aéronautique: Le challenge de la valeur ajoutée et de la taille critique    Elections européennes: Les réformes passées au crible    Zéro mika: La réforme relancée    Le Maroc réagit à la démission de Horst Köhler    La fermeture du centre de proximité de Sidi Moumen démentie    L'activité touristique de Marrakech en accroissement depuis 2015    Les touristes marocains boostent la destination Agadir    Habib El Malki se réunit avec les présidents des groupes et groupement parlementaires    Le Maroc et la Côte d'Ivoire font le point sur leur coopération    La liste officielle de Renard attendue pour bientôt    Florent Ibengue : La CAN se doit d'être grandiose car toute l'Afrique est aux aguets    Divers sportifs    Saâd Dine El Otmani : Le gouvernement déterminé à moderniser l'administration    Moussaoui Ajaloui anime une rencontre de l'USFP à Salé    Lancement de l'étude TIMSS 2019 avec la participation du Royaume    Les cas de démence vont tripler d'ici à 2050 selon l'OMS    Divers    Atlantique Assurances se lance dans le coton    Ces tournages qui ont tourné au drame : Top Gun    Ammi Driss : Je ne me considère pas comme marginalisé car la décision d'arrêter en 1989 fut mienne 1/2    Ahmed Boulane présente son premier livre à Tanger    HCP : La population du Maghreb passera à 131,9 millions en 2050    L'ambassadeur du Maroc en Namibie remet ses lettres de créances au Président Geingob    5è édition du Prix Mohammed VI de l'art décoratif marocain sur papier    2000 : Les Lions de l'Atlas chutent au premier tour    Bahja et Camacho : souvenirs partagés    Coupe d'Afrique. Continental sponsor officiel jusqu'en 2023    La Tribune de Nas : La Coupe du Monde 2022 s'exporte à Casablanca…    Vodafone suspend ses achats de téléphones 5G Huawei    Marrakech. Le CRT dresse son bilan    L'ONU rend hommage aux soldats de la paix, dont un Marocain    Once Upon a time in…Hollywood. Une claque tarantinesque !    Azelarab Kaghat, le général…    Insolite : Trahi par Facebook    Nouvelle date de l'examen régional de la première année du baccalauréat    Ligue des champions : Les billets du match WAC-EST sont disponibles    Enseignement préscolaire. 60% des enfants ciblés intégrés    Le Maroc compte taxer Facebook et Google    BAM: l'immobilier en berne    Washington-Téhéran: La tension est à son comble…    Le New York Times consacre un long carnet de voyage au Royaume    Politique de voisinage : Politique de voisinage L'UE se félicite de la coopération avec le Maroc    Nike accusé de contrefaçon    Meknès. Un inspecteur de police fait usage de son arme pour arrêter un individu    En Libye, la guerre est aussi économique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Vers une protection effective du livre et des droits d'auteur
Publié dans Libération le 25 - 04 - 2019

De 1916 à nos jours, le Maroc s'est attelé à la protection des œuvres littéraires contre toute atteinte à leur originalité, en phase avec les réglementations internationales et les évolutions technologiques, soucieux en cela de l'amélioration de la situation de l'auteur marocain, qui fait toujours face au plagiat et au piratage. La Journée mondiale du livre et des droits d'auteur, célébré mardi, se veut ainsi une occasion opportune pour faire le bilan de ces efforts et de dresser l'état des lieux en matière de gestion des droits d'auteur au Royaume.
Le 23 juin 1916 fut promulguée la première loi marocaine relative à la protection des œuvres littéraires et artistiques, suivie de plusieurs textes de modification, et ce jusqu'à la loi du 15 février 2000, entrée en vigueur le 18 novembre de la même année. Tenant compte de l'évolution technologique et des exigences sur les plans national et international, des amendements ont été apportés à cette loi à travers le dahir n° 1-05-192 du 14 février 2006.
Ensuite un troisième amendement de ce texte a été mis en place par l'adoption de la loi 97.12 de 2014, dans le souci d'une harmonisation, à travers l'adoption de nouvelles exigences liées à la rémunération pour la "copie privée". Chargé de la protection et de l'exploitation des droits d'auteur et des droits voisins, le Bureau marocain du droit d'auteur (BMDA) a été créé par décret en 1965.
Placé sous la tutelle du ministère de la Culture et de la Communication, le BMDA s'occupe de toutes les catégories professionnelles d'auteurs, accorde les autorisations pour l'utilisation du répertoire protégé, perçoit les redevances de droits d'auteur y afférentes et assure aux auteurs la répartition des droits leur revenant.
Après sa séparation définitive en 2017 avec la Société des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique (SACEM), qui se chargeait de la répartition des droits d'auteur, le BMDA a acquis son autonomie en devenant le seul maître de ses décisions et en prenant en charge les opérations de collecte et de répartition des droits d'auteur.
Selon Abdelhakim Karman, expert en droit de propriété intellectuelle et président de l'Alliance marocaine pour la propriété intellectuelle (AMPI), le Royaume a réalisé un "grand saut" sur le plan législatif en faveur de la protection des droits d'auteur à travers un alignement avec les standards internationaux, ce qui constitue l'un des points forts de l'expérience marocaine dans ce domaine tant au niveau régional que continental.
Dans une déclaration à la MAP, l'expert a, toutefois, mis en exergue quelques lacunes qui persistent et façonnent "l'évolution trébuchante" du système de gestion collective des droits d'auteur et des droits voisins. "Le Maroc peut être classé dans le groupe des pays les plus performants en ce qui concerne les textes et leur adéquation aux normes préconisées par les organismes internationaux, mais reste confronté à plusieurs défis relatifs notamment au management des ressources matérielles et humaines et à la gestion collective", déplore M. Karman. Cette situation, poursuit l'expert, génère des pertes pour le Royaume en termes de plus-value économique et plonge les auteurs dans une situation précaire face au plagiat et à la piraterie.
Pour remédier à cette situation et œuvrer à une protection effective du livre et de l'auteur, le président de l'AMPI appelle à asseoir un nouveau modèle institutionnel pour renforcer les efforts consentis en matière de législation tout en persévérant la mise en phase avec les normes et pratiques universelles. M. Karman a également souligné l'importance de la sensibilisation, particulièrement des jeunes, à l'impact du piratage et du plagiat et qui constitue un point fondamental dans la protection et la promotion de la création littéraire, précisant que les volets législatif et réglementaire sont importants mais demeurent insuffisants face à l'amplification des atteintes à la créativité.
Par ailleurs, les collectes des droits d'auteur pour l'année 2018 ont connu une importante augmentation. Selon le rapport des "Collectes mondiales 2018″, publié récemment par la Confédération internationale des sociétés d'auteurs et compositeurs (CISAC), les collectes des droits d'auteur au Maroc ont augmenté de 498% pour atteindre 58,3 millions de dirhams (MDH) en 2017, positionnant le pays au 3ème rang en Afrique et 49ème à l'échelle mondiale.
Le cadre législatif au Maroc a favorisé une forte hausse des revenus des créateurs, qui ont atteint 45,4 MDH en 2017, plaçant le pays en deuxième position au niveau du continent africain, souligne le rapport qui analyse les données issues de 239 sociétés d'auteurs dans 121 pays.
Pour M. Karman, cette augmentation fulgurante est due à l'adoption par le Maroc des disposions légales pour collecter la rémunération pour copie privée qui représente une taxe assimilée imposable et déduite à la source sur l'importation et la commercialisation des supports utilisables à des fins de copiage et de diffusion des contenus protégés. "Ce gisement de recettes inhabituelles a fait augmenter d'une manière notable des collectes amassées au cours de ces trois dernières années", a expliqué l'expert.
Pour lui, le Maroc entre pleinement dans l'ère de la protection et de la gestion de la propriété intellectuelle dans l'espace numérique qui constitue, pour lui, une grande opportunité en termes d'innovation, mais pose aussi un certain nombre de défis, tant au niveau de la faiblesse du système institutionnel que de l'expertise technique et professionnelle. Une protection effective des œuvres passe également par l'adaptation à cette nouvelle donne numérique qui constitue le plus grand défi pour l'avenir du secteur en général et celui des industries culturelles créatives, a-t-il ajouté.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.