Bras de fer autour de Mellilia    La HACA sévit contre les dérapages : Carton rouge pour Radio Mars    Projet de loi organique sur la grève. L'impasse !    Procédure pénale. Aujjar livre sa copie    Sacré Maroc (12)    Habib El Malki invité à participer à la réunion de l'Assemblée parlementaire du Commonwealth    Le premier vice-président de la Chambre des conseillers décoré    Le Maroc primé à Libreville pour ses efforts en faveur de l'autonomisation de la femme    Maroc : 74% des ménages équipés en accès internet    Compact II : La CGEM et le MCA-Morocco main dans la main    Enquête L'Economiste-Sunergia/Petits équipements collectifs: Les chiffres montrent une nouvelle piste pour l'inclusion    Trésor: 4,6 milliards de DH de dividendes à fin juin    Al Omrane et le CNRST s'allient pour promouvoir la recherche en matière d'habitat    Commission des investissements : 9 projets à l'étude pour 5 MMDH    Hausse historique de 26,54% :Transport aérien : Plus de deux millions de passagers en juin    Les aviculteurs font leur bilan dans le cadre du Plan Maroc Vert    Trump se défend de tout racisme, silence des leaders républicains    Ursula von der Leyen verdit son discours pour convaincre le Parlement européen    La géopolitique du Maroc dans un nouvel ordre mondial en crise    L'Egypte expulse des supporters algériens après la demi-finale de la CAN    Au moins 180 morts de la mousson en Asie du Sud    Une délégation d'éminents hommes d'affaires africains en visite au Maroc    PSA augmente de 4,7% sa part de marché au Maroc    France. 282 personnes interpellées après la victoire de l'Algérie    L'organisation des Jeux Africains est un défi pour le Maroc, dixit Talbi Alami    Achraf Bencherki rejoint le Zamalek    La décision du TAS avant la fin du mois en cours    La FRMF dément la démission de Hervé Renard    Karaté. Le Maroc champion d'Afrique    L'Algérie mobilise 28 avions pour la finale    Un ancien footballeur sud-africain tué par balles    Football marocain : Les vraies questions à poser sur ce sport-passion    La loi-cadre de l'enseignement adoptée en commission parlementaire    Des braqueurs de camions sous les verrous    La plage Ba Kassem à Tanger hisse le Pavillon bleu pour la septième année consécutive    Lutte contre le sida en 2018: Ombres et lumière    Enquête L'Economiste-Sunergia/Petits équipements collectifs: A 33 contre 28, les jeux arrivent devant les espaces verts    Résultats du Bac: Nouveau record!    Le Groupe scolaire Jacques Chirac homologué    Rendez-vous, ce soir, avec l'éclipse lunaire    Fès : Plaidoyer pour la promotion de la diversité culturelle    Il était une fois Hassan Megri    L'actrice Lashana Lynch va devenir l'agent 007 mais James Bond reste un homme    De l'urgence d'un plan «Maroc Culture»    The «Morocco Corner» s'invite chez les Vikings    Vers la création d'une Caisse sociale pour les auteurs    Farid Chamekh : "Il faut s'inspirer de tout, sans plagier bien sûr"    Le Maroc, invité d'honneur de la Foire internationale du livre de Bruxelles    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Nucléaire, Golfe : L'Iran semble jouer l'apaisement
Publié dans Libération le 27 - 06 - 2019

Téhéran semble jouer l'apaisement mercredi après une première réaction très ferme à l'annonce de sanctions américaines à caractère éminemment politique sur fond de tensions exacerbées dans le Golfe et sur la question nucléaire iranienne.
Le président Hassan Rohani s'est entretenu par téléphone avec son homologue français Emmanuel Macron et l'a assuré que son pays ne cherchait "la guerre avec aucun pays", pas même les Etats-Unis, selon l'agence officielle Irna. Sur la question de l'accord sur le nucléaire iranien conclu en 2015 à Vienne, et menacé depuis que les Etats-Unis en sont sortis unilatéralement en mai 2018, M. Rohani a cependant répété à M. Macron la déception des Iraniens face à ce que Téhéran estime être l'inaction des Européens.
Notant que l'adhésion de son pays à ce pacte "était conditionnée aux promesses européennes visant à assurer les intérêts économiques de l'Iran", écrit Irna, M. Rohani a averti que son pays serait amené à réduire davantage les engagements auxquels il a souscrit s'il "ne parvient pas à bénéficier" de l'accord. Ces propos contrastent avec le contenu d'une note rédigée par l'amiral Ali Shamkhani, secrétaire général du Conseil suprême de la sécurité nationale, publiée mardi par l'agence Fars, proche des ultraconservateurs. Dans ce document, l'officier écrit qu'il n'y a plus rien à attendre des Européens et que la République islamique appliquera "résolument" la deuxième phase de son "plan de réduction" de ses engagements en matière nucléaire dès le 7 juillet.
En d'autres termes, l'Iran recommencerait dès cette date à enrichir de l'uranium à un degré prohibé par l'accord de Vienne (la limite est fixée par ce texte à 3,67%) et relancerait son projet de construction d'un réacteur à eau lourde à Arak (centre), mis en sommeil. Les propos de M. Rohani laissent plutôt entendre qu'il reste du temps pour inverser le cours des choses. Par l'accord de Vienne, Téhéran s'est engagé à ne jamais chercher à se doter de l'arme atomique, et à limiter drastiquement son programme nucléaire en échange de la levée partielle des sanctions internationales qui asphyxiaient son économie.
Mais le président américain Donald Trump, qui accuse l'Iran de chercher à obtenir l'arme atomique et d'être responsable de tous les maux du Moyen-Orient, a engagé son pays dans une campagne de "pression maximale" sur la République islamique. Les sanctions extraterritoriales américaines réimposées depuis août 2018 contre Téhéran ont conduit les principaux clients de Téhéran à renoncer officiellement à lui acheter du brut et isolent l'Iran du système financier international, privant ainsi le pays des bénéfices qu'il attendait de l'accord de Vienne.
En réaction, Téhéran a annoncé le 8 mai qu'il cessait de se sentir tenu par deux seuils fixés par l'accord de Vienne concernant ses réserves d'uranium enrichi et d'eau lourde. Téhéran a également adressé un ultimatum jusqu'au 7 juillet aux autres Etats parties au pacte de Vienne (Allemagne, Chine, France, Grande-Bretagne et Russie) pour l'aider à contourner les sanctions américaines, faute de quoi l'Iran passerait à la deuxième phase de son "plan de réduction" de ses engagements.
Téhéran a déjà indiqué que ses réserves d'uranium (faiblement) enrichi devraient passer au-dessus de la limite des 300 kg jeudi. Cela risque d'amener l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) à constater une violation iranienne alors que cette agence onusienne a jusqu'ici certifié que l'Iran respectait ses engagements pris à Vienne. Paris a jugé mardi qu'une "violation iranienne" du pacte serait "une grave erreur".
Les incertitudes autour de l'avenir de cet accord interviennent dans un contexte d'extrême tension entre Téhéran et Washington. Mardi, l'Iran a accusé les Etats-Unis d'avoir "fermé de façon permanente la voie de la diplomatie", au lendemain de l'annonce de nouvelles sanctions américaines.
La réaction de l'Iran est "insultante", a répliqué le président Trump. Les sanctions américaines de lundi, d'une portée essentiellement symbolique, visent le numéro un iranien Ali Khamenei tandis que le chef de la diplomatie Mohammad Javad Zarif, visage de la politique iranienne de détente voulue par M. Rohani, devrait être placé sur la liste des sanctions "cette semaine". Ces sanctions viennent s'ajouter à une spirale d'accusations et d'incidents, dont des attaques d'origine inconnue contre des pétroliers et la destruction le 20 juin d'un drone américain par l'Iran dans la région stratégique du Golfe.
Mardi, la Russie a dénoncé les nouvelles sanctions américaines comme "déstabilisatrices" et a dit disposer d'informations selon lesquelles le drone américain abattu se trouvait "dans l'espace aérien iranien", comme l'assure Téhéran. Washington affirme que l'incident a eu lieu dans l'espace aérien international. M. Trump a prévenu mardi que toute attaque iranienne contre des intérêts américains ferait l'objet de représailles "écrasantes". Selon Irna, M. Rohani a lui déclaré à M. Macron que Téhéran répondrait "avec détermination" si les Etats-Unis veulent pénétrer illégalement dans les eaux territoriales iraniennes".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.