Ecosystème ferroviaire: Alstom revendique un taux d'intégration locale de 30%    Un bac record... et après?    OMS: Trop de sucres dans la nourriture pour bébé    Une saga nommée «Megri»    Le Nigéria obtient la 3ème place en battant la Tunisie    Chambre des représentants. Séance plénière lundi consacrée à la politique générale du gouvernement    Le Maroc est tenu de réduire les inégalités et de lutter contre la corruption    L'AMMC se dote d'un Conseil scientifique    Enjeux des approches de la formation des ressources humaines dans le contexte du New public management    Le Sénégal y est presque    6500 sportifs attendus aux 12èmes Jeux africains au Maroc    Le WAC passe au mode serbe    Adoption du projet de loi-cadre relatif au système de l'éducation par la commission de l'enseignement de la Chambre des représentants    Apporter une réponse collective aux défis stratégiques, sécuritaires et économiques auxquels nos pays se trouvent confrontés    Présentation du projet de politique publique intégrée pour les personnes âgées    Une faille d'Android permet aux hackers d'accéder à vos photos    Divers    Bouillon de culture    Nouvelle édition du Festival international des arts de la rue à Laâyoune    Record de nominations pour la série "Game of Thrones" aux Emmy Awards    Signature d'un accord de partenariat entre le Ministère public et la CNDP    Crédit Agricole passe son oral au parlement    Casablanca. Le festival Noujoum Gnaoua s'invite à partir du 18 juillet    Après le scandale Radès, la CAF change de système !    La Présidence du Parquet Général et ‘‘l'association des journalistes Adala'', partenaires pour une presse responsable    Trois diplomates turcs tués au Kurdisan Irakien    JCPoA: Les pays européens invitent Washington et Téhéran à la retenue…    Transfert: Iajor pourrait quitter le Raja vers le Qatar    12e édition des Jeux Africains: Le Maroc tient son pari    Biennale d'art contemporain. Rabat, capitale artistique de la rentrée !    Le FMI analyse le Maroc et son économie    Mustapha Hadji tire à boulets rouges sur Renard    Ancien professeur, il braque une agence de micro-crédit    Ebola en RDC: l'OMS va de nouveau évaluer l'épidémie après le décès du premier cas à Goma    Allemagne : La dauphine de Merkel à la Défense, une promotion    L'AMMC se dote d'un Conseil scientifique    Attentat de Barcelone. Le chef des terroristes «bossait» pour les renseignements espagnols    Trump accusé de racisme par la Chambre des représentants    Les nouveaux étudiants en médecine rejoindront-ils le boycott ?    Dans un marché en forte baisse : Renault maintient une part de marché de 4,4%    Le Rwanda va ouvrir une ambassade au Maroc    Recherche scientifique. L'Université Cadi Ayyad primée    Redal contribue à faire découvrir l'impressionnisme aux écoliers    La loi cadre sur l'enseignement adoptée en commission, le PJD et le PI toujours contre    Nezha Hayat décorée par le Roi d'Espagne Felipe VI    Les tweets xénophobes de Trump provoquent un tollé à Washington    Le président de Melilia recadre les opérateurs    Fès : Plaidoyer pour la promotion de la diversité culturelle    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Des antibiotiques dans les rivières du monde entier
Publié dans Libération le 04 - 06 - 2019

De l'Europe à l'Asie en passant par l'Afrique, les concentrations d'antibiotiques relevées dans certaines rivières du monde dépassent largement les niveaux acceptables, met en garde une étude présentée lundi.
Une équipe de chercheurs de York a analysé des prélèvements effectués sur 711 sites dans 72 pays sur six continents et a détecté au moins un des 14 antibiotiques recherchés dans 65% des échantillons, selon un communiqué de l'université britannique.
Les scientifiques, qui présentaient leurs recherches lundi à un congrès à Helsinki, ont comparé ces prélèvements aux niveaux acceptables établis par le groupement d'industries pharmaceutiques AMR Industry Alliance, qui varient selon la substance.
Résultat, le métronidazole, utilisé contre les infections de la peau et de la bouche, est l'antibiotique qui dépasse le plus ce niveau acceptable, avec des concentrations allant jusqu'à 300 fois ce seuil sur un site au Bangladesh. Le niveau est également dépassé dans la Tamise.
La ciprofloxacine est de son côté la substance qui dépasse le plus souvent le seuil de sûreté (sur 51 sites), tandis que le triméthoprime, utilisé dans le traitement des infections urinaires, est le plus fréquemment retrouvé.
"Jusqu'à aujourd'hui, le travail sur les antibiotiques a été majoritairement fait en Europe, en Amérique du Nord et en Chine. Souvent sur seulement une poignée d'antibiotiques", a commenté le Dr John Wilkinson.
Selon cette nouvelle étude, les niveaux acceptables sont ainsi le plus souvent dépassés en Asie et en Afrique, mais les autres continents ne sont pas non plus épargnés, témoignant d'un "problème mondial", a noté le communiqué, précisant que les sites les plus problématiques se trouvent au Bangladesh, Kenya, Ghana, Pakistan et Nigeria.
Découverts dans les années 1920, les antibiotiques ont sauvé des dizaines de millions de vies en luttant efficacement contre des maladies bactériologiques comme la pneumonie, la tuberculose et la méningite.
Mais au fil des décennies, les bactéries se sont modifiées pour résister à ces médicaments, au point que l'Organisation mondiale de la santé a averti que le monde allait manquer d'antibiotiques efficaces.
Les bactéries peuvent devenir résistantes quand les patients utilisent des antibiotiques dont ils n'ont pas besoin, ou bien ne terminent pas leur traitement, donnant ainsi à la bactérie une chance de survivre et de développer une immunité.
Mais les chercheurs de York évoquent aussi un lien avec leur présence dans l'environnement.
"De nouveaux scientifiques et dirigeants reconnaissent désormais le rôle de l'environnement dans le problème de la résistance aux antibiotiques. Nos données montrent que la contamination des rivières pourrait y contribuer de façon importante", a insisté un autre auteur, Alistair Boxall, évoquant des résultats "inquiétants".
"Résoudre le problème est un défi monumental et va nécessiter des investissements dans les infrastructures de gestion des déchets et des eaux usées, des règles plus strictes et un nettoyage des sites déjà contaminés", a-t-il ajouté.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.