Bras de fer autour de Mellilia    La HACA sévit contre les dérapages : Carton rouge pour Radio Mars    Projet de loi organique sur la grève. L'impasse !    Procédure pénale. Aujjar livre sa copie    Sacré Maroc (12)    Habib El Malki invité à participer à la réunion de l'Assemblée parlementaire du Commonwealth    Le premier vice-président de la Chambre des conseillers décoré    Le Maroc primé à Libreville pour ses efforts en faveur de l'autonomisation de la femme    Maroc : 74% des ménages équipés en accès internet    Compact II : La CGEM et le MCA-Morocco main dans la main    Enquête L'Economiste-Sunergia/Petits équipements collectifs: Les chiffres montrent une nouvelle piste pour l'inclusion    Trésor: 4,6 milliards de DH de dividendes à fin juin    Al Omrane et le CNRST s'allient pour promouvoir la recherche en matière d'habitat    Commission des investissements : 9 projets à l'étude pour 5 MMDH    Hausse historique de 26,54% :Transport aérien : Plus de deux millions de passagers en juin    Les aviculteurs font leur bilan dans le cadre du Plan Maroc Vert    Trump se défend de tout racisme, silence des leaders républicains    Ursula von der Leyen verdit son discours pour convaincre le Parlement européen    La géopolitique du Maroc dans un nouvel ordre mondial en crise    L'Egypte expulse des supporters algériens après la demi-finale de la CAN    Au moins 180 morts de la mousson en Asie du Sud    Une délégation d'éminents hommes d'affaires africains en visite au Maroc    PSA augmente de 4,7% sa part de marché au Maroc    France. 282 personnes interpellées après la victoire de l'Algérie    L'organisation des Jeux Africains est un défi pour le Maroc, dixit Talbi Alami    Achraf Bencherki rejoint le Zamalek    La décision du TAS avant la fin du mois en cours    La FRMF dément la démission de Hervé Renard    Karaté. Le Maroc champion d'Afrique    L'Algérie mobilise 28 avions pour la finale    Un ancien footballeur sud-africain tué par balles    Football marocain : Les vraies questions à poser sur ce sport-passion    La loi-cadre de l'enseignement adoptée en commission parlementaire    Des braqueurs de camions sous les verrous    La plage Ba Kassem à Tanger hisse le Pavillon bleu pour la septième année consécutive    Lutte contre le sida en 2018: Ombres et lumière    Enquête L'Economiste-Sunergia/Petits équipements collectifs: A 33 contre 28, les jeux arrivent devant les espaces verts    Résultats du Bac: Nouveau record!    Le Groupe scolaire Jacques Chirac homologué    Rendez-vous, ce soir, avec l'éclipse lunaire    Fès : Plaidoyer pour la promotion de la diversité culturelle    Il était une fois Hassan Megri    L'actrice Lashana Lynch va devenir l'agent 007 mais James Bond reste un homme    De l'urgence d'un plan «Maroc Culture»    The «Morocco Corner» s'invite chez les Vikings    Vers la création d'une Caisse sociale pour les auteurs    Farid Chamekh : "Il faut s'inspirer de tout, sans plagier bien sûr"    Le Maroc, invité d'honneur de la Foire internationale du livre de Bruxelles    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le quotidien des femmes n'est pas de tout repos
Publié dans Libération le 16 - 05 - 2019

La violence à l'égard des femmes constitue une violation des droits fondamentaux en matière de dignité et d'égalité. Adoptée par le Parlement marocain depuis quelques mois, une loi sonne le glas de l'impunité. Toutefois, il est affligeant de constater que malgré tout cela, ce fléau fait toujours long feu. D'ailleurs, les résultats préliminaires de l'enquête nationale sur la prévalence de la violence à l'égard des femmes ne disent pas autre chose.
Dévoilés avant-hier à Rabat, par la ministre de la Famille, de la Solidarité, de l'Egalité et du Développement social, Bassima Hakkaoui, les résultats préliminaires de cette seconde enquête nationale, qui aura duré un peu plus de deux mois (du 2 janvier au 10 mars 2019) et concerné les 12 régions du Royaume, font état d'un taux de prévalence national inquiétant, qui atteint 54,4%. Ce qui veut dire qu'un peu plus d'une femme sur deux sondées a déjà subi des violences, principalement en milieu urbain (55,8%), contre 51,6% en milieu rural. Dans les deux cas, l'enquête indique que les groupes d'âges les plus vulnérables sont les femmes âgées de 25 à 29 ans (59,8%).
L'absence de pénalisation de violences conjugales telles que le viol, déplorée par de multiples associations lors de l'adoption du texte de loi n°103-13, se traduit sur le terrain par le fait que les violences conjugales présentent les taux de prévalence les plus élevés. Ainsi, 54,4% des fiancées et 52,5% des femmes mariées ont été victimes de violence au niveau national.
Si les endroits clos, à l'abri des regards, sont propices aux violences, les lieux publics ne sont pas en reste. Puisque 12,4% des Marocaines âgées de 18 à 64 ans y ont été victimes de violence. Un constat qui varie entre le milieu urbain et celui rural. Les femmes vivant dans les campagnes étant plus concernées (19,6%) par ce fléau que celles qui vivent en ville (16,9%).
Censé être gage d'un environnement sain, le milieu éducatif n'échappe pas à ce triste phénomène, et particulièrement dans les zones rurales. En effet, la violence a malheureusement concerné 25,5% des étudiantes contre 21,6% en milieu urbain.
Avec la généralisation des nouvelles technologies d'information et de communication, un autre type de violence a vu le jour, à savoir la violence électronique. 13,4% des femmes sondées ont déclaré en avoir été victimes et particulièrement les plus jeunes d'entre elles. L'aspect le plus répandu de ce type de violence est le harcèlement. Il représenterait selon les résultats de l'enquête 71,2% des actes de cyber-violence. Une forme parmi tant d'autres, dont 54,4% des femmes ont avoué en avoir subi une au moins une fois dans leur vie.
« Le silence figure parmi les facteurs qui aggravent la tragédie des femmes violentées », c'est par ces mots que la ministre de tutelle, Bassima Hakkaoui, espère encourager les femmes victimes de violences à entreprendre des actions pour dénoncer leur bourreau. Aussi facile à dire que difficile à faire. Preuve en est les chiffres suivants : uniquement 28,2% d'entre elles se seraient plaintes auprès d'une tierce personne ou une institution. Un état de fait qui s'aggrave en milieu rural (20,9%) contrairement aux femmes résidant en milieu urbain (31,7%). D'ailleurs, s'agissant des plaintes, l'enquête révèle un taux infime qui ne dépasse guère les 6,6%.
Enfin, Bassima Hakkaoui a tenu à souligner que cette seconde enquête nationale a pour but «de produire des données et des statistiques nouvelles sur le phénomène de la violence faite aux femmes au Maroc, à travers la détermination de la prévalence de la violence contre les femmes au niveau national, conformément aux formes de violence prévues par la loi n°103.13 sur la lutte contre la violence à l'égard des femmes, en vue d'accompagner sa mise en œuvre ». Et de conclure : « Ces résultats devraient permettre de développer une stratégie de lutte contre la violence basée sur de nouvelles données et de capitaliser les résultats de la recherche pour identifier les besoins nécessaires dans les initiatives de lutte contre les violences »


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.