Maroc Telecom enregistre près de 63 millions de clients    Le secteur bancaire confirme sa résilience en 2018    Alerte Météo : Il va pleuvoir dans plusieurs villes au Maroc    Lekjâa convoque la famille du football marocain à Skhirat    Comicom introduit la marque indienne Mahindra au Maroc    L'Europe se prépare à une nouvelle canicule, Paris en alerte    Faits divers    Loi-cadre sur l'enseignement    La Jordanie réitère son soutien à l'intégrité territoriale du Maroc    El Otmani en visite à Dakhla-Oued Eddahab    Tenue du gala international de boxe professionnelle à El Jadida    Des centaines d'Algériens sont bloqués au Caire    Victoire de la sélection algérienne en finale de la CAN 2019    Artisanat à Fès. 42 MDH pour le développement des compétences    Actes de sabotage et de vandalisme à Lâayoune    Point de vue : Hanane, Reda… et tant d'autres !    Le Maroc présent à la Foire internationale du livre de Lima    Dar El Bacha accueille l'exposition « Etoffe des sens, résonnances, Serge Lutens, Yves Saint Laurent »    Festival international Jawhara : Le retour de Cheb Bilal    CNDH: Au nom du principe de la pluralité    Israël démolit des maisons palestiniennes près de Jérusalem    Proscrire la violence!    Festival des huîtres de Qualidia    Avortement d'une tentative de trafic de 345 kg de chira à Bab Sebta    Hervé Renard refuse la sélection des Pharaons    Ukraine: Vers une majorité absolue au Parlement du parti du président Zelensky    La colère gronde à Hong Kong après les agressions brutales de manifestants    Laâyoune : Ouverture d'une enquête…    Un vibrant hommage rendu à Husseïn Chaâbi par la ville de Laâyoune    Akhannouch promet de solliciter le portefeuille de la santé en 2021    La course à Downing Street s'achève, Boris Johnson ultra-favori    Décès directeur général de l'Agence internationale de l'énergie atomique Yukiya Amano    Accord de pêche. La flotte espagnole est de retour    Dakhla devient une référence nationale    Les prix des produits alimentaires en légère hausse, tirés par les légumes    BCIJ : Arrestation à Meknès d'un terroriste franco-marocain    Corée du Nord. Un taux de participation aux votes de 99.98%    Tanger. 20 blessés à cause de l'écroulement d'un manège    La traite humaine nargue la loi 27-14    Mobilisation exceptionnelle pour lutter contre un vaste incendie au Portugal    Béni Tadjit et la parade des prétendants !    Les atouts touristiques de la région de Dakhla-Oued Eddahab mis en avant à Prague    Bounedjah Le réveil magique de la machine à buts des Fennecs    Les tops et les flops de l'édition égyptienne    Une approche qui n'est pas du goût de tous    C'est parti pour la 6ème édition du Festival Al Haouz    Show haut en couleur de Hamid Bouchnak et Hatim Ammor au Festival international du raï    Débat à Essaouira sur le rôle des jeunes dans la préservation du patrimoine gnaoui    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Marocain, un être horizontain
Publié dans Libération le 08 - 05 - 2019

"Connais-toi toi-même" est l'une des formules que chacun de nous a dû rencontrer dans sa quête de la vérité. A vrai dire, la seule vérité qui puisse exister est celle-là. Tout émane de cette connaissance de soi. D'où la question: « Qu'est-ce qu'être marocain aujourd'hui ? » ou « qu'est-ce qui définit l'être marocain et sous-tend son comportement, sa vision du monde et son rapport au réel ? ». Une seule culture ne suffit pas et ne satisfait pas notre fond. Tel est notre postulat de base. Rien, en effet, n'est plus abominable que la réduction à l'unique. Or loin d'être unique dans sa composition culturelle et identitaire, le Marocain est un être multiple et pluriel. Sa pluralité est irréductible. Sa singularité fait de lui un être riche qui accepte, par voie de conséquence, la différence des autres. A coup sûr, il a cette éthique et cette passion de la rencontre. Il est conscient de son insuffisance. La raison pour laquelle, il aime à aller à la rencontre de l'autre, car il est doté d'une grande largesse de territoire. Il est accueillant. Il est un généreux inconditionnel. L'altérité, bien qu'elle soit latente, est enracinée dans la quiddité de sa genèse. Reste à l'activer et la mettre en action.
Marocains, nous sommes riches par notre présent, notre passé et notre futur. Nous avons, par bonheur, un passé riche à bien des égards, qui recèle un patrimoine inestimable et enviable. Nous sommes héritiers d'une grande civilisation des signes. Partout où nous allons, nous apercevons des signes et des images à tel point que nous avons l'impression d'être situés au sein d'un tableau de peinture ou d'une mosaïque. Nous avons, du passé, un art immense : la calligraphie ou l'art de former des caractères d'écriture. L'ampleur d'une civilisation se mesure, pour ainsi dire, à sa calligraphie. Les formes d'écriture reflètent la maturité et la créativité d'un peuple. Dans cette optique, il est difficile de ne pas penser à la calligraphie chinoise qui traduit les valeurs civilisationnelles de ce pays, et à toutes les autres civilisations sans exception aucune.
Nous, les Marocains, nous sommes cela. Nous sommes habiles et doués par nature. Certes, face au réel, nous avons une grande lucidité. Nous avons l'ingéniosité du toucher, de la gustation et de la parole. Etre marocain, c'est être doué en langage. C'est savoir adoucir les mots, composer des vers, et tisser des proverbes. En sus, nous sommes créateurs de symboles. La femme marocaine sait bien laisser des empreintes. Elle a cet art. Toute femme qui se maquille, essaie, en fait, de faire apparaître sur son corps, une beauté qu'elle recèle. La femme marocaine, extériorise, non seulement, sa beauté intrinsèque, mais aussi tout un patrimoine.
Le corps féminin marocain est un espace paradisiaque orné par des signes, des tatouages et des symboles. Il est ainsi un espace mémoriel. Il garde et préserve notre mémoire collective. Pour la femme marocaine, le paradis ne se situe pas seulement sous ses pieds, mais aussi dans son corps en entier. Le corps féminin est le lieu de la mémoire tatouée.
Ce corps perpétue la mémoire et lutte contre l'oubli. Le tatouage tracé, artistiquement imprimé sur le menton d'une femme amazighe, par exemple, enivre de beauté et impressionne par sa portée symbolique. Il est difficile de résister à l'effet que l'osmose de ces symboles avec la nudité féminine peut produire.
La dualité du sacré et profane s'estompe au profit de l'art qui embellit la vie et « nous donne un secret : mettre en forme nos noeuds de vie, nos émotions, nos passions. Je crois en l'art comme une fin en soi. Une fin infinie.» (Abdélkebir Khatibi et Ghita El khayat), Correspondance ouverte, Marsam, Rabat, 2005, page 9.
* Doctorant-chercheur à la Faculté des lettres
et sciences humaines de Beni MELLAL.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.