Amical : Les Lionnes de l'Atlas en test face aux Aigles de Carthage    L'athlète marocain Hicham Laqouahi remporte la 31ème édition du marathon international de Marrakech    LDC Afrique: Le WAC et le RAJA seront bientôt fixés sur leurs adversaires pour les quarts de finale    Le Roi félicite le Premier ministre indien à l'occasion de la fête nationale de son pays    Le Roi félicite le Gouverneur général d'Australie à l'occasion de la fête nationale de son pays    Russie: Le nouveau gouvernement a du pain sur la planche…    Ali Najab: «Les tortionnaires du polisario agissaient sur ordre des Algériens»    Elevage dans l'Oriental : des actions pour juguler la faiblesse des précipitations    L'ITB pointe à l'horizon!    Le Raja pour la revanche et la qualification en Tunisie    Hicham Dmii jette l'éponge    L'ambassade du Maroc à Pékin rassure    Le PPS au parlement: Le pays ne dispose que de 13 médecins légistes!    Larbi Doghmi, un créateur dans la mémoire…    La «dissolution» de l'IRCAM: Que pensent les acteurs amazighs !    Brexit : l'UE nomme un ambassadeur auprès du Royaume-Uni    Coronavirus : Voici les pays touchés    Capitales africaines de la culture : Rabat supplée Marrakech à la hâte    Jusqu'à -5°C dans certaines régions du Maroc ce dimanche 26 janvier    Coronavirus : le bilan grimpe à 56 morts et 2000 cas de contamination    Coronavirus: le Maroc instaure un contrôle sanitaire aux ports et aéroports internationaux    Une panne de carburant d'une ambulance cause la mort d'un malade à Youssoufia    Un malfrat interpellé pour vol de téléphones portables sous la menace    Programme des principaux matchs du dimanche 26 janvier    CGEM: Et maintenant, au travail!    CGEM/DGI : Echange autour des dispositions de la Loi de Finances 2020    Turquie : un séisme fait au moins 21 morts dans l'est du pays    Syrie : plus de 38.000 déplacés en cinq jours dans le nord-ouest    La ministre espagnole des Affaires étrangères : le Maroc a le droit de délimiter son espace maritime    Hausse des exportations agro-alimentaires en 2019    Maroc-Espagne : Le « dialogue » pour résoudre le chevauchement des droits maritimes    Ligue des Champions de la CAF : Le Wydad décroche son ticket pour les quarts    Aucun cas de coronavirus au Maroc, annonce la Santé    En marge de l'ouverture à Laâyoune des consulats généraux de la RCA et de Sao Tomé    Habib El Malki reçoit l'ambassadeur d'Autriche à Rabat    La Chambre des représentants adopte une proposition et cinq projets de loi    Thomas Reilly : Les progrès réalisés par le Maroc le placent en pole position en Afrique    La SIE change de positionnement    En recevant Merkel, Erdogan met en garde contre une propagation du chaos libyen    Divers sportifs    Paris au défi de convaincre le Pentagone de rester au Sahel    L'IFC octroie une enveloppe de 100 millions de dollars à la région de Casablanca-Settat    Piers Faccini, le maître de la complainte    Les vraies raisons de la perte de poids d'Adele    Bientôt, un musée Kylie Jenner    Une publication en hommage posthume à Abdelkébir Khatibi    Brexit: Signature de l'accord à Bruxelles avant sa ratification par le Parlement européen    Adam de Maryam Touzani    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Journée mondiale de l'hémophilie : Sensibilisation et dépistage, le début d'une prise en charge
Publié dans Libération le 09 - 05 - 2019

3000 cas estimés au Maroc et plus de 350.000 dans le monde. Ce sont les chiffres d'une maladie rare et incurable : l'hémophilie. Touchant essentiellement les hommes, son traitement constitue un grand défi. Sept patients hémophiles sur dix ne sont pas diagnostiqués, ne sont ou presque pas traités. Une amère réalité qui confirme l'importance de la sensibilisation. Justement, à l'occasion de la célébration de la 29ème Journée mondiale de l'hémophilie, l'ambassade du Danemark au Maroc, en collaboration avec l'Association marocaine de l'hémophilie, ont organisé, vendredi, une rencontre à la résidence de l'ambassadeur danois à Rabat, Nikolaj Harris. Objectif : dresser l'état des lieux de la maladie au Maroc et mettre en lumière les recommandations de la Fédération internationale de l'hémophilie (FIH).
Dans ce cadre, Nikolaj Harris a mis l'accent sur l'aspect capital de la sensibilisation pour un dépistage précoce, but à l'origine de ladite rencontre. « Le premier combat contre cette maladie comme toute autre d'ailleurs, c'est la sensibilisation. C'est ce qui a motivé l'organisation de cette matinée au niveau de notre résidence. En espérant mettre une pierre à l'édifice et contribuer activement à améliorer le quotidien des petits enfants hémophiles », a-t-il souligné. Une volonté à recouper avec celle de la Fédération mondiale de l'hémophilie (FMH), institution à l'origine de cette journée et qui a elle aussi mis l'accent cette année sur la sensibilisation et le dépistage.
L'hémophilie se caractérise par une difficulté de coagulation du sang, due à l'absence d'une protéine sanguine. Les saignements constituent son symptôme principal. Les saignements peuvent apparaître n'importe où dans le corps. De leur localisation et l'importance du déficit en facteur de la coagulation, dépend leur gravité.
Si la sensibilisation à l'hémophilie est décisive, c'est parce que certaines hémorragies internes graves peuvent être mortelles, dans le cas où elles ne sont pas rapidement prises en charge. Ainsi, reconnaître les symptômes des saignements est un élément déterminant pour éviter des drames.
Cette maladie qui accompagne l'individu toute sa vie, sans pour autant muer ou changer, peut être diagnostiquée dès que le bébé devient autonome. Une période qui l'exposerait aux premiers traumatismes. S'agissant du traitement, et quand bien même il est à ce jour impossible de guérir l'hémophilie, il en existe un capable de limiter le risque de saignement ou le traiter. Concrètement, il réside dans l'administration par voie intraveineuse du facteur de la coagulation défaillant. Dérivés du sang humain ou produits par génie génétique, ces substituts sont coûteux. Pas moins de 3 millions de dirhams par an seraient nécessaires pour se soigner. Un montant exorbitant, qui pousserait les hémophiles à privilégier un autre traitement, à savoir l'injection de plasma. Un traitement qui peut malheureusement être risqué. Car il favoriserait la transmission de maladies comme l'hépatite ou le VIH.
Cela dit, ce dernier traitement est tout aussi difficile à soutenir financièrement sur la durée, d'autant plus que dans le Royaume, seulement 30% des malades bénéficieraient d'une prise en charge à hauteur de 97% par la CNSS et 100% par la Caisse nationale des organismes de prévoyance sociale. Du coup, entre la sensibilisation et la couverture médicale, le moins que l'on puisse dire, c'est qu'il y a encore du pain sur la planche pour rendre meilleur, le quotidien des hémophiles.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.