Plusieurs eurodéputés soutiennent du Maroc    Soutien constant et fort à la cause marocaine    UM6P : Lancement d'une grande école d'ingénieurs dans le numérique    Maradona. Les buts que l'Angleterre n'a jamais gobés !    L'Opinion : Les légendes ne meurent jamais    Belle opération de la Marine royale à Nador    Violence à l'encontre des femmes. Un coût énorme pour la société    Covid-19 : Des vaccins «made in Morocco» vont approvisionner l'Afrique subsaharienne et le Maghreb    Vrai ou Fake sur la Covid-19 au Maroc, jeudi 26 novembre    Culture : Un Show solo de Mohamed Abouelouakar à L'Atelier 21    CIH Bank améliore son PNB de 13,2% à fin septembre    Microsoft : La cybercriminalité coûte à l'Afrique plus de 4 billions USD par an    Nikol Pachinian, un héros devenu traître    L'Unesco et l'Association mondiale des éditeurs de presse s'unissent en faveur de la survie des médias    Affaire «Hamza mon bb»: Dounia Batma réagit à la condamnation de Madimi (PHOTO)    France: le gouvernement détaille sa stratégie d'allègement progressif du confinement    Sidaction Maroc 2020 : lancement de la campagne à partir du 1er décembre    « Les parents tortionnaires ont souvent des antécédents de maltraitance »    Holmarcom & A.P. Moller Capital s'allient pour l'Afrique    «La septième porte»: un certain regard sur l'histoire du cinéma au Maroc de 1907à 1986    La beauté intérieure et l'essence de l'existence    9è Festival maghrébin du film d'Oujda sous format digital    NBA: Indianapolis renonce au All-Star Game 2021    SM le Roi se recueille sur la tombe de Feu SM le Roi Hassan II    Le Maroc appelle à l'Union africaine au respect de la légalité et l'impératif du développement de l'Afrique    Le CIO disqualifie trois haltérophiles roumains, dont deux médaillés    Le Roi, Amir Al Mouminine, se recueille sur la tombe de Feu le Roi Hassan II    MAROC-MAURITANIE : L'AXE CONSTRUCTIF    Madrid fait craquer l'Inter Milan, le Bayern et City qualifiés, Liverpool à la ramasse    Alerte météo : Pluie, neige et grand froid    Agriculture : Crédit Agricole du Maroc au chevet des fédérations interprofessionnelles    Nomination : Eric Fulcheri prend les commandes d'Arval Maroc    La Plateforme Internationale de Défense et de Soutien au Sahara marocain saisit l'ONU et le HCDH pour condamner les actions du «polisario»    Guergarate : Le Maroc dit tout au Conseil de sécurité    Un nouveau shooting de Samira Saïd enflamme la Toile (PHOTO)    Neta Elkayam revisite avec brio les chansons judéo-marocaines    L'actrice Manal Seddiki endeuillée (PHOTO)    Ahmed Noureddine : «L'offensive de Guerguerat représente un tournant diplomatique de taille dans ce long combat que mène le Maroc»    Devises vs Dirham: les cours de change de ce jeudi 26 novembre    PJD: Itimad Zahidi accuse la direction du parti de « mensonge »    Décès de Maradona: l'UEFA a fait une annonce    La Colombie commémore l'anniversaire de l'accord de paix avec les FARC sur fond de divisions et de violence    La Suède demande à l'Iran d'annuler l'exécution d' un scientifique irano-suédois    Musée Mohammed VI: L' art de découvrir Rabat autrement    Message du roi Mohammed VI au président du Suriname    Grande manifestation des marocains à Tarragone pour dénoncer les actes criminels du "polisario"    Yto Berrada expose au Mathaf de Doha    L'ONU salue la poursuite du dialogue inter-libyen au Maroc    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le "biz-Hoeness model" gagnant du Bayern
Publié dans Libération le 20 - 05 - 2019

img class="responsive" style="display:none" src="https://www.libe.ma/photo/art/grande/33864689-31101588.jpg?v=1558270893" alt="Le "biz-Hoeness model" gagnant du Bayern" title="Le "biz-Hoeness model" gagnant du Bayern" / img class="not-responsive" src="https://www.libe.ma/photo/art/default/33864689-31101588.jpg?v=1558270898" alt="Le "biz-Hoeness model" gagnant du Bayern" title="Le "biz-Hoeness model" gagnant du Bayern" /
Gestion virtueuse, pillage en règle des concurrents en Bundesliga et politique sportive de long terme: le Bayern Munich, assoit son incroyable longévité au sommet du foot allemand sur une philosophie incarnée par un homme: Uli Hoeness, aux commandes du club depuis 1979.
Il a remporté samedi son 7e titre de champion consécutif, le 14e depuis l'an 2000.
Lorsque Hoeness a pris son poste de manager en 1979, à 27 ans seulement, le chiffre d'affaires du club se montait à 12 millions de Deutsche Mark, l'équivalent de 6 millions d'euros actuels ! Désormais président, l'ancien attaquant de la grande équipe des années 70 a annoncé l'an dernier un chiffre d'affaires de 629 millions. Au quatrième rang des clubs les plus riches du monde, derrière le Real Madrid (750 M d'euros), le FC Barcelone (690 M) et Manchester United (666 M). (Source cabinet Deloitte).
Deux phrases célèbres de Hoeness résument sa stratégie: "Quand les autres vont à la banque, c'est pour emprunter. Nous, nous allons au guichet des dépôts" et "nous n'avons pas de mécènes, seulement des partenaires".
Sa philosophie, calquée sur celle qui a fait la fortune des PME allemandes après-guerre, est simple: ne pas dépenser plus que l'on gagne, et toujours avoir un trésor de guerre placé en banque.
C'est ainsi que le jeune manager, dans les années 1980, a peu à peu transformé ce club traditionnel en entreprise florissante, important des Etats-Unis des idées inconnues alors en Europe: négocier des droits TV, et miser sur le merchandising, la vente de maillots et de produits dérivés.
Aujourd'hui, le Bayern appartient majoritairement à ses supporters, mais ses sponsors principaux y détiennent 25% des parts. Il est devenu l'un des seuls clubs européens à jouer dans la cour des très grands tout en présentant des comptes équilibrés, voire bénéficiaires.
La méthode fait grincer des dents en Allemagne, mais elle est efficace. Dès qu'un jeune joueur du championnat semble s'établir en équipe nationale, le Bayern lui fait une offre, et l'attire dans ses filets. Et tant pis pour les autres clubs allemands, qui voient saison après saison une partie de leur pépites partir vers la Bavière.
Dortmund (Hummels, Götze, Lewandowski), Schalke (Neuer, Goretzka), Hoffenheim (Süle), et peut-être demain Leipzig (Werner) ou Leverkusen (Brandt, Havertz) ont été ou vont ainsi être dépossédés de leurs meilleurs éléments par le Bayern.
Hoeness et son alter ego Karl-Heinz Rummenigge y tiennent: la méthode conserve au club son identité allemande (7 nationaux parmi les titulaires réguliers cette saison), et affaiblit durablement la concurrence.
Lorsqu'on les attaque sur le sujet, les patrons du "Rekordmeister" ont un argument tout trouvé: "Si nous ne les achetions pas, ces joueurs quitteraient purement et simplement la Bundesliga".
A l'avenir, le Bayern aimerait pouvoir compter plus sur son propre centre de formation, afin d'éviter de débourser des fortunes sur un marché des transferts devenu fou. Mais la machine à produire des champions ne semble pas encore fonctionner.
Attirer des talents, oui, mais en début de carrière, de manière à investir sur le long terme. Depuis une dizaine d'années, les dirigeants ont conservé un noyau de joueurs fidélisés et fortement identifiés au club: la génération Neuer, Hummels, Boateng, Ribéry, Robben, Müller et Lewandowski, qui vit ses derniers feux.
Pour remplacer ces hommes qui ont tout gagné (1 Ligue des champions, 8 Bundesliga en dix ans), le Bayern de Hoeness a dénoué les cordons de la bourse. Objectif: reconstituer une ossature d'internationaux capables de regagner rapidement la Ligue des champions. Devant, Gnabry et Coman sont censés succéder à Robben/Ribéry, Goretzka et Tolisso doivent assurer la stabilité au milieu, tandis que le club attend beaucoup de ses deux défenseurs champions du monde Benjamin Pavard et Lucas Hernandez (plus gros achat historique du club, 80 millions), recrutés pour la saison prochaine.
Tous savent que les dirigeants espèrent d'eux qu'ils vont s'identifier pour longtemps avec le "Rekordmeister". "Si je peux dire à la fin de ma carrière que j'ai fait tout mon parcours au Bayern, je serai fier", avait lâché Corentin Tolisso quelques mois après son arrivée à Munich. Exactement le genre de propos qui plaît à Uli Hoeness.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.