Une sûreté sur tous les fronts: La DGSN fête son 65 anniversaire    DGSN : 65 ans d'existence et d'abnégation    L'ECONOMIE, OTAGE D'UN VIRUS    Les célébrités marocaines rendent hommage à Hammadi Ammor (PHOTOS)    Soutien à la Palestine: le chanteur Ahmed Chaouki devient la risée de la Toile (PHOTOS)    Marrakech : « Kwayria », la plateforme de promotion des jeunes talents du ballon rond (Reportage)    Le roi Mohammed VI écrit au président du Paraguay    Décès de Hammadi Ammor: les confessions touchantes de son fils (VIDEO)    Ingérence Iranienne au Sahara: Téhéran se voile la face    Maroc-Rwanda: Vers un retrait de la reconnaissance de la RASD par Kigali?    L'Egypte ouvre sa frontière avec Gaza pour évacuer des blessés    Exploration de l'espace : la Chine réussit à poser un robot sur la planète Mars    Heure légale: retour à GMT+1 le dimanche 16 mai à 02H00    Condamnation unanime de l'accueil par l'Espagne du chef du Polisario    Inde: Les exportations agricoles en hausse de 17,5% en 2020-2021    Le Gunner déchu, Matteo Guendouzi, annoncé de retour en France    Mesures restrictives: Les Marocains sont à bout    Covid-19 : L'OMS prédit un bilan plus élevé en 2021    Le mouvement "Neturei Karta" appelle à présenter les criminels de l'entité sioniste devant la CPI (WAFA)    Documentaire: Ne manquez pas "Homo Sapiens: les nouvelles origines" sur 2M, ce dimanche à 21h50    Le Roi Mohammed VI ordonne l'envoi d'une aide humanitaire d'urgence à la Palestine    Heure GMT+1 au Maroc: n'oubliez pas de régler vos montres    Innovations financières: BAM engagé pour le développement des fintechs    L'acteur marocain Hammadi Ammor n'est plus    Coronavirus : le Royaume-Uni accélère l'administration de la deuxième dose    Programme foot: les matchs à suivre ce week-end    E-commerce : Les nouvelles attentes des clients (étude internationale)    Une association bulgare dénonce l'accueil par l'Espagne de Brahim Ghali    Bassin hydraulique de Sebou : Un taux de remplissage des barrages de 74%    VIDEO. Casablanca: le parc de la Ligue arabe comme vous ne l'avez jamais vu    Federer estime que « les athlètes ont besoin d'une décision » sur la tenue des JO    Maroc/Météo: Temps passagèrement nuageux ce samedi 15 mai    Josep Borell : L'UE suit de près la situation des droits de l'homme en Algérie    Les confidences de Munir El Haddadi sur son choix pour le Maroc    Fiorentina : Sofyan Amrabat n'est pas satisfait    Palestiniens censurés, nouvelles conditions d'utilisation de Whatsapp... dans la "Chronique Geek" de la semaine    Le roi Mohammed VI ordonne l'envoi d'une aide humanitaire d'urgence à Gaza et en Cisjordanie    65e anniversaire des Forces armées royales : message de fidélité et de loyalisme de la famille des FAR au Roi    Afghanistan : attentat dans une mosquée près de Kaboul    Un politologue espagnol porte plainte contre Brahim Ghali    Affaire Brahim Ghali : le silence du gouvernement espagnol est «contre-productif»    Podcast: Punk, en toute transparence    Usurpation de l'identité visuelle du parlement européen : Les eurodéputés s'attaquent aux manoeuvres du Polisario    Rabat : Goethe-Institut organise une exposition autour de la migration du 17 mai au 04 juin    Israël-Palestine: L'ONU déplore l'impact "dévastateur" du conflit sur les enfants    La SNRT a affiché une tendance haussière pendant le Ramadan    "La femme dans le cinéma marocain, devant et derrière la caméra": L'hommage mérité aux comédiennes et cinéastes marocaines    La Londonienne Dua Lipa sacrée " meilleure chanteuse " aux Brit Awards    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"Once Upon a Time... in Hollywood", un conte made-in Tarantino
Publié dans Libération le 24 - 05 - 2019

img class="responsive" style="display:none" src="https://www.libe.ma/photo/art/grande/34032585-31223632.jpg?v=1558615619" alt=""Once Upon a Time... in Hollywood", un conte made-in Tarantino" title=""Once Upon a Time... in Hollywood", un conte made-in Tarantino" / img class="not-responsive" src="https://www.libe.ma/photo/art/default/34032585-31223632.jpg?v=1558615635" alt=""Once Upon a Time... in Hollywood", un conte made-in Tarantino" title=""Once Upon a Time... in Hollywood", un conte made-in Tarantino" /
Avec "Once Upon a Time... in Hollywood", probablement son film le plus personnel, présenté mardi en compétition à Cannes, Quentin Tarantino rend un hommage émouvant au cinéma qui l'a construit enfant, empreint de mélancolie, d'humour noir et de pics de violence savamment dosés.
En préambule à sa déclaration d'amour sur le point d'être projetée sur grand écran, Tarantino s'est fendu d'une requête à l'attention des journalistes et autres chanceux spectateurs, leur demandant d'en raconter le moins possible sur les éléments de l'intrigue. Une lettre qu'il avait publiée plus tôt sur Twitter et que Thierry Frémaux, délégué général du festival, a lue au public.
Après quoi le film le plus attendu de cette édition a pu débuter, avec l'apparition d'un logo vintage de la Columbia, sous les yeux de cinéphiles quelque peu fébriles de découvrir le 9e long métrage de l'enfant terrible du cinéma américain, en lice pour une deuxième Palme d'or 25 ans après le sacre de "Pulp Fiction".
Les deux films ont d'ailleurs en commun une structure narrative non linéaire, qui témoigne de l'ambition retrouvée de Tarantino dans cet exercice, lui qui avait également excellé dans "Jackie Brown".
Sans donc révéler quoi que ce soit de crucial de l'histoire, on peut dire que "Once Upon a Time... in Hollywood" conte les pérégrinations, dans le Los Angeles en mode hippie de 1969, de deux amis, Rick Dalton (Leonardo DiCaprio), acteur-vedette de téléfilms de genres type western, et Cliff Booth (Brad Pitt), sa doublure cascades et homme à tout faire.
Quand le premier, au bord de la dépression alcoolisée, aspire à être enfin reconnu pour son travail de comédien, le second aimerait pouvoir continuer ce métier de l'ombre des plateaux de cinéma qu'on ne lui propose plus de faire.
Pendant ce temps, dans la propriété voisine de celle de Rick Dalton s'installe le couple Sharon Tate (Margot Robbie) et Roman Polanski, nouvelles stars de ce qui n'est pas encore tout à fait le nouvel Hollywood, dont rêve le personnage campé par Leonardo DiCaprio.
Si ce dernier livre une partition tout en intensité, dans ce registre tragi-comique qu'on lui connaît bien, Brad Pitt crève l'écran en "cool guy", ce mec tranquille qui a l'art d'en imposer sans rien faire, tout en concentrant dans les recoins de son visage buriné l'attitude du loser magnifique.
Un Prix d'interprétation masculine commun pour le duo flamboyant qu'ils composent à l'écran serait le plus bel hommage rendu à tous ces glorieux acteurs et cascadeurs qui ensemble ont fait la légende du cinéma bis hollywoodien, tels Burt Reynolds et Hal Needham qui ont ici inspiré Tarantino.
L'autre personnage principal du film est le Los Angeles d'une époque révolue où Tarantino a grandi et s'est fabriqué son propre cinéma. Au fil des tournages de Rick, des rencontres de Cliff, notamment avec la fameuse Manson Family, et des balades de Sharon Tate, le réalisateur promène les spectateurs dans de nombreux lieux emblématiques de la Cité des anges qu'il a pris soin de recréer sans reconstitution numérique.
La sincérité et l'application avec lesquelles il a construit son film, après cinq années d'écriture, ne le prémunissent toutefois pas de longueurs lors de séquences aux dialogues sans relief qui s'éternisent.
Un péché mignon qui porte le sceau Tarantino, tout comme les scènes de violence qu'il se délecte de filmer dans le bruit et la fureur d'un épilogue qui commence déjà à faire parler.
Sur ce point, Tarantino, 56 ans et tout nostalgique soit-il dans "Once Upon a Time... in Hollywood", ne s'est heureusement pas assagi.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.