411 milliards de DH pour soutenir les plans de développement régional    Université d'été pour les jeunes chercheurs à Essaouira    Oxfam monte au créneau    L'insoutenable quotidien des saisonnières marocaines en Espagne    La Bourse de Casablanca en bonne mine    L'opposition algérienne pose des conditions au dialogue proposé par le pouvoir    Boris Johnson ultra-favori dans la course à Downing Street    Pinot maître des Pyrénées au Tour de France    Fraser-Pryce et Obiri ont fait le show au meeting de Londres    Bale sur le départ    Divers    La loi relative à la lutte contre la traite des êtres humains disséquée à Agadir    Bouillon de culture    Les arts de la rue s'invitent à Laâyoune    "Avengers: Endgame", le film aux plus grosses recettes de l'histoire    Maroc Telecom enregistre près de 63 millions de clients    Le secteur bancaire confirme sa résilience en 2018    Alerte Météo : Il va pleuvoir dans plusieurs villes au Maroc    Lekjâa convoque la famille du football marocain à Skhirat    Comicom introduit la marque indienne Mahindra au Maroc    L'Europe se prépare à une nouvelle canicule, Paris en alerte    La Jordanie réitère son soutien à l'intégrité territoriale du Maroc    Football    Loi-cadre sur l'enseignement    Tenue du gala international de boxe professionnelle à El Jadida    Des centaines d'Algériens sont bloqués au Caire    Point de vue : Hanane, Reda… et tant d'autres !    Victoire de la sélection algérienne en finale de la CAN 2019    Actes de sabotage et de vandalisme à Lâayoune    El Otmani en visite à Dakhla-Oued Eddahab    Le Maroc présent à la Foire internationale du livre de Lima    Dar El Bacha accueille l'exposition « Etoffe des sens, résonnances, Serge Lutens, Yves Saint Laurent »    Festival international Jawhara : Le retour de Cheb Bilal    Proscrire la violence!    CNDH: Au nom du principe de la pluralité    Festival des huîtres de Qualidia    Avortement d'une tentative de trafic de 345 kg de chira à Bab Sebta    Ukraine: Vers une majorité absolue au Parlement du parti du président Zelensky    La colère gronde à Hong Kong après les agressions brutales de manifestants    Laâyoune : Ouverture d'une enquête…    Un vibrant hommage rendu à Husseïn Chaâbi par la ville de Laâyoune    Akhannouch promet de solliciter le portefeuille de la santé en 2021    Décès directeur général de l'Agence internationale de l'énergie atomique Yukiya Amano    La course à Downing Street s'achève, Boris Johnson ultra-favori    BCIJ : Arrestation à Meknès d'un terroriste franco-marocain    La traite humaine nargue la loi 27-14    Une approche qui n'est pas du goût de tous    Béni Tadjit et la parade des prétendants !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Jessica Préalpato, la pâtissière qui bouscule le dessert
Publié dans Libération le 15 - 06 - 2019

Fruits sublimés au vinaigre, très peu sucrés et pas du tout "instagrammables" : la Française Jessica Préalpato n'a pas osé faire goûter à son père pâtissier ses desserts, qui viennent d'être désignés les meilleurs au monde.
"Il ne comprendrait pas du tout ce que je fais", confie celle qui à 32 ans vient d'être élue "meilleure pâtissière du monde" mardi par le World's 50 Best Restaurants.
En ce moment à la carte du restaurant trois étoiles Plaza Athénée à Paris, où elle officie depuis 2015 comme cheffe pâtissière: fraises avec des bourgeons de sapin ou "tout rhubarbe" - fermentée, grillée, pochée, rôtie et crue pour un côté croustillant.
On n'aurait pas le réflexe de prendre en photo ces créations visuellement brutes qui dévoilent un goût extrêmement fin et pur.
Ils s'inscrivent dans le concept de "naturalité" (une cuisine au plus près du produit naturel) défendu par le chef Alain Ducasse, qui devient pour Jessica Préalpato la "Desséralité", titre du livre dans lequel elle propose les recettes de 50 desserts créés au Plaza Athénée.
Citron-algues, orge maltée-bière givrée-houblon, topinambour-vanille bourbon-truffe ou cerises-olives-vinaigrette... "On bouscule les gens", dit en riant la pâtissière originaire de Mont-de-Marsan (Sud-Ouest).
"J'aime beaucoup mettre des vinaigres, des vinaigrettes, tous les styles de cuisson, différentes façons de sublimer le produit".
Certains confrères la critiquent pour le dressage qu'ils jugent pas assez sophistiqué pour un palace, parfois des clients se disent "déçus", raconte Jessica Préalpato, une des rarissimes femmes cheffes dans un trois étoiles.
Il y a quatre ans, Alain Ducasse l'a fait pleurer en refusant de goûter l'un de ses premiers desserts à base de fruits.
"Je vois pourquoi maintenant: j'ai travaillé comme une pâtissière l'aurait fait. Il y avait beaucoup de mousse, de crème, une glace, une tuile. Pour lui, ce n'étaient pas des choses très importantes pour le dessert".
"J'ai tout enlevé (...) et aujourd'hui j'ai beaucoup de mal à faire des desserts à base de chocolat ou de café parce que ce n'est pas une matière qu'on peut déposer dans l'assiette", poursuit-elle.
Ses desserts sont poussés sur l'amertume et l'acidité, elle utilise le sucre comme le sel en cuisine: pour assaisonner.
"Je comprends les clients qui n'aiment pas", dit-elle.
Blessée au début par des retours négatifs, elle s'y est habituée. Et se dit "étonnée" par son palmarès: "Jamais je n'aurais parié que ces pâtisseries allaient être mises à l'honneur. C'est énorme pour moi".
"Les desserts ne sont pas forcément très beaux et semblent très simples mais il y a énormément de travail sur la création", explique-t-elle.
Il faut jusqu'à un mois pour élaborer un nouveau dessert et la carte tourne très vite avec les saisons.
"Quand on le prend en photo et qu'on le met sur Instagram, ce n'est pas ce qui ressort (...) Mes pauvres 20.000 followers!", plaisante la pâtissière qui, fait rare pour sa génération, dit ne pas être très attirée par les réseaux sociaux et ne pas "avoir le temps" de "mettre les fonds blancs" pour que les desserts soient mis en valeur sur les photos.
Elle aime toujours manger les pâtisseries classiques mais ne veut plus en confectionner: "Je suis venue ici parce que j'en avais marre de faire du chocolat-pistache ou du cerise-amande".
"Un Saint-Honoré c'est tellement bon, je ne vois pas ce qu'il y a à revisiter. Ici on aime bien perturber le client, et si on arrive au dessert avec un Saint-Honoré, ce n'est pas logique".
Ni son père ni les autres membres de sa famille franco-italienne, cuisiniers et pâtissiers, n'ont goûté ses dernières créations.
"Quand je rentre chez mes parents, ils ne me parlent pas de mon métier, ils ne savent pas vraiment ce qui se passe et ça me va très bien".
"On aime les repas en famille, ce sont des plats à partager, pas forcément très travaillés. Ils ne comprendrait pas" mes desserts, conclut-elle.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.