Barrage sur le Nil: Vers un compromis    Des stars mondiales du surf se défient à Taghazout    Fin de saison pour Mahmoud Benhalib après un tacle meurtrier    Météo: les prévisions de ce mardi    Meknès: Arrestation d'une SDF pour enlèvement d'un nourrisson    La deuxième phase de «Jeunes des 2 rives» lancée à Agadir    Ingénierie gouvernementale. Quel bilan des 100 premiers jours ?    Les femmes mises au ban du développement    Tanger Med dresse un bilan satisfaisant de ses activités    Les EEP bénéficient de plus de 28 MMDH de déblocages à fin novembre    La croissance du nombre de touristes internationaux a ralenti en 2019 à 4%    Bientôt une Cité des arts et de la culture pour Essaouira    A Meknès, des professionnels du tourisme pointent du doigt sur les maux du secteur    Redresser les rendements de leurs portefeuilles, un défi pour les institutionnels, dixit Khalid Cheddadi, PDG de la CIMR    Analyse: Villes sans bidonvilles, ce gouffre financier !    Le Forum stratégique maroco-égyptien se félicite de l'ouverture de consulats généraux africains à Laâyoune et Dakhla    Accord international pour relancer les efforts de paix en Libye    Des ex-guérilleros salvadoriens protègent la forêt qui leur avait donné refuge    L'accord avec Pékin n'offre qu'un répit au secteur technologique américain    Libye: Accord international pour relancer les efforts de paix    Pour 2020, le FMI prédit une « reprise poussive » de la croissance mondiale    Conférence de Berlin sur la Libye : Le Maroc exprime son étonnement    Le financement de l'économie nationale au coeur d'un colloque à la Chambre des représentants    Au menu du prochain Conseil de gouvernement    Insolite : Klinsmann épinglé    RSB-Raja, un choc qui a tenu toutes ses promesses    Les sales besognes de Larbi Naji    Coupe du Monde 2022: Zone Afrique, horaires du tirage et tout ce qu'il faut savoir    Le MCO continue sur sa lancée    Le gotha du football africain sera à Salé le 1e février    Latifa Akharbach s'entretient à Rabat avec l'ambassadeur d'Australie au Maroc    Presse : Le gouvernement pense à fusionner papier et digital    Ces stars mariées à leur amour de jeunesse    Divers    Trois raisons qui expliquent une rapide prise de poids chez les hommes    Casablanca : Arrestation d'un «escroc en ligne»    Virus: Un troisième mort, l'épidémie s'étend en Chine et gagne la Corée du Sud    Boulemane: 1.300 bénéficiaires d'une caravane médicale    Agadir à l'heure des "Journées de Tiznit"    "Bad boys for life" en tête du box office nord-américain    Abdelouahab Doukkali enchante le public saoudien    Un nouveau centre de la Fondation Ali Zaoua voit le jour à Fès    Maroc-Chine: Deux accords de coopération entre la FNMM et le Musée national de Chine    Zina Daoudia vivement critiquée pour son ode au Prince Salmane d'Arabie Saoudite    Essaouira : Bayt Dakira, le symbole !    Festival Cas'Arts : Des stars et des hommages pour la 3ème édition    Adda M'Rabbih, rescapé des bagnes du Polisario et fondateur du Mouvement du 5 Mars à Rabouni    Des milliers de binationaux en plus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ramadan et diabète riment obligatoirement avec des dispositions spécifiques
Publié dans Libération le 20 - 05 - 2019

Avec l'avènement du Ramadan, les habitudes alimentaires quotidiennes bien notables en particulier chez les personnes atteintes de maladies chroniques telles que le diabète, rendent plus que nécessaire un régime alimentaire spécifique associé à un contrôle continu de la glycémie.
Les diabétiques doivent de ce fait être conscients des risques sanitaires auxquels ils peuvent être exposés durant le mois du jeûne, ce qui entraîne un certain nombre de complications graves qu'il est possible d'éviter s'ils observent un certain nombre de règles.
Dans ce cadre, l'endocrinologue Nadia El Ghissassi a souligné, dans un entretien accordé à la MAP, que les diabétiques ne sont pas obligés de faire le jeûne, surtout les personnes atteintes du diabète de type 1 ou diabète insulinodépendant (DID), ceux présentant un niveau de glycémie instable et les patientes enceintes, en plus des diabétiques souffrant d'autres maladies telles que l'insuffisance rénale, les maladies cardiaques ou d'autres pathologies aiguës.
Le jeûne peut être sûr et sans complications pour la santé pour les personnes ayant un diabète de type 2 traité aux sulfamides et ne souffrant pas d'affections chroniques comme l'hypertension artérielle et les maladies cardiaques, a poursuivi Dr El Ghissassi, notant que les personnes diabétiques doivent ajuster la posologie et faire contrôler plus fréquemment leur niveau glycémique, tout en demandant conseil à leur médecin.
De l'avis de Dr El Ghissassi, les patients peuvent jeûner si leur état de santé est stable à condition de respecter scrupuleusement les heures de prise des médicaments et de consulter régulièrement un spécialiste. A cet effet, ils sont appelés à s'assurer de la présence de niveaux modérés de la glycémie au moins trois mois avant le mois sacré.
Dans ce cadre, l'endocrinologue a souligné l'importance d'une alimentation saine et équilibrée pour les personnes diabétiques, tout en mettant en garde ces personnes de ne pas tomber dans l'excès des aliments riches en glucides et en lipides au moment de la rupture du jeûne. Elle a, dans ce sens, recommandé de boire suffisamment d'eau (entre 2 et 4 litres), en remplaçant les jus par des fruits.
De même, Dr El Ghissassi n'a pas manqué de souligner l'importance du repas du Souhour pour les diabétiques, qui doit être équilibré, riche et complet, notant que les patients peuvent se contenter des aliments riches en protéines et faibles en matières grasses telles que le fromage faible en gras, sans oublier de manger les fruits et légumes et de boire suffisamment d'eau.
S'agissant de la pratique du sport, le médecin a conseillé les personnes diabétiques de faire une activité physique après le ftour, contrairement à ceux habitués à pratiquer le sport avant la prière d'Al Maghreb, ce qui constitue un danger pour leur santé, mettant en garde contre la pratique du sport pendant les heures de jeûne, en particulier les personnes atteintes de diabète, de maladies chroniques ou les gens ordinaires.
Au volet des éventuelles complications des personnes diabétiques durant le mois de Ramadan, Dr El Ghissassi a fait savoir que l'hypoglycémie et l'hyperglycémie peuvent provoquer le coma, en particulier chez les diabétiques (types 1 et 2) qui n'ont pas bien contrôlé leur glycémie, soulignant la nécessité de rompre immédiatement le jeûne en cas de baisse ou de hausse de glycémie et en cas de non stabilité de la tension artérielle.
Selon le ministère de la Santé, plus de 2 millions de personnes âgées de 18 ans et plus au Maroc sont diabétiques, dont 50% méconnaissent leur maladie, tandis que le nombre d'enfants diabétiques est estimé à plus de 15.000.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.