Communiqué du bureau politique du PPS    Une étape importante qui transforme une impasse de plusieurs années en un véritable élan    Le FC Barcelone tient son nouveau défenseur !    Le HUSA assure son maintien, le CAYB menacé    Vahid Halilhodzic tiendra une conférence de presse    Roland-Garros: Serena Williams déclare forfait    Les condoléances du Parti du Progrès et du Socialisme    Hong Kong: Arrestation de Joshua Wong    TikTok : La bataille juridique s'achèvera-t-elle ?    L'Algérie a besoin d'un prix du baril de pétrole à 157,2 dollars pour équilibrer son budget    Le «nœud»    Années 30. Comment vivaient les Juifs du Maroc    Cour des Comptes : L'encours à la dette a plus que doublé durant la dernière décennie    La pandémie de Covid-19 a rappelé au monde «la communauté de notre destin»    Les enfants, les adolescents et les maladies cardio-vasculaires    Vidéo : Basma Hammouchia rejoint les rangs de la brigade des policiers en herbe    Naima ou l'injustice territoriale    «Les Gnawa de Lalla Mimouna», de M'bark El Haouzi et Erwan Delon aux Editions l'Harmattan    Rentrée scolaire: quid de l'enseignement de l'amazighe?    La Chikha est avant tout une guerrière    CNSS : nouveau soutien au profit des entreprises [Document]    Casa-Transports accélère l'élaboration des contrats d'exploitation des futures lignes de tram    Imam Mahmoud Dicko: dans les situations difficiles, le Maroc "est le premier pays qui vient au secours du Mali"    Abdeslam Seddiki pointe du doigt les « réalisations et les grandes réformes » du gouvernement    Voici le temps qu'il fera ce mercredi    Cour des comptes: dégringolade du rendement des principaux impôts    Marsa Maroc : CA de 1 454 MDH au 30 juin    Des Marocains bloqués à Melilia bientôt rapatriés    Enfant tuée à Tafoughalt : un suspect interpellé et mis en garde à vue    L'OMS enquête sur des accusations de crimes sexuels liées à l'épidémie d'Ebola en RDC    Le nouvel Émir du Koweït prête serment    Colère en Inde après la mort d'une jeune femme à la suite d'un viol collectif    Présidentielle américaine : le premier débat entre Donald Trump et Joe Biden sombre dans la confusion générale    Restitutions d'œuvres d'art : la gestion française du dossier laisse à désirer    Subventions accordées aux artistes: le coup de gueule de Latifa Raafat (VIDEO)    Aït Taleb: « le Maroc n'est pas à l'abri d'une nouvelle vague » (VIDEO)    Nadia Fettah: « La promotion du tourisme est tributaire de la réouverture des frontières »    Roland, Strasbourg et Hambourg    Impôts: La DGI propose de nouvelles fonctionnalités en ligne    Industrie: Baisse de l'indice des prix à la production en août (HCP)    Covid-19 au Maroc: triste bilan des décès    Chama Zaz : L'étoile de l'Aita Al Jabalia s'en est allée !    Programme de soutien destiné au domaine artistique : 459 projets subventionnés    La course aux points bat son plein aussi bien en haut qu ' en bas du tableau    Mali: Le président de transition Bah N'daw remercie le Roi Mohammed VI en recevant Nasser Bourita    L'art de l'écriture et le monde de la beauté universelle    Matchs amicaux de l'équipe nationale : Halilhodzic dévoilera la liste des Lions de l'Atlas ce jeudi    Arbitrage : Hicham Tiazi de retour !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Comité des 24 des Nations unies
Publié dans Libération le 20 - 06 - 2019

Le Royaume d'Arabie saoudite a réaffirmé son rejet de toute atteinte aux intérêts suprêmes du Maroc, à sa souveraineté et à son intégrité territoriale.
Intervenant lundi à New York devant la 24ème commission relevant de l'Assemblée générale de l'ONU, le diplomate saoudien, Faycel Ben Nacer El Hekbani, a souligné que "le Royaume du Maroc frère a contribué avec sérieux et bonne foi aux efforts déployés sous les auspices exclusifs des Nations unies pour trouver une solution durable à la question du Sahara", rapporte l'agence de presse saoudienne (SPA).
Dans ce sens, M. El Hekbani a réitéré le soutien de son pays aux efforts déployés par le Maroc pour trouver une solution à ce conflit régional, mettant l'accent sur l'importance de faire preuve de réalisme et d'esprit de consensus entre toutes les parties concernées.
Et d'ajouter que le règlement de cette question requiert un climat de sérénité, réaffirmant à cet égard la position de principe de l'Arabie saoudite en faveur de l'appui à la proposition marocaine d'autonomie.
Cette initiative garantit aux habitants des provinces du Sud leur statut et leur rôle sans distinction ni exclusion ainsi que leur participation effective au développement économique, social et culturel du pays sans discrimination, tout en tenant compte des particularités de la région du Sahara et conformément aux normes internationales, a-t-il souligné.
L'initiative d'autonomie est une solution consensuelle conforme au droit international, à la Charte des Nations unies, aux résolutions du Conseil de sécurité et de l'Assemblée générale, a indiqué le diplomate saoudien, notant que cette proposition répond au principe de l'autodétermination.
M. El Hekbani a salué les efforts déployés par le gouvernement marocain pour réaliser le développement économique et social dans ses provinces du Sud, tout en se félicitant, dans ce sens, du plan de développement lancé par le Maroc dans le Sahara en 2015 avec une enveloppe de 8 milliards de dollars dédiée à l'amélioration des conditions de vie de la population locale.
Pour la représentante des Emirats arabes unis à cette réunion, la position de son pays est "constante en faveur de l'intégrité territoriale du Maroc".
Elle a également salué les efforts du Maroc pour parvenir à une solution définitive, "efforts que le Conseil de sécurité a qualifiés, dans toutes ses résolutions depuis 2007, de sérieux et crédibles pour aller de l'avant vers un règlement".
La diplomate émiratie a également exprimé l'appui de son pays au processus politique mené sous l'égide exclusive du Secrétaire général de l'ONU et la facilitation de son Envoyé personnel pour parvenir à une solution politique consensuelle et mutuellement acceptable à la question du Sahara.
Par ailleurs, la Guinée a réitéré son soutien à l'initiative marocaine d'autonomie "pour son réalisme, sa crédibilité, et comme cadre de compromis" pour une résolution définitive de la question du Sahara marocain.
"La République de Guinée exprime son soutien à l'initiative marocaine d'autonomie pour son réalisme, sa crédibilité, et comme cadre de compromis au différend du Sahara", a déclaré le représentant de ce pays à la réunion du C24.
Il a également souligné que la Guinée salue les importantes réformes institutionnelles et économiques engagées par le Royaume, "qui s'inscrivent en droite ligne de son initiative d'autonomie issue d'une large consultation nationale et locale".
Parmi ces réformes, a-t-il poursuivi, "nous pouvons citer, dans le domaine des droits de l'Homme, la consolidation du rôle du Conseil national des droits de l'Homme et de ses commissions régionales à Laâyoune et Dakhla, ainsi que la coopération avec le Conseil des droits de l'Homme relevée dans la résolution 2468 du Conseil de sécurité".
Le diplomate guinéen a également salué "l'élection de natifs et de représentants de la région du Sahara à l'issue d'élections communales et législatives démocratiques, libres et transparentes au Sahara en 2015 et 2016".
La Sierra Leone n'a pas été en reste, réitérant son "plein soutien" à l'initiative marocaine d'autonomie au Sahara.
"De notre point de vue, cette initiative est conforme aux standards internationaux de l'ONU et prend en considération les spécificités de la région et le droit de la population du Sahara à jouir de ses pleins droits civils et politiques", a souligné la représentante de la Sierra Leone à cette réunion.
Elle a également tenu à saluer les réalisations du Maroc en matière de promotion des droits de l'Homme, comme cela a été relevé dans les résolutions du Conseil de sécurité de l'ONU, notamment la résolution 2414 qui "décrit clairement le rôle du Conseil national des droits de l'Homme (CNDH) à Dakhla et Laâyoune" et sa coopération avec le Conseil des droits de l'Homme des Nations unies.
La diplomate sierra-léonaise a déclaré, par ailleurs, que son pays était inquiet de la situation de la population des camps de Tindouf", exhortant "toutes les parties à coordonner un véritable processus de recensement conformément au droit humanitaire international et au mandat du Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (UNHCR)".
Quant au Togo, il a réaffirmé sa position favorable à l'initiative d'autonomie au Sahara, y voyant "une démarche constructive nécessaire" pour le règlement définitif de ce différend.
"Le Togo considère toujours l'initiative du Maroc de 2007 d'accorder une large autonomie à la région du Sahara comme une démarche constructive nécessaire à la résolution de cette question", a déclaré le représentant de ce pays ouest-africain à la réunion de cet organe subsidiaire de l'Assemblée générale de l'ONU.
Il a encouragé les autres parties à l'accueillir dans "un esprit constructif" afin de régler cette question.
Le diplomate togolais a également assuré que son pays "soutient le processus politique en cours mené sous les auspices des Nations unies qui a pour finalité de parvenir à une solution politique négociée et mutuellement acceptable au différend régional sur le Sahara".
Il a en outre salué "la pleine coopération" du Royaume du Maroc avec les instances multilatérales en vue de la résolution de ce conflit, soulignant que "les autorités marocaines ont toujours fait preuve de collaboration pour faciliter la rencontre entre l'Envoyé spécial du Secrétaire général et les représentants du Sahara".
Le diplomate a également souligné les efforts du Maroc visant le développement de la région du Sahara, notamment les projets socioéconomiques et d'infrastructures, ainsi que dans le domaine des droits de l'Homme.
La Papouasie-Nouvelle-Guinée a salué, elle aussi, le "réalisme", la "bonne foi" et le sens du "compromis" de l'initiative marocaine d'autonomie pour régler le conflit du Sahara.
Le règlement de la question du Sahara "devrait être fondé sur des réalités concrètes et un esprit de bonne foi et un compromis négocié, tels qu'énoncés dans l'initiative méritoire d'autonomie du Maroc et reconnus dans les résolutions du Conseil de sécurité", a déclaré le représentant permanent et ambassadeur de la Papouasie-Nouvelle-Guinée aux Nations unies, Max Hufanen Rai.
Pour la Papouasie-Nouvelle-Guinée, a-t-il soutenu, un dialogue inclusif à tous les niveaux impliquant tous les acteurs concernés est un outil important pour développer la compréhension mutuelle et créer des passerelles vers une solution durable à cette question.
Hufanen Rai a, à cet égard, exprimé le soutien de son pays au processus politique constructif en cours, engagé sous les auspices des Nations unies, afin de progresser dans la recherche d'une solution durable, négociée et mutuellement acceptable, soulignant que "toutes les parties concernées" doivent être impliquées dans la recherche d'une telle solution politique.
La représentante de Sainte-Lucie a rappelé également le "sérieux" de l'initiative marocaine d'autonomie pour parvenir à une "issue fructueuse" au conflit politique autour du Sahara.
Intervenant lors de la réunion du Comité des 24 des Nations unies qui se tient à New York, elle a souligné que l'initiative d'autonomie proposée par le Maroc est "bien connue et devrait être prise au sérieux et discutée".
Elle a rappelé que Sainte-Lucie se joint aux autres pays qui soutiennent une issue au conflit politique autour du Sahara à travers "une solution politique réaliste".
La diplomate de Sainte-Lucie a aussi salué la tenue des deux tables rondes de Genève sous les auspices des Nations unies, avec la participation de toutes les parties concernées.
A l'instar des autres Etats, Saint-Christophe-et-Niévès a réitéré son "plein soutien" à l'initiative marocaine d'autonomie comme solution à la question du Sahara.
"Tout en espérant que les efforts diplomatiques en cours sous l'égide des Nations unies porteront leurs fruits grâce au soutien de toutes les délégations concernées, Saint-Christophe-et-Niévès réitère son plein soutien à l'initiative d'autonomie soumise par le Royaume du Maroc", a déclaré l'ambassadeur représentant permanent de ce pays caribéen à l'ONU.
"Cette initiative, considérée comme sérieuse et crédible par les résolutions du Conseil de sécurité depuis 2007, est un cadre approprié et une bonne base pour une solution de compromis telle que voulue par le Conseil de sécurité", a-t-il soutenu.
De même, il s'est dit "très encouragé par les réalisations substantielles du Royaume du Maroc en matière de promotion et de protection des droits humains, y compris à travers les commissions régionales du Conseil national des droits de l'Homme à Laâyoune et Dakhla".
La Grenade a salué aussi l'initiative d'autonomie présentée par le Maroc pour le règlement de la question du Sahara, soulignant qu'elle représente une "proposition viable" pour mettre fin à ce différend régional.
"Nous nous félicitons de l'initiative d'autonomie présentée par le Maroc en 2007, une proposition viable pour mettre fin à ce différend", a déclaré la représentante de la Grenade à cette réunion, rappelant que le Conseil de sécurité de l'ONU avait salué "les efforts sérieux et crédibles du Maroc" pour la résolution de ce différend.
La Grenade, a-t-elle ajouté, exprime également son "soutien indéfectible" au processus politique en cours engagé par le Conseil de sécurité depuis 2007 en vue de parvenir à une solution politique juste, durable et mutuellement acceptable, fondée sur le compromis concernant le différend sur le Sahara, comme le recommandent les résolutions du Conseil, notamment la résolution 2468 récemment adoptée.
En effet, la Grenade souscrit formellement à la résolution 2468 du Conseil de sécurité, qui souligne "la nécessité de parvenir à une solution politique réaliste, pragmatique et durable" à la question du Sahara "fondée sur le compromis", a ajouté la diplomate.
La représentante de la Grenade a également salué la tenue des deux tables rondes organisées sous les auspices des Nations unies avec la participation de l'Algérie, du Maroc, de la Mauritanie et du Polisario.
La Dominique a exprimé son "plein soutien" à l'initiative marocaine d'autonomie au Sahara, affirmant que cette initiative "est à même de résoudre définitivement ce différend régional qui n'a que trop duré".
S'exprimant lors de la réunion du Comité des 24 des Nations unies, la représentante permanente de la Dominique à l'ONU, Loreen Bannis-Roberts, a souligné que "l'autonomie permet à la population du Sahara de jouir pleinement de ses droits".
De même, le pays caribéen a tenu à "saluer les efforts du Maroc en faveur de la promotion et la protection des droits humains ainsi que pour l'amélioration de la coopération régionale et sous-régionale".
La diplomate dominiquaise a, par ailleurs, souligné qu'il était "grand temps de procéder au recensement des populations des camps de Tindouf, conformément au droit humanitaire international et à l'ensemble des résolutions du Conseil de sécurité adoptées depuis 2011, y compris la résolution 2468".
"Le règlement de ce différend contribuera sans aucun doute au renforcement de la stabilité et de la sécurité dans la région, qui fait face en ce moment à d'immenses défis liés au terrorisme, au crime organisé transnational et à tous genres de trafics", a-t-elle fait observer.
La Dominique a salué, dans ce sens, la tenue des deux tables rondes de Genève avec la participation de l'Algérie, du Maroc, de la Mauritanie et du Polisario, conformément aux résolutions du Conseil de sécurité 2414 et 2440.
"La Dominique salue l'engagement des quatre parties à se rencontrer de nouveau pour une troisième table ronde, sous le même format et suivant la résolution 2468, tout en les encourageant à saisir l'élan créé pour discuter d'autres éléments de convergence et aller de l'avant", a déclaré l'ambassadeur dominiquais.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.