Impôts: Peu utilisé, le rescrit n'a pas réduit la peur du contrôle    Douane: Le Brexit ne change rien avec le Royaume-Uni    Athlétisme: Les griefs de la mission parlementaire    Un Monde Fou    Hooligan    Du théâtre improvisé pour challenger les comédiens    Coronavirus: nouvelle sortie rassurante de l'OMS    Ouverture d'un consulat à Laâyoune : la Côte d'Ivoire refuse qu'on lui dicte sa conduite dans les relations internationales    Les gouvernements se doivent d'accorder aux gens les droits dont ils ont besoin    Nouveau coup de filet en Turquie contre le mouvement du prédicateur Gülen    L'appel de l'USFP aux partis de la majorité et de l'opposition à un débat sur la réforme du système électoral    Mise en place d'un mécanisme de dialogue parlementaire entre le Maroc et le Chili    Battu par Man United, Chelsea sous haute pression    Guardiola et Sterling resteront à City même sans Coupe d'Europe    Divers sportifs    Quelles voies d'émergence pour le Maroc ?    Le Japon considéré comme le premier employeur privé étranger au Maroc    Des étudiants à l'origine d'une campagne de sensibilisation dédiée à la santé mentale en milieu universitaire    Divers    L'OMS opposée à toute prise de mesure disproportionnée contre le coronavirus    Divers Economie    Signature d'une convention actant une forte baisse des primes d'assurance pour les bénéficiaires du programme "Intelaka"    Abdallah Baida, un explorateur des mots    Patrick Sébastien tacle Nagui et France 2    Bon début d'année pour les aéroports marocains, Casablanca en tête    Béni Mellal: ils falsifiaient les dossiers de couverture médicale    Banque : des dizaines de milliers de suppressions de postes annoncées dans le monde    Virus : en Chine, le « cauchemar logistique » des entreprises étrangères    Escalade dans l'est de l'Ukraine: un soldat tué, cinq blessés (Kiev)    FIFM : Rémi Bonhomme nouveau directeur artistique de la 19ème édition    L'Oriental Fashion Show : Rajae Lahlou dévoile sa quête de soi    Un paysage politique recroquevillé!    Secousses telluriques: Au Maroc, la terre a tremblé    Le Raja s'incline en Egypte sur un petit score jouable à domicile    Liga: le Real Madrid accroché par le Celta Vigo    La constitution chilienne au cœur de la contestation populaire…    GPBM : le programme d'appui des PME connaîtrait déjà un engouement de la part des porteurs de projet    Maroc Telecom: un RNPG fortement impacté par la sanction de l'ANRT    Le thème est axé sur le terrorisme    Maroc-Guinée Equatoriale : Rencontre à Rabat pour «mettre en route» la coopération dans les domaines des mines et des hydrocarbures    Le Japon premier employeur privé étranger au Maroc    Un joueur du Wydad hospitalisé en urgence (PHOTO)    Starlink : Space X rate l'atterrissage en mer du premier étage de sa fusée    Parlement, l'action des commissions tourne au ralenti    « Biohacking » et transhumanisme : des Russes expérimentent avec leur corps    Deuxième édition de la Conférence sur les défis de l'Union africaine : Objectif, renforcer l'intégration et l'émergence du continent    La SNRT rend hommage à Feu Abderahmane Achour    Désaccord au sein de l'UE sur les moyens pour contrôler l'embargo en Libye    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Présidentielle en Mauritanie : De joyeuses soirées sous la tente rythment la campagne
Publié dans Libération le 18 - 06 - 2019

La campagne pour l'élection présidentielle du 22 juin en Mauritanie permet aux habitants de cet immense pays sahélien de renouer avec la tradition des soirées électorales sous la tente, événements festifs où les candidats défendent leur programme au son de la musique des griots.
Ils sont six à espérer succéder au président Mohamed Ould Abdel Aziz, au pouvoir depuis 10 ans et interdit de troisième mandat par la Constitution.
Un favori émerge: l'ex-général Mohamed Ould Ghazouani, compagnon de toujours du président sortant, crédité samedi de 29,5% des intentions de vote par un sondage du Centre mauritanien des études et des recherches stratégiques (Cmers) réalisé auprès de 13.000 électeurs à Nouakchott, où vit près d'un quart de la population.
Le candidat du pouvoir est suivi par l'ancien chef de gouvernement de transition (2005-2007), Sidi Mohamed Ould Boubacar, crédité de 23%, qui espère le pousser au moins à un second tour, le 6 juillet.
Sidi Mohamed Ould Boubacar est soutenu par une coalition comprenant le parti islamiste Tewassoul, principale force d'opposition, et par l'homme d'affaires franco-mauritanien en exil Mohamed Ould Bouamatou, bête noire du régime.
Comme eux, le militant anti-esclavagiste Biram Ould Dah Ould Abeid (9,5% dans le sondage), l'opposant historique Mohamed Ould Moloud (3,7%), le journaliste Baba Hamidou Kane (2,6%) et le néophyte Mohamed Lemine El-Mourteji El-Wavi (2,1%) se sont lancés dans la campagne pour le premier tour du 22 juin.
A Nouakchott, les partisans de Mohamed Ould Ghazouani ont dressé leur tente traditionnelle à côté de celle des soutiens de Sidi Mohamed Ould Boubacar.
Une occasion pour les deux camps d'attirer du monde et de faire passer leur message, alors qu'aucun débat télévisé n'est prévu jusqu'au premier tour.
Vêtue d'un "voile de campagne" aux couleurs de son candidat, Salka Mint Cheikh raconte que les militants de la tente d'à côté "ne se privent pas d'assister à nos soirées dansantes". "Nous ferons sans doute la même chose s'ils organisent la leur".
Nagi Ould Ahmed, jeune partisan du candidat du pouvoir, affirme ne rater aucun de ces rendez-vous électoraux nocturnes, les qualifiant de "belles occasions de plaisirs partagés, qui ont fait notre spécificité depuis belle lurette".
"C'est aussi l'occasion d'une redistribution d'argent dont seule la campagne électorale possède le secret", relève l'étudiant, adossé au mât de la tente, au milieu d'un assourdissant concert de musique.
"Tous y trouvent leur compte", poursuit-il, en citant les "restaurateurs qui alimentent les lieux, les griots et les chanteurs qui les animent" et tous les "petits travailleurs" chargés de l'organisation. Et c'est sans compter les "calligraphes, photographes et imprimeurs", dont les affaires prospèrent également.
Avant de terminer leur campagne jeudi à Nouakchott, les candidats ont sillonné le pays, en commençant par les régions pastorale de l'Est et agricole du Sud-Ouest, viviers convoités d'électeurs dans ce pays de 4,5 millions d'habitants deux fois grand comme la France.
Dans ces régions, les chefs de tribus et de clans sont particulièrement courtisés. Agissant comme de "grands électeurs", ils peuvent mobiliser autour d'un candidat, tant dans les villes que dans les campagnes, souvent pauvres et désoeuvrées.
Les prétendants ont promis une amélioration des conditions de vie, alors que la croissance économique, de 3,6% en 2018, continue sa reprise progressive tout en restant insuffisante comparée à la croissance démographique, selon la Banque mondiale.
Dans le camp du candidat du pouvoir, qui jure de "ne laisser personne au bord de la route", on estime que l'affluence à ses meetings a "constitué un plébiscite" et démontré sa "force de conviction".
L'un de ses porte-parole, Saleh Ould Dehmache, a toutefois dénoncé la diffusion sur les réseaux sociaux d'enregistrements "peu scrupuleux" mettant en cause la moralité du candidat, les qualifiant de "montages grossiers".
L'opposition a mis en garde contre un "hold-up" électoral, réclamé en vain la présence d'observateurs étrangers et accusé la Commission électorale nationale indépendante (Céni) d'être "totalement acquise au candidat du pouvoir".
Le président de cette institution assure toutefois que "tout sera fin prêt" pour une élection "dont la transparence sera assurée, même en l'absence d'observateurs".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.