Edito : Tout va bien !    Médecine : Drôles de carabins !    Chasse et pêche, le Maroc en force en Sologne    Jésus, une grande figure biblique du Coran/Episode 25 La naissance, le développement du christianisme, du vivant de Jésus et après sa mort    Musiques sacrées du monde: Concert «engagé» de Marcel Khalifa    Tourisme: Le Marrakech du Rire fait grimper le baromètre    Essaouira accueille les états généraux des entreprises citoyennes    L'agriculture peut aussi rafraîchir la planète    Le Onze national à pied d'œuvre au Caire    L'équipe ghanéenne espère renouer avec le sacre africain    Bulletin de la CAN    Comité des 24 des Nations unies    Le bureau de la Chambre des représentants tient sa réunion hebdomadaire    Bouillon de culture    Dormir devant la télévision fait grossir    Divers    Le marché mondial du luxe poursuit sa progression, tiré par la Chine    Hausse attendue de la production dans l'industrie au deuxième trimestre    Moussem de Tan-Tan Les tentes marocaines et mauritaniennes reflètent la richesse du patrimoine culturel commun    Saïdia accueille le 11ème Salon régional du livre    Canticum Novum transporte le public fassi aux confins des musiques anciennes    Quand « L'Opinion » publiait les résultats du bac …    OPV Maroc Telecom : Une vague bienvenue de liquidités pour la Bourse de Casablanca    Les œuvres de Linda Bougherara à Dar Moulay Ali à Marrakech    «Valeurs humaines », exposition de Soly Cissé à la Galerie 38 de Casablanca    Jossour se produira à l'IF de Marrakech    Nicolas Sarkozy sera jugé pour corruption    Maroc/FADES : Signature de deux accords de financement    Il fait l'actu : Mohcine Jazouli, ministre délégué chargé de la Coopération africaine    Meurtre de Khashoggi. Le chef de l'ONU lance une enquête internationale    CAN-2019. Les pays qui y participent pour la première fois    Trump lance sa campagne pour 2020 sur un air de 2016    un groupe marocain compte racheter le club français FC Sochaux    Succession de May : Boris Johnson en position de force    En pleine tension avec l'Iran, Trump contraint de changer de ministre de la Défense    OPV de Maroc Telecom. Les précisions du wali de Bank Al-Maghrib    L'ASMEX: Une nouvelle feuille de route à horizon 2025    Femmes, l'éternel défi    Doukkali : Le Maroc soigne les immigrés, en situation régulière ou pas    CAN-2019 : Arrivée des Lions de l'Atlas en Egypte    Championnat du monde de Muay Thai, le 22 juin à Marrakech    Sahara : Hilale «corrige» un responsable algérien    Réguler le Net, un impératif    Francophonie parlementaire: El Malki donne le la    Mise en place des mesures d'accompagnement pour faciliter le déplacement et le séjour des supporters du Onze national    Démantèlement à Tétouan d'une cellule terroriste    Amazon détrône Google comme marque la plus puissante    La Gendarmerie royale et la Guardia Civil se réunissent à Agadir    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'environnement de la sphère publique marocaine, impact sur la communication
Publié dans Libération le 22 - 05 - 2019

La communication publique est un domaine relativement récent dans la pratique administrative publique. Cependant, l'adoption des modèles et des techniques de communication dans les processus actuels ne fait pas de distinction entre les secteurs publics et privés, appliquant les mêmes pratiques à tous les scénarios.
C'est vrai que la communication publique est sans aucun doute influencée par le développement des habitudes dans la profession au sens large. Les communicants peuvent évoluer entre différents systèmes privé ou public, s'appuyant sur les expériences et les connaissances acquises dans un domaine et les transmettant à un autre. Néanmoins, la nature et l'environnement du secteur public sont caractérisés par des contraintes et des opportunités uniques qui distinguent la communication dans le secteur public de celle relative au secteur privé.
En général, l'environnement du secteur public marocain est marqué actuellement par six éléments essentiels : la relation avec la politique, la mission du service public, les obligations légales et procédurales, la faiblesse de la valorisation de la communication, les mauvaises perceptions du public et le développement tardif des métiers de la communication publique.
Concernant la relation avec la politique : bien que les organisations privées traitent également de politique interne et externe, le secteur public est un produit de la politique et les organisations publiques se définissent par des actions et des relations politiques. A cet effet, dans le secteur public, la pratique politique peut limiter la créativité et l'innovation dans le développement du processus de la communication, car parfois les décideurs « élus » veulent rester près du grand public. Aussi, le champ politique est marqué également par une plus grande variété d'influences externes en dehors des institutions publiques.
Pour le service public, la mission de l'administration est de servir les citoyens. Suite à cela, une communication efficace et performante entre les institutions publiques et les citoyens n'est pas simplement un aspect pratique de la gestion, mais plutôt une obligation politique, bien que morale, qui découle de l'idée que le gouvernement est le représentant du citoyen. Par contre, les entreprises sont créées pour faire des bénéfices. Ainsi, les institutions publiques sont généralement plus préoccupées par l'objectif de servir le citoyen que par les pressions du marché.
Au sujet des obligations légales et procédurales, il faut dire que, si l'intérêt public est le principe de l'action administrative, les contraintes juridiques et procédurales freinent souvent la capacité des administrations à communiquer de manière complète, efficace et ouverte. Cependant, avec l'avènement des lois d'accès à l'information, les administrations se sont retrouvées face au défi de mise à niveau pour accompagner leurs mises en œuvre.
En conséquence du contrôle accru de la part des médias, les administrations publiques font l'objet d'un suivi rapproché, surtout avec la popularité des réseaux sociaux. La prise de décision publique est plus souvent suivie de près par les médias que les actions du secteur privé. Les médias peuvent constituer aussi le moment opportun pour prendre les décisions publiques, ce qui rend leur relation avec les administrations publiques comme mutuellement dépendante, ce qui ne s'applique pas pour le secteur privé. Les responsables publics ont également un devoir absolu de rendre compte en permanence des décisions et des actions par l'intermédiaire des médias afin de tenir les citoyens informés.
La faiblesse de la valorisation de la communication par les top managers publics est une autre contrainte importante pour la communication publique. Cette dévalorisation a eu beaucoup de répercussions négatives concrètes. En raison de ce climat dans lequel la communication est sous-estimée, de nombreux communicateurs qualifiés préfèrent le secteur privé qui respecte davantage leur travail et offre de meilleurs salaires.
Dans des climats de méfiance et, parfois de contestation de légitimité, les mauvaises perceptions des citoyens peuvent également dévaloriser la communication publique. Malgré le fait que la majorité des informations du gouvernement sont honnêtes, les connotations négatives du terme propagande, dissimulation de l'information et l'utilisation péjorative de «complot» rendent souvent le public cynique quant aux intentions du processus de la communication publique. Cette situation pourra être expliquée par le fait que le gouvernement utilise traditionnellement des modèles de communication à sens unique, limitant assez souvent le dialogue et réduisant ainsi le rôle de la rétroaction du public.
Enfin, cette dévalorisation de la communication de la part des administrations et du public a fait que, le développement professionnel des communicants publics est en retard par rapport à celui du secteur privé. Le professionnalisme de la communication est nécessaire pour améliorer l'image publique de l'administration qui devra mettre en place des organisations professionnelles avec des normes et des directives professionnelles (code de déontologie par exemple).
En conclusion, le défi du développement de la communication publique reste tributaire des modes de mangement du secteur public et de la compréhension des différentes composantes de l'environnement de la sphère publique. Dans cet environnement, les communicants publics doivent choisir les moyens de communication les plus efficaces en fonction de la situation, de l'environnement et des ressources disponibles. Ainsi, il s'avère que la priorisation de la mise à niveau de la communication publique par Mohammed Benabdelkader (ministre de la Réforme de l'Administration et de la Fonction publique), dans le cadre du Plan national de la réforme 2018-2021, est venue à temps dans une approche de reconnaissance du métier et de la fonction de la communication au sein de la sphère publique.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.