10.000 dollars d'amende pour la fédération algérienne    Classement : La Tunisie rentre bredouille    Ankara défie Bruxelles    Nouvelle économie: les territoires, faiseurs de nations    Internet mobile: L'effet accélérateur du smartphone    Casa malade de ses moyens de transport    Les budgets des collectivités territoriales enregistrent un excédent de 5,4 MMDH    Managem et Injaz Al-Maghrib présentent le bilan de leurs programmes de formation à l'entrepreneuriat    Les projets de loi relatifs aux soulaliyates adoptés en commission à la Chambre des représentants    Avant Trump, Clinton n'était pas épargné par la diplomatie britannique    « Renvoyez-la! »: Le ton de la campagne Trump est donné    Réunion du Bureau de la Chambre des représentants    Bouillon de culture    Troisième marche du podium pour le Nigeria    De "captain" Mahrez à la révélation Bennacer Le carré d'as algérien    Hicham El Idrissi : Il ne faut pas compter sur des joueurs qui ne veulent plus jouer pour le KACM    La syphilis regagne du terrain    Drame d'Imlil. Peine capitale pour les trois principaux accusés    Turquie: 17 morts dans l'accident d'un minibus de migrants    Contrairement à Nicki Minaj, 50 Cent et Janet Jackson chanteront en Arabie Saoudite    "Les Enfants de la mer", un film d'animation écologiste et spirituel    Le court-métrage en fête à Ifrane et Azrou    OMS: l'épidémie d'Ebola est une "urgence" sanitaire mondiale    Fouzi Lekjaa nommé 2ème vice-président de la CAF    Projection du film «Tel Aviv on Fire» à l'IF d'Oujda    El Akademia Master class : L'Orchestre national des jeunes du Maroc régale    Migration illégale. Comment retenir les mineurs au Maroc    Procès Imlil. La Cour met l'affaire en délibéré    Pour renforcer sa contribution au marché financier marocain : L'AMMC se dote d'un conseil scientifique    Gnaoua Festival : Berlin en transe en août prochain    Le 10è festival «Timizart» d'argent du 18 au 22 juillet à Tiznit    Algérie-Sénégal : La CAF change l'arbitre de la finale !    Le FMI appelle à des réformes ambitieuses du marché du travail    Instagram masque les likes dans six pays    World's Coffee Growers Seek to Set Minimum Price to Help Poor Farmers    Apollo's Code: Meet the Computer Programmer Who Landed Us on the Moon    Le Néerlandais de Ligt signe à la Juventus Turin    Terres soulaliyates. La commission adopte trois projets de loi    Nezha Hayat décorée par le Roi d'Espagne Felipe VI    Carola Rackete, capitaine du Sea-Watch 3, s'explique devant les magistrats    Objectif Downing Street : Ultimes plaidoyers des deux candidats    Promotion de l'emploi dans le secteur de l'aviation civile : L'ONDA et l'Anapec s'allient    Accès à l'eau potable : L'AFD et l'ONEE signent un accord de 101 millions d'euros    Loi-cadre sur l'Education: PJD et Istiqlal, porte-drapeaux de l'obscurantisme ?    Une saga nommée «Megri»    Une faille d'Android permet aux hackers d'accéder à vos photos    Présentation du projet de politique publique intégrée pour les personnes âgées    Biennale d'art contemporain. Rabat, capitale artistique de la rentrée !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Prisme tactique : Le milieu de terrain, symbole de tous les maux
Publié dans Libération le 18 - 06 - 2019

Etouffé par l'agressivité zambienne, puni par un placement et une couverture approximatifs, incapable d'offrir des solutions de qualité dans le jeu, le milieu de terrain marocain a illustré toutes les difficultés du Onze national, comme contre la Gambie. Battu par un adversaire sans génie mais avec une rigueur tactique et une envie qui lui ont largement fait défaut, l'entrejeu n'a pas brillé par sa qualité de relance, et encore moins par ses mouvements sans ballon. Des bémols rédhibitoires à quelques jours d'affronter la Namibie.
Une couverture qui laisse
à désirer et un pressing
désordonné
Dimanche, l'équipe nationale s'est mise dans de sales draps selon un modus operandi qui traverse d'un match à l'autre, parfaitement résumé par l'action du premier but zambien. Tous les défenseurs sont impliqués et particulièrement Dirar dont le placement fut approximatif, encore une fois. Mais au début de l'action, c'est le pressing qui a été déficient. Cher à Hervé Renard à la perte du ballon, le pressing haut est un travail d'équipe. A tous les postes, il faut avoir des joueurs prêts à aller au duel et à la conquête du cuir. Sur cette séquence de jeu (voir capture d'écran), El Ahmadi a failli en se faisant facilement éliminé. Belhanda qui composait, à ses côtés, le 2, du 4-2-3-1, n'était pas totalement impliqué, puisqu'il n'a pas suivi jusqu'au bout le déplacement de son adversaire direct. Au regard de son profil, dont les caractéristiques sont incompatibles avec le poste où il était aligné, et du poids des années qui commencent à rattraper El Ahmadi, difficile de les incriminer pour le pressing désordonné. En réalité, il existe une évidente incohérence entre les joueurs qui composent le milieu de terrain et cette volonté de presser haut. Résultat, l'adversaire a plusieurs fois pu ressortir proprement le ballon, avant de se projeter goulument dans les espaces créés à l'opposé.
Pour dire vrai, même si Hervé Renard a modifié en seconde mi-temps la moitié de son équipe pour espérer y voir un effet, aucun des remplaçants n'a cette capacité à harceler l'adversaire, récupérer le ballon dans les pieds ou au moins couvrir sa charnière centrale. Preuve en est, le dernier but encaissé.
Un fond de jeu trop
stéréotypé
Manque d'inspiration et de justesse technique ont symbolisé les difficultés offensives d'un entrejeu marocain bancal. En phase offensive, son impact fut quasiment nul. C'était approximatif, lent et emprunté. Déçus de constater l'absence d'idées pour changer de rythme, nous avons, en revanche, été conquis par la relation technique naissante entre Enneysiri et Ziyech. Le premier, dans un rôle d'avant-centre et le second dans celui de meneur de jeu, ont été les détonateurs d'une attaque marocaine moribonde dans l'ensemble. Enneysiri a marqué la rencontre de son empreinte, en se créant les meilleures occasions grâce à ses déplacements et appels incessants. L'Ajacide, quant à lui, est capable d'apporter un peu de folie et de créativité, des changements de rythme et des accélérations. Il a réellement surnagé, à l'inverse d'un Boufal trop inconstant ou un Amrabat trop neutre.
En somme, on a l'impression que le salut offensif de l'EN repose sur les épaules de Ziyech. Qu'adviendra-t-il s'il est marqué de près par un ou plusieurs adversaires ? Et s'il se blesse, y a-t-il un plan B ? Des questions qui restent en suspens à moins d'une semaine du début de la compétition. Soit une anomalie de plus pour un groupe qui « travaille ensemble depuis trois ans et demi » comme l'a récemment rappelé Hervé Renard.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.