Maroc : voici les plages conformes à la baignade [Document]    Wafasalaf lance une nouvelle solution digitale    Baisse de 32% des recettes non fiscales à fin mai    Le régime d'Abdelmadjid Tebboune s'accroche au pouvoir alors que l'économie vacille    Affaire Khashoggi: le Tribunal d'Istanbul ouvre le dossier    Rapatriement de 278 Marocains bloqués à Oman, au Qatar et en Jordanie    En avant la musique !    «Libraire, c'est un ouvreur de passerelles...»    Comment se déroulent les examens du bac au Maroc (VIDEO)    Le Maroc reconfiné après Aid al-Adha ? Une source répond    Amine Harit papa pour la 2ème fois (PHOTO)    Saraha marocain: la presse algérienne diffuse une fake news    Prémices d'une nouvelle ère…    Le HCP prévoit un repli de l'activité économique de 4,6%    Tribune. Amnesty international une organisation antisémite, qui veut régler ses comptes avec Israël en utilisant le Maroc ?    Adil Bouaouad en quête de « rédemption »    Prison locale Tanger 1 : tous les cas d'infection par le coronavirus ont été enregistrés parmi les nouveaux pensionnaires    La dette publique tunisienne représenterait 75% du PIB à fin 2020    Affaire Ramid-Amekraz CNSS : Des lecteurs de lobservateur.info s'indignent    Le drame du journaliste marocain. « Tu te crois à New York? »    Foot féminin: Les sélections nationales U17 et U20 débutent les entraînements    Le rôle des médias dans le nouveau système sportif mis en exergue    Espagne: crainte d'une deuxième vague épidémique    Quand le confinement fait son œuvre sur l'art de Yassine Guedira    Comment se déroule la réouverture des salles de sport au Maroc? (VIDEO)    France : le nouveau gouvernement dévoilé ce lundi    Le président comorien a reçu un message du roi Mohammed VI    Coronavirus : 114 nouveaux cas confirmés au Maroc, 14.329 au total    Abdelmajid Tebboun. Tout le monde doit s'excuser à l'Algérie    Des femmes célibataires veulent légaliser le concubinage    Kanye West. Un rappeur à l'assaut de la Maison Blanche    Registre social unifié : Nouveau calendrier    Babioles à 5 milliards DH    Casablanca : Lydec reprend la distribution des factures d'eau et d'électricité    Vers un retour d'Ounajem au Wydad ?    Voici le temps qu'il fera ce lundi    Pour les joueurs, un été intense avant une année dense    Idiotorial : L'ovalie a son virus    Les autorités marocaines rejettent la réponse d'Amnesty International    "Jemâa El Fna en live" Quand les artistes de la place subjuguent le public par des spectacles virtuels à distance    L'Oriental fashion show, une édition digitale inédite    Les Instituts Cervantès au Maroc lancent la seconde partie du cycle du cinéma en ligne "Clásicos contigo"    L'ambassadeur de Chine à Rabat salue l'initiative Royale en faveur des pays africains    L'Algérie veut que se tienne des élections en Libye    La responsabilité de l'Algérie dans les violations des droits de l'Homme dans les camps de Tindouf établie à l'ONU    Le WAC et le Raja pas du tout tentés pas des matches au stade Père Jégo    Macron s'exprimera à l'occasion du 14 juillet, une première    Nabil Benabdallah: «Se départir des velléités colonialistes»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Marocain, un être horizontain
Publié dans Libération le 08 - 05 - 2019

"Connais-toi toi-même" est l'une des formules que chacun de nous a dû rencontrer dans sa quête de la vérité. A vrai dire, la seule vérité qui puisse exister est celle-là. Tout émane de cette connaissance de soi. D'où la question: « Qu'est-ce qu'être marocain aujourd'hui ? » ou « qu'est-ce qui définit l'être marocain et sous-tend son comportement, sa vision du monde et son rapport au réel ? ». Une seule culture ne suffit pas et ne satisfait pas notre fond. Tel est notre postulat de base. Rien, en effet, n'est plus abominable que la réduction à l'unique. Or loin d'être unique dans sa composition culturelle et identitaire, le Marocain est un être multiple et pluriel. Sa pluralité est irréductible. Sa singularité fait de lui un être riche qui accepte, par voie de conséquence, la différence des autres. A coup sûr, il a cette éthique et cette passion de la rencontre. Il est conscient de son insuffisance. La raison pour laquelle, il aime à aller à la rencontre de l'autre, car il est doté d'une grande largesse de territoire. Il est accueillant. Il est un généreux inconditionnel. L'altérité, bien qu'elle soit latente, est enracinée dans la quiddité de sa genèse. Reste à l'activer et la mettre en action.
Marocains, nous sommes riches par notre présent, notre passé et notre futur. Nous avons, par bonheur, un passé riche à bien des égards, qui recèle un patrimoine inestimable et enviable. Nous sommes héritiers d'une grande civilisation des signes. Partout où nous allons, nous apercevons des signes et des images à tel point que nous avons l'impression d'être situés au sein d'un tableau de peinture ou d'une mosaïque. Nous avons, du passé, un art immense : la calligraphie ou l'art de former des caractères d'écriture. L'ampleur d'une civilisation se mesure, pour ainsi dire, à sa calligraphie. Les formes d'écriture reflètent la maturité et la créativité d'un peuple. Dans cette optique, il est difficile de ne pas penser à la calligraphie chinoise qui traduit les valeurs civilisationnelles de ce pays, et à toutes les autres civilisations sans exception aucune.
Nous, les Marocains, nous sommes cela. Nous sommes habiles et doués par nature. Certes, face au réel, nous avons une grande lucidité. Nous avons l'ingéniosité du toucher, de la gustation et de la parole. Etre marocain, c'est être doué en langage. C'est savoir adoucir les mots, composer des vers, et tisser des proverbes. En sus, nous sommes créateurs de symboles. La femme marocaine sait bien laisser des empreintes. Elle a cet art. Toute femme qui se maquille, essaie, en fait, de faire apparaître sur son corps, une beauté qu'elle recèle. La femme marocaine, extériorise, non seulement, sa beauté intrinsèque, mais aussi tout un patrimoine.
Le corps féminin marocain est un espace paradisiaque orné par des signes, des tatouages et des symboles. Il est ainsi un espace mémoriel. Il garde et préserve notre mémoire collective. Pour la femme marocaine, le paradis ne se situe pas seulement sous ses pieds, mais aussi dans son corps en entier. Le corps féminin est le lieu de la mémoire tatouée.
Ce corps perpétue la mémoire et lutte contre l'oubli. Le tatouage tracé, artistiquement imprimé sur le menton d'une femme amazighe, par exemple, enivre de beauté et impressionne par sa portée symbolique. Il est difficile de résister à l'effet que l'osmose de ces symboles avec la nudité féminine peut produire.
La dualité du sacré et profane s'estompe au profit de l'art qui embellit la vie et « nous donne un secret : mettre en forme nos noeuds de vie, nos émotions, nos passions. Je crois en l'art comme une fin en soi. Une fin infinie.» (Abdélkebir Khatibi et Ghita El khayat), Correspondance ouverte, Marsam, Rabat, 2005, page 9.
* Doctorant-chercheur à la Faculté des lettres
et sciences humaines de Beni MELLAL.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.