Casablanca: Les bus d'occasion en phase de rodage    Les rivaux libyens se rencontrent à Moscou    Coupe Mohamed VI:L'OCS ramène un précieux nul de la pelouse d'Al Ittihad    BCP mobilise son réseau pour booster l'entrepreneuriat    Le Premier secrétaire de l'USFP reçoit le groupe d'amitié parlementaire Mexique-Maroc    En marge du nouveau modèle de développement au Maroc    Le CMC planche sur la croissance économique au Maroc    NBK Capital Partners finalise l'acquisition de Polymedic    Régularisation spontanée 2020 : L'Office des Changes publie une capsule vidéo explicative    Habib El Malki reçoit Maria Del Carmen Bautista Peláez    Open d'Australie : Matches retardés à cause des fumées d'incendies    Sommet international à Berlin dimanche pour prolonger la trêve libyenne    L'Etat islamique désigné ennemi numéro 1 au Sahel    Latifa Akherbach : Une société sans médias publics forts ne peut pas avancer    Mbappé et Neymar, joueurs les plus chers des clubs champions en Europe    Setién : Ma seule promesse, c'est que le Barça jouera bien    La gestion contrastée du mercato hivernal du Wydad et du Raja    Le thé vert aide-t-il à vivre plus longtemps ?    Sur les bords du Yangtsé, des "guerriers" contre l'eau qui tue    Reportage : Guerre sans merci entre prédateurs et super-prédateurs    Insolite : Sosie de Michael Jackson    John Roberts, juge "arbitre" au procès de Trump    SORTNA s'invite à Fort Rottembourg    ALE Maroc-Turquie: l'ultimatum de Moulay Hafid Elalamy porte ses fruits    La date de la CAN 2021 est dictée par les conditions météorologiques    Soudan : deux soldats tués dans la répression d'une « rébellion » au sein des services de sécurité    Faute de rallonge de budget, Ahmed Taoufiq menace de geler les nouveaux projets    Hicham Bahloul exalte l'expérience cinématographique de Hicham Amal    Tétouan : arrestation d'un individu pour implication présumée dans le trafic de drogue et de psychotropes    Education nationale : un millier d'internats, dont 65% en milieu rural    Le programme des principaux matchs du mercredi 15 janvier    Pinterest devient le 3ème réseau social des Etats-Unis, selon eMarketer    Google veut éliminer progressivement les « cookies »    Paris, Londres et Berlin au secours de l'accord de Vienne…    Rallye «Africa Eco Race»: La caravane passe…    Audiovisuel. Les dossiers stratégiques de Latifa Akharbach    Mbappé et Neymar joueurs les plus chers des clubs champions en Europe, selon une étude    Fès : le conseil préfectoral approuve une série de conventions    Registre social unifié : Un chantier complexe    Avion abattu en Iran: Rohani appelle à un changement radical en politique    La Tribune de Nas : « Satien » pas debout…    Destitution : le Sénat reçoit l'acte d'accusation de Trump, le procès va commencer    Spike Lee, président du jury de la 73e Festival de Cannes    Exposition «LesYeuxOuVerts»: un appel pour la transition écologique    Le SMPAD recadre El Hassan Abyaba    Prévisions météorologiques pour la journée du mercredi 15 janvier    Bank Al-Maghrib rouvre son agence historique de Tanger après sa rénovation    Bilan 2019 Renault Maroc : un groupe qui garde le cap !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Nucléaire, Golfe : L'Iran semble jouer l'apaisement
Publié dans Libération le 27 - 06 - 2019

Téhéran semble jouer l'apaisement mercredi après une première réaction très ferme à l'annonce de sanctions américaines à caractère éminemment politique sur fond de tensions exacerbées dans le Golfe et sur la question nucléaire iranienne.
Le président Hassan Rohani s'est entretenu par téléphone avec son homologue français Emmanuel Macron et l'a assuré que son pays ne cherchait "la guerre avec aucun pays", pas même les Etats-Unis, selon l'agence officielle Irna. Sur la question de l'accord sur le nucléaire iranien conclu en 2015 à Vienne, et menacé depuis que les Etats-Unis en sont sortis unilatéralement en mai 2018, M. Rohani a cependant répété à M. Macron la déception des Iraniens face à ce que Téhéran estime être l'inaction des Européens.
Notant que l'adhésion de son pays à ce pacte "était conditionnée aux promesses européennes visant à assurer les intérêts économiques de l'Iran", écrit Irna, M. Rohani a averti que son pays serait amené à réduire davantage les engagements auxquels il a souscrit s'il "ne parvient pas à bénéficier" de l'accord. Ces propos contrastent avec le contenu d'une note rédigée par l'amiral Ali Shamkhani, secrétaire général du Conseil suprême de la sécurité nationale, publiée mardi par l'agence Fars, proche des ultraconservateurs. Dans ce document, l'officier écrit qu'il n'y a plus rien à attendre des Européens et que la République islamique appliquera "résolument" la deuxième phase de son "plan de réduction" de ses engagements en matière nucléaire dès le 7 juillet.
En d'autres termes, l'Iran recommencerait dès cette date à enrichir de l'uranium à un degré prohibé par l'accord de Vienne (la limite est fixée par ce texte à 3,67%) et relancerait son projet de construction d'un réacteur à eau lourde à Arak (centre), mis en sommeil. Les propos de M. Rohani laissent plutôt entendre qu'il reste du temps pour inverser le cours des choses. Par l'accord de Vienne, Téhéran s'est engagé à ne jamais chercher à se doter de l'arme atomique, et à limiter drastiquement son programme nucléaire en échange de la levée partielle des sanctions internationales qui asphyxiaient son économie.
Mais le président américain Donald Trump, qui accuse l'Iran de chercher à obtenir l'arme atomique et d'être responsable de tous les maux du Moyen-Orient, a engagé son pays dans une campagne de "pression maximale" sur la République islamique. Les sanctions extraterritoriales américaines réimposées depuis août 2018 contre Téhéran ont conduit les principaux clients de Téhéran à renoncer officiellement à lui acheter du brut et isolent l'Iran du système financier international, privant ainsi le pays des bénéfices qu'il attendait de l'accord de Vienne.
En réaction, Téhéran a annoncé le 8 mai qu'il cessait de se sentir tenu par deux seuils fixés par l'accord de Vienne concernant ses réserves d'uranium enrichi et d'eau lourde. Téhéran a également adressé un ultimatum jusqu'au 7 juillet aux autres Etats parties au pacte de Vienne (Allemagne, Chine, France, Grande-Bretagne et Russie) pour l'aider à contourner les sanctions américaines, faute de quoi l'Iran passerait à la deuxième phase de son "plan de réduction" de ses engagements.
Téhéran a déjà indiqué que ses réserves d'uranium (faiblement) enrichi devraient passer au-dessus de la limite des 300 kg jeudi. Cela risque d'amener l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) à constater une violation iranienne alors que cette agence onusienne a jusqu'ici certifié que l'Iran respectait ses engagements pris à Vienne. Paris a jugé mardi qu'une "violation iranienne" du pacte serait "une grave erreur".
Les incertitudes autour de l'avenir de cet accord interviennent dans un contexte d'extrême tension entre Téhéran et Washington. Mardi, l'Iran a accusé les Etats-Unis d'avoir "fermé de façon permanente la voie de la diplomatie", au lendemain de l'annonce de nouvelles sanctions américaines.
La réaction de l'Iran est "insultante", a répliqué le président Trump. Les sanctions américaines de lundi, d'une portée essentiellement symbolique, visent le numéro un iranien Ali Khamenei tandis que le chef de la diplomatie Mohammad Javad Zarif, visage de la politique iranienne de détente voulue par M. Rohani, devrait être placé sur la liste des sanctions "cette semaine". Ces sanctions viennent s'ajouter à une spirale d'accusations et d'incidents, dont des attaques d'origine inconnue contre des pétroliers et la destruction le 20 juin d'un drone américain par l'Iran dans la région stratégique du Golfe.
Mardi, la Russie a dénoncé les nouvelles sanctions américaines comme "déstabilisatrices" et a dit disposer d'informations selon lesquelles le drone américain abattu se trouvait "dans l'espace aérien iranien", comme l'assure Téhéran. Washington affirme que l'incident a eu lieu dans l'espace aérien international. M. Trump a prévenu mardi que toute attaque iranienne contre des intérêts américains ferait l'objet de représailles "écrasantes". Selon Irna, M. Rohani a lui déclaré à M. Macron que Téhéran répondrait "avec détermination" si les Etats-Unis veulent pénétrer illégalement dans les eaux territoriales iraniennes".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.