Coronavirus : 136 nouveaux cas, 15.464 cas au total, samedi 11 juillet à 10h    La loi de finances rectificative expliquée par un fiscaliste    Recrutement : L'ONEE dément le lancement de toute campagne    Les derniers indicateurs de BAM en 5 points clés    Vols prévus à partir du 15 juillet: nouvelles précisions de la RAM (PHOTO)    Météo: le temps prévu ce samedi 11 juillet au Maroc    Gel hydroalcoolique et soleil, quels risques ?    Coronavirus au Maroc-Situation à 10h: 136 nouveaux cas, 15.464 au total    L'acteur marocain Abdeladim Chennaoui n'est plus    7 destinations insolites à visiter cet été    Dialogue social: un 2ème round aura lieu    Covid19: 115 nouveaux cas au Maroc, ce vendredi à 10h00    Le plan de relance au menu d'un sommet européen    Laftit reçoit les professionnels du tourisme aujourd'hui    Examen du PLFR en commission à la Chambre des représentants    Nasser Bourita : L'accès au territoire national, une opération exceptionnelle    Erdogan provoque les chrétiens    La cochenille fait des ravages à Sidi Ifni    Athlétisme: Drôle de meeting et un gros bug à Zurich    Real Madrid: Marcelo indisponible trois semaines    Une série de réunions de la DTN pour développer le football national    Huiles végétales, sucre et produits laitiers font grimper les prix mondiaux des produits alimentaires    L'OMDH préoccupé par les relations du Maroc avec Amnesty International    La chimère des espaces verts : Casablanca à l'agonie    Musée Mohammed VI d'Art moderne et contemporain    Reprise des activités à la Maison de la culture de Béni Mellal    "Papicha" au Festival du cinéma arabe de Séoul    Driss Guerraoui porté à la présidence du Réseau Afrique des maisons de la francophonie    Votre quotidien Al Bayane en kiosque dès ce lundi 13 juillet    Mohamed Benabdelkader : La réforme du système judiciaire passe par l'amélioration des conditions de travail des magistrats    Le Cameroun n'a pas encore donné son accord officiel pour la tenue du dernier carré de la C1    Exceptionnelle pour les frontières et progressive pour les mosquées : La vraie réouverture se fait désirer    Association nationale des médias et éditeurs: Nouvelle vague d'adhérents    Enseignement: Il est temps de mettre en œuvre le système de la loi cadre    Alaa Eddine Aljem présente son « Miracle du saint inconnu » à Séoul    Les ministres arabes se félicitent des efforts déployés par le Maroc    Mahi Binebine, Giosuè Calaciura, Souad Labbize boycottent la cérémonie de remise    US Round Up du vendredi 10 juillet – DeSantis, De Niro , Mode & Covid19, NBA, Hôpitaux    Champions League: voici les affiches des quarts (PHOTO)    Benzema élu joueur du mois en Espagne    Messages de condoléances du Roi Mohammed VI au Roi d'Arabie Saoudite et au Président ivoirien    Gims raconte son « Malheur Malheur »    Le Maroc intègre la communauté andine en tant que membre observateur    Bus de Casablanca. Le PJD agent commercial d'Erdogan    Le roi Mohammed VI a envoyé un message au roi Salmane    Le président ivoirien a reçu un message du roi Mohammed VI    De nouveaux bains de sang évités en Tunisie    Guerre mémorielle autour de l'ancienne basilique Sainte-Sophie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Hamid Lechhab : L'ouverture des médias sur les intellectuels est sélective
Publié dans Libération le 17 - 05 - 2019

Il a traduit Erich Fromm et Hans Kockler de l'allemand vers l'arabe. Pour lui, le rapprochement culturel est une nécessité permettant de puiser dans les sources de la connaissance universelle, legs commun de l'humanité. Dr. Hamid Lechhab est un chercheur austro-marocain qui « navigue» régulièrement dans les océans médiatiques marocains depuis plus de 30 ans, que ce soit sur les rives francophones ou arabophones. Présent dans les médias de son pays d'origine, mais aussi de son pays adoptif, avec des textes de différentes natures : essais, articles culturels ou politiques, interviews, il est connu, avant tout, par ses positions claires et critiques, sa manière directe et franche, sa capacité de dire l'essentiel en peu de mots, sans pour autant réduire les contenus.
Libé : Quelle lecture faites-vous du champ médiatique marocain?
Hamid Lechhab : Depuis les années 90, le champ médiatique marocain a connu une transformation profonde à plusieurs niveaux. Ce souffle de « liberté d'expression » que le Maroc connaît depuis lors, a contribué de manière directe à cette transformation avec des réussistes mais aussi des éches.
En général, ce nombre « incroyable » de supports médiatiques numériques et classiques n'est absolument pas un signe positif, vu que le travail médiatique sérieux en souffre de manière manifeste. Sur le plan de la quantité, il y a tout simplement trop. Mais la qualité et le contenu en pâtissent encore.
Si nous prenons en considération les moyens de communication de masse que des millions de Marocains « consomment » chaque jour, nous nous rendons compte du « désastre» et du gâchis médiatique quant à la justesse de l'information et la propagation de la rumeur voire des « fake news » d'une manière rapide.
Quels rapports avez-vous personnellement avec les médias marocains ?
Les rapports sont très sélectifs, mais quand ils se nouent, ils restent pour longtemps. Par sélectif, j'entends par là que je ne donne ma plume et mon opinion que pour les médias qui correspondent à mes intérêts culturels et politiques. Politiquement, la gauche est ma « Patrie = Meine Heimat» et intellectuellement l'esprit critico-rationnel est l'espace où je me sens le plus à l'aise.
Par ailleurs, je suis en permanence les informations portant sur mon pays d'origine et mon pays adoptif, l'Autriche, via différents organes de presse sélectionnés en fonction de mes lectures et de leurs lignes éditoriales. Et c'est normal que mes rapports se fondent sur une approche très critique, étant donné la situation des médias dans le monde.
Quelle image les médias nationaux réservent-ils aux intellectuels marocains ?
C'est une question de taille, plutôt un projet d'étude à part entière. L'image généralement répandue reflète plutôt cet aspect chaotique du domaine médiatique et cette différence affreuse entre les médias officiels et ceux dits « indépendants » ou « libres ». Il y a quelque chose qui ne marche pas, peut-être même un état des choses voulu, qui fait que la qualité des contenus des médias ne répond plus aux exigences et attentes des intellectuels marocains. L'image des intellectuels dans les médias est manifestement terne, étant donné tantôt ce manque de confiance entre intellectuels et journalistes, tantôt l'aspiration des propriétaires des médias ou des actionnaires majoritaires, ayant généralement beaucoup d'influence sur les gouvernements et les politiques publiques.
Les médias marocains sont-ils suffisamment ouverts sur les intellectuels nationaux?
Puisque les médias se définissent avant tout comme des entreprises, oubliant en majorité leur devoir en tant que dernier recours pour réparer les injustices, l'ouverture des médias sur les intellectuels au Maroc est ancrée dans le « clientélisme ». Les médias de l'Etat s'ouvrent sur les intellectuels qui soutiennent ses politiques et ses décisions et soufflent le froid et le chaud sur toute personne qui le contrarie ou le critique. Reste donc un nombre réduit de médias, y compris les médias spécialisés comme les revues, où les intellectuels peuvent débattre, échanger et partager leurs opinions.
En général donc, l'ouverture des médias sur les intellectuels est sélective, voire occasionnelle et sert les intérêts de ces médias plutôt que ceux des intellectuels.
Quels sont les différents angles d'attaque utilisés par les médias marocains pour aborder les différents événements sociaux, politiques ou idéologiques?
Les méthodes d'avant 1990 n'ont changé que dans la forme mais sont devenues plus compliquées qu'avant. Il ne faut pas vivre dans l'illusion, les médias officiels sont avant tout des outils et des organes de propagande, de langue de bois et de rumeurs.
Ce que l'on peut craindre, ce sont les pressions que subissent les médias ou leur hypocrisie quand ils tentent de critiquer la manière avec laquelle le pouvoir réprime ceux qui s'opposent aux politiques publiques de l'Etat. Certes, il faut souligner que ces mouvements de protestation ne méritent pas tous des encouragements, mais le principe de la liberté d'expression est « sacré ». Au fond, le pouvoir a réussi le jeu de cooptation, que ce soit avec des partis ou des personnalités « intellectuelles et financières ». Ainsi, il les a discrédités aux yeux du peuple, d'où cette atmosphère de défiance généralisée entre gouvernant et gouverné.
Quel regard portez-vous sur les intellectuels marocains fort présents sinon omniprésents dans les médias marocains?
Il y a deux groupes d'intellectuels : Ce que j'appelle personnellement « les clowns de la propagande officielle », des groupes de mercenaires que les médias officiels présentent comme « experts », exploitent, instrumentalisent pour faire adhérer les citoyens à des choix impopulaires. Ces intellectuels portent préjudice à leur statut, car un jour ils vont prendre conscience des énormités de leur collaboration.
Le deuxième groupe est composé d'intellectuels de mérite qui à travers des années de labeur et d'engagement ont prouvé leur intégrité morale. Je citerai volontiers Mohamed Sabila qui s'est imposé comme une figure intellectuelle sollicitée de tous bords et qui livre avec lucidité des analyses et des lectures d'une grande teneur.
Reste encore à souligner que la présence non mesurée de l'intellectuel libre et responsable dans les médias n'est pas toujours à en sa faveur et peut entraîner une certaine dépendance. En quête de reconnaissance, de nombreux intellectuels tombent dans le piège de leur inconscient et leur narcissisme et s'acoquinent avec « les clowns de la propagande officielle ».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.