La Mercedes Classe E s'offre un lifting    Renaulution. Nouveau plan stratégique de Renault    Jeux video. « 3ich l'game », saison 2    Visite du ministre chinois des Affaires étrangères : la Chine accorde une grande importance à l'Afrique    Covid-19 : L'infection procure une immunité naturelle de 5 à 8 mois    Développement territorial et résilience : La Banque mondiale appuie la gestion durable du littoral marocain    Sénat américain. Les émeutiers voulaient « capturer et assassiner des élus »    Un webinaire pour débattre sur l'Afrique post-Covid    Une édition pas comme les autres : Le Maroc à l'assaut du CHAN    Les équipes à suivre de très près    Maroc: L'essentiel du Budget économique prévisionnel 2021 du HCP    Casablanca : 10 ans de prison pour avoir tué son ami    Selouane : Démantèlement d'une bande de cambrioleurs    Casablanca : Remise d'équipements de projets générateurs de revenus au profit d'ex-détenus    Yasmina Benabdellah : «J'intègre toujours la touche marocaine dans mes projets»    ONP : Digitalisation de la criée    Al Omrane et le ministère de la solidarité signent une convention-cadre de partenariat    Maroc-USA: Un mémorandum d'entente pour la préservation du patrimoine culturel marocain signé    Normalisation? Il n'y a jamais eu vraiment de rupture    Dakhla : Lancement de la première campagne nationale de communication sur le métier de l'architecte    Perspectives après l'annonce du vaccin Covid19 : Les Marocains ont le moral    Casablanca : Le contrat de Lydec en ligne de mire    Banque de sang : Des stocks mal exploités, périmés puis détruits !    Maroc-USA : signature d'un mémorandum d'entente pour protéger les biens culturels marocains contre le trafic illicite    Décès de Hafida El Malki    Donald Trump mis en accusation Un deuxième "impeachment" historique    La production industrielle en hausse de 2,5% dans la zone euro à fin novembre dernier    Une présence de taille de la question amazighe sur la scène culturelle malgré la pandémie    Evolution du coronavirus au Maroc : 1279 nouveaux cas, 456.334 au total, jeudi 14 janvier 2021 à 18 heures    Le PSG s ' adjuge le Trophée des champions    Mondial de handball : le Maroc débute contre l'Algérie    Akil Macao, le metteur en scène de l'extraordinaire...    Tennis : L'ATP Cup...version 2021    Omnisports : Courrier du Nord-Est    Peine capitale : la polémique refait surface    WhatsApp met à jour les règles de confidentialité    Premier League : Aston Villa covidé, son match de dimanche reporté    Poutine réunit les protagonistes du conflit du Haut-Karabakh    Début d'un confinement strict    Un recueil de Zajal qui promeut la culture de l'égalité des sexes    Le confinement a stimulé l'envie de lire, surtout chez les plus jeunes    Sahara: La proposition d'autonomie est la solution la plus réaliste et le «polisario» se trouve dans une situation «difficile»    La beauté intérieure et l'amour des belles lettres    Les ventes totalisent 34 MDH / Artcurial Maroc : Un grand succès pour la session «Un Hiver marocain» à Marrakech    Zuckerberg vs Trump. Facebook plonge en bourse    Bientôt un musée à Laayoune    Législation des pétitions : la balle dans le camp du chef de gouvernement    Migration : la justice espagnole approuve les aides accordées au Maroc    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Désillusion séparatiste : Rabat satisfait de la résolution du Conseil de sécurité sur le Sahara
Publié dans Libération le 02 - 05 - 2019

Le Conseil de sécurité des Nations unies a décidé, mardi, de proroger de six mois le mandat de la MINURSO, tout en consacrant, une fois de plus, la prééminence de l'Initiative marocaine d'autonomie pour résoudre le conflit artificiel autour du Sahara marocain.
Le Conseil de sécurité «décide de proroger le mandat de la MINURSO jusqu'au 31 octobre 2019», lit-on dans le texte de la résolution 2468 présenté par les Etats-Unis, et adopté mardi à une large majorité.
L'instance exécutive de l'ONU a consacré la prééminence de l'initiative d'autonomie, présentée par le Royaume le 11 avril 2007, en se félicitant des efforts «sérieux et crédibles faits par le Maroc pour aller de l'avant dans le processus visant un règlement» du conflit du Sahara.
De même, la résolution consacre, à nouveau, l'Algérie en tant que partie principale au processus visant à trouver «une solution politique, réaliste, pratique et durable» et «basée sur le compromis» à la question du Sahara.
Le texte appelle, dans ce cadre, à faire montre de volonté politique et à travailler dans une atmosphère propice au dialogue dans le but de faire avancer les pourparlers, assurant ainsi la mise en œuvre des résolutions du Conseil de sécurité depuis 2007 et le succès des négociations.
Le Conseil de sécurité reconnaît, à cet égard, que "la concrétisation d'une solution politique à ce différend de longue date et le renforcement de la coopération entre les Etats membres de l'Union du Maghreb Arabe contribueraient à la stabilité et à la sécurité, induisant à son tour la création d'emplois, de croissance et d'opportunités pour l'ensemble des peuples de la région du Sahel».
La résolution réitère qu'il est indispensable de «faire preuve de réalisme et d'esprit de compromis pour aller de l'avant dans les négociations».
Cette résolution revêt une importance particulière, précise le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Nasser Bourita, recèle une évolution qualitative, contient des éléments structurants pour le processus politique et précise les paramètres de la solution définitive à ce différend régional.
Ainsi, le Conseil de sécurité identifie-t-il nommément les parties au différend régional sur le Sahara marocain, a indiqué Nasser Bourita dans une déclaration à la presse et relayée par la MAP, précisant que, pour la première fois depuis 1975, le Conseil de sécurité mentionne 5 fois l'Algérie dans cette résolution. «Le Conseil de sécurité reconnaît, de ce fait, qu'une implication forte, continue et constructive de l'Algérie est nécessaire pour mettre un terme à ce différend régional qui n'a que trop duré», a-t-il souligné en précisant que la résolution 2468 confirme clairement les contours de la solution, laquelle doit être, selon le paragraphe 2 du dispositif, «politique, réaliste, pragmatique et durable, basée sur le compromis».
Il est important de relever que les paramètres évoqués par le Conseil de sécurité rejoignent largement la position marocaine. Ainsi, le terme de «compromis» est mentionné au moins 5 fois dans la résolution. La notion de «réalisme» est reprise, quant à elle, pas moins de 4 fois. Par contre, des références chères aux autres parties sont ignorées («autodétermination» citée 1 fois), voire même bannies (absence totale de toute référence au «référendum»), a tenu à préciser Nasser Bourita, qui a affirmé que le Conseil de sécurité oppose, de la sorte et de la manière la plus cinglante, une fin de non-recevoir à l'attachement des autres parties au «référendum» et à «l'indépendance», qui ne sont ni réalistes, ni pragmatiques, ni mutuellement acceptables, encore moins basés sur le compromis.
De même, a-t-il poursuivi, la résolution consolide les acquis du Maroc dans les résolutions précédentes, notamment la prééminence de l'initiative d'autonomie et l'impératif du recensement de la population des camps de Tindouf en Algérie, relevant que la résolution réitère l'injonction faite au «Polisario» de respecter le cessez-le-feu, puisque le paragraphe 6 rappelle «les engagements pris par le Polisario envers l'Envoyé personnel» de se retirer de Guergarate et de s'abstenir de toute action déstabilisatrice à Bir-Lahlou et Tifariti.
Le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale a, en outre, fait savoir que le Royaume du Maroc espère que cette résolution donnera une forte impulsion au processus politique et que, sur la base des paramètres qui y sont définis, chaque partie assumera pleinement ses responsabilités pour avancer vers la «politique réaliste, pragmatique et durable, basée sur le compromis» souhaitée par la communauté internationale.
Pour sa part, l'ambassadeur représentant permanent du Maroc auprès des Nations unies, Omar Hilale, a souligné que ladite résolution consacre le processus de tables rondes comme «seule et unique voie» pour parvenir à la solution politique à ce différend régional.
Lors d'une conférence de presse au siège de l'ONU à New York suite à l'adoption de la résolution, le diplomate marocain a assuré que «comme vous pouvez le constater, le Conseil ne mentionne plus de 5ème round de négociations, répondant ainsi à une exigence fondamentale du Maroc que le processus actuel doit se démarquer et tirer les leçons des échecs du passé».
Il a noté, à cet égard, que l'instance exécutive des Nations unies se félicite ainsi du «momentum positif créé par les deux tables rondes tenues en décembre et mars derniers et demande au Maroc, à l'Algérie, à la Mauritanie et au Polisario de s'engager sérieusement dans le processus politique en vue d'identifier des éléments de convergence».
Selon Omar Hilale, la résolution 2468 consacre tout particulièrement, après la 2440, le rôle de l'Algérie en tant que «partie prenante principale» à ce différend. «L'Algérie est instamment appelée par le Conseil à contribuer à la recherche de la solution, au même titre et sur un pied d'égalité avec le Maroc, et ce jusqu'à l'aboutissement du processus politique».
«Je voudrais ici souligner que l'Algérie est citée autant de fois que le Maroc, en relation avec le processus politique. Dans la résolution 2414, l'Algérie n'était mentionnée dans aucun paragraphe», a fait observer l'ambassadeur marocain.
De même, le Conseil de sécurité réaffirme dans sa 3ème résolution consécutive sur la question du Sahara, que la finalité du processus, exclusivement onusien, est de parvenir à une solution politique, réaliste, pragmatique, durable et reposant sur le compromis à ce différend, a-t-il encore relevé.
«En se félicitant, dans ce cadre, du sérieux et de la crédibilité de l'Initiative marocaine d'autonomie, le Conseil l'a érigée pour la 13ème année consécutive en tant que seule solution idoine au différend sur le Sahara», a noté Omar Hilale, ajoutant que le Conseil reconnaît, ainsi, que le règlement de ce différend ne peut se faire que dans le cadre de la souveraineté et de l'intégrité territoriale du Royaume. Et d'indiquer que le Conseil a, de ce fait, une nouvelle fois, réaffirmé que tous les plans irréalisables d'avant 2007 sont définitivement enterrés, et qu'il a clairement et définitivement lié l'autodétermination au compromis. «Ce qui rejoint parfaitement la position du Maroc, exprimée lors de la 2ème table ronde, que l'autodétermination ne signifie ni le référendum, ni l'indépendance. L'autonomie est la parfaite incarnation de ce compromis exigé par le Conseil», a affirmé l'ambassadeur marocain.
Dans cette résolution, le Conseil de sécurité, au même titre que le Secrétaire général des Nations unies, s'est félicité du calme qui règne au Sahara marocain, a encore noté Omar Hilale, estimant qu'il s'agit d'une «reconnaissance et d'un témoignage éloquents» des réalisations socioéconomiques et des avancées politiques enregistrées par le Maroc dans ses provinces du Sud et qui répondent parfaitement aux attentes et aux aspirations des populations du Sahara marocain, qui vivent dans la quiétude et le bien-être.
Quant à la France qui a soutenu cette résolution, elle a considéré que le plan d'autonomie présenté par le Maroc constitue une «base sérieuse et crédible» pour les négociations visant à aboutir à une solution politique définitive à la question du Sahara.
«Il est important que les quatre délégations (Maroc, Algérie, Mauritanie et Polisario) poursuivent leurs discussions dans un état d'esprit constructif et de compromis en vue de parvenir à une solution politique réaliste, pragmatique, juste, durable et mutuellement acceptable, conformément aux résolutions» du Conseil de sécurité, a souligné la Représentante permanente adjointe de la France auprès de l'ONU, Anne Gueguen, suite à l'adoption par le Conseil de la résolution 2468.
Selon la diplomate, les deux précédentes tables rondes de Genève ont permis au Maroc, à l'Algérie, à la Mauritanie et au Polisario de «s'accorder sur la responsabilité particulière de la région et sur la nécessité de développer la confiance».
«Il faut désormais construire sur ces acquis. J'en profite pour réaffirmer que la France considère le plan d'autonomie marocain de 2007 comme une base sérieuse et crédible de discussions», a-t-elle dit Mme Gueguen.
Pour sa part, les Etats-Unis se sont félicités de l'adoption de la nouvelle résolution, rappelant l'importance de parvenir à une solution «réaliste, praticable et durable» à la question du Sahara sur la base des négociations. A l'issue du vote de la résolution, le représentant des Etats-Unis, Rodney Hunter, a indiqué que les consultations en cours entre l'Envoyé personnel et le Maroc, l'Algérie, la Mauritanie et le Polisario, «qui visent à trouver une solution réaliste, praticable et durable au conflit du Sahara, sont essentielles pour jeter les bases d'un règlement négocié».
«Nous nous félicitons de la ferme déclaration de soutien du Conseil aux efforts déployés par l'Envoyé personnel du Secrétaire général de l'ONU, Horst Koehler, pour parvenir à une solution politique juste, durable et mutuellement acceptable» au conflit du Sahara, a-t-il déclaré. Le représentant américain a en outre souligné que «l'objectif du Conseil de sécurité devrait être de proposer une solution politique opportune et mutuellement acceptable».
D.C


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.