Abdessamad Kayouh s'entretient à Paris avec le président du Sénat    New-York. Un ancien ambassadeur marocain poursuivi pour "fraude sur les visas"    Meknès. Arrestation d'un partisan de Daesh qui planifiait un attentat-suicide    Le roi Mohamed VI félicite Abdelmadjid Tebboune    Découvrez les vainqueurs de la 8ème Course de Tafilalet    Plus de 25 entreprises portugaises en mission d' affaires multisectorielle au Maroc    La torture est-elle toujours de rigueur ?    Volonté du Maroc de renforcer sa coopération avec les Parlements d'Amérique latine et des Caraïbes    L'ONU réaffirme son soutien au processus politique en cours au Sahara    Omar El-Béchir, l'autocrate déchu aux multiples visages    Pompeo promet une réponse ferme si l'Iran nuit aux intérêts américains en Irak    Les mesures restrictives prennent de l' ampleur au niveau du commerce mondial    Signature à Montréal d' un accord de partenariat entre Attijariwafa Bank et la Banque nationale du Canada    Klopp : Le projet d'expansion de la Ligue des champions à 32 clubs est du grand n 'importe quoi    Tokyo dévoile son stade olympique conçu pour affronter la chaleur    Un camion douche pour voir la vie sous un nouveau jour    Oujda aura son Centre d' accueil des enfants et adolescents autistes    Divers    L'USFP démarre les "Forums Socialistes " par la question économique sous le thème    "Un autre ciel" de Mohammed Al Horr présentée Journées Théâtrales de Carthage    Le public rbati découvre l'Amazonie brésilienne à travers la musique et le cinéma    Mordu par un chat au Maroc, il succombe quelques jours après en Espagne    L'Assemblée générale du Royal Golf Anfa Mohammedia est reportée    Casablanca. Rencontre-débat sur la promotion du don d'organes    Communiqué du Cabinet Royal    Agadir, un paradis de retraite où il fait bon vivre    Enseigner autrement!    Entretien avec le cinéaste et romancier Atiq Rahimi    Botola Pro D1: Les mises à jour se poursuivent    Un site structurant à dimension internationale    Météo : Fortes vagues attendues sur l'Atlantique    Skhirat: Deux médecins chercheuses marocaines en diabète primées par SANOFI    Oujda. Formation sur la gouvernance au profit des conseillères communales    Abdennabaoui insiste sur le rôle « central » du corps du Secrétariat-greffe    HCP : Les solutions à la réduction des inégalités, selon les Marocains    Inde: 200 millions de musulmans, une minorité indésirable?    L'APSB s'associe à la naissance de l'Association des sociétés de bourse africaines    L'olive tient salon à Taourirt    Les Gnaoua au patrimoine de l'Unesco salués par André Azoulay    Cinéma et migration : « Rafaël » remporte le grand prix du Festival d'Agadir    Casablanca: Annonce des projets primés au Festival international du film de l'étudiant    Attijariwafa bank renforce son engagement en faveur des MRE du Canada    Forum parlementaire: Le Maroc et la France, partenaires pour la sécurité et le développement en Afrique    L'Organisation de Coopération Islamique fait le bilan de 20 ans d'activités    Botola Pro D1 : Le classico Wydad-AS FAR vole la vedette    Complexe Mohammed VI: Le modus operandi    Des entreprises portugaises en mission d'affaires multisectorielle au Maroc    L'art Gnaoua inscrit au patrimoine immatériel universel    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Nouveaux membres et nouvelle vie pour les amputés du Soudan du Sud
Publié dans Libération le 18 - 05 - 2019

Stephen, 12 ans, bondit avec assurance à travers une courette écrasée par le soleil à Juba, se faufilant entre les patients en chaise roulante et jouant avec d'autres enfants, comme si sa prothèse l'entravait à peine.
Lorsqu'il avait cinq ans, la voiture dans laquelle il voyageait avec sa famille a heurté une mine dans la ville de Bentiu, dans le nord du Soudan du Sud. Sa grand-mère a été tuée, lui a vu sa jambe gauche déchiquetée. Il a fallu l'amputer.
Un avion l'a transporté jusqu'à Juba, où le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) gère, sur un même site, une unité de fabrication de prothèses et un centre de rééducation pour les patients.
"(La prothèse) m'a aidé à aller à l'école", marmonne timidement Stephen, rencontré dans le centre du CICR où il a reçu sa nouvelle jambe en 2013.
A cause de la guerre, il n'avait pu revenir dans ce centre depuis lors, malgré la nécessité pour les enfants en croissance de changer de prothèse tous les six mois. En mars, Stephen a enfin pu s'y rendre, avec une jambe devenue bien trop petite pour lui.
Des milliers de Sud-soudanais ont perdu un membre depuis le début de la guerre civile en 2013. Selon le CICR, environ 60% des patients du centre - l'un des trois du pays - ont été blessés par balle.
Beaucoup d'amputations auraient probablement pu être évitées si l'accès aux soins n'était pas si limité au Soudan du Sud, que ce soit en raison des combats ou de routes inexistantes ou impraticables lors de la saison des pluies.
"Une blessure simple ou une fracture qui pourrait être soignée facilement dans la plupart des pays peut se transformer en infection ici en raison des problèmes du système de santé", explique Régis Tiffeneau, prothésiste et orthésiste au CICR.
Certains patients ont subi les conséquences de maladies comme la polio ou le rachitisme - dus à la malnutrition.
Dans l'atelier, des modèles de jambes tournent sur eux-mêmes, fixés sur des machines. On les recouvre de plâtre afin d'obtenir la forme exacte voulue, puis d'un plastique brun qui formera la prothèse elle-même.
Une fois les mesures du patient prises et le moulage fait, la prothèse peut être fabriquée en un jour, explique Emmanuel Loubari, le responsable de l'atelier.
L'année dernière, le centre en a fabriqué 580. "Beaucoup de patients (au Soudan du Sud) sont censés recevoir une prothèse mais n'ont pas accès au centre", ajoute Emmanuel Loubari.
Les routes sud-soudanaises sont si mauvaises que le CICR utilise une flotte d'avions et d'hélicoptères pour amener ses patients jusqu'au centre. Pendant la saison des pluies, il est difficile d'atterrir dans beaucoup de zones isolées.
Réunir dans un centre de soins des populations qui se font parfois la guerre ailleurs dans le pays peut également poser problème.
"Ils sont traumatisés, la plupart d'entre eux ont été blessés par des tirs ou par des mines, nous leur parlons de pardon", explique James Soma, un travailleur social.
La veille, une dispute a éclaté entre deux patients, l'une reprochant à l'autre de lui chercher des problèmes en raison de son ethnie, avant de promettre qu'elle allait "ramener des membres de sa famille et tous (les) tuer", raconte-t-il.
Le centre du CICR reçoit beaucoup d'enfants. "Il y en a cinq actuellement, tous blessés de manière différente... il y en a même qui ont été blessés par balle alors qu'ils étaient attachés sur le dos de leur mère", relate le physiothérapeute Oketta Robert Kanyara.
Ceux qui comme Stephen ont déjà utilisé une prothèse par le passé n'ont besoin que de deux ou trois jours avant d'être prêts à rentrer chez eux, mais pour les nouveaux patients, plusieurs semaines peuvent être nécessaires.
Laytol, âgée de cinq ans, se balance calmement entre deux barres de métal. La petite fille, qui selon les médecins a été mordue par un serpent et dont la jambe "aurait probablement pu être sauvée", essaie sa prothèse pour la première fois.
"Elle réagit très bien. Elle a été équipée aujourd'hui. Elle ne pleure pas et elle marche", s'enthousiasme Oketta Robert Kanyara.
Le physiothérapeute souligne qu'entraîner des enfants à utiliser leur prothèse peut être difficile, obligeant souvent les soignants à recourir à des jeux, car les petits ne comprennent pas bien le concept de transfert de poids et ont beaucoup de mal à suivre des instructions.
"Quand j'ai commencé avec Stephen en 2013, c'était très, très difficile", se souvient-il. "Lorsqu'on lui disait de se mettre debout, il pleurait."


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.