Ciment : Légère hausse des ventes à fin mai    Doctorat : L'UIC s'associe à ESC Clermont    Finance participative : Bank Al Yousr décortique les enjeux    Mauritanie : Le candidat du pouvoir remporte la présidentielle    Bac : Le taux de réussite en hausse de 20% à Casa-Settat    Washington s'apprête à sanctionner davantage l'Iran    Délais de paiement. Entreprises et établissements publics désormais contraints à la transparence    Festival Gnaoua et musiques du monde. Grande fête de la culture !    Le plan américain de paix par l'économie sera discuté à Bahreïn, sans les Palestiniens    "Comment est-ce possible ?", le coup de gueule d'Hervé Renard    L'école belge de Rabat met en place des programmes préparatoires aux tests d'admission    Nuit de liesse à Istanbul après la victoire de l'opposition    Groupe Al Omrane. Une nouvelle stratégie marketing pour les MRE    Marrakech. Une bande spécialisée dans le trafic de drogue démantelée    MAROC/PALESTINE : LAKJAA RAPPELLE LE SOUTIEN ENGAGE DE SM LE ROI MOHAMMED VI POUR LES PALESTINIENS, DIRECTION ET PEUPLE    Mauritanie: Cheikh El-Ghazouani revendique la victoire    De David Guetta à Kery James: retour sur le weekend de Mawazine    Clôture en apothéose de la fête de la musique "by Wecasablanca Festival"    Les Muwachahat andalouses et alépines résonnent dans le ciel de Fès    Une mosquée de Ceuta visée par des tirs    Violence à l'égard des femmes. L'enquête nationale décortiquée par les députés    25ème Festival de Fès des musiques sacrées du monde : Du gospel et flamenco pour marquer la fin    RAM : APRES NEW-YORK, MIAMI, WASHINGTON...AU TOUR DE BOSTON POUR DES VOLS DIRECTS    L'université Ibn Zohr en apothéose!    CAN 2019 : 120 millions de DH privent les Marocains des matchs des Lions de l'Atlas    Abdelhadi El Mouaziz remporte le 11è Trail international des cèdres    Ouverture de la 12è retraite du Conseil de Paix et de Sécurité de l'UA à Sekhirat    Le Maroc exprime sa satisfaction quant à la position constructive de la Barbade    Gouvernance spatiale et développement    Mawazine-2019: le duo Bigflo et Oli propulse le public vers « la lune »    BMW de nouveau transporteur officiel du Festival Mawazine    Immigration illégale : Six individus déférés devant le parquet à Larache    El Jadida : OCP Jorf Lasfar organise une caravane médicale    Le Maroc prend part au "Sommet des deux rives, Forum de la Méditerranée"    Festival de Fès, un bilan très satisfaisant pour la 25ème édition    Administration. Où en est le chantier de la déconcentration ?    Le Sénégal et l'Algérie prennent les rênes du Groupe C    Mohamed Aujjar s'informe du fonctionnement de la Cour de cassation hongroise    Edito : Excédent au Bac    Vif succès du tournoi de football organisé par Act4Community Jorf Lasfar    La politique migratoire de l'Espagne entre façade et réalité    Divers    Une victoire d'entrée pour les maîtres de céans    Marc Lamti, le plus jeune joueur de la compétition    Amine Harit : Au fond de moi, ça n'allait pas et je me mentais    Répression tous azimuts dans les camps de la honte    Enfin un prix pour l'enseignant inspirant    Affaire Khashoggi: la responsabilité du prince héritier est engagée…    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Journée mondiale de l'hémophilie : Sensibilisation et dépistage, le début d'une prise en charge
Publié dans Libération le 09 - 05 - 2019

3000 cas estimés au Maroc et plus de 350.000 dans le monde. Ce sont les chiffres d'une maladie rare et incurable : l'hémophilie. Touchant essentiellement les hommes, son traitement constitue un grand défi. Sept patients hémophiles sur dix ne sont pas diagnostiqués, ne sont ou presque pas traités. Une amère réalité qui confirme l'importance de la sensibilisation. Justement, à l'occasion de la célébration de la 29ème Journée mondiale de l'hémophilie, l'ambassade du Danemark au Maroc, en collaboration avec l'Association marocaine de l'hémophilie, ont organisé, vendredi, une rencontre à la résidence de l'ambassadeur danois à Rabat, Nikolaj Harris. Objectif : dresser l'état des lieux de la maladie au Maroc et mettre en lumière les recommandations de la Fédération internationale de l'hémophilie (FIH).
Dans ce cadre, Nikolaj Harris a mis l'accent sur l'aspect capital de la sensibilisation pour un dépistage précoce, but à l'origine de ladite rencontre. « Le premier combat contre cette maladie comme toute autre d'ailleurs, c'est la sensibilisation. C'est ce qui a motivé l'organisation de cette matinée au niveau de notre résidence. En espérant mettre une pierre à l'édifice et contribuer activement à améliorer le quotidien des petits enfants hémophiles », a-t-il souligné. Une volonté à recouper avec celle de la Fédération mondiale de l'hémophilie (FMH), institution à l'origine de cette journée et qui a elle aussi mis l'accent cette année sur la sensibilisation et le dépistage.
L'hémophilie se caractérise par une difficulté de coagulation du sang, due à l'absence d'une protéine sanguine. Les saignements constituent son symptôme principal. Les saignements peuvent apparaître n'importe où dans le corps. De leur localisation et l'importance du déficit en facteur de la coagulation, dépend leur gravité.
Si la sensibilisation à l'hémophilie est décisive, c'est parce que certaines hémorragies internes graves peuvent être mortelles, dans le cas où elles ne sont pas rapidement prises en charge. Ainsi, reconnaître les symptômes des saignements est un élément déterminant pour éviter des drames.
Cette maladie qui accompagne l'individu toute sa vie, sans pour autant muer ou changer, peut être diagnostiquée dès que le bébé devient autonome. Une période qui l'exposerait aux premiers traumatismes. S'agissant du traitement, et quand bien même il est à ce jour impossible de guérir l'hémophilie, il en existe un capable de limiter le risque de saignement ou le traiter. Concrètement, il réside dans l'administration par voie intraveineuse du facteur de la coagulation défaillant. Dérivés du sang humain ou produits par génie génétique, ces substituts sont coûteux. Pas moins de 3 millions de dirhams par an seraient nécessaires pour se soigner. Un montant exorbitant, qui pousserait les hémophiles à privilégier un autre traitement, à savoir l'injection de plasma. Un traitement qui peut malheureusement être risqué. Car il favoriserait la transmission de maladies comme l'hépatite ou le VIH.
Cela dit, ce dernier traitement est tout aussi difficile à soutenir financièrement sur la durée, d'autant plus que dans le Royaume, seulement 30% des malades bénéficieraient d'une prise en charge à hauteur de 97% par la CNSS et 100% par la Caisse nationale des organismes de prévoyance sociale. Du coup, entre la sensibilisation et la couverture médicale, le moins que l'on puisse dire, c'est qu'il y a encore du pain sur la planche pour rendre meilleur, le quotidien des hémophiles.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.